Les Salons de la Cour

01Octobre, 2020, 04:58:53
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 2 [3] 4 5 ... 21   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Janua Vera, un recueil de nouvelles par un obscur auteur polonais  (Lu 84897 fois)
0 Membres et 2 Invités sur ce fil de discussion.
Acritarche
Puissance Oubliée des Contrées
Les Rêveurs
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 621



WWW
« Répondre #30 le: 04Septembre, 2007, 10:20:22 »

Usher,

Tu transformes l'attente en délicieuse torture...

Je me réjouis de lire la suite des aventures de Benvenuto.
Journalisée

Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 691



« Répondre #31 le: 04Septembre, 2007, 13:00:27 »


 J'ai vraiment eu le sentiment, c'est subjectif, j'en conviens, que le personnage bouscule l'auteur .


Il y a de cela, c'est vrai. Benvenuto a suffisamment de corps pour formuler ce que je n'écrirais pas si je n'avais pas cette persona intercalée entre moi et mon lecteur. Il n'est pas le seul, d'ailleurs. Un autre personnage, qui n'est pourtant pas le narrateur, s'est mis à jouer des coudes pour exister par lui-même. J'étais assez étonné de découvrir sous mon clavier ce syndrome pirandellien.

Usher
Journalisée
Ohtar Celebrin
PBM TdM : Damangol / PBM YP : Phoïbos-Angfrid
Les Rêveurs
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 753



WWW
« Répondre #32 le: 07Septembre, 2007, 18:27:29 »

Deux ‘‘petits’’ commentaires parallèles sur ce magnifique ouvrage, ma chère compagne Kianna ayant rajouté son sentiment lorsque je lui ai demandé de corriger mon brouillon....


Janua Vera :
En commençant par ce texte, je me suis demandé dans quoi je me lançais… L’écriture est impeccable ou tout au moins largement au dessus de ce que l’on a l’habitude de lire… Mais l’ambiance ne m’a pas séduite. Je n’ai vraiment trouvé d’intérêt à ce texte que en lisant le reste du recueil, car il donne une certaine assise aux décors.
Ce que j’ai apprécié tout de même sur le moment, c’est de ne jamais avoir de certitude sur l’ampleur de la divinité ou de l’humanité du Roi.
*Cette nouvelle m’a plu par son regard sur la folie qui peu à peu s’empare de l’homme. La dérive est très bien rendue et rend le personnage à la fois détestable et attachant…*

Mauvaise donne :
Là je fut séduit… Non pas comme certain par le personnage mauvais garçon de Benvenuto (il ne me revient pas ce type) mais plus par l’action, les méandres des raisonnements et des intrigues…
Néanmoins une question m’a toujours troublé quant aux sociétés secrètes tel que les guildes de voleurs où d’assassins : comment les contacter puisqu’elles sont si secrètes et que leurs membres restent invariablement dans l’ombre ?? ?? (Mais sans doute en saurai-je davantage à la sortie du prochain Songe d’Oberon…)
Vivement la suite…
*Moi j’adore ce personnage… Je me suis toujours attachée aux personnages de type « mauvais garçon » (peut être une vieille inimitié entre moi et les contes de fée)…
Je devrai me méfier… car dans le style ‘‘mauvais garçon’’ on fait bien mieux que moi^^

Le service des dames :
L’une de mes nouvelles préférées. Des personnages attachants, une ambiance plus vraie que nature et une écriture bien pausée… un vrai régal.
D’autant plus que les interactions entres les personnages ne sont pas si simples qu’il n’y paraît.
*J’ai beaucoup aimée cette nouvelle car le lecteur est tout autant trompé et outré que le chevalier... J’aurais peut être préférée un fin plus tragique, bien que celle-ci soit d’une rare cruauté.*

Une offrande très précieuse :
Là encore, beaucoup de plaisir à la lecture
Des Barbares qui sont doués de sentiment et d’états d’âme… Cela manquait tellement.
Bizarrement, c’est le niveau de langage de ces barbares qui m’a un peu chatouillé après coup… On ne sent selon moi pas assez de différences entre leur langage et celui que peut avoir le Chevalier aux Epines par exemple.
Il y a deux choses qui m’ont particulièrement touché dans cette aventure :
C’est d’une part que le chevalier soit sauvé par le « souhait de vie » de son ennemi.
Et d’autre part, c’est le fait que le héro de cette nouvelle, semble se soumettre à celui qu’il a sauvé alors même qu’il connaît son plan et qu’il a eu un aperçut de la route qui l’attendait. Il aurai pu prendre l’ascendant sur lui mais il a repris sa place ‘‘naturelle’’.
*J’avoue avoir eu un peu de mal à mettre les choses les unes au bout des autres au début… je suis parfois un peu lente… C’est peut être la nouvelle qui m’a le moins parlé… Bien écrite, mais je n’ai pas réussi à me laisser prendre par l’histoire.*

Le conte de Suzelle :
Mon préféré à cause d’un personnage… non ce n’est pas Suzelle pourtant très sympathique et attachante, mais bien d’Annoeth.
Je suis tombé amoureux, avec Suzelle, de cet Elfe si éphémère et pourtant éternel… Si tu ne le réintroduis pas dans l’un de tes romans futurs, je risque de subir le même sort que la pauvre paysanne. (Ayez pitié d’un pauvre lecteur…)
Plus sérieusement, cela faisait bien longtemps que je n’avais rencontré un Elda aussi elfique. Peut-être depuis ma rencontre inattendue avec Lliane la reine dans le ‘‘Crépuscule des Elfes’’ ou celle plus coutumière avec Gildor Inglorion dans les bois de la Comtée même si ils ne se ressemblent pas du tout ni les uns, ni les autres.
*J’aime beaucoup cette nouvelle de par l’évolution de Suzelle à travers le temps : l’insouciance, l’espoir, la résignation, le désespoir, l’espoir de nouveau… Et surtout cette cruauté inconsciente d’Annoeth qui vit dans un autre univers. Un conte très beau, très touchant, très vrai…*

Le confident :
Cette nouvelle aussi m’a beaucoup plu. Une religion crédible bien qu’originale et des aspirations religieuses très humaines… Un personnage qui à vraiment de la substance.
*Ma préférée… Ce journal intime m’a tenu en haleine jusqu’à la fin, jusqu’à sa conclusion inattendue (pour moi en tout cas) qui offre beaucoup d’espoir tout en mettant un point final plutôt triste.*

Jour de guigne :
Je suis moins fan. C’est un récit amusant et très plaisant à lire, toujours aussi bien écrit, mais il manque la profondeur qui me séduisit tant dans les trois précédentes narrations.
*Je me suis amusée des péripéties de ce pauvre bougre de Maître Calame. Mais je crois que ce qui m’a le plus plu, c’est le langage utilisé qui m’a un peu fait pensé dans les discussion à celui du très connu Terry Pratchett et de son disque monde… Les discussions entre le bailli, le maître archiviste et Maître Calame sont digne d’un Rincevent dans sa grande forme. Tordant !!*

En conclusion, c’est un recueil qu’il ne faut pas manquer et je tiens à te remercier pour cette excellente fenêtre vers l’imaginaire. Je l’ai conseillé à de nombreux amis et ma compagne est en train de le lire…
*Non, je l’ai fini ^^ Et j’ai adoré… Pas toujours le même avis que mon très cher (il est pinailleur mine de rien…) mais beaucoup de plaisir à la lecture. Beaucoup de découverte aussi, ne connaissant pas l’univers, et donc beaucoup de conjectures et d’imaginaire possible. Un véritable régal que je me suis empressée d’offrir à d’autres pour le faire connaître*
Pinailleur moi ?? Bien tien… je suis juste à ma recherche de la perfection voila tout !!  Grin

Et bien évidemment je suis pressé de découvrir ton prochain roman car si je n’aime pas Benvenuto, je raffole de ses aventures. (Cela paraît peut être étrange à certains mais ça m’est tout à fait naturel.)
*De même pour moi, mais autant pour les aventures que pour le personnage ^^*

Journalisée

Râler moins
Rôler plus !
Glorfindel
Invité
« Répondre #33 le: 08Septembre, 2007, 03:15:11 »

Tiens, quelqu'un d'autre qui n'aime pas Benvenuto. Je dois dire que je ne le trouve pas attachant. Le personnage le plus méchant que j'ai apprécié était Corwin dans Ambre, et malgré ses airs blasés et cyniques c'est plutôt un bon gars.

ça ne veut pas dire que je bouderai le roman, mais ce serait bien si Benvenuto pouvait mourrir à la fin. Grin
Journalisée
Hikaki
La Chancellerie
Maréchal
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 4 818



WWW
« Répondre #34 le: 08Septembre, 2007, 04:10:19 »

ce serait bien si Benvenuto pouvait mourrir à la fin. Grin
Jaloux, va. 

Hikaki
Journalisée
Glorfindel
Invité
« Répondre #35 le: 08Septembre, 2007, 04:21:28 »

Ben quoi? Il y a des tas d'excellents romans où le personnage principal meurt à la fin. Il y a même des romans où un personnage-narrateur meurt à la fin. Le Druide de Yann Brekelien, par exemple. Et puis Benvenuto vit dangereusement, non?
Journalisée
Hikaki
La Chancellerie
Maréchal
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 4 818



WWW
« Répondre #36 le: 08Septembre, 2007, 06:05:05 »

Jaloux quand même. Ou égoïste. N'as-tu pas pas pensé à toutes ces jeunes et jolies filles qui seraient effondrées de douleur en lisant une telle fin ?!

Hikaki
Journalisée
Acritarche
Puissance Oubliée des Contrées
Les Rêveurs
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 621



WWW
« Répondre #37 le: 08Septembre, 2007, 06:08:40 »

En ferais-tu partie?

Hikaki est amoureuse. Hikaki est amoureuuuuuuse! 
Journalisée

Hikaki
La Chancellerie
Maréchal
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 4 818



WWW
« Répondre #38 le: 08Septembre, 2007, 07:47:59 »

Suis-je une jeune et jolie fille ? Heu, honnêtement : non. 

Hikaki
« Dernière édition: 08Septembre, 2007, 10:52:09 par Hikaki » Journalisée
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 691



« Répondre #39 le: 08Septembre, 2007, 07:48:59 »

Très, très imprudent, de noter qu'on souhaite la mort d'un type comme Benvenuto… 

Usher
Journalisée
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 691



« Répondre #40 le: 08Septembre, 2007, 11:27:24 »

Merci à Ohtar celebrin et à Kianna pour leur regard croisé sur mes petits récits. C'est très flatteur et très intéressant de disposer ainsi de retours de lecture !
Quelques réactions ponctuelles à propos de vos observations :

Mauvaise donne :
Là je fut séduit… Non pas comme certain par le personnage mauvais garçon de Benvenuto (il ne me revient pas ce type)

Tu as bien raison : moi non plus, il ne me revient pas. (Et même vraiment pas du tout, vu ce qu'il sera capable de faire par la suite !  Grin) Mais, foin de toute modestie, je vois un peu Benvenuto comme un personnage de drame élisabéthain : un criminel qui regarde son public bien en face, qui lui confie ses desseins les plus noirs en cabotinant, et qui finit par dévoiler son humanité non parce qu'il cherche à se racheter quand tout dérape, mais précisément parce que sa trajectoire l'amène à patauger dans un bain de sang… 

Néanmoins une question m’a toujours troublé quant aux sociétés secrètes tel que les guildes de voleurs où d’assassins : comment les contacter puisqu’elles sont si secrètes et que leurs membres restent invariablement dans l’ombre ?? ?? (Mais sans doute en saurai-je davantage à la sortie du prochain Songe d’Oberon…)

Question pertinente ! Question essentielle, même !
Je ne pense pas que Gagner la guerre comprendra une réponse explicite, même si certains éléments y seront suggérés. En revanche, j'ai la réponse, et c'est même la clef pour un développement romanesque bien plus ample qu'un seul livre. Je peux apporter une réponse partielle, et aussi en tirer une conséquence.
De la même façon que les assassins de la Guilde emploient des signes de reconnaissance pour prendre contact même lorsque le cloisonnement de leur organisation les empêche de se connaître personnellement - les trois traits-, il existe des signes de reconnaissance entre les élites aristocratiques et la Guilde, qui permettent de faire savoir aux Chuchoteurs lorsqu'un patricien ou un sénateur requiert leurs services.
Il en découle une réalité cachée et effrayante. Cela implique une collusion séculaire entre la noblesse et la Guilde. Cela signifie en fait que la Guilde des Chuchoteurs est bien plus qu'une société criminelle "de services" : c'est une mafia infiltrée au sein des élites ciudaliennes, qui possède ses ramifications jusqu'au cœur du gouvernement de la République. La Guilde des Chuchoteurs est donc une véritable pieuvre, implantée par la tradition, dont l'assassinat ne représente finalement que la raison sociale… Et de fait, la Guilde est associée à la libération de Ciudalia, puisque ce fut un de ses assassins qui étrangla le dernier roi de Leomance, venu assiéger la ville en pleine insurrection. La Guilde est donc la face noire de la République, depuis son origine.

*Moi j’adore ce personnage… Je me suis toujours attachée aux personnages de type « mauvais garçon » (peut être une vieille inimitié entre moi et les contes de fée)…
Je devrai me méfier… car dans le style ‘‘mauvais garçon’’ on fait bien mieux que moi^^

Pareil qu'Ohtar Celebrin.
*Coule un regard soupçonneux à Hikaki*

Une offrande très précieuse :
Là encore, beaucoup de plaisir à la lecture
Des Barbares qui sont doués de sentiment et d’états d’âme… Cela manquait tellement.
Bizarrement, c’est le niveau de langage de ces barbares qui m’a un peu chatouillé après coup… On ne sent selon moi pas assez de différences entre leur langage et celui que peut avoir le Chevalier aux Epines par exemple.

Je suis assez d'accord avec cette critique.
Récemment, je me suis dis que le discours de Cecht n'était pas assez primaire. J'aurais dû simplifier davantage sa syntaxe, hacher davantage son phrasé.

Mon préféré à cause d’un personnage… non ce n’est pas Suzelle pourtant très sympathique et attachante, mais bien d’Annoeth.
Je suis tombé amoureux, avec Suzelle, de cet Elfe si éphémère et pourtant éternel… Si tu ne le réintroduis pas dans l’un de tes romans futurs, je risque de subir le même sort que la pauvre paysanne. (Ayez pitié d’un pauvre lecteur…)

Disons qu'il n'est pas exclu qu'Annoeth fasse un détour insouciant par un coin de chapitre de Gagner la guerre… S'il ne me fait pas faux bond, à moi !   Il est même très envisageable qu'un ou deux autres elfes croisent le chemin de Benvenuto - pour la plus grande perplexité du truand, du reste… 
C'est un des casse-têtes du travail en cours, du reste. A deux titres : d'abord, il me faut essayer de restituer à nouveau le charme déroutant du peuple elfique. Ensuite… le narrateur est Benvenuto. Et les deux conjugués, ça donne un problème narratif très compliqué !

Ravi, en tout cas, que vous ayez trouvé plaisir à parcourir ces pages.

Usher
« Dernière édition: 08Septembre, 2007, 12:49:23 par Usher » Journalisée
Kazanoff
Sans Repos
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 820



« Répondre #41 le: 14Septembre, 2007, 07:24:21 »

Parce qu'un lecteur se doit à ses auteurs, j'y vais moi aussi de ma petite critique.

Je suis d'abord content pour Usher, d'avoir franchi le pas dela publication littéraire ; c'est une reconnaissance qui doit vraiment aider pour l'écriture. Et je suis content pour la fantasy française, dont c'est le premier livre que j'ai pu terminer (en exagérant à peine). C'est un énorme succès que des choses se disent, et s'écrivent bien, dans ce genre.

Quelques réticences d'abord. J'ai aimé la littérarité des textes. Un grand bol d'air poétique là où on est habitué à la non-écriture. Mais elle est à mon gôût un peu trop marquée dans certaines nouvelles. Ca sent un peu la première publication littéraire : c'est très bien écrit. Un peu trop. La grande poéticité - les nombreux adjectifs, la syntaxe ciselée, la structure du suspense - se met un peu entre le récit et moi. J'ai eu parfois l'impression qu'on me disait : attention, texte littéraire ! C'est pour ça que la première nouvelle m'a vraiment peu convaincu. D'un point de vue d'orfèvre, c'est parfait. Mais je ne suis pas rentré dedans. Paradoxalement, c'est la grande littérarité de tes scénarios qui m'avait absolument emballé, parce qu'on y oubliait à la lecture le jeu du rôle. Dans Janua Vera je ne suis pas parvenu à oublier la page en face de moi. Dans d'autres textes, j'ai trouvé un peu ostensibles les références ; les changements de tonalité sont un peu radicaux de ce point de vue.
Autre petit reproche, certains textes fleurent bon leur jeu de rôle : le barbare, le chevalier, l'Elfe, le truand... On a un peu affaire à une extension de background avec les personnages obligés.
Je pense que tout cela, observations très personnelles, disparaîtra dans un roman ; c'est souvent pour les mêmes raisons que je les préfère aux nouvelles.

Bon, c'est dit, mais disons le plus important : j'avais un peu tardé à acheter le livre, malgré une grosse attente. J'ai toujours été fan d'Usher, de Narcisse Transi à Te Deum ; les meilleures lectures de scénario et de jeu, et les meilleures parties aussi...
Je me le suis procuré sur le chemin de l'aéroport, en allant à Istanbul. J'ai failli rater ma correspondance à Franckfort à cause du bouquin ; et arrivé là bas, je l'ai terminé avant d'aller voir passer les bateaux sur le Bosphore.
Je ne pourrai pas faire de meilleur compliment : j'ai dévoré le recueil en y prenant un immense plaisir. Ma nouvelle préférée est celle de Benvenuto, et je suis ravi qu'il fasse l'objet - le sujet - d'un texte plus long. Ce que d'autres disaient de l'identification est très vrai ; et c'est aussi - pour cela - la mieux écrite, parce que le poète disparait derrière le personnage. Sans hésiter je me jetterai sur son roman ! Qu'y soit mêlangés les récits de ses tribulations, les intrigues politiques et la guerre en analepse apporte beaucoup de variété.
J'ai beaucoup aimé aussi Jour de Guigne, très drôle et même assez métaphysique, dans un style grotesque que j'apprécie particulièrement.
Enfin, l'aspect livre univers me plait énormément : on devine beaucoup d'histoires en toile de fond, simple références ou longues explications. Ca élargit énormément l'horizon imaginaire.

En conclusion : félicitations ; jetez vous sur le livre ; on en veut encore.
« Dernière édition: 14Septembre, 2007, 07:29:20 par Kazanoff » Journalisée

So Carter tried to do as others did, and pretended that the common events and emotions of earthly minds were more important than the fantasies of rare and delicate souls.
H.P. Lovecraft, The Silver Key
Kynan
Argoulet
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 201


Contradicteur Systématique


« Répondre #42 le: 14Septembre, 2007, 07:28:41 »

Vous excuserez ma question naïve, mais où puis-je trouver ce recueil dont tout le monde dit tant de bien ? 
Journalisée

PbF TdM : Tobias Branda (Hobbit)
PbF Space Frontiers : Monfried Fonricht
PbF Ynn Prydden : Bors Njarlsson
PbF TdF : Ser Rickard

ex : Tiamat, Elfirie, Trinités, M+C, EG
FaenyX
Le Guet
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 271



WWW
« Répondre #43 le: 14Septembre, 2007, 07:37:55 »

Essaie

Et, si pas satisfait, remboursé, comme on dit
« Dernière édition: 14Septembre, 2007, 09:10:46 par FaenyX » Journalisée

Kazanoff
Sans Repos
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 820



« Répondre #44 le: 14Septembre, 2007, 07:48:33 »

Moi je l'ai trouvé à Gibert ; donc tu as tes chances dans une bonne librairie.
Journalisée

So Carter tried to do as others did, and pretended that the common events and emotions of earthly minds were more important than the fantasies of rare and delicate souls.
H.P. Lovecraft, The Silver Key
Pages: 1 2 [3] 4 5 ... 21   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: