Les Salons de la Cour

16Septembre, 2019, 23:11:52
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 [2] 3 4 ... 21   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Janua Vera, un recueil de nouvelles par un obscur auteur polonais  (Lu 63089 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 528



« Répondre #15 le: 02Août, 2007, 23:55:10 »

Sinon : je n'arrive pas à trouver une image du tableau qui a failli être la couverture :  une âme charitable aurait-elle un lien ?  :'(

Voici : http://www.smart-art.at/alpen/alpenkunst/bild-caspar-david-friedrich.htm

Usher
Journalisée
Pan Paniscus
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 838



« Répondre #16 le: 03Août, 2007, 17:00:21 »


Le premier message qui marquera mon retour sur ce forum ou tout du moins le descendant de l'ancien, sera de dire que je dévorerai ce livre dés que je mettrai la main dessus. Cela me fera du bien de lire un auteur français dans le domaine de la fantazy (A ce propos, si vous en avez d'autres à me recommander je suis preneur). En plus, je sais déjà qu'il prend plaisir à se triturer les méninges pour que son verbiage soit le plus travaillé possible et j'adore ça. Je le confesse à une époque je lisais même  ses scénarios Te Deum rien pour sa prose.

Bon sur ce, je retourne bosser.
Journalisée
cavaillon
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 338



« Répondre #17 le: 06Août, 2007, 15:46:26 »

Voyageant beaucoup, j'attendais la sortie en format poche de ce recueil, mais à lire vos commentaires tous plus enthousiastes les uns que les autres, et en apprenant que Monsieur Ruaud a pris un risque financier sans lequel nous ne lirions peut-être pas ce recueil, je pense que je vais l'acheter chez les Moutons Electriques, finalement...

... Même si je ne pense pas le lire avant quelques mois, puisque je suis pris dans la troisième trilogie de Robin Hobb...

Et après, il faudra que j'achète le premier cycle d'Ambre, puisque le label "la cour a aimé" créé par notre "mouton électr[on]ique" à nous (Bertram) dans l'ancien forum m'a appâté sur cette oeuvre (il me semble que la critique était de Glorfindel, mais je n'en suis plus sûr, vu le nombre de fans dans la Cour)...

Ah, et puis "The Magician", de Feist.

Et aussi Régine Pernoud...

Et je dois découvrir au moins un bouquin de Robin Cook (il paraît que c'est pas mal...)

Et puis " Samarcande" de Amin Maalouf...

Et puis "L'Anneau du Pêcheur" de Raspail...

     (soupir de contentement)    C'est vraiment chouette d'avoir une pile de livres en attente... Ca évite d'acheter des poches inconnu sans trop savoir sur quoi on a tomber (assez déçu par "Rainbow 6" de Clancy)
« Dernière édition: 06Août, 2007, 15:56:27 par cavaillon » Journalisée

Quand une femme vous dit "Quoi ?", ce n'est pas qu'elle a mal entendu ; elle vous laisse une chance de modifier ce que vous venez de dire.
Glorfindel
Invité
« Répondre #18 le: 07Août, 2007, 00:34:19 »

A propos du Service des Dames, je me demandais si d'aventure Usher avait lu le lai du lecheor, un poème du 13ème  siècle qui porte un regard satirique sur l'éthique courtoise. Bien qu'il n'y ait pas vraiment de ressemblance entre les deux, la thématique m'y a fait irrésistiblement penser. Tu connais, Usher?
Journalisée
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 528



« Répondre #19 le: 07Août, 2007, 03:59:51 »

Non, je ne le connais pas.

Ceci dit, la littérature médiévale est un vrai continent, et je n'ai fait qu'entrevoir son littoral… 

Usher
« Dernière édition: 07Août, 2007, 06:43:35 par Usher » Journalisée
Glorfindel
Invité
« Répondre #20 le: 07Août, 2007, 04:22:43 »

Je suis bien d'accord. C'est un continent que j'aime bien arpenter, et je n'ai pas fini de voir du pays.

(Pour information, ce lai figure dans le recueil Lais féériques des XIIème et XIIIème siècles d'Alexandre Micha.)
Journalisée
FaenyX
Le Guet
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 791



WWW
« Répondre #21 le: 14Août, 2007, 17:34:43 »

Je me suis récemment offert Janua Vera et je dois dire que j'ai pris un réel plaisir à la lecture de cet ébouriffant recueil de nouvelles. 
Pour faire bref, il fait partie, chez moi, de ces livres qu'on referme à regret, mais qu'on emporte avec soi, dans un coin de son esprit. Des personnages attachants (j'ai un faible pour Benvenuto et pour Suzelle, comme nombre de mes petits camarades), un univers cohérent, des histoires à échelle humaine, le tout écrit de main de maître .
Pour faire bref : merci, Usher. Il y a bien longtemps qu'une lecture ne m'avait fait autant de bien.
Journalisée

Lord Skeletor
Prophète des JdR oubliés...
Les Rêveurs
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 626



WWW
« Répondre #22 le: 16Août, 2007, 18:45:59 »

Cuchulain m'a offert l'ouvrage pour mon anniversaire.

Toutes les nouvelles sont intéressantes, mais certaines m'ont beaucoup, beaucoup touché, notamment la première, qui m'a scotché au mur.

Janua Vera, Mauvaise donne, Une offrande très précieuse, Le conte de Suzelle ont ma plus haute recommandation.

Bravo et merci Usher ! Il y avait longtemps que je n'avais pas lu un ouvrage de cette qualité.

J'aurais un souhait : Une chronologie des nouvelles.


PS : Je n'ai relevé que deux erreurs dans le texte.

Ca signifie :
- a contrario, que le reste de l'ouvrage en est exempt ;
- a fortiori, qu'il est possible de livrer de nos jours, même chez un petit éditeur, un ouvrage écrit dans un français non seulement irréprochable mais de surcroît châtié et plaisant... Ce qui confirme si besoin était mes soupçons sur la désinvolture de certains auteurs / éditeurs...

« Dernière édition: 16Août, 2007, 18:47:45 par Lord Skeletor » Journalisée

Jouer des enfants ? "Héros comme Trois Pommes" !
Mon blog JdR en français et in english.
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 528



« Répondre #23 le: 16Août, 2007, 23:16:24 »

Même si je n'ai pas répondu à tous les posts, je suis vraiment ravi que mon petit recueil vous plaise ! Ca fait chaud à mon petit ego de plumitif, surtout en cette période pas drôle du tout sur le plan familial.

Toutes les nouvelles sont intéressantes, mais certaines m'ont beaucoup, beaucoup touché, notamment la première, qui m'a scotché au mur.

Janua Vera est la nouvelle qui génère les réactions les plus extrêmes, en bien ou en mal. Certains, comme toi, sont accrochés ; d'autres trouvent le texte ampoulé et dépourvu de sens. Perso, même si je suis mauvais juge, je persiste à penser que c'est un des plus réussis, en raison de son rythme et du caractère légèrement flottant de sa focalisation, hésitant entre point de vue interne et des petites touches de point de vue omniscient, ce qui renvoie à l'ambiguïté du statut de Leodegar.

J'aurais un souhait : Une chronologie des nouvelles.

Dans la mesure où ces nouvelles mettent en scène un univers conçu pour le jeu de rôle, j'avais un comput assez détaillé, ce qui me permet de donner des dates approximatives.

Il y a deux computs dans le Vieux Royaume :
Le premier prend pour an 0 le début de la prédication d'Ocann le Dévoreur, le prophète du Desséché qui va instaurer son culte en Transestrie, le continent du Vieux Royaume. Cela a lieu cinq siècles avant les conquêtes de Leodegar.
Le deuxième est le calendrier de Leomance : il prend pour an 0 la première grande victoire remportée par Leodegar, sur la Rivière Sèche, au cours de laquelle il reçoit le surnom de Resplendissant et amorce ses conquêtes.

Janua Vera a lieu en l'an 29 du Calendrier de Leomance (et environ en l'an 520 du comput du Desséché). Leodegar a alors une bonne quarantaine d'années.

Les six autres nouvelles ont lieu à la fin du X° siècle du Calendrier de Leomance. (Au début du XV° siècle du comput du Desséché.) Mauvaise donne, Le service des dames et Un e offrande très précieuse sont contemporaines à quelques semaines près ; dans Le service des dames, Ædan cherche à rejoindre le comte de Brochmail pour écraser les pillards d'Ouromagne, opération au cours de laquelle, une dizaine de jours après avoir tué le baron Hywel de Combe-Noire, il est lui-même vaincu et épargné par Cecht.

Jour de guigne a lieu quelques mois après ; c'est en fait une nouvelle presque contemporaine au roman que je suis en train d'écrire, qui a lieu 18 mois après Mauvaise donne. La présence du changeur de forme à Bourg-Preux, comme le monstre le dit lui-même, est l'indice que "les temps changent"…

Le conte de Suzelle, qui s'étale sur des décennies, commence avant les autres histoires et se conclut après.

L'agonie du narrateur du Confident est à peu près contemporaine de la première décennie du mariage de Suzelle, puisque Liliola arrive dans le Bosquet au moment où le prêtre vit reclus - Liliola étant la petite fille de Suzelle qui meurt à l'âge de quatre ans.

Et pour les gens curieux, j'ai des aides de jeu initialement prévues pour mes joueurs compétents en histoire du Vieux Royaume, ce qui permet d'avoir un comput plus détaillé… 

Usher
« Dernière édition: 12Septembre, 2007, 06:57:50 par Usher » Journalisée
Glorfindel
Invité
« Répondre #24 le: 17Août, 2007, 01:54:37 »

La sortie de Vieux royaumes RPG est-elle prévue?
Journalisée
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 528



« Répondre #25 le: 16Août, 2035, 21:12:58 »

La sortie de Vieux royaumes RPG est-elle prévue?

J'y rêvasse parfois…

Mais j'ai tellement de choses à faire que cela restera dans le domaine du vœu pieux.  Grin

Usher
« Dernière édition: 16Août, 2007, 21:50:47 par Hikaki » Journalisée
Octave
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 192



« Répondre #26 le: 21Août, 2007, 16:51:07 »

Je viens tout juste de le recevoir, je m'y mettrai d'ici peu...
Journalisée

"Et les gens en habits se promènent,
Indécis, sur le gravier,
Sous ce grand ciel
Qui s'étend des collines au loin
Jusqu'aux lointaines collines."

Franz Kafka
Pan Paniscus
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 838



« Répondre #27 le: 04Septembre, 2007, 13:58:29 »

Ca y est je l'ai lu. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce petit recueil de nouvelles et cela même alors que j'avais lu une bonne part de ses historettes alors qu'elles étaient encore en libre consultation. J'ai même eu du plaisir à les relire et je ne regrette pas les euros investits. J'aime décidément le style d'Usher et je n'ose imaginer quel perfectionniste il faut être pour parvenir à un tel résultat. Certaines phrases doivent être peaufiner et repeaufiner.

J'attends avec impatience le roman et si celui-ci me plait autant que Janua Vera alors, notre auteur n'aura plus qu'un défaut à mon sens... Il ne sera sans doute pas assez prolifique.

Usher, je me pose deux questions. Ce qui a du t'amuser dans la rédaction de ces nouvelles, c'est de varier les genres et les styles. Dans ton roman, j'imagine que ces variations ne sont plus possibles et que tu a du te restreindre à une ambiance. En tires-tu toujours autant de plaisir ? Penses-tu après ce roman persévérer dans la voie de l'écriture ?
Journalisée
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 528



« Répondre #28 le: 04Septembre, 2007, 14:35:19 »

Encore merci pour ces compliments. 

Usher, je me pose deux questions. Ce qui a du t'amuser dans la rédaction de ces nouvelles, c'est de varier les genres et les styles. Dans ton roman, j'imagine que ces variations ne sont plus possibles et que tu a du te restreindre à une ambiance. En tires-tu toujours autant de plaisir ?

Formellement, les variations de style comme les hommages sont effectivement moins possibles, dans la mesure où je me restreins à une seule voix narrative, celle de Benvenuto. Cependant, le ton connaît des variations mineures, qui reflètent en fait la richesse du personnage principal. Benvenuto est un truand lettré : alors que je passais sous silence les raisons de ce statut paradoxal dans Mauvaise donne, j'ai dû prendre à bras-le-corps le problème dans le roman. Comment un personnage crapuleux, qui parle couramment l'argot des milieux louches, peut-il aussi construire le récit romanesque de ses aventures, et fréquenter et comprendre les milieux aristocratiques ? Il y a dans le discours de Benvenuto un mélange de niveaux de langue qui lui donne une certaine diversité, et pour lequel j'ai bien dû trouver une origine, qui finit par former l'un des fils de l'intrigue.

L'autre plaisir que je prends à prêter une voix à Benvenuto, c'est le piège de la première personne - un phénomène que Macbesse évoquait plus haut, il me semble. Sa gouaille fait de Benvenuto un personnage séduisant : mais ce personnage-narrateur est une authentique ordure, et il arrivera immanquablement, je pense, des moments où le lecteur va se trouver horrifié ou choqué par ses actes. C'est un challenge très intéressant, pour moi, de prêter la voix à un vrai méchant. Pas un super-vilain caricatural : un homme intelligent, humain, drôle, avec ses valeurs, ses forces et ses faiblesses, et incontestablement mauvais. Il s'agit alors d'essayer (je ne suis pas sûr de réussir, loin de là) de générer un sentiment d'attraction/répulsion chez le lecteur. Je le vois un peu à l'œuvre chez Hikaki, qui lit le roman à mesure que je lui livre les chapitres : elle est tour à tour partagée entre l'envie de découvrir la suite et un profond dégoût. Mon éditeur, qui n'est pourtant pas fan de violence, est lui très enthousiaste pour la première moitié du livre - et il y a pourtant des épisodes très cruels, quoique jamais gratuits. La mise en place de cette valse attraction/répulsion représente de fait une autre forme de jeu narratif.

C'est un travail de longue haleine, mais bizarrement, il n'est pas vraiment lassant. Benvenuto est très distinct de moi : il me faut donc travailler pour lui prêter une voix. Mais quand je la saisis, je retrouve une petite musique particulière, benvenutienne, qui est assez jouissive pour moi. Benvenuto est une mauvaise fréquentation, qu'il est difficile de contacter, mais qui se révèle loquace quand je parviens à la retrouver.

Penses-tu après ce roman persévérer dans la voie de l'écriture ?

Oh que oui ! C'est une vieille névrose…

Usher
Journalisée
Moustrap
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 041



WWW
« Répondre #29 le: 04Septembre, 2007, 15:19:12 »

C'est pour moi une joie de savoir que Benvenuto sera la voix de ce roman prochain, car Mauvaise donne est une des nouvelles que j'ai le plus appréciées, même si je les ai toutes lues avec plaisir. Il y a les raisons déjà évoquées, notamment le fait qu'on s'attache au personnage, d'autant que la nouvelle est longue, mais il y a une autre raison.

C'est un travail de longue haleine, mais bizarrement, il n'est pas vraiment lassant. Benvenuto est très distinct de moi : il me faut donc travailler pour lui prêter une voix. Mais quand je la saisis, je retrouve une petite musique particulière, benvenutienne, qui est assez jouissive pour moi. Benvenuto est une mauvaise fréquentation, qu'il est difficile de contacter, mais qui se révèle loquace quand je parviens à la retrouver.

Cette autre raison, c'est exactement celle-là. J'ai vraiment eu le sentiment, c'est subjectif, j'en conviens, que le personnage bouscule l'auteur . Le fait que Benvenuto soit le narrateur semble agir comme un aiguillon qui casse toute mécanique d'écriture qui pourrait surgir, et il y a un jeu d'équilibre entre distanciation et subjectivité du narrateur dans le choix d'écriture qui est savoureux. Néanmoins, je comprends et partage tout à fait les choix stylistiques faits pour les différents récits.
« Dernière édition: 04Septembre, 2007, 15:22:23 par Moustrap » Journalisée

"Oui, j’ai beaucoup appris de mes erreurs, et je suis sûr de pouvoir les répéter à la perfection"
"Le cercle Fermé", Jonathan Coe

Régime ludique
BD
Pages: 1 [2] 3 4 ... 21   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: