Les Salons de la Cour

14Mai, 2021, 08:12:51
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Réminiscences : Sophie Delloy  (Lu 3064 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Doumba
Modérateur
Enseigne
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 776


« le: 20Juillet, 2008, 09:09:20 »

Une Armée

L'Adam se souvient d'une armée, regroupée au sommet d'un fort protégé par plusieurs  séries de remparts. Avec d'autres chevaliers, elle passe les troupes en revue. Des étendards flottent au vent, arborant fièrement un blason : un dragon rouge dressé sur ses pattes arrières.

L'aube naissante commence à poindre à l'horizon. Une nouvelle nuit d'attente s'achève sans qu'on ait donné l'ordre à son armée de se mettre en branle. Alors, comme tous les matins depuis trois mois, les soldats se présentent en ordre devant nous, armés, casqués et équipés pour partir en campagne. La lassitude se lit sur leurs visages. Sans mot dire, ils s'alignent alors qu'un léger vent d'ouest se lève et anime les étendards plantés au faite de chaque tente de caserne. Le dragon gueules sur or qui s'y inscrit se dresse péniblement sur ses pattes arrières. Son air de défi manque cruellement d'énergie. Lui aussi semble fatigué par cette longue garde.

Bedwyr passe devant les hommes et leur prodigue des paroles d'encouragement, comme si chacun d'eux était son propre fils. Je n'ai pas la force de faire comme lui. Certains ne l'écoutent déjà plus. Leur fierté de servir sous le signe du dragon s'émousse. Les entrainements que nous prodiguons ne suffisent pas à effacer la tension qui pèse sur leur cœur. Des bagarres éclatent pour des prétextes futiles. Une vingtaine d'hommes est consignée à l'infirmerie et à peu près autant est aux arrêts. Il est grand temps qu'on sonne le signal du départ, ou qu'on démobilise cette vaste armée, plus nombreuse qu'aucune autre qu'il m'ait été donnée de voir.

Je réprime un frisson en songeant un instant à l’ost de Mordred qu’il nous reste encore à découvrir. Les rumeurs les plus folles courent à son sujet. Certains disent que ses  lieutenants sont revenus du royaume des morts. Qu’ils préfèrent avancer la nuit et dormir  le jour, dans l’ombre des forêts. Nos éclaireurs nous ont appris qu’ils servent sous la  bannière d’une hydre d’argent sur fond de sable. Ce sable est d’une noirceur bien pâle à  coté de celle de l’âme de Mordred. Sans que je parvienne à en comprendre la raison, le  souvenir glacé de notre brève rencontre me tourmente encore lorsque je me réveille au  milieu de la nuit.

Alors que je rumine ces noires pensées, le soleil darde ses rayons jusqu’à nous. Je ferme  les yeux pour mieux en apprécier la chaleur sur mon visage. Il me semble sentir autre chose également, une énergie  dont Merlin nous a parlé. Je me laisse gagner par la sensation. Je m’aperçois alors que le soleil brûle de mille feux et que mon cœur ne demande qu’à s’embraser. Sans comprendre ce qui m’inspire, j’interpelle alors d’une voix  forte tous nos hommes. Je leur promets qu’ils seront bientôt libérés de cette attente  infernale. Les mots se bousculent, je ne sais bientôt plus ce que je dis, comme si une voix  parlait à travers moi, une voix qui se serait tue pendant longtemps et qui trouverait  aujourd’hui un moyen d’expression. Bedwyr m’a rejoint. Tous les hommes s’amassent  autour de nous, et nous leur donnons l’accolade au fur et à mesure que nous les croisons  dans ce bain de foule viril et fraternel. Dans ces embrassades la tension s’enfuit. Les éclats  de rire fusent. Des poings sont tendus au bout de bras décidés. Et dans leurs yeux, je crois  voir briller des étoiles.
« Dernière édition: 21Mai, 2010, 03:11:01 par Doumba » Journalisée

Trinités : MJ
Atrusd Giblerto : PbF Le Destin d'Eugène
Doumba
Modérateur
Enseigne
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 776


« Répondre #1 le: 09Octobre, 2008, 11:37:43 »

Tu as été Nolwé, chevalier de la Table ronde.
Journalisée

Trinités : MJ
Atrusd Giblerto : PbF Le Destin d'Eugène
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: