Les Salons de la Cour

17Octobre, 2019, 10:48:31
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1] 2 3 ... 6   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [Inspis] Ciné et télé  (Lu 22137 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 241



WWW
« le: 01Mai, 2008, 13:19:22 »

Siridar : Les deux reines bientôt sur grand écran

Si j’ai abusé de cette annonce accrocheuse, je le confesse volontiers, c’est dans l’intention de vous signaler la sortie prochaine, le 12 décembre pour être exact, de The Golden Age, un film qui retracera le règne de la Reine Elisabeth, et plus particulièrement de sa relation avec Sir Walter Raleigh. Cela devrait donc plus couvrir la fin du seizième siècle (un T3 des Deux Reines ? ).



Les acteurs sont excellents (Cate Blanchet et Clive Owen pour les deux principaux) et la bande annonce alléchante (même s’ils semblent avoir fait l’impasse sur la différence d’âge, Elisabeth a normalement une vingtaine d’années de plus que Raleigh, et si j’ai un doute sur la très  « Jeanne d’Arc » Reine britannique… mais je ne suis pas un spécialiste de cette période et cela est peut-être véridique sur ce point).

Voici la bande annonce pour vous faire une idée.

Après le crépuscule du siècle d’or espagnol avec Alatriste normalement cet été, nous devrions donc avoir droit à la naissance de la puissance navale anglaise cet hiver.


* * * * * * * *

Xaramis : Je serai très certainement dans la salle de ciné quand ce film débarquera près de chez moi.

* * * * * * * *

Usher : Ce qui est rigolo, c'est que Cate Blanchett a déjà joué le rôle d'Elizabeth dans… Elizabeth de Shekhar Kapur. Ceci dit, il me semble que The Golden Age se présente plus ou moins comme la suite du précédent.

La Bande annonce est très belle, avec un petit côté hiératique, presque mythologique.
Et Cate Blanchett en Elizabeth est vraiment irrésistible, bien plus charismatique qu'en Galadriel… (Mais oseront-ils montrer les dents pourries de la Reine Vierge ?…  :19: )

* * * * * * * *

Aldebert : Golden Age est la suite du précédent (même réalisateur et - plus ou moins - mêmes acteurs). Le premier film, à défaut d'être un chef d'œuvre, proposait néanmoins une vision de la construction d'un personnage "mythique": la Reine Vierge, le tout à la façon d'un thriller. Les extraits de ce 2e opus ont l'air de partir nettement plus sur le côté aventure. Je suis dubitatif, mais j'irai le voir.

PS: pour Galadriel c'est normal; c'est bien connu que les oreilles pointues font perdre en charisme, alors que l'accent anglais l'accentue...  :17:

* * * * * * * *

Butterw

Elizabeth, l'âge d'or (2007), Film britannique de Shekhar Kapur

Suite médiocre de Elizabeth (1998). C'est une romance historique assez fade sur le mythe de la reine vierge. Je vous recommande de regarder le trailer pour vous faire une idée, car il suit d'assez près le film. A noter qu'il n'y a pas franchement beaucoup d'action.  Le traitement de la victoire face à l'armada espagnole de 1588 est pour le moins décevant.

Sur le site web du film (en flash), on trouve par contre une assez jolie chronologie illustrée sur la période élisabéthaine.


Pour ce qui est de l'histoire anglaise, j'aime assez la série documentaire de la BBC "a history of Britain" qui en choisissant de se focaliser sur une thématique particulière par période permet de comprendre assez rapidement les grandes lignes.
Pour les batailles, il y a une série qui s'appelle "Battlefield Britain" qui sans être vraiment passionnante se laisse regarder.

* * * * * * * *

nemo Pour l'avoir vu hier soir, je serai pour ma part moins sévère, la mise en scène est superbe, le jeu des acteurs est très convainquant mais effectivement le film se penche plus sur la mutation intérieure d'Elisabeth, qui passe par une romance et qui effectivement prend beaucoup de place dans le film.

Mais l'intrigue avec Marie Stuart et Philippe d'Espagne  a de quoi inspirer de multiple aventures pour des persos huguenot !!

j'imagine cependant que cet épisode doit être largement traiter dans le supplément des "Deux reines" que je n'ai pas d'ailleurs ...

Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 241



WWW
« Répondre #1 le: 01Mai, 2008, 13:34:05 »

La reine Margot, de Patrice Chéreau




* * * * * * *

olivier legrand
Pour ma part, je recommanderais aussi LA REINE MARGOT (le film avec Adjani) - personnellement, j'adore ce film, notamment les prestations de Jean-Hugues Anglade en Charles IX dément et de Pascal Greggory en Henry III sulfureux - Miguel Bosé en Guise et Virna Lisi en Catherine de Médicis sont, eux aussi, exceptionnels... mais bon je suis bien conscient qu'on y trouve tout plein de choses qui doivent faire tiquer (voire grincer des dents ou hurler) les historiens les plus sourcilleux - rapport aux costumes, à l'âge apparent de certains personnages, à l'interprétation de certains événements etc. Disons qu'il faut voir ce film un peu comme une pièce historique de Shakespeare : ce n'est pas le détail authentique qui compte, mais la force d'évocation. Le climat de terreur et de démence entourant la St-Barthélémy y est évoqué de façon extraordinaire et je pense que ça peut faire une excellente "voie d'entrée" pour des joueurs ne connaissant pas trop la période et ayant besoin de ressentir de quoi on parle exactement quand on parle de "guerres de religion".


* * * * * * * *

Cultösaurus
Citation
"mais bon je suis bien conscient qu'on y trouve tout plein de choses qui doivent faire tiquer (voire grincer des dents ou hurler) les historiens les plus sourcilleux - rapport aux costumes, à l'âge apparent de certains personnages, à l'interprétation de certains événements etc."

Je me souviens d'un msg d'Usher au sujet de ce film comme inspi pour Te Deum, posté en d'autres temps et en d'autres lieux, et qui effectivement y relevait un certain nombre de "problèmes"...
Malheureusement, je ne l'ai pas retrouvé dans mes archives.
Francesco, tu l'as peut-être ? (je me demande d'ailleurs si ce n'était pas toi qui avait lancé la discussion sur ce sujet...)

* * * * * * * *

Usher
Citation
"Je me souviens d'un msg d'Usher au sujet de ce film comme inspi pour Te Deum, posté en d'autres temps et en d'autres lieux, et qui effectivement y relevait un certain nombre de "problèmes"...
Malheureusement, je ne l'ai pas retrouvé dans mes archives.
Francesco, tu l'as peut-être ? (je me demande d'ailleurs si ce n'était pas toi qui avait lancé la discussion sur ce sujet...)"

Il va sans dire que La reine Margot présente son lot d'inexactitudes historiques. Certaines sont les licences prises par Dumas dans son roman, d'autres sont celles prises par Chéreau. L'une des plus spectaculaires de ces entorses est sans doute la présence de La Mole au cours du massacre de la Saint-Barthélemy, autour de laquelle s'articule finalement toute l'intrigue. En fait, si La Mole a échappé aux massacres, c'est tout simplement parce qu'il était en ambassade en Angleterre en août 1572… Wink Il faut aussi savoir qu'à l'époque, c'était un quadragénaire sur le retour (et non le fringant jeune homme incarné par Vincent Pérez) - mais il fut bel et bien l'un des nombreux amants de Margot.

A l'inverse, tous les acteurs principaux sont trop âgés par rapport à leurs modèles historiques. La palme à Henri de Navarre, joué par Daniel Auteuil, sachant que le vrai Navarre avait 19 ans au moment du massacre…

Ceci dit, La reine Margot reste à mes yeux un film absolument incontournable. L'imbrication entre les rapports de force familiaux et politiques, le désordre général, le déchaînement de violence, et même le maniérisme pictural des séquences de charnier restituent avec une vivacité extraordinaire l'esprit des guerres civiles. En outre, le jeu des acteurs est remarquable (Verna Lisi en madame Catherine tragique ; Jean-Hugues Anglade en Charles IX puéril, faible mais lucide ; Pascal Greggory en un Anjou complexe et inquiétant), et le film est quasiment de bout en bout d'une esthétique extraordinaire, qui vaut bien quelques entorses à la vérité historique.

Si vous ne l'avez pas encore visionné, ruez-vous sur le DVD. A mes yeux, c'est la première moitié qui est vraiment un chef d'œuvre absolu. La Saint-Barthélemy vous laisse vissé sur place, tant c'est atroce, immersif, et… sublimement filmé.

* * * * * * * *

olivier legrand
Je me suis offert le DVD récemment et j'ai été fort contrarié de voir que la "version inédite" qu'il proposait (dixit le boitier) était (sauf erreur de ma part) la version remontée pour la ressortie en salles, c'est à dire une version amputée des dialogues les plus crus... j'enrage  Il va falloir que j'exhume ma vieille VHS enregistrée de la "vraie version" du film... tsss... je suis dégoûté. Enfin pour ceux qui n'ont jamais vu le film, j'imagine que ce DVD reste tout de même très intéressant... mais j'avoue avoir passé l'intégralité du re-visionnage à me dire : "Putain, c'est pas vrai, ils ont sabré ça aussi..."
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Ayla
Invité
« Répondre #2 le: 01Mai, 2008, 14:07:45 »

Série télé: The Tudors






Série qui raconte les débuts du règne d'Henry VIII. On y croise le roi Henry, Catherine d'Aragon, François Ier, Thomas More, Cromwell et bien d'autres. C'est certes en dehors de la période canonique de Te Deum mais il s'agit d'un prologue intéressant aux Deux Reines.

Elle devrait comporter 5 saisons. La première est en cours de diffusion sur Canal + mais Arte a acheté les droits, elle devrait donc être bientôt visible en clair.

La bande annonce est visible ici
Journalisée
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 241



WWW
« Répondre #3 le: 01Mai, 2008, 14:11:35 »

[Inspi téléfilm] Saint-Germain ou la négociation, de Gérard Corbiau




Téléfilm inspiré du livre de Francis Walder, qui nous montrent négociateurs catholiques et protestants travaillant à la paix entre les communautés. Cette négociation débouchera sur le traité de Saint-Germain (8 août 1570).
Une grande charge émotionnelle dans ce téléfilm, pour une histoire que l'on peut considérer comme hors du temps.

J'y ai trouvé Jean Rochefort et Rufus excellents. Ce qui n'est pas une surprise.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 241



WWW
« Répondre #4 le: 01Mai, 2008, 14:39:14 »

[Inspis séries TV] Curiosités russes adaptées de Dumas : La reine Margot et La dame de Monsoreau





Je viens de découvrir l'existence de deux productions télévisées russes, l'une adaptée de la Reine Margot (Huh?Huh??? Huh???, Koroleva Margo, d'Aleksandr Muratov, 1996 ; fiche IMDB) et l'autre adaptée de la Dame de Monsoreau (Huh?Huh?? ?? Huh?Huh??, Grafinya de Monsoro, de Vladimir Popkov, 1998, fiche IMDB).

Mon russe est trop rouillé pour comprendre ce qui est écrit sur les sites et forums russes au sujet de ces deux adaptations, mais ça a éveillé ma curiosité.

L'adaptation de La reine Margot est trouvable en DVD (sur ce site-là, par exemple).



Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
butterw
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 12


« Répondre #5 le: 01Mai, 2008, 19:36:15 »

à noter qu'il y a eu une version précédente de La Reine Margot (1954) d'après le roman d'Alexandre Dumas
C'est par Jean Dréville et avec Jeanne Moreau.

C'est très qualité Française. 



Sur le sujet des deux reines, le première opus de "Gunpowder, Treason & Plot" (2004) de la BBC me parait davantage recommandable que le pathétique "Elizabeth, the Golden Age" (2007).
« Dernière édition: 01Mai, 2008, 19:53:14 par butterw » Journalisée

Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 241



WWW
« Répondre #6 le: 23Octobre, 2008, 22:33:04 »

Sur le sujet des deux reines, le première opus de "Gunpowder, Treason & Plot" (2004) de la BBC me parait davantage recommandable que le pathétique "Elizabeth, the Golden Age" (2007).



Je n'ai pas vu ce téléfilm, mais les critiques sur le site IMDB (anglophone) sont plutôt bonnes.

J'ai trouvé une fiche française, un peu trop squelettique à mon goût.

Le site de la BBC (anglophone, bien sûr) offre une présentation détaillée de cette œuvre.

Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
highlandjul
TDCA
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 136


« Répondre #7 le: 04Décembre, 2008, 20:37:07 »

Personnellement j'ai entr'aperçu les Tudors quand j'étais chez mes parents (qui ont Canal + où passait justement la série). Assez convaincant, bonne interprétation, scénario intéressant (d'après les deux épisodes que j'ai vu). De plus, Henri VIII est plus canon que sur ses portraits. Bonne vieille ambiance bien pourrie de cour sous un souverain totalement arbitraire. Assez bon mélange (dans la mesure où, si j'avais eu Canal, j'aurais sans doute regardé la suite).

Après, du point de vue de la vérité historique, aucune idée? L'épisode que j'ai vu était celui où il veut quitter une de ses femmes (la 2° je crois) pour une autre (la 3° sans doute), ce qui n'est pas forcément une bonne occasion pour juger le réalisme de la série.
Journalisée
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 241



WWW
« Répondre #8 le: 08Janvier, 2009, 23:58:16 »

[Inspi cinéma] O Quinto Império, de Manoel de Oliveira

Écrire le petit bout de chapitre sur le Portugal pour la 2ème édition de Te Deum m'a amené à me pencher sur un sujet que je connaissais assez mal. Et c'est ainsi que j'ai fait la connaissance du roi Sebastião (voir sa fiche wikipedia).

Manoel de Oliveira lui a consacré un film, O Quinto Império - Ontem Como Hoje (Le cinquième empire, hier comme aujourd'hui, 2004), basé sur la pièce de théâtre El Rei Sebastião de José Régio (1949).




Je n'ai pas vu ce film, mais la critique sur le site Critikat est sévère (le texte complet est à lire ) :
Citation
Le cinéma de Manoel de Oliveira a beau être réservé à un public d’avertis, difficile d’adhérer à son dernier film, Le Cinquième empire, dans lequel le réalisateur portugais nonagénaire semble abandonner toutes velléités cinématographiques pour se contenter de filmer des ombres sans vie. Sans point de vue ni style, le film ressemble au final à la triste résignation d’un cinéaste fatigué.

Si le film d'Oliveira est fidèle au style de l'œuvre de José Régio, alors la critique n'est peut-être pas trop étonnante. Car Régio, dans une grande partie de son œuvre, a décortiqué les relations entre l'humain et le divin, entre le spirituel et le charnel, entre l'individu et le groupe.

Ce film doit certainement paraître trop théâtral à ceux qui en espèrent peut-être une fresque épique. Peut-être même est-il trop théâtral tout court.

Je n'ai pas trouvé ce film en DVD en français. Mais je l'ai repéré en DVD zone 2 (Europe, donc, si j'ai bien compris) sur un célèbre site de vente en ligne, sans toutefois arriver à savoir dans quelle langue il est éventuellement sous-titré. Ma connaissance du portugais est bien trop faible pour que je puisse comprendre un film dans cette langue sans sous-titres dans une langue que je manie bien.

Si quelqu'un dans la Cour connaît ce film pour l'avoir vu sur grand écran ou sur petit écran, je suis preneur d'un retour. Merci d'avance.

Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Ayla
Invité
« Répondre #9 le: 12Janvier, 2009, 14:37:32 »

Ce jour là tout a changé...



mardi 13 janvier 20h35 France 2

    * Genre : Téléfilm
    * Date de sortie : 2009
    * Durée : 1h30
    * Réalisé par : Jacques Malaterre
    * Avec : Arnaud Bédouet - Chiara de Luca - Olivier Augrond
   
      Interdit aux moins de 10 ans

Résumé :

A Paris, le 14 mai 1610, à 14h15, le roi Henri IV est assassiné par un catholique fanatique du nom de Ravaillac, esprit fragile influencé par les violents sermons entendus à l'époque. Ce jour-là, Henri IV n'a qu'une idée en tête : retrouver la femme qu'il aime et tenter de l'empêcher de partir. Pressé de toutes parts pour régler les affaires les plus urgentes du royaume de France, il s'échappe en carrosse dans Paris, sans escorte, au mépris du danger qui rôde à chaque coin de rue. Sa mort, fomentée par les radicaux religieux pour attiser la haine, va apaiser, contre toute attente, les conflits qui existent entre catholiques et protestants...
Casting :

    * Réalisateur : Jacques Malaterre -
    * Musique : Cyril Orcel -
    * Dialogue : Cyril Orcel -
    * Scénariste : Emmanuel Bézier - Janine Garrisson
    * Avec : Arnaud Bédouet (Henri IV), Chiara de Luca (Marie de Médicis), Olivier Augrond (le maréchal de Bassompierre), Priscilla Bescond (Charlotte de Montmorency), Marc Saez (le duc d'Epernon), Jean-Baptiste Malartre (Sully), Anatole de Bodinat (le Prince de Condé), Tibo (Ravaillac)

Source: http://www.programme-tv.net/divertissement/1307776-ce-jour-la-tout-a-change/
Journalisée
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 241



WWW
« Répondre #10 le: 12Janvier, 2009, 14:39:11 »

J'avais repéré cela dans le programme des jours à venir. Sauf incident de dernière minute, je ferai partie des spectateurs. A défaut, j'enregistrerai ce docu-fiction.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Teomme
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 140


« Répondre #11 le: 23Février, 2009, 12:55:55 »

Petite question par rapport à la Reine Margot (le film)

Visiblement il y a trois versions:
- la version ciné
- la version "étendue"(la plus longue)
- la version "director'cut" (pour la jouer à l'américaine)

J'ai vu le film il y a fort longtemps ou il passait en deux temps à la télé (version étendue je suppose). Je l'ai revu une seconde fois plus tard en constatant (malheureusement) l'amputation de bons nombres de passages (version ciné?)

Bref la version étendue est-elle trouvable en DVD et, sinon, que vaut la version director's cut?
Journalisée
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 241



WWW
« Répondre #12 le: 23Février, 2009, 20:01:18 »

Il y a une version "collector" en DVD. Elle contient :

Citation
Edition Collector
Edition restaurée et remasterisée à partir d'un master HD
Montage Director's Cut avec 11' supplémentaires
Boîtier keep case avec surétui
DVD 2 :
Entretiens avec Danièle Thompson et Patrice Chéreau
Galeries de photos :
- Tournage
- Coulisses
- Décors et accessoires
- Album de la scripte Suzanne Durrenbergen
- Dessins et costumes
Essais costumes (archives 1993)
Comparatif film/story-board, "Le mariage", "La chasse"
7 scènes coupées
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 241



WWW
« Répondre #13 le: 23Février, 2009, 20:05:18 »

Je viens de tomber sur une information qui peut intéresser les plus cinéphiles des Obéronnistes : ce film a fait l'objet d'une thèse en Sorbonne : "La Reine Margot de Patrice Chéreau. Genèse et réalisation d’un film historique" (soutenue en 2006)

Le résumé est lisible sur cette page-là.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 241



WWW
« Répondre #14 le: 27Avril, 2009, 21:26:36 »

[Inspi cinéma] La conjura de El Escorial, d'Antonio Del Real

Il se raconte, dans les couloirs, que la deuxième édition de Te Deum contiendra une petite présentation géopolitique de la péninsule ibérique.
En attendant la sortie de cette 2ème édition, pourquoi ne pas commencer à vous mettre dans l'ambiance avec La conjura de El Escorial (La conjuration de l'Escorial).



Un film basé sur un contexte historique, à la fin des années 1570, quand la maison d'Albe et celle des Mendoza s'affrontaient allègrement.

Je ne sais pas encore ce que vaut le film, mais je vais essayer d'en savoir plus très prochainement. Les quelques avis que j'ai lus sur le film sont partagés, voire mitigés. Mais ma curiosité pe pousse tout de même !


Le site du film est celui-là, et une bande annonce est également visible sur cette page-là.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Pages: [1] 2 3 ... 6   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: