Votre livre de chevet

Venez partager ici vos découvertes et réflexions sur les livres, films, disques... qui vous ont enchanté ou déplu

Modérateur : Le Guet

Godo
Fifre
Messages : 27
Inscription : 25 août 2022, 11:38

Re: Votre livre de chevet

Message par Godo »

Je relis Les Chevaliers du Tintamarre de Raphaël Bardas. Vous me faites un peu peur avec vos lectures et votre phrasé. Je me contenterais de dire que ça fleur bon le pavé, les dessous de bras et la bière bon marché, mais sans être dans l'imitation bas de gamme et caricaturé de Gagner la Guerre (comme Wastburg. Ce n'est qu'un avis personnel.) mais au contraire avec une identité très riche, un trio de personnages incomparables, avec des dialogues très rigolos. L'auteur réussit à nous faire aimer des personnages un peu idiots, justement du fait de leur complexité. (en passant, c'est la beauté du déficit intellectuel, la personnalité est toujours aussi riche) J'ai mis beaucoup de temps à apprécier ce roman du fait que l'auteur aime les détours scenaristiques. Désormais, je pense qu'il est dans mes auteurs de Fantasy préférés.
Avatar de l’utilisateur
Cuchulain
Double solde
Messages : 133
Inscription : 10 août 2022, 10:20
Jeux pratiqués : Ynn Pryddein, Pendragon, Terre des Héros, Aberrant, Château Falkenstein, DD5
Contact :

Re: Votre livre de chevet

Message par Cuchulain »

Il ne faut pas se sentir intimidé par les érudits au langage soutenu et au phrasé impeccable qui écrivent en ces lieux. ;) Moi-même qui suis bien loin de leur style je poste en ces lieux. :oops:

Hors donc après avoir relu la nouvelle traduction en entier du SDA je ne peux que conforter ma première impression. C'est très bien traduit, rien à redire mis à part 80% des noms propres qui me font bondir au plafond (L'arpenteur ; les "coureurs du nord" [sic], Grand-Peur, Araigne, etc) et 20% où je renacle un peu mais ça finit par passer (Bessac, Scadufax, Filibert Fleurdebeurre, Fendval, le comté) même si je garde la traduction Ledoux avec laquelle j'ai découvert les livres. J'ai beau avoir lu le bouquin une bonne trentaine de fois je ne m'en lasse pas, je suis toujours ému par les personnages et émerveillé par tous les passages que j'avais oublié. Quelle œuvre ! Quelle œuvre !
Cuchulain l'homme qui a du chien !
Avatar de l’utilisateur
Usher
Chambellan
Messages : 99
Inscription : 09 août 2022, 22:51
OEUVRES : Tiers Âge
Te Deum pour un massacre

Re: Votre livre de chevet

Message par Usher »

"Les coureurs du nord", c'est quand même une sacrée trouvaille !
A chaque fois que je lis cette brillante traduction, ma représentation mentale de la Terre du Milieu se trouve enrichie par des images du Paris-Roubaix et de petits messieurs volages… :roll:
Avatar de l’utilisateur
Kérosène
Double solde
Messages : 139
Inscription : 10 août 2022, 14:39
Jeux pratiqués : Runequest : Glorantha (MJ), Cyberpunk et quelques autres bricoles
OEUVRES : Docteure en procrastination : demain je m'y mets !
Contact :

Re: Votre livre de chevet

Message par Kérosène »

La traduction est bonne, évidemment, mais à certains endroits, je ne peux m'empêcher de penser à ce prof de version que j'avais en maîtrise, qui était si attaché à la traduction "exacte" qu'il en produisait des textes illisibles à force de lourdeur et de manque de naturel, quoique linguistiquement corrects.
L'une des choses qui me laisse perplexe dans la traduction des noms, c'est le contraste entre par exemple "l'Arpenteur" qui vient remplacer "Grand-Pas" et de l'autre côté "Grand-Peur" qui remplace la "Forêt Noire". Si Grand Peur ou Grand Pas peuvent être des noms donnés par des gens simples et pas très éduqués, l'Arpenteur me semble très pompeux.
Pour que mon fils puisse se faire une idée, nous lui avons procuré les deux traductions, entre lesquelles il navigue. Globalement, il est assez à l'aise avec les deux, même s'il a fait lui aussi quelques remarques sur les noms propres bizarres.
Il faut des lâches vivants pour narrer les exploits des héros morts.
Avatar de l’utilisateur
Usher
Chambellan
Messages : 99
Inscription : 09 août 2022, 22:51
OEUVRES : Tiers Âge
Te Deum pour un massacre

Re: Votre livre de chevet

Message par Usher »

Digression traductologique… :)

Cette nouvelle traduction des noms propres, imposée par une nécessité juridique (l'ancienne traduction étant propriété intellectuelle des ayants droit de F. Ledoux), souffre à mon sens des contraintes qui ont fait perdre de vue l'esprit de l'onomastique et de la toponymie créées par Tolkien.
Daniel Lauzon a dû négocier plusieurs difficultés : renouveler tous les noms propres traduits ; s'efforcer de suivre le guide rédigé par Tolkien à cet effet (je serais d'ailleurs curieux de le lire; a-t-il été publié par Christopher Tolkien ?) ; conserver plus ou moins le sens des noms anglais.
Toutefois, mon sentiment (qui n'est qu'une opinion) est que D.Lauzon a procédé au coup par coup, sans une philosophie (ou, pour être plus exact, une philologie) d'ensemble des noms.
Dans certains cas, il s'est rapproché du sens et de la connotation du nom anglais : Baggins => Bessac.
Dans d'autres cas, il a donné une traduction métonymique qui ne restitue qu'un sens dérivé du nom original : Mirkwood => Grand'peur
Dans d'autres cas, il choisit de traduire un sens dérivé avec des mots choisis pour un sens régionaliste plus que global : ranger => coureur (où l'on devine le lien avec les "coureurs des bois" canadiens ; mais faute de son expansion, le "coureur" redevient, à mes yeux, un athlète ou un homme à femmes).
La forme la plus extrême de ces distorsions métaphoriques se manifeste dans Strider=> Arpenteur. (Alors que, soit dit en passant, les noms ne manquent pas en français pour désigner un marcheur un peu suspect : vagabond, chemineau, trimardeur, ribleur.)

Il n'y a donc pas d'uniformité dans la méthode de traduction, ce qui fait que le répertoire des noms propres de la nouvelle VF est un ensemble bigarré qui mélange les principes analogiques (traduction, métaphore, métonymie) et les niveaux de langue (Grand peur : niveau de langue courant et désuet ; l'Arpenteur, niveau de langue soutenu et plutôt moderne).
Or il me semble que Tolkien suivait des principes différents. D'une part, entre un terme simple et un terme sophistiqué, il privilégiait le plus simple. D'autre part, en bon philologue, il s'appuyait sur le sens en ancien et moyen anglais de son lexique pour donner une couleur familière à ses noms propres, mêmes si le sens ancien en échappait au lecteur anglophone. Or c'est cet esprit qui manque à la nouvelle traduction, dont le répertoire de noms a été constitué de bric et de broc. Evidemment, cela aurait nécessité un énorme travail, qui aurait impliqué de faire comme Tolkien : des jeux constants avec l'étymologie en ancien et moyen français pour restituer des onomastique et toponymie linguistiquement cohérentes.
Avatar de l’utilisateur
Kérosène
Double solde
Messages : 139
Inscription : 10 août 2022, 14:39
Jeux pratiqués : Runequest : Glorantha (MJ), Cyberpunk et quelques autres bricoles
OEUVRES : Docteure en procrastination : demain je m'y mets !
Contact :

Re: Votre livre de chevet

Message par Kérosène »

Usher a écrit : 03 déc. 2022, 09:50 Digression traductologique… :)
Il n'y a donc pas d'uniformité dans la méthode de traduction, ce qui fait que le répertoire des noms propres de la nouvelle VF est un ensemble bigarré qui mélange les principes analogiques (traduction, métaphore, métonymie) et les niveaux de langue (Grand peur : niveau de langue courant et désuet ; l'Arpenteur, niveau de langue soutenu et plutôt moderne).
Or il me semble que Tolkien suivait des principes différents. D'une part, entre un terme simple et un terme sophistiqué, il privilégiait le plus simple. D'autre part, en bon philologue, il s'appuyait sur le sens en ancien et moyen anglais de son lexique pour donner une couleur familière à ses noms propres, mêmes si le sens ancien en échappait au lecteur anglophone. Or c'est cet esprit qui manque à la nouvelle traduction, dont le répertoire de noms été constitué de bric et de broc. Evidemment, cela aurait nécessité un énorme travail, qui aurait impliqué de faire comme Tolkien : des jeux constants avec l'étymologie en ancien et moyen français pour restituer des onomastique et toponymie linguistiquement cohérentes.
Étant linguiste de formation, c'est exactement ce qui me trouble dans cette version. Je suis peut-être un peu vieux-jeu, mais j'aime quand le traducteur ne se borne pas à rendre une copie académiquement correcte, mais apporte un style à la traduction, ce qui peut se faire sans trahir l’œuvre originale.
Il faut des lâches vivants pour narrer les exploits des héros morts.
Avatar de l’utilisateur
Eunostos
Double solde
Messages : 83
Inscription : 10 août 2022, 10:54
OEUVRES : "Le Musée de la solitude", "Dialogue mystique des amants magiciens"
Contact :

Re: Votre livre de chevet

Message par Eunostos »

Godo a écrit : 02 déc. 2022, 18:12 Je relis Les Chevaliers du Tintamarre de Raphaël Bardas. Vous me faites un peu peur avec vos lectures et votre phrasé. Je me contenterais de dire que ça fleur bon le pavé, les dessous de bras et la bière bon marché, mais sans être dans l'imitation bas de gamme et caricaturé de Gagner la Guerre (comme Wastburg. Ce n'est qu'un avis personnel.)
(Disclaimer : je ne suis pas Cédric Ferrand !)
Je comprends que Wastburg ait pu te faire cet effet-là, surtout si tu l'as lu peu après Gagner la guerre. Mais ces deux romans sont assez différents dans leur approche de l'univers et dans leurs intrigues. Gagner la guerre reste le récit d'une trajectoire individuelle, d'ailleurs relatée à la première personne, d'un assassin qui, malgré son rude parler, évolue au service de gens de "la haute". Rien de tel dans Wastburg qui est un roman choral dont le personnage principal reste la ville, ou, si l'on veut, sa populace. Le vocabulaire mobilisé n'est pas le même : l'argot de Benvenutto puise dans la langue du XIXe siècle (et, sans doute, sur des mots resurgis d'époques plus anciennes encore), tandis que, de mémoire, Wastburg s'appuie bien plus sur les expressions et tournures du XXe siècle, voire sur des mots familiers actuels ou quasi actuels. Wastburg est bien plus urbain que Gagner la guerre où, en dépit de la place importante réservée à Ciudalia, on voyage davantage. Ciudalia descend à moitié des villes romaines et à moitié des villes italiennes, tandis que Wastburg lorgne bien plus vers l'Allemagne et la France médiévale. Bref, en dehors du fait qu'on y emploie des registres familiers ou vulgaires à certains endroits, les deux romans n'ont pas grand-chose en commun.
Ils m'ont même l'air assez opposés dans leur propos : Gagner la guerre montre comment un repris de justice finit, en somme, par servir les projets des hommes déjà au pouvoir, tandis que Wastburg montre comment les "gardoches", représentants de l'ordre, se coltinent difficilement aux problèmes quotidiens de la population qu'ils sont censés encadrer mais dont ils font partie bon gré mal gré... et finissent par avoir eux-mêmes maille à partir avec leurs supérieurs.
Enfin, pour avoir lu plusieurs créations de Cédric Ferrand, livres (Sovok, Mon Almérique à moi) mais aussi jeux (Raoûl 2e édition), son intérêt pour les milieux populaires (et l'amour-haine qu'ils lui inspirent) traverse tout son travail, et n'a rien d'une copie opportuniste d'un roman qui "a marché". Si Ferrand a mobilisé des souvenirs pour Wastburg, il faut bien plutôt les chercher du côté de Pratchett et du Disque-Monde ou du jeu de rôle de fantasy urbaine Nightprowler pour lequel il a écrit. Wastburg était assez tâtonnant dans son style et contenait des maladresses, mais l'auteur a gagné en maîtrise depuis.

C'est bon de s'enthousiasmer pour un livre (et j'ai moi aussi adoré Gagner la guerre à sa parution), mais il faut aussi savoir aborder les autres sans les placer dans l'ombre portée de son dernier coup de cœur :)
Kosmos (jeu de rôle amateur sur la mythologie grecque)
Avatar de l’utilisateur
Oswald
Fifre
Messages : 22
Inscription : 25 nov. 2022, 18:26

Re: Votre livre de chevet

Message par Oswald »

Kérosène a écrit : 03 déc. 2022, 13:20
Étant linguiste de formation, c'est exactement ce qui me trouble dans cette version. Je suis peut-être un peu vieux-jeu, mais j'aime quand le traducteur ne se borne pas à rendre une copie académiquement correcte, mais apporte un style à la traduction, ce qui peut se faire sans trahir l’œuvre originale.
Personnellement, bien que n'ayant pas lu l'ouvrage en question, Arpenteur me fait plutôt penser à un géomètre qu'à un aventurier solitaire.
Avatar de l’utilisateur
Usher
Chambellan
Messages : 99
Inscription : 09 août 2022, 22:51
OEUVRES : Tiers Âge
Te Deum pour un massacre

Re: Votre livre de chevet

Message par Usher »

Eunostos a écrit : 04 déc. 2022, 21:14 Je comprends que Wastburg ait pu te faire cet effet-là, surtout si tu l'as lu peu après Gagner la guerre. Mais ces deux romans sont assez différents dans leur approche de l'univers et dans leurs intrigues.
Je suis tout à fait d'accord avec Eunostos.
Bien que nos deux romans aient été classés "crapule fantasy" par notre éditeur commun, ils sont très différents dans leur composition, leur univers, leurs sources d'inspiration et même dans l'usage qu'ils font de l'argot.
Avatar de l’utilisateur
Cuchulain
Double solde
Messages : 133
Inscription : 10 août 2022, 10:20
Jeux pratiqués : Ynn Pryddein, Pendragon, Terre des Héros, Aberrant, Château Falkenstein, DD5
Contact :

Re: Votre livre de chevet

Message par Cuchulain »

Usher a écrit : 04 déc. 2022, 22:38
Eunostos a écrit : 04 déc. 2022, 21:14 Je comprends que Wastburg ait pu te faire cet effet-là, surtout si tu l'as lu peu après Gagner la guerre. Mais ces deux romans sont assez différents dans leur approche de l'univers et dans leurs intrigues.
Je suis tout à fait d'accord avec Eunostos.
Bien que nos deux romans aient été classés "crapule fantasy" par notre éditeur commun, ils sont très différents dans leur composition, leur univers, leurs sources d'inspiration et même dans l'usage qu'ils font de l'argot.
Il y a certaines ressemblances mais c'est très différent pour avoir lu les deux.

Je continue mes lectures :
Collectif : "Renseignement et espionnage pendant l’Antiquité et le Moyen-Âge".
Présentation de l'éditeur : "Dès la plus haute Antiquité apparaissent de nombreuses preuves de l'existence d’organisations de renseignement dans toutes les grandes civilisations  (...) Ce sont quelques uns des plus beaux épisodes de l’histoire du renseignement de l’Antiquité et du Moyen Âge que ce livre propose au lecteur."
 
L'un des plus vieux métiers du monde que celui d'espion ! Et ce bouquin qui vous parlera de l'espionnage en Mésopotamie, Chine antique, Inde, Egypte, Scandinavie, Empires romains d'occident et d'orient... Est non seulement une mine d'inspirations et d'idées de scénarios pour des jdr historiques, mais aussi fantasy ! (il me semble que c'est Uruk qui utilise à la fois les devins et les espions pour se renseigner sur leurs ennemis). Au delà du JDR ça ouvre toute une perspective longtemps laissée de côté sur les armées de l'ombre dans les civilisations pré-industrielles. Je ne l'ai pas fini (je suis en plein dans l'empire romain d'orient c'est fascinant comme méthodes ! :oops: ) mais j'ai du mal à lâcher le bouquin quand j'ai le temps de m'installer tranquillement pour le lire.

Plus petit et plus aisé à sortir : "Le chien du Forgeron" par C. Leboulanger. Une relecture "historiscisante" du mythe de Cuchulainn forcément ça m'intéresse. Il m'a été offert par un père noël cinéphile venu de l'est lointain et je le remercie ici. C'est une excellente inspiration pour Ynn Pryddein et une vision assez juste, ce me semble, de ce que pourrait être l'Irlande antique. J'alterne avec d'autres bouquins dont je parlerais une prochaine fois. 8-)
Cuchulain l'homme qui a du chien !
Avatar de l’utilisateur
Rom1
Fifre
Messages : 20
Inscription : 12 août 2022, 11:30

Re: Votre livre de chevet

Message par Rom1 »

"Est lointain", tu plaisantes ! Reims est à 1 h de Paris !
Comment désignes-tu Strasbourg et l'Alsace, alors ? :D
Avatar de l’utilisateur
Cuchulain
Double solde
Messages : 133
Inscription : 10 août 2022, 10:20
Jeux pratiqués : Ynn Pryddein, Pendragon, Terre des Héros, Aberrant, Château Falkenstein, DD5
Contact :

Re: Votre livre de chevet

Message par Cuchulain »

Rom1 a écrit : 05 déc. 2022, 14:33 "Est lointain", tu plaisantes ! Reims est à 1 h de Paris !
Comment désignes-tu Strasbourg et l'Alsace, alors ? :D
L'extrême orient ? :mrgreen:
Cuchulain l'homme qui a du chien !
Avatar de l’utilisateur
Eunostos
Double solde
Messages : 83
Inscription : 10 août 2022, 10:54
OEUVRES : "Le Musée de la solitude", "Dialogue mystique des amants magiciens"
Contact :

Re: Votre livre de chevet

Message par Eunostos »

Reims, c'est pas tant que c'est loin, mais c'est humide. Pour faire les choses bien, il faut passer par plusieurs autres communes avant et après si on ne veut pas arriver trempé. J'aurais tendance à te conseiller : Lavelanet, puis Reims à fond, Essoyes bien et Plieux soigneusement. Ensuite, tu repasses quand tu veux.

Si on me cherche, je serai dehors...
Kosmos (jeu de rôle amateur sur la mythologie grecque)
Avatar de l’utilisateur
Rom1
Fifre
Messages : 20
Inscription : 12 août 2022, 11:30

Re: Votre livre de chevet

Message par Rom1 »

Je demande ton kickban.
Avatar de l’utilisateur
Caracalla
Fifre
Messages : 19
Inscription : 10 août 2022, 11:07
Jeux pratiqués : JRTM

Re: Votre livre de chevet

Message par Caracalla »

J'ai fini Faillir être flingué de Céline Minard, roman western, ce qui n'est plus si courant.
Je ne dirai pas que c'est excellent, mais c'est reposant : la tension est minime, tout se termine toujours bien.
Ce n'est pas très réaliste soit, mais parfois ça fait vraiment du bien !
Répondre