Les Salons de la Cour

14Juin, 2021, 16:42:16
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 2 [3] 4   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Dans la rue (Olivier - Taillefer)  (Lu 8128 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 491



WWW
« Répondre #30 le: 02Octobre, 2018, 18:58:34 »

L'homme hausse les épaules.
- Ca...ça, c'est ce qui nous fout dehors...mes gosses et moi... c'est le truc de trop...après tout ce qu'on a traversé...

Puis, comme s'il sentait en avoir trop dit :
- N'approchez pas, hein !....

Et, pour appuyer son propos, il fait un pas en arrière, se rapprochant dangereusement du vide. Le petit garçon agrippe un peu plus fort la cuisse de son père, les yeux toujours dirigés vers les deux Falks.
Journalisée

olivier legrand
Ours Rôliste
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 137


Ours Rôliste


« Répondre #31 le: 02Octobre, 2018, 20:00:22 »

Sans s'approcher, mais tout en continuant à regarder l'homme bien en face, en parlant le plus calmement possible :

- Ecoutez-moi bien... Si c'est votre avis d'expulsion, il est sans doute bidon. Vous m'avez entendu ? On a reçu une alerte ce matin : des hackers ont envoyé tout un tas de faux courriers officiels à travers tout le secteur... On va vérifier ça ensemble, d'accord ? Il doit y avoir un numéro de dossier sur le formulaire... Vous pouvez me le donner ?

Sans quitter l'homme des yeux, en espérant qu'il ne s'est pas planté et que ce foutu papier est bien un formulaire d'expulsion, Schelling essaie de faire turbiner sa mémoire pour se rappeler s'il n'y a pas un code administratif précis pour ce genre de formulaire, quelque chose qu'il pourrait utiliser pour consolider son coup de bluff...
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 491



WWW
« Répondre #32 le: 02Octobre, 2018, 20:15:22 »

Après avoir écouté les paroles de Schelling, l'homme jette un œil au papier trempé par la pluie, comme s'il voulait vérifier les dires du policier. Puis, il hausse les épaules :
- Et mon licenciement, il était bidon, peut-être ? ...comme tout le reste, d'ailleurs...

Des larmes coulent sur son visage, qu'il n'arrive plus à contrôler. A ses pieds, le petit garçon, le regard toujours posé sur Swen, murmure :
- Papa... s'il te plaît...je veux rentrer..

C'en est trop pour l'homme, qui tombe à genoux et étreint ses deux enfants. Derrière lui, le vide n'a jamais été si proche, mais il semble bien que ces trois-là soient seuls au monde, perdus dans la misère qui s'acharne sur eux, comme sur nombre de leur concitoyens.
Journalisée

olivier legrand
Ours Rôliste
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 137


Ours Rôliste


« Répondre #33 le: 02Octobre, 2018, 20:32:13 »

Bon... Schelling s'approche de l'homme, précautionneusement, tout en continuant à parler et en évaluant ses chances de pouvoir ceinturer l'homme. Schelling se dit qu'à genoux, le type n'aura pas le temps de faire le grand saut avant qu'il (Schelling) ne soit sur lui... mais d'un autre côté, la présence des gosses risque de tout compliquer. Donc pour le moment, Schelling continue son baratin.

- Le formulaire... vous pouvez me donner le numéro du dossier ?

Journalisée
taillefer
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 582



WWW
« Répondre #34 le: 03Octobre, 2018, 17:34:10 »

Swen laisse Schelling mener la danse, guettant le moindre geste brusque en face...
Dès que son coéquipier s'avance, il se décale lentement. Si l'homme saute, autant que Swen et Schelling ne se jettent pas sur la même personne.
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 491



WWW
« Répondre #35 le: 03Octobre, 2018, 18:41:06 »

Aux pieds d'Hugo, l'homme est secoué de gros sanglots qu'il ne cherche même plus à dissimuler. Il laisse tomber le papier qui s'échoue au sol, englué dans l''humidité gluante du toit. Ruisselant de pluie, le Falk sent une pression au niveau de son pantalon, avant de se rendre compte que le petit garçon s'est agrippé à lui aussi.
La résignation l'a emporté sur le désespoir, semble-t-il. Les deux Falks échangent un regard où se lit le soulagement, même si celui-ci n'est que provisoire. Que va-t-il advenir de ces trois morceaux d'humanité, maintenant ?
Journalisée

olivier legrand
Ours Rôliste
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 137


Ours Rôliste


« Répondre #36 le: 03Octobre, 2018, 18:53:06 »

Avec beaucoup de précaution, sans mouvement brusque, Schelling prend le petit Wilhelm par les épaules pour lui éviter le plongeon (même si le type a visiblement abandonné, on ne sait jamais. Il met aussi le pied sur le papier, pour éviter qu'il soit emporté par le vent etc. Il s'adresse alors à l'homme, le plus calmement possible :

- OK... Vous voulez bien passer Sara à mon collègue ? On va tous reculer du bord, souffler un bon coup et discuter de tout ça autour d'un café... C'est quoi, votre nom ?
Journalisée
taillefer
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 582



WWW
« Répondre #37 le: 03Octobre, 2018, 19:08:51 »

[est-il raisonnable de penser qu'en 17 ans de carrière, Swen peut connaitre le nom d'une assistante sociale, voire d'un contact dans une assoc' d'aide aux personnes démunies? Il doit bien encore exister des structures d'accueils publiques ou privées?]
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 491



WWW
« Répondre #38 le: 03Octobre, 2018, 19:11:13 »

[Absolument, c'est même assez logique....même si les travailleurs sociaux ont un métier peut-être encore plus désespérant que celui des Falks]
Journalisée

taillefer
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 582



WWW
« Répondre #39 le: 03Octobre, 2018, 23:36:55 »

Swen tend légèrement les bras vers le bébé:
-tu viens dans mes bras ma grande? On reste à côté de papa, c'est juste le temps que l'on discute ensemble.
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 491



WWW
« Répondre #40 le: 04Octobre, 2018, 08:27:19 »

L'homme n'est plus qu'une masse d'humanité molle et c'est sans peine que Swen lui prend le bébé des bras.
L'enfant est brûlant de fièvre, le Falk s'en rend compte immédiatement.
En jetant un œil dans le vide, il s'aperçoit que les quelques badauds qui attendaient la chute se sont dispersés.
Le spectacle est terminé, pour eux.
Journalisée

olivier legrand
Ours Rôliste
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 137


Ours Rôliste


« Répondre #41 le: 04Octobre, 2018, 08:45:12 »

Pendant que Swen s'occupe du bébé, Schelling fait en sorte d'éloigner Wilhelm et son père du bord, afin de "sécuriser" au maximum. Il a aussi ramassé le papier - c'est bien un avis d'expulsion ?

Echange de regard avec Swen, message silencieux : bon, on fait quoi, maintenant ?
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 491



WWW
« Répondre #42 le: 04Octobre, 2018, 17:26:26 »

Hugo soutient l'homme, qui semble n'être plus qu'un amas de chiffon et est porté tant par le Falk que par son fils. En ramassant le papier, Hugo a pu voir qu'il s'agit d'un avis d'expulsion, daté de la veille, adressé à Friedrich Hankel. L'homme et ses deux enfants ont probablement passé la nuit dehors.
Les Falks accompagnent le pauvre trio jusqu'à la porte donnant sur le dernier palier, pour les mettre à l'abri de la pluie.
Dehors, la vie continue...
Journalisée

olivier legrand
Ours Rôliste
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 137


Ours Rôliste


« Répondre #43 le: 04Octobre, 2018, 18:12:25 »

[Est-ce qu'il existe des foyers d'urgence pour ce genre de situations ?  Pour les enfants mais aussi pour le père ?]
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 491



WWW
« Répondre #44 le: 04Octobre, 2018, 18:30:14 »

[Le monde de Berlin XVIII est un monde brisé et les différents gouvernements ont soit baissé les bras, soit tenté de limiter les dégâts en matière de politique sociale. Pour ce qui relève des urgences, vous connaissez, d'expérience, des assistant(e)s sociaux(les) et des foyers d'hébergement d'urgence. Mais il ne fait guère de doute que ce qui attend Hankel n'a pas grand chose à envier à certaines prisons.]

Celui des Koss que Hugo avait reconnu est monté à leur rencontre et les rejoint dans l'escalier. En le voyant, Schelling marque un temps d'arrêt, son cerveau refusant visiblement de lui rappeler où et quand ils se sont croisés, et sur quelle affaire ils ont pu travailler ensemble. Le Koss a un regard qui en dit long ("Ok, je ne suis que Koss, tu me snobes..." y lit Hugo) mais le zèle reprend vite le dessus :
- Que fait-on ? J'appelle une ambulance ?

Journalisée

Pages: 1 2 [3] 4   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: