Les Salons de la Cour

12Juin, 2021, 17:12:40
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [Cuchulain] Feuille de personnage.  (Lu 3635 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Caracalla
Modérateur
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 147


Morat


WWW
« le: 26Août, 2010, 19:10:47 »

I. Journal intime.

Vous voudrez bien établir un « journal intime » en guise de fiche de personnage, répondant aux points suivants. Libre à vous de plus ou moins développer tel ou tel point. Libre à vous aussi de reprendre les points les uns après les autres ou de rédiger un texte d’ensemble.

1- NOM / PROFESSION : Identité complète : nom, prénom, peut-être pseudonyme ou surnom. Vous serez, je vous l’impose, de nationalité française. Rien ne vous empêche, bien entendu, de jouer une femme.
2- RÉSIDENCE : Lieu de vie actuel et type de logement (résider à Paris me simplifierait la tâche !  Grin).
3- ORIGINE : Date, lieu de naissance (nous jouerons en 1855). Origine familiale.
4- ENFANCE / EDUCATION : de la naissance à la fin des études.
5- GRANDES QUALITÉS / PIRES DÉFAUTS : Cela peut servir à justifier vos compétences (voir paragraphe « Les compétences »).
6- STYLE : style vestimentaire, style de vie...
7- PERSONNALITÉ : mentalité, moralité et psychologie du personnage. On est au milieu du XIXe donc très à cheval sur les principes. Deuxième élément que j’impose, vous ne serez pas un opposant farouche au régime de Napoléon III, vous aurez même pu rendre de menus (ou grands) services à l’Empire.
8- CE QUE J'AIME / DÉTESTE.
9- BIEN LE PLUS PRÉCIEUX
10- PERSONNE LA PLUS AIMÉE : pas forcément d'amour …
11-PLUS GRAND REGRET / PLUS GRANDE FIERTÉ.


II. Les compétences.

Les compétences suivantes définissent techniquement votre personnage. Vous pouvez soit les indiquer à la suite de votre « journal intime », soit en son sein même, au moment le plus approprié pour expliquer vos capacités.

Vous devez en choisir :
- une au niveau excellent,
- quatre au niveau bon
- une au niveau faible. Attention le niveau faible est un véritable handicap. Par exemple si vous êtes faible en bricolage cela signifie que vous êtes incapable de planter un clou sans passer par la case urgence. Vous êtes considérez comme moyen dans tous les autres domaines.

* AGILITÉ (aussi bien escalade, qu’esquive dans un combat)
* AISANCE SOCIALE
* BRICOLAGE (aussi bien capacité à inventer une machine qu’à la construire)
* CHARISME (capacité à commander aussi bien qu’à séduire)
* CLEPTOLOGIE (vous ne connaissez pas ? c’est l’art du pickpocket aussi bien que du crochetage (heu ... en fait c'est un néologisme de mon invention, mais c'est bien pratique  )).
* COMMERCE (savoir la valeur des choses, aussi bien que leur prix)
* COURAGE
* DISCRÉTION
* ÉQUITATION
* ESCRIME
* INSTRUCTION (hors sports, médecine, langues et sciences : avoir de l’instruction, c’est donc être capable de parler littérature, histoire, géographie, philosophie …)
* INTERPRÉTATION (comédie, musique, danse)
* JEU (connaissance des règles, mais aussi adresse au jeu (fléchette, billard …) voire … capacité à tricher).
* LANGUES (étrangères, mais aussi tous les argots possibles)
* MÉDECINE
* MÉLÉE (techniques de combat au corps à corps : savate, judo, voire canne)
* PERCEPTION (auditive, visuelle, olfactive … mais c’est aussi disposer d’un sixième sens)
* PHYSIQUE (aussi bien force qu’adresse physique … voire résistance à l’alcool …)
* SCIENCES (dures, physiques, naturelles …)
* TIR (au pistolet, au fusil. Si c’est à l’arc, à l’arbalète, ou encore lancé de couteaux, veuillez le préciser).

Il vous est bien entendu possible d’inventer d’autres compétences, on en discute ensemble.

Au cours de la partie, vous aurez à affronter des situations qui, en JDR sur table, se terminent le plus souvent par un jet de dès. C’est moi qui m’en chargerai en cherchant à les réduire au maximum. Par exemple en combat à l’épée, je pars du principe qu’un bretteur de niveau « bon » sera toujours vainqueur face à un bretteur de niveau « moyen »*. De même, un tireur réussira ou ratera son tir en fonction de son niveau, confronté à la difficulté de l’action. Pour une confrontation, le recours aux compétences est évident. Mais si au cours de la partie vous voulez utiliser une de vos compétences (par exemple « Perception » pour savoir si le gratin est en train de brûler), indiquez le moi [entre crochet en rouge].

*sauf usage par le second d’un « point d’héroïsme », voir §III.


III. Points d’héroïsme*.

N’est-il pas idiot, lorsqu’on est un héros tel que vous, de tomber face au premier coupeur de bourse venu, simplement parce qu’il a un niveau de compétence supérieur à l’épée ? Pour palier à cet inconvénient, vous disposez d’un capital de 5 « points d’héroïsme » à utiliser à votre gré. Un « point d’héroïsme » permet de monter temporairement votre compétence d’un niveau, et peut-être ainsi de remporter l’affrontement. Indiquez moi donc, [entre crochet en rouge], que vous utilisez un (voire plus) point(s) d’héroïsme pour l’action à venir.

P.S. : Ne cherchez pas spécialement à thésauriser ces points « pour quand çà sera vraiment pire ». Vous en regagnerez au cours de la partie en fonction d’un complexe système de jet de dès maîtrisé par moi-seul … mais aussi en fonction de la beauté de vos RP …

*simplification de mon cru des cartes de Château Falkenstein.

Vous pouvez répondre sur ce fil (un par joueur) ou en MP. J'ai une petite préférence pour la première solution, plus sympathique pour les lecteurs étrangers à l'histoire mais bon ...
Journalisée

Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Les Rêveurs
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 454


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #1 le: 27Août, 2010, 11:38:21 »

I. Journal intime.

1- NOM / PROFESSION : Erwan Octave (Octave car je suis le huitième enfant)... Archibald Aubert de Trégomain , Erwan pour les intimes et pour les dames. J'exerce le beau métier de détective privé.

2- RÉSIDENCE : Paris, rue des Hautefeuilles, 5e arrondissement. Le quartier latin en somme.
3- ORIGINE : Né le 23 juillet 1828 à Rennes, de Amandine-Marie-Joséphine du Boisbaudry et de Jean Casimir Albert de Trégomain. Vieille noblesse de Bretagne...*soupir*

4- ENFANCE / ÉDUCATION : Éduqué dans le domaine familial, avec tout ce qu'un jeune homme de noble famille doit savoir (souvent ennuyeux à mourir croyez-moi). Équitation, escrime, le tir, la navigation furent les parties les plus intéressantes. Le bon usage, l'étiquette, les lettres (dont le grec et le latin) n'ont guère marqué mon esprit... A ma majorité je suis allé à Paris pour des études de droit à l'université du Panthéon. J'ai abandonné au bout de quelques années, non sans avoir échoué au concours de juge haut la main et suis devenu détective privé... En apprenant ça : Mère s'est évanouie et Père m'a renié ! (la meilleure chose qui me soit arrivé dans toute ma vie).

5- GRANDES QUALITÉS / PIRES DÉFAUTS :
La science c'est l'avenir mais je vous avoue que ça me barbe assez vite... D'ailleurs les études, jouer les rats de bibliothèque ça m'est toujours passé au dessus de la tête, j'ai souvent payé mes condisciples moins fortunés que moi pour faire mes devoirs et se présenter aux examens à ma place. Une tête bien faite au lieu d'être bien pleine comme disait... Euh ? La Fontaine non ? Ou Rousseau peut être ? Enfin passons : une vieille barbe quelconque qui se plaisait à pérorer sur le sens de la vie il y a fort longtemps en somme ! Je confesse un certain penchant pour la gent féminine et je serais prêt à risquer beaucoup pour un beau minois. Quoi d'autre ? Ah oui les rustauds... Je manque de patience avec mes interlocuteurs quand l'intelligence ne brille pas dans leurs yeux. Certains pourraient même appeler ça de la condescendance... Ou du mépris c'est selon. Je ne suis pas un athlète accompli mais par contre je danse très bien et peux tenir ma place avec aisance dans bien des milieux. Mon bagoût m'a bien souvent sorti de situations délicates et quand ça ne suffisait pas : mon talent d'escrimeur prenait le relais. Je suis silencieux tel un chat et j'ouvre l'œil et le bon (c'est indispensable dans mon métier).

6- STYLE :
Ma foi j'eusse aimé vous dire que je suis un dandy, mais malheureusement mon style de vie ne me permet pas beaucoup d'excès vestimentaires... Au temps où je percevais une rente mensuelle d'une bonne centaine de livres, Dieu que j'étais bien habillé ! Maintenant je suis obligé de me rabattre sur des vêtements de bonne coupe certes, mais moins élégants qu'avant. Et puis un gilet en soie c'est magnifique, mais quand vous en déchirez cinq de suite en jouant les acrobates sur les toits de la capitale, en se battant contre des individus dénués de tout sens civique, en manquant d'être poignardé par un aliéné, en évitant d'être alpagué par la maréchaussée pour une sombre histoire de pamphlets (dont je n'étais pas l'auteur) et à cause d'une dame censée être veuve et dont le mari est revenu à la vie et de voyage... On se rabat sur autre chose et on prend de la flanelle, moins beau mais moins couteux.

7- PERSONNALITÉ :
Fichtre ! Vous en avez de ces questions mon brave. Laissons la parole à Louis-Armand de la Castellie : un vieil ami à moi qui, s'il n'a pas eu le bon goût d'être déshérité par sa famille, n'en est pas moins un homme bien.
Erwan ? Eh bien je lui confierais ma vie sans hésiter une seconde, mon argent après réflexion et ma fiancée pour rien au monde ! Un garçon charmant vraiment. Le cœur sur la main, toujours prêt à aider sauf quand il est sur une affaire "passionnante", quand il a une nouvelle conquête ou quand cela implique de se rendre dans des lieux d'art et de culture (ce qui implique les neuf dixièmes du temps). Jamais vous ne le verrez à l'Opéra par exemple, les grands auteurs qui ont fait la renommée de notre pays l'indiffère et la musique de chambre l'ennuie. Ne lui parlez pas de politique : il s'en fiche ! "Les peuples ont les dirigeants qu'ils méritent" je le cite de mémoire. Il est incapable de garder un sou en poche car soit il va tout dépenser dans un somptueux costume qu'il portera pour aller faire le beau dans quelque lieu de perdition, soit acquérir l'œuvre d'un tâcheron quelconque se prétendant peintre, soit tout dépenser pour épater sa belle du moment. Si on excepte aussi sa tendance à faire des réflexions déplacées sur la noblesse qu'elle soit ancienne ou d'empire et à utiliser un peu trop l'argot, on peut l'inviter dans n'importe quelle réception : il se montrera un invité charmant voire même prévenant.
Mis à part ses petits travers : il ira jusqu'au royaume d'Hadès pour aider un ami, gardera un secret jusque dans la tombe et connait nombre d'histoires passionnantes, glanées ici et là au cour de ses pérégrinations dans la capitale.


8- CE QUE J'AIME / DÉTESTE.
J'aime Paris, depuis les plus bas quartiers jusqu'au riches demeures : son atmosphère particulière, ses habitants (même si certains semblent avoir été privé de la moindre capacité de réflexion).  J'aime trainer sur les quais pour voir toutes les marchandises exotiques rapportées des colonies. Il me plait de conter fleurette aux jeunes filles qui viennent promener les bambins dans les parcs à la belle saison. Je vais souvent le samedi ou le dimanche taquiner le goujeon sur les bords de Marne puis aller danser dans les ginguettes qui fleurissent le long du fleuve. J'adore me plonger dans une affaire jusqu'au cou et traquer les criminels jusqu'à les remettre (pas toujours) à la justice.

Je déteste ? Ma famille, les parvenus de toute sorte, les maris jaloux, certains représentants de la maréchaussée, les gens au front bas, la province...

9- BIEN LE PLUS PRÉCIEUX :

C'est idiot, mais j'ai un attachement sentimental pour la canne épée qui m'a été offert par mon frère ainé Tugdual avant mon départ sur Paris... Il est mort dans un accident de cheval, on ne s'est jamais vraiment bien entendu mais il me l'a donné quelques jours avant son accident, et depuis j'y tiens comme à la prunelle de mes yeux.

10- PERSONNE LA PLUS AIMÉE : Même si j'ai de nombreux amis, je ferais tout et n'importe quoi pour aider ma grande soeur : Marie-Aude. Ma chère mère étant trop occupée à tenir son rang et à veiller à ce que nous soyons digne de notre nom, aussi n'a-t-elle guère pris le temps de nous manifester de l'attention et surtout de l'affection. C'est Marie-Aude qui a joué ce rôle pour moi. *air pensif* Je crois que si jamais son nigaud de mari la rend malheureuse, je me ferais une joie de lui faire rendre ses tripes.

10- PERSONNE LA PLUS AIMÉE : Même si j'ai de nombreux amis, je ferais tout et n'importe quoi pour aider ma grande soeur : Marie-Aude. Ma chère mère étant trop occupée à tenir son rang et à veiller à ce que nous soyons digne de notre nom, aussi n'a-t-elle guère pris le temps de nous manifester de l'attention et surtout de l'affection. C'est Marie-Aude qui a joué ce rôle pour moi. *air pensif* Je crois que si jamais son nigaud de mari la rend malheureuse, je me ferais une joie de lui faire rendre ses tripes.

11-PLUS GRAND REGRET / PLUS GRANDE FIERTÉ.
Mon plus grand regret ? J'aurais aimé être artiste-peintre, retranscrire la beauté de Paris sur mes toiles, l'admiration des foules, la vie de bohème... Malheureusement mes barbouillages ressemblent plus au résultat qu'on aurait en mettant un pinceau dans la bouche d'une chèvre !
Ma plus grande fierté ? *sourire malicieux* une affaire particulièrement délicate, impliquant une couronne, une dame de grande beauté et des lettres particulièrement enflammées... Vous n'en avez pas entendu parler ? Eh bien c'est ça ma plus grande fierté !


II. Les compétences.

Les compétences suivantes définissent techniquement votre personnage. Vous pouvez soit les indiquer à la suite de votre « journal intime », soit en son sein même, au moment le plus approprié pour expliquer vos capacités.

* AGILITÉ (aussi bien escalade, qu’esquive dans un combat)
* AISANCE SOCIALE : BON
* BRICOLAGE (aussi bien capacité à inventer une machine qu’à la construire)
* CHARISME (capacité à commander aussi bien qu’à séduire) Excellent
* CLEPTOLOGIE (
* COMMERCE (savoir la valeur des choses, aussi bien que leur prix)
* COURAGE
* DISCRÉTION Bon
* ÉQUITATION
* ESCRIME  : Bon
* INSTRUCTION (hors sports, médecine, langues et sciences : avoir de l’instruction, c’est donc être capable de parler littérature, histoire, géographie, philosophie …)
* INTERPRÉTATION (comédie, musique, danse)
* JEU (connaissance des règles, mais aussi adresse au jeu (fléchette, billard …) voire … capacité à tricher).
* LANGUES (étrangères, mais aussi tous les argots possibles)
* MÉDECINE
* MÉLÉE (techniques de combat au corps à corps : savate, judo, voire canne)
* PERCEPTION (auditive, visuelle, olfactive … mais c’est aussi disposer d’un sixième sens) Bon

* PHYSIQUE (aussi bien force qu’adresse physique … voire résistance à l’alcool …)
* SCIENCES (dures, physiques, naturelles …) Faible
* TIR (au pistolet, au fusil. Si c’est à l’arc, à l’arbalète, ou encore lancé de couteaux, veuillez le préciser).


a éditer.
« Dernière édition: 02Septembre, 2010, 12:52:23 par Cuchulain » Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Caracalla
Modérateur
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 147


Morat


WWW
« Répondre #2 le: 29Août, 2010, 11:02:45 »

Très bien, j'aime bien en particulier le style de la mise en forme ! 
Toi qui cherchais à acquérir de nouvelles compétences, je suis prêt à t'accorder GRATIS la compétence langue au niveau bon avec ces limitations : anglais, allemand & argot parisien. Bien entendu, comme rien n'est jamais totalement gratuit, attends toi à ce que le Gouvernement ait utilisé (et utilise encore à l'avenir) de tels dons naturels ... 
Journalisée

Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Les Rêveurs
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 454


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #3 le: 02Septembre, 2010, 12:52:53 »

Très bien, j'aime bien en particulier le style de la mise en forme ! 
Toi qui cherchais à acquérir de nouvelles compétences, je suis prêt à t'accorder GRATIS la compétence langue au niveau bon avec ces limitations : anglais, allemand & argot parisien. Bien entendu, comme rien n'est jamais totalement gratuit, attends toi à ce que le Gouvernement ait utilisé (et utilise encore à l'avenir) de tels dons naturels ... 

Grand merci Prince-MJ ! Ma fiche de perso est finie. 
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Caracalla
Modérateur
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 147


Morat


WWW
« Répondre #4 le: 02Septembre, 2010, 23:09:24 »

Ce qu'Erwan cachait derrière ce sourire malicieux, était bien plus qu'il ne voulait le dire. En 1854, il avait fallu marier en urgence une ressortissante britannique qui s'était entichée d'un Prussien sur le territoire français ... aussi avait-on fait appel à Erwan de Trégomain.
À vrai dire, cette Anglaise n'était pas n'importe qui. Elle s'appelait Harriet Howard ... et avait été non seulement l'amante et le soutien financier de Louis Napoléon Bonaparte, mais elle avait également élevé ses enfants illégitimes. Quand on ajoute qu'elle avait été renvoyée sans guère de ménagement après le coup d'état de 1851, on comprend un peu mieux la difficulté. Mais lorsqu'on termine en signalant que son nouvel amant était, selon les services de renseignement militaires français, un certain Wilhelm Stieber, agent des services secrets prussien, on comprend enfin en quoi le problème était particulièrement épineux.
Les lettre de Miss Howard dévoilaient quelques sombres secrets sur la famille impériale; il fallait donc à tous prix les récupérer, sans que Paris puisse être soupçonné d'intrusion dans la (nouvelle) vie privée de la dame. Aux yeux du gouvernement français, l'affaire avait été rondement menée par notre détective: les lettres avaient été récupérées, l'agent étranger s'était enfui, les Britanniques ne s'étaient douté de rien et avaient accepté qu'un de leur capitaine épouse la jeune femme délaissée.

Mais l'histoire était plus amère pour Erwan de Trégomain: le duel à l'épée avec Stieber dans les rues du Havre avait tourné au désavantage du Français — son côté droit s'en souvenait encore. Non seulement le Prussien était une très fine lame, mais il semblait ne jamais se déplacer sans une ombre qui n'était pas un manchot une carabine entre les mains. Erwan n'avait dû la vie qu'à l'arrivée miraculeuse d'une innocente famille qui avait dissuadé l'ennemi de poursuivre l'assaut. Quant aux lettres, le Breton était bien moins certain que les autorités parisiennes de les avoir toutes récupérées ...
Journalisée

Caracalla
Modérateur
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 147


Morat


WWW
« Répondre #5 le: 04Septembre, 2010, 23:16:41 »

Erwan de Trégomain n'offrait pas que de discrets services au gouvernement français. Un compatriote breton, arrivé à Paris quelques années plus tôt, avait fait appel à lui pour enquêter sur de potentiels clients dans des affaires financières. Au début, rien de bien exaltant, des chiffres à donner mal au crâne à n'importe quel dandy, mais Théodore Mallassine payait bien. Petit à petit, pourtant, Erwan s'était vu chargé de recherches plus personnelles, sur de personnages de plus en plus important de la société, et il s'était piqué au jeu, fournissant à son employeur des renseignements financièrement exploitables sur la vie privée de tel ou tel. Aussi, malgré la différence d'âge (Théodore avait une quinzaine d'années de plus qu'Erwan), malgré la différence de caractère (l'homme d'affaire était aussi discret qu'Erwan était exubérant, aussi économe que lui même était flambeur), une certaine confiance, transformée en véritable camaraderie s'était installée entre les deux hommes.
Journalisée

Caracalla
Modérateur
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 147


Morat


WWW
« Répondre #6 le: 14Septembre, 2012, 23:14:53 »

Bon, je te redonne ici le déroulement de l'intrigue, que tu n'aies pas à tout à relire ... 

L'action se déroule à Paris, début mai 1855.
L'avant veille, le préfet de police de Paris t'a demandé d'intégrer un groupe convoqué par le sociologue Frédéric Le Play. Depuis quelques temps l'Angleterre réussi à prédire l'avenir avec une stupéfiante précision semble t-il. Pourtant alliée de la France, elle doit le lendemain mettre au défi les autres Puissances de déterminer, plus précisément qu'elle combien de visiteurs fréquenteront l'Exposition universelle qui va ouvrir à Paris. L'honneur de la nation est en jeu auraient pensé des compatriotes moins pragmatiques que toi, et tant mieux parce que les questions d'honneur sont toujours des missions qui rapportent gros à qui sait s'en servir.
Un de tes amis, un homme d'affaire nommé Théodore Mallassine fait également parti du groupe. Le matin même, un peu par hasard vous avez sauvé d'une agression une anglaise d'une quarantaine d'années (la baronne de Wentworth) et son chaperon (Mr Fraser). Les malandrins en avaient semble t-il après le contenu de sa mallette, des cartes à jouer perforées, du chinois à tes yeux. Le soir même, elle vous implorait de la conduire dans le Palais des Machines mettre en route une machine pour une raison assez confuse. Quoiqu'il en soit l'histoire aurait pu très mal finir parce que vous attendait en embuscade un certain Wilhelm Stieber et son ombre, agents des services secrets prussien. Avec sa courtoisie coutumière, il n'a pas hésité à vous tirer dessus avant de prendre la fuite en ballon dirigeable avec la fameuse mallette de la baronne. Celle ci termine donc la nuit vivante, mais avec une plaie au cou de son agression matinale, et une balle dans l'épaule de sa sortie nocturne ... Finalement tu ne t'en sors toi pas si mal.


Voilà j'espère avoir été à peu près clair, pas facile de se remettre dans les fils de 15 mois de jeu un an plus tard !
Si jamais tu as des questions sur tel ou tel point, n'hésite pas à redemander.
On remet les compteurs à zéro : tu repars avec 5 points d'héroïsme.
Bon jeu !
Journalisée

Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Les Rêveurs
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 454


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #7 le: 14Septembre, 2012, 23:43:10 »

Pas de souci pour moi : prêt à continuer ! 
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: