Les Salons de la Cour

27Septembre, 2021, 20:21:03
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Arrivée au spatioport A0113-5 "Godric Lum" (tous)  (Lu 3820 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Acritarche
Puissance Oubliée des Contrées
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 633



WWW
« le: 18Janvier, 2008, 13:24:38 »

Contrairement à ce qu’avait annoncé Marek, le Marella resta encore coincé dans le système à l’étoile de type K2 près de cinq heures. Non pas que le mécanicien se soit trompé dans ses estimations, mais parce que, pour la première fois, le travail qu’il effectua avec Monfried ne généra aucune altercation. Bien au contraire, on aurait dit que les épreuves traversées, et le coup de gueule salutaire de Marek, les avait rapprochés.

Jugeant qu’Atrusd avait encore beaucoup de repos à prendre et refusant sa proposition de les aider, ils l’envoyèrent se recoucher et plongèrent en cœur dans les boyaux du cargos, les systèmes électromécaniques et le cambouis. Leur travail permit non seulement de retaper le Marella pour le court saut qui les attendait vers A0013 Andirac mais aussi de stabiliser bon nombre de systèmes qui en avait besoin. A la fin de ce travail, certes éprouvant, ils sortirent heureux de la salle des machines et acceptèrent de bon cœur le verre d’alcool fin que leur tendit Hazlim Zao. Celui-ci accueillit les bonnes nouvelles avec un soulagement à peine dissimulé, anticipant déjà la réduction de charge qu’elles impliquaient.

Nohraïa resta une bonne partie du temps dans son dock privé. Après s’être copieusement dépensée avec ses ustensiles de sport, elle se pencha un peu sur la roquette qui avait joué à l’épée de Damoclès avec la vie de l’équipage. Contre toute attente, elles semblait quasi intacte, si ce n’est que sa pince magnétique avant était fondue.

Atrusd, bien reposée, participa au calibrage du champ de compression gravifique et à sa mise en résonance avec le champ d’inversion. Une fois cela terminé, l’astronavigatrice, le pilote et le mécano se félicitèrent d’une joie non feinte. Atrusd annonça à l’intercom que le Marella était prêt à rejoindre A0013 Andirac, son spatioport, les commanditaires impatients d’acheter leur cargaison et une halte bien méritée.

C’est ce moment que choisit Nerwin pour sortir de sa chambre. Hazlim crut bien qu’il allait y retourner aussitôt quand il lui apprit les dernières nouvelles quant à l’état du Marella et de leurs marges bénéficiaires. Tout commença quand Hazlim lui raconta à quel point il était heureux qu’ils repartent. L’étonnement de Nerwin, qui ne se souvenait manifestement de rien, et les nombreuses questions dont il inonda son collègue, semblèrent peser lourdement sur son moral.

Le saut en lui-même ne dura pas longtemps, quelques six heures seulement. Lors du retour en espace normal, Atrusd démontra une fois de plus son talent d’astronavigatrice en effectuant un saut parfait qui amena le Marella à seulement quelques minutes lumières de A0113. Il ne fallut qu’une vingtaine de minutes à Monfried pour rejoindre le spatioport A0113-5 au point de Lagrange 2.

Après une semaine dans l’obscurité totale de l’espace inverse, tous accueillirent comme une bénédiction la lueur bleutée de Andirac 1, la géante bleue qui illuminait le système stellaire éponyme. Sa petite sœur, Andirac 2 avait bien du mal de briller à côté de sa proche soeurette. Le système binaire d’Andirac avait une configuration particulière, ses deux étoiles étant très proches l’une de l’autre. C’étaient des fausses jumelles nées d’un nuage de gaz à rotation accélérée. Cela expliquait aussi que le disque protoplanétaire qui entourait les deux étoiles n’était pourvu que de peu de matière. Deux planètes telluriques de taille modeste peuplaient heureusement la zone habitable du système, tandis qu’une seule géante gazeuse monopolisait l’extérieur du système interne.

Alors que le Marella accélérait en direction de A0113 pour profiter de la fronde gravitationnelle qu’elle offrait, le Visinter de bord commença le téléchargement des messages personnels, journaux récents, revues spécialisées, quotifictions et autres contenus destinés aux différents membres de l’équipage.

Le Marella passa en trombe aux abords d’A0113 pour se propulser vers leur destination : le point de Lagrange 2 d’A0113. Le large arc de cercle que parcourut le vaisseau autour de la planète permit à l’équipage d’admirer les immense étendues de plaines de la planète, ses trois océans qui ne couvrent que 38% de la surface planétaire, les immenses calottes glaciaires qui enserrent les pôles de la planète et se répandent dans les plaines en larges rivières anastomosées charriant boues et moraines, et, bien sûr, trois des douze imposantes usines stratosphérique servant à réguler le méthane produit par les immenses troupeaux paissant dans les plaines.

C’est avec soulagement et un léger pincement de cœur que l’équipage accueillit la vue du spatioport. D’abord juste un point lumineux, à peine plus gros qu’une bille, sa structure se révéla peu à peu. De configuration classique A0113-5 était formé d’une sphère centrale creusée de deux larges tranchées, l’une équatoriale et l’autre méridionale. Autour de cette sphère, une immense structure de larges tubes métalliques dessinait les arêtes d’un dodécaèdre parfait. C’étaient les barres d’amarrage réservées aux gigantesques cargos lourds. Il y avait cinq vaisseaux arrimés dont un destroyer de la flotte impériale, seigneur trônant sur le coin supérieur du dodécaèdre !

Petit crabe minuscule passant à côté d’une baleine, le Marella se dirigea, sous les ordres du contrôle spatial, dans la tranchée méridionale pour finalement accoster dans une baie de déchargement isolée de l’extérieur par un champ de force unidirectionnel qui empêche l’air de la baie de fuir dans l’espace.

L’atterrissage et les formalités administratives se déroulèrent sans accroc, les marchandises du Marella étant pour partie attendue (les rebuts dégottés par Nerwin) et pour partie dûment déclarée (les produits de luxe et vins fins d’Hazlim).


Comme toujours après un voyage en espace inverse, c’est le cœur léger que les membres du Marella foulent le sol ferme du spatioport et s’apprêtent à retrouver leurs homologues humains…
Journalisée

Le Pixx
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 445



WWW
« Répondre #1 le: 18Janvier, 2008, 16:10:07 »

Sans attendre, Nohraïa se précipita auprès d'un Ultra-Web Galactic café pour consulter ses messages. Elle paya un surplus pour s'isoler dans un box individuel de visionavigation, acheta un synthé-chocolat bouillant, et s'enferma dans sa cabine, avec son sac "baise-en-ville" dans lequel elle mit ses dernières parutions reçues, ainsi que les derniers épisodes de sa série préférée,  stockés sur son visinter.

Une fois à l'abris dans le cocon de sa cabine de consultation, elle s'installa, et s'occupa de ses messages reçus et à envoyer.


[Edit: quelques corrections de contexte]
« Dernière édition: 22Janvier, 2008, 09:20:34 par Acritarche » Journalisée

Quand le chat n'est plus sur mémé, ça veut dire qu'elle est froide
Kynan
Argoulet
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 201


Contradicteur Systématique


« Répondre #2 le: 18Janvier, 2008, 21:10:54 »

Après avoir effectué un arrimage digne d'éloges, Monfired a soigneusement rangé son poste de pilotage de toutes les traces de laissez-alller dues au long voyage. Puis il est parti faire de même dans sa cabine. C'est donc longtemps après ses collègues qu'il descend enfin, prenant sans hésiter la direction du "Métaroïde Noir", le bouge à spationautes le plus fréquenté de l'astroport.

Filant directement au bar, il commande à l'automate une bouteille de synthévodka, et va s'assoir au fond de la salle, dos au mur. Pendant une bonne heure, il reste assis là, contemplant la bouteille intacte...
Journalisée

PbF TdM : Tobias Branda (Hobbit)
PbF Space Frontiers : Monfried Fonricht
PbF Ynn Prydden : Bors Njarlsson
PbF TdF : Ser Rickard

ex : Tiamat, Elfirie, Trinités, M+C, EG
Siridar
Lanspessade
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 386



« Répondre #3 le: 21Janvier, 2008, 17:11:37 »

Vêtu d’un ample pantalon de néo-soie bordeaux et d’une longue, large et luxueuse tunique fourrée de couleur prune, Hazlim descend la rampe du Marella d’un air débonnaire, l’oeil perdu sur la silhouette de Nohraïa qui disparaît bientôt dans les couloirs de la station.

Après un dernier regard plus sévère à Nerwin pour lui rappeler de s’occuper dans les plus brefs délais de cette affaire de méthanacier andiracien, mieux valait en effet qu’il ait quelques résultats tangibles à annoncer à Topliss s’il espérait pouvoir négocier avec elle leurs échéances, le lourd marchand s’éloigne nonchalamment en direction du Bureau de Régulation Spatiale*.

S’il compte bien s’enquérir de la présence ou non sur A0113-5 de leur cher associé et docker, Oswald Bramble, Hazlim veut surtout apprendre si le Lantar, un cargo en provenance des territoires disputés, est bien arrivé…


* Désignation provisoire que tu peux éditer Acritarche.
Journalisée
Acritarche
Puissance Oubliée des Contrées
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 633



WWW
« Répondre #4 le: 22Janvier, 2008, 18:05:54 »

Tandis que Nohraïa s’isole dans une cabine d’astronavigation pour traiter son courrier tandis que Monfried lit et relit le visiopli d’Alb’, une bouteille à la main, ne sachant quelle décision prendre.

De son côté, Atrusd est restée dans le Marella et Hazlim emprunte les transports en commun qui le mènent vers le Bureau de Régulation Spatiale. Dans le hall d’entrée, il est accueilli par une femme de faible stature et aux hanches très larges. Le teint orangé de sa peau semble trahir une origine locale car il a vu cette complexion à de nombreuses reprise dans les trois transports qu’il a dû emprunté pour arriver jusqu’ici.
Journalisée

Le Pixx
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 445



WWW
« Répondre #5 le: 22Janvier, 2008, 21:12:54 »

Nohraïa resta enfermée que quelques minutes dans la cabine de transmission des messages... et lorsqu'elle en sortit, ceux qui la connaissent auraient pu la voir littéralement transformée ! Elle semblait gonflée à bloc, et pour peu que l'on soit mystique, on aurait presque dit qu'elle était entourée comme d'une sorte d'aura d'invincibilité. D'un pas volontaire, elle partit régler ses transmissions à l'agent automatique de paiement, puis, tout aussi rapidement, elle mit le cap sur le tarmack du Marella.

Si on la suivait, on pouvait presque l'entendre chantonner le générique de la série  « Galactic Destroyer D6-2835 »
Journalisée

Quand le chat n'est plus sur mémé, ça veut dire qu'elle est froide
Acritarche
Puissance Oubliée des Contrées
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 633



WWW
« Répondre #6 le: 23Janvier, 2008, 21:02:29 »

@Monfried : à suivre dans « Les tracas de Monfried »

@Siridar : à suivre dans « Les affaires d’Hazlim Zao »

@Nohraïa : à suivre dans « L’envol de Nohraïa »
Journalisée

Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: