Les Salons de la Cour

31Mars, 2020, 17:09:21
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Armoiries des PNJs  (Lu 2217 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Glorfindel
Invité
« le: 15Février, 2008, 21:50:48 »

Salut tout le monde ! Je ne fais que passer, mais j’ai vu que CCCP avait commencé à faire quelque chose sur les armoiries dans la création de perso. Je vous poste donc ici la description des armes des principaux personnages du cycle, lorsque leurs blasons sont connus. Les textes proviennent pour la plupart de la Saga de Théodoric de Vérone, sinon j’en précise la source. Outre la description, je donne ainsi l’explication du symbolisme des armoiries, quand le texte la mentionne. La traduction française est de Claude Lecouteux.

Siegfried
« Le jeune Sigurd avait pour blason peint sur son écu incrusté d’or un dragon, brun sombre en haut et rouge vif dans le bas ; il se retrouvait sur son heaume, son étendard, sa selle, son haubert. Ainsi ne pouvait-on méconnaître qui chevauchait quand Sigurd approchait. Il était renommé pour avoir tué un grand dragon que les Varègues appellent Fafnir. Toutes ses armes étaient incrustées d’or parce qu’il dépassait tous les hommes en fier courage, en bonne manière et en courtoisie »

Hagen de Tronege
« Son écu et tout son équipement étaient argentés, et l’aigle de son blason était peint en rouge. Lui et le bouclier étincelaient et brillaient tant, quand il les portait au soleil, que nul ne pouvait les contempler longtemps. Cette ruse était sage, comme on pouvait s’y attendre de lui. D’après les récits des Allemands, personne ne doit porter un heaume ou un écu recouvert d’argent dans le combat. »
Autre version : dans le Biterolf et Dietleib, le blason de Hagen est un créneau.


Gunther
« Le roi Gunnar possédait un équipement blanc comme argent ; un aigle couronné ornait son écu ainsi que toutes ses armes. L’aigle portait une couronne parce que Gunnar était roi, et il avait choisi cet oiseau parce qu’il est appelé roi de tous les oiseaux. »

Dietrich de Vérone
« Le roi Thidrek avait un écu ainsi fait : il était de gueule au lion d’or ; le lion dressait la tête vers le bord supérieur du bouclier tandis que ses pieds en touchaient le bas. Une fois Thidrek devenu roi de Vérone, il enrichit son blason en plaçant une couronne d’or sur la tête du lion. Il portait ces armoiries aussi sur son étendard, sa selle et son bliaut. On pouvait donc le reconnaître où qu’il chevaucha. Que celui qui désire faire son portrait note bien ceci : Thidrek choisit ces armoiries parce que le lion est l’animal le plus riche en courage et dignité et parce que toutes les autres bêtes le redoutent ; Thidrek aussi était sans peur et surpassait tous les autres hommes qui tremblaient devant lui et devant ses armes. En ce temps-là, nul ne devait porter un lion sur son écu s’il avait un jour eu des velléités de fuite. »
Autre version: dans La Mort d'Alphart, Dietrich porte un aigle sur ses armoiries.

Hildebrand
(Hildebrand est le maître de Dietrich, auquel il a notamment enseigné l’usage des armes. C’est son plus ancien et son plus fidèle compagnon.)
« Hildibrand le vieux avait un écu de même champ (que Dietrich, c’est à dire de gueule). Un château blanc avec des tours d’or y était peint, et il rappelait la ville de Vérone. Hildebrand portait ces armoiries de la même couleur que celles de Thidrek sur toutes ses armes et sur son bliau parce qu’il ne désirait nullement dissimuler qu’il était son vassal, où qu’il allaât, et ne désirait se soustraire à aucune peine et à nul danger en reniant ainsi leur amitié. »
Autre version : D’après le Wolfdietrich, Hildebrand porterait sur son blason trois loups, qui seraient à l’origine du nom de son lignage, les Wolfings.

Heime
(Heime est un des principaux guerriers de Dietrich, puis d’Ermenrich. Certaines versions font de lui le fils d’un duc, mais d’autres, celui d’un éleveur de chevaux.)
« L’orgueilleux Heimir avait orné toutes ses armes, son écu était d’azur au cheval blanc. Ces armoiries se retrouvaient sur tout son équipement. Le bleu indiquait une poitrine froide et un cœur ardent tandis que le coursier rappelait la profession de ses parents et sa propre maîtrise de l’équitation. »

Witege
(Witege est le meilleur guerrier de Dietrich, et un héros de grande envergure. Fils de Wieland, le forgeron magicien, il a reçu de lui une épée formidable, Mimung, la seule lame au monde que redoute Siegfried. C’est également le descendant d’une ondine et d’un géant, et ses aventures sont souvent empreintes de merveilleux. Mais c’est aussi un personnage tragique, car le jeu des loyautés vassaliques l’obligera un jour à combattre Dietrich et ses compagnons : si vous vous souvenez du passage, dans la Chanson des Nibelungen où la femme de Ruedeger offre à Hagen l’écu de son fils Nuodung, il faut savoir que c’est Witege qui a tué Nuodung en se battant contre les forces de Dietrich et d’Etzel à la bataille de Ravenne, durant laquelle il tue également Diether, le frère de Dietrich, et les deux fils d’Etzel et de dame Helche.)
«Toutes les armes de Vidga étaient blanches, écu, selle, bliau, bannière et heaume. Son écu était orné d’un marteau et de pinces rouges et de trois escarboucles, ce qui renvoyait à la profession de son père, un forgeron, le plus adroit de l’univers ; les trois gemmes indiquaient l’origine (royale : il s’agit de la fille du roi Nidung) de sa mère. Plein de poison, un dragon venimeux  d’or rouge était peint sur son heaume appelé Serpent. Il portait ce signe sur la tête afin que nul n’ignorât combien vif était son désire de combattre et ardente sa fureur. Le même serpent se lovait sur sa selle et sur sa cotte, et on le retrouvait sur son étendard et sur son écu. L’éclat de la broigne le faisait reconnaître de très loin, où qu’il allât.»

Dietleib
(Dietleib est, selon les versions, un vassal de Dietrich ou d’Etzel. Les deux souverains étant de fidèles alliés, on le trouve de toute façon combattant dans l’armée composée de Huns et de Lombards qui accompagne Dietrich dans diverses batailles. Dietleib est fils de roi, mais les versions diffèrent sur ce point : son père est roi soit du Danemark, soit de Tolède. Dans son enfance, Dietleib était un simplet passant son temps à jouer avec les cendres du foyer, mais il démontra ensuite les qualités d’un authentique preux. Il affronte ainsi un personnage nommé Sigurd l’ancien, qui se bat à dos d’éléphant.)
« Thettleif le Danois portait sur toutes ses armes un blason brun foncé. L’animal que les Allemands et les Varègues appellent éléphant, y était peint et rehaussé d’or. Il tenait ces armoiries parce que Sigurd de Grèce l’ancien avait chevauché un éléphant, et parce que lui-même avait durement affronté et vaincu cette bête et acquis du renom[…] L’or du bouclier indiquait que sa mère était de noble naissance. »


Voilà, j'espère que ça vous fait un peu de grain à moudre. A l'occasion, j'essaierai de vous mettre quelques autres armoiries de personnages, mais vous avez là celles des principaux. Du reste, je ne savais pas trop où poster ça, donc CCCP, si tu préfères le mettre dans un autre fil, c'est toi qui vois.

Bonne continuation. J'ai pas trop de temps en ce moment, mais je garde un oeil sur l'évolution du projet, et je reviendrai vous aider dans la suite.
« Dernière édition: 22Mars, 2008, 12:34:34 par Glorfindel » Journalisée
LeDupontesque
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 156



WWW
« Répondre #1 le: 17Février, 2008, 11:16:00 »


Bonne continuation. J'ai pas trop de temps en ce moment, mais je garde un oeil sur l'évolution du projet, et je reviendrai vous aider dans la suite.

On espere bien  Grin
Journalisée

"On est pas obligé de comprendre pour aimer, ce qu'il faut c'est rêver"
[David Lynch]
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: