Les Salons de la Cour

29Novembre, 2021, 23:13:31
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 ... 82 83 [84]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Cinéma  (Lu 296407 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Lurker-Above
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 975



« Répondre #1245 le: 04Juin, 2021, 09:52:57 »

Je sors de "Le dernier voyage" film français de SF sorti il y a peu...

Je suis plus que mitigé... D'un côté la photo est réussie, l'histoire (enfin ce qu'on peut en comprendre) est intéressante et niveau décor et accessoires c'est pas mal pour du petit budget. Notons aussi le premier rôle féminin qui crève l'écran : Lya Oussadit-Lessert et qui formerait un duo sympathique avec le personnage principal si celui était attachant (mais n'anticipons pas).

En revanche, on se croirait dans un film français intimiste... Oui je suis peut être un décérébré éduqué au cinéma pop-corn, mais je me suis ennuyé à plusieurs reprises. J'aurais eu le contrôle de la télécommande, j'aurais zappé je pense. C'est leeeeeennnnnt et cette direction d'acteur "à la française" mon Dieu !! J'ai vu plusieurs personnes quitter la salle et j'ai failli plusieurs fois regarder l'heure. Les scènes d'exposition sont au mieux maladroites (quand ce n'est pas incompréhensible) et l'acteur principal ne provoque guère d'empathie (malgré les scènes pathos en flash-back).

Bref encore un film qui va faire un bide et donner raison à tous ceux qui pensent qu'en France, à part des comédies et des films intimistes on ne sait rien faire. 

Disons que ça va être difficile de me convaincre de quoi que ce soit sur le cinéma français à coups de généralisations à partir d'un film isolé dont tu reconnais volontiers qu'il ne correspond pas à tes goûts 
Pourquoi comparer ce type de films aux grosses productions américaines, qui existent déjà et qu'on ne peut de toute façon pas imiter en France (et difficilement en Europe) en raison de contraintes budgétaires radicalement différentes ? Le réalisateur a visiblement tenté autre chose et, franchement, on aurait tort de le lui reprocher. Un film de SF avec à la fois une atmosphère intimiste et des effets spéciaux, moi, ça me semble plutôt original, et mieux à même d'apporter quelque chose de neuf par rapport aux palanquées de films pop-corn qui s'entassent déjà dans les nuages de données des plate-formes de vidéo à la demande.
Le résultat peut quand même être plus ou moins réussi, bien entendu.
Mais la démarche me plaît bien et le film m'intrigue. Il faut que je dégage du temps pour aller le voir...

Sinon, comme d'habitude (et comme beaucoup de gens), tu oublies aussi que la France est l'un des meilleurs pays au monde en termes de cinéma... d'animation. Mais là encore, avec une logique différente de celle des rouleaux-compresseurs disneyo-dreamworksiens : à des années-lumières des images de synthèse assez uniformes des productions américaines, chaque film a son propre univers graphique - c'est plus difficile de fidéliser un public, mais le résultat est d'une richesse sans comparaison en matière de créativité visuelle (et je ne parle pas de la musique ou des voix). En matière de SF, de vieux classiques comme La Planète sauvage, Gandahar et Les Maîtres du temps de René Laloux, et d'autres plus récents comme Renaissance ou Les Enfants de la pluie, gagnent à être connus. Les deux plus adaptés à un public adulte étant La Planète sauvage et Renaissance (qui est un polar d'anticipation, sorte de roman noir avec une touche cyberpunk).

Mes deux centimes : Renaissance souffrait d'un scénario (d'un méchant, surtout) assez pataud, mais était graphiquement magnifique.

Et j'ajouterai à tes recommandations, et pour Macbesse spécialement, 108 Rois-démons, difficilement trouvable je le crains, mais une authentique et originale réussite graphique soutenue par un scénario et des personnages proprement formidables.
Journalisée

L'optimiste estime que nous vivons dans le meilleur des mondes possibles. Et le pessimiste craint que ce soit vrai.
Eunostos
Lanspessade
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 392



WWW
« Répondre #1246 le: 04Juin, 2021, 10:28:10 »

Mes deux centimes : Renaissance souffrait d'un scénario (d'un méchant, surtout) assez pataud, mais était graphiquement magnifique.

Et j'ajouterai à tes recommandations, et pour Macbesse spécialement, 108 Rois-démons, difficilement trouvable je le crains, mais une authentique et originale réussite graphique soutenue par un scénario et des personnages proprement formidables.

Même avis que toi sur Renaissance : sa grande qualité est incontestablement son univers graphique ; le scénario, sans être indigne, m'avait paru un peu plan-plan, du moins quand on connaît un peu les codes du genre.
108 rois-démons, je l'avais loupé au cinéma, mais je vais tâcher de le rattraper, parce qu'il m'avait intrigué à sa sortie. Merci d'en avoir reparlé !
Journalisée

Kosmos, mon jeu de rôle sur la mythologie grecque qui a lu les textes antiques pour vous.
Sandwich
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 59


« Répondre #1247 le: 19Août, 2021, 18:11:53 »

https://deadline.com/2020/10/ridley-scott-joaquin-phoenix-napoleon-epic-kitbag-wraps-the-last-duel-today-1234597342/

Après The Last Duel, film qui racontera le dernier duel judiciaire en France (et dont la bande-annonce est sortie récemment), Ridley Scott s'attaquera à un film sur l'ère Napoléonienne, Kitbag, et notamment la montée au pouvoir de Napoléon, observé à travers les yeux de sa femme Joséphine.
Journalisée
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Les Rêveurs
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 477


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #1248 le: 20Août, 2021, 18:34:21 »

J'ai vu le film polémique "BAC Nord" hier soir. Je suis allé lire différentes critiques, dont une qui interrogeait un ex de la BAC de Lyon qui trouvait le film réaliste tout en expliquant que les petites infractions dont se rendent coupable quotidiennement les personnages étaient impensables (sur ce point là j'ai un doute mais je ne suis pas qualifié pour avoir des certitudes).

Petit fonctionnaire, j'ai ressenti beaucoup d'empathie pour les personnages dans leur galère avec peu de moyens et des effectifs insuffisants. Le côté "faites du chiffre" également (mes dossiers sont qualitatifs mais un collègue qui en a fait 2x plus en les bâclant sera mieux vu), les économies à tout prix qui au final coûtent plus cher pour le contribuable (plus de fonctionnaires traquant les gros fraudeurs du fisc récupérerait plus d'argent et serait donc "rentables" si je prends mon administration) mais aussi les ordres flous qui ne sont pas écrits ce qui permet de ne pas se mouiller au cas où ça pète...

Bref je ne sais pas ce que donnera au final l'affaire dont s'est inspiré mais pour les personnages en tout cas, ils sont forts bien campés et au final très humains.

Si cela pourrait en effet donner envie à certains mous du bulbe d'aller voter pour l’Extrême-Droite (qui à mon avis ferait encore pire que les gouvernements précédents), à mon humble personne ça m'a plus donné envie de chanter l'internationale que "Maréchal nous voilà" (pour caricaturer)....  Le désengagement de l'état, les coupures budgétaires, la corruption et/ou la faiblesse de certaines élites sont des ennemis bien plus redoutables que les dealers de cité...

Notons par ailleurs que la mort d'un gamin de 14 ans à Marseille pris dans des échanges de tir il y a peu fait cruellement écho aux propos du film.
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
FaenyX
Le Guet
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 572



WWW
« Répondre #1249 le: 30Septembre, 2021, 22:13:39 »

Comme Cuchulain, j'ai vu "BAC Nord", de Cédric Jimenez, et je valide tout ce que mon petit camarade a dit. J'ajouterais que c'est remarquablement filmé et que, s'il prend ouvertement le parti des flics, Jimenez le fait bien mieux qu'Olivier Marchal dans ses derniers opus. Réaliste, efficace, parfois bourrin, "BAC Nord" dresse un portrait des quartiers nord de Marseille qui fait froid dans le dos. Une réalisation au cordeau et un casting remarquable (on sent que les comédiens se sont donnés sans compter pour ce film) achèvent de faire de ce film policier quasi-documentaire une vraie réussite. Dommage que la fin vienne un peu atténuer l'impact du film.

Quant à la récupération qui pourrait être faite par l'extrême-droite de ce film, j'y crois assez peu également. A l'instar des "Misérables", le film pointe plus la faillite de l'Etat (et des collectivités locales) qu'autre chose.
Journalisée

Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 927



WWW
« Répondre #1250 le: 01Octobre, 2021, 12:57:49 »

Merci aux Obéronnistes pour le partage de leurs regards sur ce film.
Je l'ai "raté" sur grand écran. J'essaierai tout de même de le voir à une autre occasion.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Rom1
Auteur pédant
Les Rêveurs
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 485



« Répondre #1251 le: 01Octobre, 2021, 19:11:01 »

Perso, je crains de dire ce que j'en pense.
Mais en matière de déshumanisation de l'antagoniste, je n'avais pas vu ça depuis Black Hawk Down (et ce n'est pas un compliment). Et niveau glorification, bah les 3 héros sont présentés comme des vrais de vrais, qui osent et qui se salissent les mains pour la bonne cause alors que la hiérarchie et l'IGPN ne sont que des planqués qui veulent juste les empêcher de faire leur boulot (quand on connaît la complaisance de l'IGPN, on rigole bien).
De plus, il y a pour moi manipulation du spectateur en mettant au début le carton "inspiré de faits réels" puis en utilisant des extraits de journaux télévisés ou de discours politiques de l'époque - sachant que les policiers de la BAC d'alors n'étaient pas jugés sur les mêmes faits que les 3 héros du film.
Bref... pour moi le film porte une ambiguïté malsaine. Que Marine Lepen et d'autres s'en servent dans leur intérêt démontre bien que le propos est loin d'être clair.
Journalisée

Rom1
Auteur pédant
Les Rêveurs
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 485



« Répondre #1252 le: 16Octobre, 2021, 11:38:22 »



Difficile de dire si ce film se déroule en 1386 ou en 2021...
Déjà sublime sur le plan de l'interprétation (Jodie Comer a un très bel avenir devant elle) et de la reconstitution historique,  le Dernier Duel se paie en plus le luxe d'être très intelligemment écrit - avec sa construction à la Rashômon et la profonde intrication de sa thématique dans l'intrigue. (notons que le scénario est signé par Damon & Affleck mais aussi par Nicole Holofcener qui a écrit la partie narrée selon le point de vue de Marguerite)
En effet, sans commettre aucun anachronisme patent, il parvient à nous parler de notre époque à travers son histoire - finalement et hélas intemporel - et délivre un message qui ne perd rien de sa triste pertinence. Un brûlot féministe d'une intense violence psychologique.
Ridley : laisse tomber la science-fiction et refais-nous du médiéval !

TW : la scène de viol, déjà rude, est montrée deux fois du fait même de la construction du film - avec de subtiles différences.

(Je trouve d'ailleurs que ce film - et le fait dont il s'inspire - sert à merveille la vision que Xaramis a du jeu historique : à savoir qu'il n'est pas besoin de verser dans une quelconque uchronie pour obtenir des récits passionnants et profondément humain. Ici, on a vraiment tout ce qui constitue un drame parfait : rancœur, jalousie, amour, haine, amitié - le tout pouvant se sublimer en s'appuyant sur la société et le système politique de l'époque. Donc l'évènement n'a pas changé la face du royaume de France mais pour ceux qui y étaient impliqués, assurément il a représenté un élément majeur de leur existence !)
Journalisée

Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 927



WWW
« Répondre #1253 le: 16Octobre, 2021, 13:45:21 »

Merci pour ce retour sur ce film dont j'ai un peu entendu parler ces derniers jours, et dont je suis assez curieux.

(Je trouve d'ailleurs que ce film - et le fait dont il s'inspire - sert à merveille la vision que Xaramis a du jeu historique : à savoir qu'il n'est pas besoin de verser dans une quelconque uchronie pour obtenir des récits passionnants et profondément humain.
Ce n'est pas toujours facile de faire entendre ce point de vue dans le petit monde des rôlistes de forum (les échanges chez Casus-d'en-face en témoignent).
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Les Rêveurs
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 477


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #1254 le: 16Octobre, 2021, 14:30:54 »

Alors niveau cinéma je ne sais pas, mais niveau reconstitution historique. J'ai une source qui n'est pas fan. 
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Sandwich
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 59


« Répondre #1255 le: 16Octobre, 2021, 17:01:13 »

Un ami à moi a étudié sous la direction d'un des consultants historiques sur le tournage du film. Il m'a rapporté que ledit consultant a refusé d'être crédité pour son rôle. Je pense donc que niveau reconstitution historique, Ridley Scott s'est plus ou moins assis sur les conseils de son équipe d'historien et a peu tout fait à sa sauce. On est plus proche d'un Gladiator que d'un Les Duellistes je pense Grin

Néanmoins j'ai beaucoup aimé le film, une montée en tension progressive (qui a tout de même un peu de mal à décoller lors de sa première séquence. De mon côté, il faut attendre le chapitre dédié au point de vue de Jacques le Gris pour que la sauce prenne), structurée pour aboutir sur un duel final d'une intensité folle et d'une conclusion à la fois grandiose et glaçante. Impossible de cligner des yeux pendant les 20 dernières minutes du film. Magistral.
Chaque chapitre est centré sur la "vérité" vue par les yeux d'un des trois protagonistes, et chaque chapitre fait effet "loupe" sur le viol de Dame Marguerite en se focalisant de plus en plus sur la fenêtre temporelle autours de cet évènement. On se met, au fur et à mesure des chapitres, à scruter de plus en plus les micro-expressions des personnages lors de scènes déjà racontées plusieurs fois, mais sous des angles différents; à porter plus d'attention à des gestes qu'on pensait anodins dans le premier chapitre; bref, chaque partie accentue l'emphase sur tous les micro-détails entourant le viol avant de fusionner pour la dernière séquence.

J'en suis sortis satisfait. 
Journalisée
Rom1
Auteur pédant
Les Rêveurs
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 485



« Répondre #1256 le: 17Octobre, 2021, 19:54:06 »

Merci pour ce retour sur ce film dont j'ai un peu entendu parler ces derniers jours, et dont je suis assez curieux.

(Je trouve d'ailleurs que ce film - et le fait dont il s'inspire - sert à merveille la vision que Xaramis a du jeu historique : à savoir qu'il n'est pas besoin de verser dans une quelconque uchronie pour obtenir des récits passionnants et profondément humain.
Ce n'est pas toujours facile de faire entendre ce point de vue dans le petit monde des rôlistes de forum (les échanges chez Casus-d'en-face en témoignent).
J'aimerais beaucoup pouvoir y participer.
Journalisée

Eunostos
Lanspessade
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 392



WWW
« Répondre #1257 le: 18Octobre, 2021, 11:49:51 »

Merci pour ce retour sur ce film dont j'ai un peu entendu parler ces derniers jours, et dont je suis assez curieux.

(Je trouve d'ailleurs que ce film - et le fait dont il s'inspire - sert à merveille la vision que Xaramis a du jeu historique : à savoir qu'il n'est pas besoin de verser dans une quelconque uchronie pour obtenir des récits passionnants et profondément humain.
Ce n'est pas toujours facile de faire entendre ce point de vue dans le petit monde des rôlistes de forum (les échanges chez Casus-d'en-face en témoignent).
J'aimerais beaucoup pouvoir y participer.

On peut aussi lancer (ou relancer) un fil ici, hein 
Journalisée

Kosmos, mon jeu de rôle sur la mythologie grecque qui a lu les textes antiques pour vous.
Rom1
Auteur pédant
Les Rêveurs
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 485



« Répondre #1258 le: 19Octobre, 2021, 10:24:42 »

J'y participerai avec plaisir.
Journalisée

Sandwich
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 59


« Répondre #1259 le: 07Novembre, 2021, 01:15:14 »

https://www.lapresse.ca/cinema/2021-11-04/taika-waititi-adaptera-la-bd-l-incal-au-cinema.php

(Très) Intéressante nouvelle: La BD L'Incal, née de la collaboration de Moebius et Alejandro Jodorowsky, va avoir droit à son adaptation cinématographique, réalisée par nul autre que Taika Waititi.
Journalisée
Pages: 1 ... 82 83 [84]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: