Les Salons de la Cour

18Septembre, 2019, 22:38:56
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 ... 77 78 [79] 80   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Cinéma  (Lu 177298 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
cccp
TDCA
Argoulet
*
En ligne En ligne

Messages: 6 816



WWW
« Répondre #1170 le: 08Novembre, 2018, 20:24:06 »

J'ai vraiment beaucoup aimé Wine Calling. Une bande de joyeux drilles produisant des vins naturels dans le sud ouest. (c'est plus documentaire que film d'ailleurs).

De la passion, énormément de travail, du rire, du vin, de la bouffe, du rêve, de la solidarité une énergie contagieuse et ...une BO très marquée Rock and Roll.

Whaouw. 

https://www.youtube.com/watch?v=q4vjvoUD2Wg
[Mode impertinent et un poil troll ON]
Ils sont au courant que ce qu'ils produisent (de l'alcool) c'est toxique ?
Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
FaenyX
Le Guet
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 796



WWW
« Répondre #1171 le: 13Novembre, 2018, 21:09:37 »

J'ai vu récemment En liberté !, le dixième film de Pierre Salvadori (réalisateur de l'excellent "Les apprentis" ou du très sombre "Les marchands de sable").  Me voilà presque réconcilié avec la comédie française...mais pas que, parce que, comme souvent avec Salvadori, on est dans une comédie douce-amère, remarquablement servie par des acteurs aux petits oignons.
Je recommande. 
Journalisée

Rom1
Auteur pédant
Les Rêveurs
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 365



« Répondre #1172 le: 14Novembre, 2018, 10:14:46 »

Idem.
Un peu survendu par les taglines sur l'affiche, En Liberté s'avère tout de même très drôle (hilarant même, souvent - putain le braquage final, j'en pouvais plus) et surtout bercé d'une certaine poésie douce-amère. A voir.
Journalisée

Outsider
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 164


Touriste


« Répondre #1173 le: 16Novembre, 2018, 21:48:03 »

ces incohérences tellement flagrantes et parfois "insultantes" (pour l'intelligence du lecteur / spectateur) qu'elles pouvaient immédiatement nous éjecter de l'histoire... et cela existe bel et bien, non ?

Comme un certain film ou l'on voit des blocs de banquise couler suite à une explosion ?

Ou plus récemment un film d'action/aventure avec un mégalodon où dès le début du film on voit un sous marin communiquer avec sa base via un moyen com vidéo duplex.
Jusqu'à preuve du contraire, seule les VLF et ELF portent sous l'eau. Portée 20 m pour les VLF et couverture terrestre pour les ELF (seul les deux grandes puissances utilisaient les fréquences ELF à sens unique terre vers sous marin.), avec la particularité que c'est une communication chiffrée très lente.  Déjà que la scène d'accroche ne tient pas la route. Un SNLE a été attaqué par le mégalodon et un sous marin de sauvetage est sur les lieux. Sauf qu'il faut bien compter plusieurs jours pour déployer un sous marin de secours à grande profondeur. Il doit en exister qu'un poignée sur la planète. Le mégalodon avait largement le temps de fracasser le sous marin, bien que je n'en comprenne pas la raison. S’enchaine une explosion, qui s'explique difficilement dans sa forme.
Donc côté immersion, si j'ose dire pour un film sous marin, c'est raté pour moi.
« Dernière édition: 19Novembre, 2018, 00:15:38 par Outsider » Journalisée

Apprenez à penser par vous même. Si vous ne le faites pas, d'autres le feront pour vous.
MJ ADD2, MJ Trauma.
El Nando
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 893


« Répondre #1174 le: 20Novembre, 2018, 01:39:05 »

Ah oui, je l'ai vu aussi. Sacré nanard.

Il paraît que l'acteur principal (me souviens plus de son nom), qui était génial dans Snatch (Turkish), assume totalement de tourner des bouses. Il faut bien vivre  
Journalisée
Winchester
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 96



« Répondre #1175 le: 20Novembre, 2018, 08:56:57 »

Il paraît que l'acteur principal (me souviens plus de son nom), qui était génial dans Snatch (Turkish), assume totalement de tourner des bouses. Il faut bien vivre 

C'est Jason Statham.  Après je suis plus mitigé sur ce film (The meg). Je suis aller le voir avec des amis en pensant regarder une daube, mais c'est clairement un nanard.  Une fois, passer le postulat de base du scénario vachement éculé et pas toujours cohérents. Des explications scientifiques de qualités variables (pour être polies), il en ressort un film d'action au moins divertissant et sans prise de tête.
 Pour exemple la scène de fin à propos du mégalodon n'a aucun sens mais la scène à une proportion quasi-mythologique .
Donc le film ne casse pas trois pattes à un canard, mais il est au moins divertissant. Même si la réalisation me fait plus penser à un téléfilm qu'un film.
C'est clairement le genre de film parfait à regarder chez soi avec des bières et des potes pour au moins bien rigoler.
Journalisée
Eunostos
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 122


WWW
« Répondre #1176 le: 25Novembre, 2018, 23:27:03 »

En tout cas, Bohemian Rhapsody est un film étrange.

Excellemment mis en scène, parfaitement interpréter (Rami Malek est bluffant et chaque acteur tient son rang), doté de choix scénaristiques plutôt pertinents (même si certains auraient pu être plus subtils), souvent drôle, parfois émouvant - et surtout illuminé par la meilleure bande-son de l'univers... il peine pourtant à atteindre son but.

Comme si toutes ces qualités (atténuées par le côté trop scolaire associé aux biopics) ne parvenaient jamais à hisser le métrage au niveau du sujet illustré : à savoir le groupe Queen et son chanteur si fascinant. Peut-être était-il impossible de retranscrire l'épopée de ce groupe (rien moins que le meilleur de tous les temps, rappelons-le) en film...

Le spectacle est tout de même à voir, car les frissons ne manquent pas. Mais on ne peut s'empêcher de garder en tête que la saga de Queen - du matériau dont on forge les légendes - ne peut être contenue sur un simple écran. Le travail est remarquable, admettons-le... mais insuffisant.

Je serai plus indulgent que toi... parce que je commençais tout juste à connaître un peu Queen quand j'ai vu le film il y a quelques jours. Pendant une bonne partie de ma vie, je ne connaissais le groupe que par "We Are the Champions" et "We Will Rock You", qui, bien qu'énergiques, ne sont sans doute pas ses compositions les plus originales. J'ai reçu en cadeau il y a un an un best of de Queen où j'ai découvert avec émerveillement "Bohemian Rhapsody", "Killer Queen" et quelques autres grands titres. J'en ai écouté quelques autres, mais je ne connaissais encore rien de l'histoire du groupe, pratiquement rien sur Freddy Mercury à part vaguement le fait qu'il était mort du sida. Du coup, je voyais le film avant tout pour avoir une introduction au groupe et à son histoire.
Eh bien, le film a au moins cette qualité qu'il constitue à mon sens une introduction passionnante au groupe : on découvre la genèse et le contexte de quelques chansons parmi les plus célèbres, quelques grandes étapes de leur carrière, la vie de Freddy Mercury, avec une évocation de sa vie privée qui ne m'a donné l'impression d'occulter ses relations avec des hommes, ni son usage de la drogue, ni le sida (Hollywood ne se prive pas de glisser ce genre de sujets sous le tapis parfois). Les acteurs sont excellents, la réalisation est bonne, une large place est laissée à la musique. Il m'a touché par tout un tas d'aspects, mais je pense qu'au-delà de ma réaction personnelle, il a des qualités réelles, au moins pour les gens qui ne connaissent pas encore le sujet.
Bref, ce n'est certainement pas un film parfait, mais il me semble que, dans la mesure où il peut faire découvrir Queen à de nouvelles générations, il atteint au moins une partie de son but  
Journalisée
Rom1
Auteur pédant
Les Rêveurs
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 365



« Répondre #1177 le: 26Novembre, 2018, 11:01:09 »

Avis intéressant, je ne savais pas qu'il restait sur Terre (hormis les Sentinelles) quelqu'un qui ne connaissait pas Queen.  

(c'était cool de se croiser à Sèvres )
« Dernière édition: 26Novembre, 2018, 11:02:56 par Rom1 » Journalisée

Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 528



« Répondre #1178 le: 13Janvier, 2019, 11:50:14 »

Hier, nous avons vu avec quelque différé Silence, de Martin Scorcese, adapté du roman de Shusako Endo.

Silence raconte la mission au Japon de deux jésuites, les pères Rodrigues et Garupe, au cours de la première moitié du XVIIe siècle, quand le shogunat se lance dans une répression féroce du christianisme. Malgré la persécution de l'église, les deux jésuites se refusent à croire que leur mentor, le père Ferreira (personnage historique), y a apostasié et décident de braver le danger pour le retrouver.

Dépouillé et splendide, Silence est une merveille exigeante. Film sur la foi, le martyre, l'apostasie, le dialogue entre les cultures et surtout sur la culpabilité, c'est une œuvre qui prend à la gorge du début à la fin et qui interroge tout un chacun sur les questions de la foi, du relativisme culturel, des morales religieuses et pratiques. Scorcese demeure décidément un immense réalisateur.
Journalisée
Léo
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 474



WWW
« Répondre #1179 le: 13Janvier, 2019, 17:09:06 »

Excellent film ! (j'ai entendu beaucoup de bien du roman, mais ne le connais pas).

J'aime bien qu'un réalisateur prenne son temps sans précipiter l'action, mais je peux aussi très vite juger que "c'est chiant" si ça devient trop contemplatif, et alors me lasser. Là, pas du tout, j'étais resté scotché du début à la fin, aussi parce que le sujet et l'époque m'intéressent particulièrement.
Il faut également souligner la qualité du jeu d'acteur : Kylo Ren notamment y est très bon, et surtout le vieil "inquisiteur" aussi glaçant que savoureux.
Journalisée

FaenyX
Le Guet
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 796



WWW
« Répondre #1180 le: 18Janvier, 2019, 15:40:23 »

La faute à son rythme ou à la façon dont Scorcese traite de la religion ?
Toujours est-il que ce film, fort beau et fort bien interprété, m'a laissé interrogatif. Mais le fait est que j'en garde un souvenir fort. C'est sans doute un signe...
Journalisée

Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 220



WWW
« Répondre #1181 le: 20Janvier, 2019, 23:13:04 »

Quelque Obéronniste a-t-il/elle vu L'empereur de Paris (fiche IMDB), le film qui évoque une partie de la vie de Vidocq ?
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Rom1
Auteur pédant
Les Rêveurs
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 365



« Répondre #1182 le: 21Janvier, 2019, 10:24:47 »

Yep.
J'ai bien aimé. L'intrigue est plutôt classique, voire cousue de fil blanc. Mais niveau reconstitution, j'ai trouvé qu'il y avait un beau boulot - décors, costumes, ambiance...
Et il y a ce personnage de hussard absolument magnifique. Rien que pour lui et sa fin à la Chang Cheh, ça vaut le coup.
Bref pas un chef d'oeuvre mais si on est fan de la période, on ne perd assurément pas ses deux heures avec cet Empereur de Paris.

Journalisée

Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 220



WWW
« Répondre #1183 le: 21Janvier, 2019, 17:25:07 »

Merci pour ce retour éclairant.
Je reconnais que je n'ai pas encore osé franchir le pas, tiraillé entre la reconstitution largement saluée, et l'intrigue et le jeu d'acteurs dont j'ai plutôt lu du mal (Cassel et Lucchini étant tout particulièrement étrillés dans les critiques que j'ai lues).
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
cccp
TDCA
Argoulet
*
En ligne En ligne

Messages: 6 816



WWW
« Répondre #1184 le: 21Janvier, 2019, 18:55:14 »

Bon, moi question cinéma, j'ai enfin regardé un chien andalou de Luis Bunuel et Salvator Dali,.
Bon ben voilà, voilà...

Je devrais savoir que l'art conceptuel c'est pas mon truc, je sais que je ne devrais pas regarder ce genre d'oeure.
Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
Pages: 1 ... 77 78 [79] 80   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: