Les Salons de la Cour

03Décembre, 2021, 10:16:54
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1] 2   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: La soirée de Goldberg (Marcello)  (Lu 2159 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 577



WWW
« le: 18Juin, 2020, 11:50:20 »

Bientôt, Gunther Goldberg retrouve la rue et rejoint la station de U-Bahn bondée. Il laisse passer un train, trop rempli pour accepter des passagers, puis monte dans le suivant, tel un robot, perdu dans ses pensées.
Drôles de journées que les deux dernières.
Jamais il n'aurait pensé battre de nouveau le pavé en quête d'informations sur une affaire.

Il commence par faire halte à l'hôpital central où Mansell a été admis en urgence ce matin, après avoir été évacué. Le hall de l'hôpital est bondé, à l'image de celui de la Falkhouse et Goldberg finit par sortir sa vieille plaque de Falkampft pour se frayer un chemin jusqu'à l'accueil. Après plusieurs tentatives, il renonce à localiser la chambre où devrait se trouver le Falk blessé sur la borne automatique mise à disposition des visiteurs et finit par interpeller un infirmier.
Ce dernier commence à grommeler puis, quand Gunther lui met sa plaque sous le nez, obtempère et se connecte à un des terminaux où il saisit le nom de Mansell.
- Vous dites qu'il a été admis aujourd'hui ? En urgence ?
Les écrans défilent sous les yeux de l'infirmier qui, tout à coup, se fige.
- Ah...je l'ai.
Le jeune homme se tourne vers Golberg et ajoute :
- Votre collègue a été emmené...au service mortuaire. Il n'a pas survécu à ses blessures...
Gunther sent le sang refluer de son visage et la tête lui tourner .
- Je ...je suis désolé, ajoute l'infirmier.
Le vieux FalkDoktor bafouille un "merci" puis tourne les talons. Il se rappelle l'air abattu du Lieutenant Schultz.
Elle savait et comptait sans doute annoncer la nouvelle au briefing du soir.
Il sort comme un robot de l'hôpital et se dirige, vide de toute sensation, vers le U-Bahn.
Sa soirée n'est pas finie. Il a prévu d'aller voir du côté de chez Calderon, même s'il ne sait plus trop pourquoi.

Quatre stations plus loin, il sort du wagon et retrouve l'air libre, après avoir suivi les tunnels menant à la surface. Le quartier est de ceux qui n'ont pas encore bénéficié de programmes de rénovation. Les immeubles sont décrépis et quelques terrains vagues émaillent le secteur. Gunther est surpris qu'aucun promoteur n'ait encore jeté son dévolu sur ses zones. Sans doute sont-elles impropres à la construction.

Après avoir erré dans le quartier, il repère la fameuse casse automobile. Derrière une palissade en piteux état, des dizaines de véhicules dans des états divers, souvent empilés en dépit de la gravité, forment un décor de fin du monde.

[Message modifié (suite à la pertinente remarque de Marcello) : ajout d'une scène supplémentaire...et non anodine, je crois]
« Dernière édition: 19Juin, 2020, 22:51:02 par FaenyX » Journalisée

Marcello
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 324

alias Dougal / Gunther Goldberg


« Répondre #1 le: 19Juin, 2020, 22:07:04 »

Bien, le doktor usé devrait se fondre plutôt bien dans le décor...
Il cherche un boui-boui proche, idéalement d'où l'on pourrait observer qui entre et sort de la casse.
Un rade où il pourrait casser la croûte tout seul près de la fenêtre, en ayant l'air de lire les pronostics sportifs sur son terminal.
Avec un peu de chance l'endroit sera fréquenté par Calderon ou ses connaissances...

[au fait, mon message de départ n'était pas très clair, l'idée était de faire un saut rapide à l'hosto avant de venir, juste pour prendre des nouvelles auprès du corps médical sur place.
Si tu veux le rajouter dans le message précédent, pas besoin d'interactions je pense ? Merci !]
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 577



WWW
« Répondre #2 le: 19Juin, 2020, 22:52:27 »

Tu as tout à fait raison, j'ai voulu emmener Gunther trop vite chez Calderon....j'ajoute donc la scène "manquante", en prenant les commandes de ton personnage (un peu passif, pour le coup, mais c'est de circonstance).
Journalisée

Marcello
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 324

alias Dougal / Gunther Goldberg


« Répondre #3 le: 19Juin, 2020, 22:56:07 »

 
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 577



WWW
« Répondre #4 le: 20Juin, 2020, 09:30:41 »

Un food-truck tout proche est entouré de plusieurs hommes qui devisent en commentant le dernier match de BallMörder. En s'approchant, Gunther devine que des paris sont en cours sur les matches qui se déroulent, fussent-ils clandestins. L'odeur de graisse chaude lui met l'eau à la bouche malgré lui et il commande un kebab dégoulinant d'une sauce dont il préfère ignorer la composition.
Tout en feignant d'examiner les informations délivrées par l'écran vidéo situé sur le flanc du food-truck, Goldberg garde un oeil sur la casse, dont l'entrée principale est ouverte.
Deux petites silhouettes attirent son attention, là-bas. Il écarquille les yeux, pour être sûr de bien interpréter ce qu'il voit.
Deux gosses, sans doute des petits garçons d'à peine dix ans, qui jouent avec des armes de poing, répétant les gestes vus dans quelque fiction, comme des générations de mômes l'ont fait avant.
Mais Gunther n'a pas le temps de s'attendrir, ni de se souvenir du gosse qu'il fut, lui.
Une autre silhouette se détache sur le décor grisâtre, venue des baraquements situés entre les épaves. Un adulte, qui hèle les deux enfants, leur ordonnant sans doute de rentrer, puisque les gosses obtempèrent et se dirigent vers l'habitation.
La nuit tombe et il ne fait sans doute pas bon jouer dehors.

Ce qui tient lieu de maison ressemble à un de ces bungalows préfabriqués, posés là provisoirement et toujours occupés. Deux fenêtres éclairées se détachent, seules taches de lumière dans un panorama de gris, puis bientôt de noir.
Journalisée

Marcello
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 324

alias Dougal / Gunther Goldberg


« Répondre #5 le: 22Juin, 2020, 23:01:42 »

Goldberg mange lentement, léchant consciencieusement ses doigts maculés toutes les trois minutes.
Il lui semble se souvenir que Calderon a une autre adresse, donc c'est peut-être une sorte de gardien qui vit là avec sa famille.
Le Falk en lui reste toutefois aux aguets, au cas où des visiteurs vespéraux pointeraient leurs museaux.

Lorsqu'il a terminé son kebab, il fait quelques pas dans la pénombre autour du camion pour se décrasser les mains avec force serviettes en papier, et repère la manière dont la casse est enclose, pour identifier d'autres accès.
Il cherche aussi les meilleurs points de vue, possiblement plongeants, sur le lieu, au cas où l'équipe voudrait planquer et prendre des photos au téléobjectif, par exemple.

Puis ces distractions terminées, il achète une dose de l'alcool le plus fort que vend le food-truck, éventuellement sous le manteau, puis va le lamper à petite gorgées à la lisière de l'obscurité.
Il dégaine alors son terminal et écrit un message laconique à ses 4 collègues.
" Appris récemment que Mansell y est resté. Pas la peine de venir toute guillerette avec des chouquettes demain matin, Fraulein Gross, le briefing sera pesant. "
Un regard alentour, une autre gorgée, un message direct à Kohler :
" Tu étais sur un DD1 ? Dis-moi que tu es entier. "
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 577



WWW
« Répondre #6 le: 23Juin, 2020, 12:17:33 »

A plusieurs endroits, Goldberg constate des trous dans la vieille palissade qui entoure la casse. On pourrait s'y faufiler sans trop de difficulté.
Pendant son inspection, il repère, dans une ruelle, un bâtiment en ruine, dont ce qui reste d'étage formerait un excellent point d'observation. En s'y glissant, Gunther dérange un groupe de rats qui s'égaillent en couinant.
- Filez, mes petits...chuchote-t-il, en se félicitant qu'il reste un peu de faune dans le coin.
Après avoir grimpé un escalier métallique mangé par la rouille, il découvre ce qui fut un logement et est aujourd'hui ouvert aux quatre vents. De là-haut, il a une vue parfaite sur la casse.
Là-bas, une silhouette sort du bungalow et se dirige vers l'entrée principale, pour la fermer (sans doute pour la nuit). A cet instant, Goldberg reconnait Calderon qui, accompagné par les deux enfants, retourne vers ce qui est sans doute l'habitation familiale.
Journalisée

Marcello
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 324

alias Dougal / Gunther Goldberg


« Répondre #7 le: 23Juin, 2020, 13:58:07 »

Étrangement, cette ruine semble presque une bulle cotonneuse après deux jours de terrain - le vieux Goldberg s'y sent soudain bien, avec sa bouteille qui réchauffe les entrailles, à l'air libre mais isolé.
Il s’assoit contre un mur et plonge dans une demi-rêverie, un œil vague sur Calderon. Régulièrement, il bouge le bras pour lamper une petite gorgée ou consulter son terminal, au cas où Swen réponde.
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 577



WWW
« Répondre #8 le: 24Juin, 2020, 13:12:52 »

La première de ses collègues à répondre à son message est Gönul :
"Je ne suis JAMAIS guillerette. Et...on va faire un truc. La prochaine mauvaise nouvelle que tu as mais à laquelle on ne peut strictement RIEN, tu te la gardes jusqu'au lendemain matin. Pour MANSEL, condoléances à la famille."
Journalisée

Marcello
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 324

alias Dougal / Gunther Goldberg


« Répondre #9 le: 25Juin, 2020, 11:43:21 »

Les majuscules de la jeune enragée tirent une sorte de grincement du vieux Doktor.
Il reprend sa veille flottante, un coin de l'esprit toujours aux aguets sur la réponse de Kohler : deux falks sur le carreau aujourd'hui, il espère que la loi des séries s'arrêtera là.
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 577



WWW
« Répondre #10 le: 26Juin, 2020, 08:10:19 »

Gunther a trouvé un endroit à l'abri de la pluie, dans un recoin en ruine, et y a amené un vieux siège qui connut des jours meilleurs. Quasiment immobile, de peur de se faire remarquer ou de provoquer l'effondrement du plancher vermoulu, il observe, dans le bungalow de la casse, Luis Calderon et ses deux fils.
En bon père de famille, celui qui joue régulièrement les indics et a un casier judiciaire long comme le bras, partage un repas avec ses enfants, tout en regardant un programme télévisé, si Goldberg en croit la lumière illuminant le bungalow.
S'il n'était pas en si bonne position dans le réseau établi par les enquêteurs, ce tableau serait presque touchant...
Journalisée

Marcello
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 324

alias Dougal / Gunther Goldberg


« Répondre #11 le: 26Juin, 2020, 20:36:02 »

Goldberg continue à patienter, les enfants seront bientôt couchés, on verra alors comment Calderon occupe son temps.

Le doktor gamberge sur l'affaire, mais aussi sur les violences de la journée - il se dit qu'il faudra se pencher sur la toxicologie des braqueurs de ce matin, au cas où une molécule nouvelle circule, qui pourrait exacerber la violence des malfrats calibrés...
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 577



WWW
« Répondre #12 le: 29Juin, 2020, 10:33:24 »

La réponse de Swen s'affiche sur le téléphone de Goldberg :
"vivants, pas une égratignure. Une journée de plus dans le 18. Ça va aller, merci"
La nuit est maintenant totale, dans le bâtiment en ruine où le vieux FalkDoktor a trouvé refuge. La pluie ruisselle sur les murs lézardés et il entend de temps à autre de petits grattements, sans doute provoqués par les rats qui ont élu domicile ici. En contrebas, les sons de la rue lui parviennent. Autour du food-truck, plusieurs hommes s'interpellent et Gunther craint un instant que la situation ne dégénère en rixe, mais les choses finissent par se calmer.

Au centre de la casse, dans son bungalow, les choses bougent. Une voiture s'est garée devant la barrière et deux hommes en sont sortis, avant que Calderon ne vienne à leur rencontre. Ils ont discuté entre eux durant quelques minutes, puis Calderon s'est rendu jusqu'à l'épave d'un fourgon d'où il a sorti un container de la taille d'une valise, avant de l'apporter à ses deux visiteurs. Goldberg ne peut voir ce que contient la caisse, mais il est à peu près sûr que l'un des hommes tend une enveloppe à Calderon avant de partir, en lui serrant la main.
Le business va bon train, on dirait...
Journalisée

Marcello
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 324

alias Dougal / Gunther Goldberg


« Répondre #13 le: 29Juin, 2020, 10:41:53 »

Goldberg sourit intérieurement - un bon travail de Falk nécessite de la patience...
Il est bien conscient toutefois qu'il n'assiste à rien de très exotique, Calderon étant protégé.

Le doktor prend des photos de l'échange, ainsi que de l'épave qui sert de cache.
Il s'emploie surtout à relever la plaque du véhicule. S'il peut interroger la base à distance, il cherche le propriétaire.

Si une petite demi-heure après cette activité rien ne bouge plus, il est temps d'aller se mettre dans un lit chaud et sec !
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 577



WWW
« Répondre #14 le: 29Juin, 2020, 14:46:52 »

Le même manège se reproduit vingt minutes plus tard, alors que Goldberg commence à envisager de partir. Une camionnette s'arrête à son tour devant la casse et trois hommes en descendent, chargés de sacs qu'ils déposent dans une autre épave, guidés par Calderon.
La petite entreprise de ce dernier semble ne pas connaître la crise. Goldberg se dit qu'il doit donner de précieuses informations à Schlegel pour que celui laisse ce trafic se dérouler ainsi.

Griffonnant sur son vieux calepin, il relève les informations nécessaires à l'identification des visiteurs de Calderon. Cependant, il lui faudrait disposer d'un terminal connecté à Velda pour en savoir plus. Pour cela, il va lui falloir rentrer à la Falkhouse, ce qu'il préfère repousser au lendemain.

Il a froid et la fatigue tombe sur ses épaules, brutalement. Il y a des années qu'il n'a plus fait de terrain et, pour ce soir, son corps lui supplie de l'épargner. S'étirant et bâillant, il quitte la ruine et se dirige vers la station de U-Bahn la plus proche.

Le quai est presque désert et Gunther comprend vite pourquoi. Un groupe de cinq jeunes hommes aux visages tatoués en entoure un sixième. Ce dernier, dont le crâne hérissé de pointes métalliques est visible par intermittence, passe un sale quart d'heure.

Encore un épisode d'une guerre entre gangs, se dit le Falk, rassuré malgré lui de sentir la présence du Marxmen contre son flanc.
Journalisée

Pages: [1] 2   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: