Les Salons de la Cour

21Mai, 2019, 19:47:25
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 ... 3 4 [5] 6   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [Inspis] Ciné et télé  (Lu 19928 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
cavaillon
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 338



« Répondre #60 le: 13Décembre, 2018, 23:14:34 »

Juste une question : on voit dans la bande-annonce un personnage noir, apparemment notable, sinon noble. Au XVIème siècle ?

Est-ce historiquement crédible, ou juste pour remplir un stupide quota de représentation ?

(Veuillez ne point y voir un supposé racisme, je pose la question très sérieusement.)
Journalisée

Quand une femme vous dit "Quoi ?", ce n'est pas qu'elle a mal entendu ; elle vous laisse une chance de modifier ce que vous venez de dire.
Contrepointe
TDCA
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 658



« Répondre #61 le: 16Décembre, 2018, 14:05:17 »

Toujours côté ainsi TV: à partir de vendredi 21 Décembre, France 5 diffuse une série en 6 épisodes (à raison de 2 par soirée) intitulée La guerre des trônes, véritable histoire de l'Europe.
Au menu: les guerres de religion. Episode 1 consacré à la période 1542-1559 (majoritairement Henri II donc), le n°2 à la période 1559-1561. Durée des épisodes: 50 mn. Après enquête, le dernier épisode prend fin en 1594. Si vous pouvez voir et enregistrer...
« Dernière édition: 16Décembre, 2018, 14:14:40 par Contrepointe » Journalisée
WolfRider
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 33



« Répondre #62 le: 18Décembre, 2018, 14:12:51 »

Mouais... Le titre fait quand même très récupération et hors sujet. Parce-que la véritable guerre des trônes de notre histoire s'appelle la Guerre des 2 Roses. Et a eu lieu 1 siècle avant le docu de France 5.
Journalisée
Contrepointe
TDCA
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 658



« Répondre #63 le: 18Décembre, 2018, 18:58:34 »

Oui et non. Je dirai plutôt un titre pas assez explicite: la série traite en fait des guerres de religion à l'échelle européenne sans l'annoncer clairement.
Après, le rôle de ces guerres dans le façonnement de l'Europe est indiscutable: toutes les grandes puissances de l'époque - ainsi que celles en devenir - vont y participer de près ou de loin. Par exemple, Marie Stuart est la nièce des Guise, qui vont concourir pour le trône de France avec l'aide de l'Espagne et de la Savoie. L'exécution de celle-ci par Elisabeth 1ere range définitivement l'Angleterre dans le camp anti-hispanique et le rapprochement avec la France s'amorce. L'Angleterre soir de son isolement diplomatique et peut songer à jouer de nouveau un rôle important dans les affaires européennes. Autre exemple: au cours de la dernière guerre de religion - 1584-1598 - tous les pays participent: les états italiens avec leur argent, le Pape, l'Espagne, la Savoie, l'Angleterre, les Provinces-Unies, les Suisses, les princes Allemands et l'Empire avec argent et troupes, et j'en oublie. C'est une répétition de la guerre de Trente Ans, qui voit se créer un front anti-Habsbourg plus large qu'avant 1550: des Provinces-Unies protestantes qui veulent être indépendantes, soutenues par l'Angleterre et un Henri IV fraichement converti. Alliance de circonstances contre les Habsbourgs qui prépare l'effacement progressif - et relatif - de ces derniers au XVIIe s. Et il n'en restera plus que deux, qui règlent ensuite leurs comptes au XVIIIe et au début du XIXe s.
Journalisée
Yodram
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 406



« Répondre #64 le: 19Décembre, 2018, 15:04:54 »


Cemois-ci sort sur les écrans de ciné le film

Février 2019 en fait...
Et un truc m'inquiète : la bande d'annonce semble montrer des scènes où Marie Stuart et Elisabeth d'Angleterre sont en grande discussion. C'est peut-être utile à la narration, mais c'est une erreur historique crasse, elles ne se sont jamais rencontrées.
« Dernière édition: 19Décembre, 2018, 15:19:16 par Yodram » Journalisée

L'homme a deux vies. La seconde commence le jour où il réalise qu'il n'en a qu'une.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 017



WWW
« Répondre #65 le: 19Décembre, 2018, 16:59:31 »


Cemois-ci sort sur les écrans de ciné le film

Février 2019 en fait...
Il me semble que ça sort ce mois-ci chez les perfides albionais.

Citation
Et un truc m'inquiète : la bande d'annonce semble montrer des scènes où Marie Stuart et Elisabeth d'Angleterre sont en grande discussion. C'est peut-être utile à la narration, mais c'est une erreur historique crasse, elles ne se sont jamais rencontrées.
S'il faut que les films "historiques" maintiennent de la fidélité historique, ça va foutre le bordel... Grin
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 017



WWW
« Répondre #66 le: 19Décembre, 2018, 17:31:02 »

Juste une question : on voit dans la bande-annonce un personnage noir, apparemment notable, sinon noble. Au XVIème siècle ?

Est-ce historiquement crédible, ou juste pour remplir un stupide quota de représentation ?
Je penche pour le côté "il faut absolument une représentation des minorités si on veut avoir une chance aux Oscars".

Il est vrai que précédemment, certaines "minorités ethniques" étaient représentées par des acteurs "blancs" (avec un peu de cirage, on en fait un Mexicain, un Apache, etc.). Maintenant, mouvement de balancier inverse, Robin des Bois a forcément un compagnon d'une "minorité ethnique visible" (Jamie Foxx incarne Petitjean dans la version 2018), et un(e) autre qui est LGBT.

Ici, dans cette représentation de l'Angleterre et de l’Écosse du XVIe siècle, Lord Randolph est noir (incarné par Adrian Lester), et Bess of Hardwick a des traits asiatiques (incarnée par Gemma Chan, qui avait joué dans Crazy Rich Asians).
Pour ce qui est des LGBT, ils seront rassurés par l'article (anglophone) The Gay Stuff in “Mary Queen of Scots” Is Actually Pretty Accurate, dans lequel on lit que :

Citation
in Josie Rourke’s highly anticipated Mary, Queen of Scots, there’s an added dimension that transforms her story into something all the more interesting for a modern audience: queer romance. The best part? It’s (mostly) historically accurate.

Traduction libre : Dans la très attendue "Marie, Reine des Écossais" de Josie Rourke, il y a une dimension supplémentaire qui transforme son histoire en quelque chose de particulièrement intéressant pour une audience d'aujourd'hui : la romance homosexuelle. Le mieux dans tout ça ? C'est (presque) historiquement juste.

Peut-être le temps viendra-t-il où Warwick Davis incarnera Nelson Mandela, où Will Smith jouera Guillaume le Conquérant, où Michelle Yeoh sera Jason l'Argonaute. Sans oublier d'intégrer (sans chercher quelque crédibilité que ce soit dans le rôle qu'on peur attribuera, mais à la condition expresse que ce ne soit pas un rôle dévalorisant) un(e) handicapé(e), un(e) obèse, un(e) bègue, un(e) albinos, un(e) vegan, un Sikh (à turban), un(e) prof de géo, un supporter du PSG humaniste, et si possible un(e) écolo tendance Waechter.

Autant je pense que les grands ressorts des histoires fortes - réelles ou fictionnelles - sont universels (l'amour, ma haine, la jalousie, la fidélité, la trahison, etc.), autant ces grands mélanges historico-nimportequoiesques ne m'accrochent pas du tout.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
cavaillon
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 338



« Répondre #67 le: 19Décembre, 2018, 23:12:07 »

Merci pour le rire !

Comme quoi, on arrive à être d'accord sur certains sujets !    :-)
Journalisée

Quand une femme vous dit "Quoi ?", ce n'est pas qu'elle a mal entendu ; elle vous laisse une chance de modifier ce que vous venez de dire.
WolfRider
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 33



« Répondre #68 le: 22Décembre, 2018, 05:08:31 »

J'ai regardé le docu de F5 et c'est pas mal. Les parties fictions ne sont là que pour souligner le récit sans le parasiter. Ça restitue bien, je trouve, les jeux de pouvoirs instrumentalisant la religion.  De la bonne vulgarisation qui surprend avec un titre aussi racoleur.
Journalisée
Yodram
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 406



« Répondre #69 le: 11Mars, 2019, 16:36:51 »



Cemois-ci sort sur les écrans de ciné le film Mary Queen Of Scots, de Josie Rourke (dont c'est le premier film comme réalisatrice), d'après le livre Queen of Scots: The True Life of Mary Stuart de John Guy.

Bon du coup ! On en a causé, puis on en a causé, mais un seul d'entre nous a-t-il eu le courage d'avoir voir ce film ? Peut-il en faire un retour ? Pour ma part, au dernier moment devant le guichet (désormais automatique) du cinéma, j'ai opté pour le mystère Henri Pick

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=260561.html . J'ai vraiment passé un excellent moment et je ne regrette pas ce choix impulsif ; mais je n'en dirai pas plus, ce n'est pas le sujet.
Journalisée

L'homme a deux vies. La seconde commence le jour où il réalise qu'il n'en a qu'une.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 017



WWW
« Répondre #70 le: 11Mars, 2019, 23:29:52 »

Je n'ai pas encore tenté l'aventure. Peut-être qu'avec un coup de gnôle écossaise dans le nez ?...
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 448


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #71 le: 16Avril, 2019, 21:12:08 »

Peut-être le temps viendra-t-il où Warwick Davis incarnera Nelson Mandela, où Will Smith jouera Guillaume le Conquérant, où Michelle Yeoh sera Jason l'Argonaute. Sans oublier d'intégrer (sans chercher quelque crédibilité que ce soit dans le rôle qu'on peur attribuera, mais à la condition expresse que ce ne soit pas un rôle dévalorisant) un(e) handicapé(e), un(e) obèse, un(e) bègue, un(e) albinos, un(e) vegan, un Sikh (à turban), un(e) prof de géo, un supporter du PSG humaniste, et si possible un(e) écolo tendance Waechter.

Le théâtre n'est-il pas un art du travestissement ?
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 017



WWW
« Répondre #72 le: 17Avril, 2019, 23:25:04 »

Je ne critique pas le "travestissement". Je critique les calculs cyniques, mercantiles, tout autant que les hystérisations et obsessions de la segmentation, les essentialisations, etc.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
WolfRider
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 33



« Répondre #73 le: 19Avril, 2019, 19:47:33 »

Hollywood a toujours vu le cinéma comme un business bien plus que comme un art. Donc un film ça doit rapporter plus que ça n'a coûté. Donc depuis au moins les années 20 et le code Hayes on y fait très attention à respecter la notion d'acceptable à l'écran pour son époque. De nos jours c'est faire un dosage basé sur la couleur de la peau des acteurs et actrices pour bien montrer qu'on fait pas de discrimination.
Journalisée
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 017



WWW
« Répondre #74 le: 20Avril, 2019, 19:54:57 »



J'ai beaucoup de mal avec Gérard Depardieu en tant qu'acteur (sauf pour de rares exceptions), mais Le retour de Martin Guerre (1982), de Daniel Vigne, vaut plus que le détour.
Aux "Césars" de 1983, le film avait été récompensé notamment pour le "meilleur scénario original et dialogues" (Jean-Claude Carrière et Daniel Vigne).

Je ne suis pas encore retourné vers les sources premières du scénario du film, dont le court roman / la grande nouvelle (une centaine de pages) de Janet Lewis, The Wife of Martin Guerre (1941). Mais je suis curieux de mettre la main sur une édition de cette œuvre.
Le roman lui-même se base sur un fait divers "réel", dont on peut trouver des éléments de présentation sur le site de notre ministère de la justice, et qui a eu pour cadre l'Ariège au milieu du XVIe siècle, avec un jugement à Toulouse.


Qui plus est, ce film se trouve être une inspiration très directe pour un scénario de Te Deum pour un massacre (ou pour bien d'autres jeux), sur le thème de l'usurpation potentielle d’identité (par l'homme) et sur le dilemme (pour la femme) de rendre publique ce qu'elle sait être la vérité.

A propos d'adaptation à un autre univers historique que le XVIe siècle, Jon Amiel en a réalisé une resucée, Sommersby (1983), sur fond de guerre de Sécession américaine, avec le couple Richard Gere / Jody Foster remplaçant le duo Depardieu / Nathalie Baye.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Pages: 1 ... 3 4 [5] 6   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: