Les Salons de la Cour

14Juin, 2021, 17:37:31
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 [2] 3 4   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Dans la rue (Olivier - Taillefer)  (Lu 8131 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 491



WWW
« Répondre #15 le: 30Septembre, 2018, 19:25:10 »

Il faut tout de même une grosse poignée de minutes à la patrouilleuse pour s'approcher de JägerStrasse. Malgré les gyrophares, les citoyens berlinois mettent du temps à s'écarter pour laisser passer le véhicule pie.
A quelques rues de leur destination, Hugo Schelling coupe la sirène, puis gare le véhicule en double-file.  Les deux hommes sortent de la patrouilleuse, et se dirigent vers JägerStrasse, une rue commerçante encombrée de piétons et de camionnettes de livraison.
Rapîdement, les Falks localisent l'immeuble où se joue le drame. Quelques curieux, tout au plus une dizaine, ont le regard dirigé vers le sommet d'un immeuble d'une dizaine d'étages, dont le rez-de-chaussée est occupée par un magasin de vêtements à bas prix. A l'intérieur, des clients continuent d'entrer et de sortir, sans se soucier du drame qui se joue à quelques mètres au-dessus de leurs têtes.
Sur le toit, entre les antennes de toutes tailles et de toutes formes, la silhouette d'un homme se détache sur le ciel plombé d'où la bruine continue de pleuvoir. En plissant les yeux, Schelling et Köhler distinguent entre ses bras un tout petit enfant, probablement âgé de quelques mois. Au pied de l'homme, s'accrochant à sa jambe, un autre enfant, de trois ou quatre ans, semble paralysé de terreur. L'homme tient à la main une feuille de papier et contemple devant lui le vide, la rue, les gens qui se fichent de son existence et qui, pour la plupart, ne font qu'espérer que sa chute ne sera pas trop salissante.
Journalisée

olivier legrand
Ours Rôliste
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 137


Ours Rôliste


« Répondre #16 le: 30Septembre, 2018, 20:06:06 »

Putain de ville... Où sont les Koss Huh?
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 491



WWW
« Répondre #17 le: 30Septembre, 2018, 21:20:24 »

Schelling a tôt fait de repérer les deux Koss qui ont relayé l'appel. L'un d'entre eux se prénomme Hans, il se souvient l'avoir déjà accompagné sur une opération il y a quelques années. L'autre est une jeune recrue qui, à grands gestes, fait reculer les quelques curieux et empêche les passants d'emprunter le trottoir. Vu d'ici, on pourrait jurer qu'il fait place nette pour l'atterrissage programmé du désespéré...et de ses deux enfants, s'il s'agit bien des siens.

Les deux Falks soupirent : ce n'est ni le premier ni le dernier suicidaire du Secteur. Pour cette fois, ils sont arrivés avant qu'il ne fasse le grand saut et repeigne le trottoir. Enfin, si ça se trouve, il ne s'agit que d'une question de secondes avant qu'il ne mette fin à son existence et à celles des deux gosses.
Hans, le plus âgé des Koss, a vu Köhler et Schelling, mais s'abstient de faire un grand geste en leur direction, pour ne pas faire repérer les deux policiers. Un léger hochement de tête suffit à leur assurer qu'il compte sur eux.
Journalisée

olivier legrand
Ours Rôliste
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 137


Ours Rôliste


« Répondre #18 le: 01Octobre, 2018, 13:13:50 »

Schelling, à Köhler:

- On fait quoi ?  On attend qu'il fasse le grand saut ou on monte lui parler ?
Journalisée
taillefer
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 582



WWW
« Répondre #19 le: 01Octobre, 2018, 14:05:04 »

Swen cherche l'entrée de l'immeuble du regard:

- non, on monte, impossible de rattraper qui que ce soit d'aussi haut. Dépêchons nous!

Joignant l'acte à la parole, Swen montre l'entrée de l'immeuble à son coéquipier et s'y précipite.
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 491



WWW
« Répondre #20 le: 01Octobre, 2018, 14:26:15 »

Là-haut, l'homme n'a pas bougé et, s'il a dit quoi que ce soit, ses mots ont été couverts par le bruit de la circulation.
S'il n'a pas encore sauté, c'est qu'il hésite, tentent de se rassurer les deux policiers, et plus il hésite, moins il est probable qu'il saute... ça, c'est ce que dit le manuel officiel qu'ils avaient potassé lors de leur examen d'entrée dans la Division Falkampft.
A moins qu'il ne soit en train de rassembler tout ce qui lui reste de courage.... et ça, c'est ce que des années à battre le pavé du Secteur XVIII leur ont enseigné.
Voyant Hugo et Swen se diriger vers l'entrée de l'immeuble, Hans hoche la tête.
L'entrée de l'immeuble jouxte le magasin : c'est un couloir très étroit donnant accès à deux appartements de chaque côté et un escalier montant vers l'étage suivant. La peinture du rez-de-chaussée est recouverte presque intégralement par des graffitis, des tags et des taches dont les deux Falks préfèrent ignorer la nature.
Près de l'escalier, la porte de l'ascenseur a subi elle aussi des outrages et il n'est pas sûr qu'il soit opérationnel. 


Journalisée

taillefer
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 582



WWW
« Répondre #21 le: 01Octobre, 2018, 16:42:57 »

Swen appui sur le bouton d'appel de l'ascenseur et vérifie si ce dernier n'est pas déjà au RDC. S'il n'y a aucun moyen de savoir où est la cabine ou si cette dernière est au delà du 4ème, il laisse tomber et s'engouffre dans l'escalier.

- Tu n'aurais pas un plan une fois là-haut? Après tout, c'est toi qui a vu s'il y a une lumière au bout du tunnel?
Journalisée
olivier legrand
Ours Rôliste
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 137


Ours Rôliste


« Répondre #22 le: 01Octobre, 2018, 17:04:46 »

- Pas le temps de faire des plans... On va y aller au talent, comme on disait autrefois... Je m'occupe de la parlotte... pour le reste, on avisera une fois là-haut...

L'ascenseur est-il opérationnel Huh?
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 491



WWW
« Répondre #23 le: 01Octobre, 2018, 17:49:30 »

Les boutons d'appel ne daignent même pas s'allumer lorsque Swen les presse. En laissant échapper un juron, il s'élance vers l'escalier et commence à monter les étages. A chaque palier le décor est le même, avec quelques variations : la crasse et la misère imprègnent les murs de l'immeuble dont la salubrité laisse à désirer.
A partir du troisième étage, Hugo commence à ne plus pouvoir suivre le rythme imposé par Swen, bien que ce dernier soit loin d'être un athlète confirmé.
Le cœur battant violemment la chamade, Schelling est contraint de ralentir et, bientôt, Swen disparaît de sa vue...
Journalisée

olivier legrand
Ours Rôliste
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 137


Ours Rôliste


« Répondre #24 le: 01Octobre, 2018, 18:03:33 »

Je m'y attendais... 

(Trop vieux pour toute cette merde...
)
Bon, je serre les dents et je fais appel à mon côté Tenace pour continuer à monter ces foutues marches... Tant pis si Köhler a déjà sauvé tout le monde quand j'arrive...
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 491



WWW
« Répondre #25 le: 01Octobre, 2018, 18:24:49 »

[Hugo n'est pas non plus au bord de la crise cardiaque, hein ...vous avez des scores en "Rapide" un peu différents]

Les poumons brûlants, Swen pousse la porte du dernier étage. Derrière lui, Hugo a quelques secondes de retard.
Le vent et le crachin accueillent le Falk lorsqu'il débouche sur le toit de l'immeuble. Le sol paraît gras, comme s'il avait accumulé des années de pollution, et c'est probablement le cas. A une dizaine de mètres devant lui, l'homme s'est retourné.
Il a le visage émacié et pâle. Ses joues maigres portent une barbe de plusieurs jours. Il est vêtu d'un pull visiblement trop petit pour lui et d'un jean crasseux.
A côté de lui, lui tenant la cuisse comme un naufragé s'agripperait à une bouée, un petit garçon de quatre ans environ fixe Swen. Les larmes ont tracé sur ses joues sales des sillons pâles. Dans les bras de l'homme, le bébé pleure : son cri est presque incongru dans les sons produits par la circulation venant du dessous.

- Ne...ne vous approchez pas ou je saute !

L'homme a un regard que Swen connaît trop bien : c'est le désespoir qu'il lit dans ses ses yeux. L'homme brandit un bout de papier :

- Voilà....voilà tout ce qu'on est...à la rue, mes gosses et moi....après tout ce que j'ai pu faire....les salauds !
Journalisée

taillefer
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 582



WWW
« Répondre #26 le: 02Octobre, 2018, 10:58:42 »

Swen cherche son souffle, haletant :
-Hors de question que je m’approche, je n’arrive déjà pas à respirer…hhh….hhh…bon, laissez-nous reprendre notre souffle ok ? hhh….hhh….pfouuuu…ok
A priori, l’homme semble enclin à parler, au moins pour expliquer son geste. Un dialogue, aussi difficile soit-il, est peut-être envisageable.
Swen note que le sol est probablement glissant, le crachin n’arrangeant rien…il jette un œil un peu plus exercé autour de lui afin d’avoir bien en tête l’environnement du toit.

[L’homme et les enfants sont-ils vraiment au bord du toit ? Sont-ils sur une margelle, un rebord, un muret ? Rien à franchir avant la chute ?]

-Bon, moi je m’appelle Swen et lui derrière c’est Hugo… Comment ils s’appellent … vos gamins ?
Demande Swen en pointant du doigts les deux enfants. Swen commence doucement à reprendre son souffle mais il grimace un peu en cherchant de l’air. La sueur perle sur son front, elle n’est pas uniquement liée à l’effort.
Journalisée
olivier legrand
Ours Rôliste
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 137


Ours Rôliste


« Répondre #27 le: 02Octobre, 2018, 11:28:14 »

En entendant la question de son collègue, une image traverse l'esprit de Schelling, l'espace d'un instant : le type hurlant "Leurs noms?  Qu'est-ce que ça peut te foutre, flicard ?" avant de plonger dans le vide, avec ses gosses...

Schelling a une autre idée d'approche verbale - mais il préfère la fermer pour le moment et attend la réaction de l'homme. Il essaie néanmoins de le faire comprendre à Köhler, en lui adressant un regard appuyé (et en profite aussi pour reprendre son souffle - il a le palpitant emballé et se demande si c'était une si bonne idée que ça de manquer ses dernières visites médicales...).
« Dernière édition: 02Octobre, 2018, 11:30:01 par olivier legrand » Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 491



WWW
« Répondre #28 le: 02Octobre, 2018, 11:52:05 »

L'homme regarde tour à tour les deux Falks. Il lui faudrait faire deux pas, juge Köhler, pour se laisser tomber dans le vide et s'écraser une vingtaine de mètres plus bas, avec ses deux enfants.
- Je... Will.. Wilhem...dit-il en baissant le regard vers le petit garçon agrippé à la jambe de son père....et Sara...ma toute petite....
Sur le visage de l'homme, se mêlent la pluie et les larmes. Hugo et Swen ne connaissent que trop bien le regard : c'est  celui de quelqu'un qui n'a plus rien à perdre.
Ils en ont tant vu, durant leurs carrières.
Le petit garçon fixe Swen : ce gosse est terrorisé, cela ne fait aucun doute.
Le cœur du Falk rate un battement quand leurs yeux se rencontrent : durant un instant, c'est le visage d'un autre gosse qui se superpose à celui de Wilhem.
Journalisée

olivier legrand
Ours Rôliste
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 137


Ours Rôliste


« Répondre #29 le: 02Octobre, 2018, 12:08:06 »

Schelling s'adresse alors au type, en essayant d'avoir l'air aussi rassurant que possible : pas de sourire forcé mais plutôt un air concerné, genre "on peut régler ça ensemble"...

- C'est quoi, ce papier ?
« Dernière édition: 02Octobre, 2018, 12:10:46 par olivier legrand » Journalisée
Pages: 1 [2] 3 4   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: