Les Salons de la Cour

15Juillet, 2020, 00:10:49
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 ... 46 47 [48] 49 50 ... 130   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Votre livre de chevet  (Lu 316251 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
cavaillon
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 338



« Répondre #705 le: 27Juin, 2011, 19:06:31 »

J'ai terminé "Sans un mot" de Harlan Coben.

Il est pas mal, sans être exceptionnel.

Un gars bat à mort une femme en lui demandant "où est la cassette ?".
L'enfant d'une famille "normale", devenu très renfermé depuis le suicide d'un de ses amis, qui passe son temps sur son P.C. disparaît après avoir reçu d'étranges e-mails.
La copine de la fille de ladite famille est devenu la risée de sa classe, suite à une humilation de son professeur.

Trois histoires qui paraissent totalement indépendantes, mais bon, c'est un polard, on sait qu'elles vont s'imbriquer.

Au final, c'est relativement prenant. Mais comme pour les A. Christie, et les M. H. Clark, après avoir lu son premier Coben, les autres ont beau être bons, on ne retrouve plus le même suspense... Ce n'est pas le livre qui en propose moins, c'est le lecteur qui en veut plus que la fois d'avant, sinon il a l'impression d'en avoir moins...

Là, j'ai commencé ce matin "Mauvaise donne", avant de me plonger dans... "Gagner la Guerre", enfin !
Journalisée

Quand une femme vous dit "Quoi ?", ce n'est pas qu'elle a mal entendu ; elle vous laisse une chance de modifier ce que vous venez de dire.
Alias
Flying Miaou
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 545



WWW
« Répondre #706 le: 29Juin, 2011, 10:35:27 »

Je viens de terminer "Things That Never Were", de Matthew Rossi. Un bouquin qui ne dira pas grand-chose à beaucoup d'entre vous, mais si je vous dis que c'est très inspiré par les "Suppressed Transmissions" de Ken Hite, je suppose que j'éveillerai sans doute plus d'intérêt.

Une quarantaine d'articles courts (260 pages en tout), de l'uchronie, de la mythologie, de la physique quantique et des idées à foison. Ce n'est pas forcément aussi bon que les écrits de son modèle et le bouquin souffre dans son ensemble de typos à répétition, mais c'est quand même une mine d'idée épatante.
Journalisée

Stéphane "Alias" Gallay, Auteur Mégalomane de Tigres Volants (www.tigres-volants.org)
Blog à Part: troisième époque
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 659



« Répondre #707 le: 11Juillet, 2011, 10:41:17 »

Après avoir relu l'Iliade et retrouvé de vieux frissons esthétiques (la longue bataille autour des nefs ; Ulysse isolé au milieu des Troyens comparé au sanglier entouré par la meute ; le combat d'Achille et du Scamandre…), je me suis plongé dans divers bouquins d'histoire grecque. Dans un but intéressé : l'époque mycénienne m'intéresse pour approcher au mieux l'esprit d'une société "héroïque" indo-européenne, et l'époque archaïque pour documenter les premiers contacts entre Celtes et Grecs ainsi que pour cerner les enjeux méditerranéens des VIIe et VIe siècles av. JC.

J'ai ainsi découvert un auteur extrêmement intéressant, Paul Faure (1916-2007). Normalien, universitaire, "demi-Crétois" pour reprendre son expression, Paul Faure a complété son érudition classique par d'incessants voyages en Grèce, où il s'est livré à des études quasiment ethnologiques sur le folklore et sur les héritages traditionnels. Cela donne à son œuvre un angle très intéressant, puisqu'il opère souvent des rapprochements entre les textes de l'Antiquité et la géographie ou le folklore grecs, montrant ainsi comment l'héritage de l'Antiquité est toujours vivant.

Aux amateurs d'Histoire, et particulièrement aux rôlistes amateurs d'Histoire, je recommande vivement La Grèce au temps de la guerre de Troie. (Hachette, collection La vie quotidienne, 1975, mais réédité dans les années 90 et facile à trouver en librairie ou sur le net). Je recommande ce livre pour diverses raisons.
Premièrement, 250 pages, c'est vite lu.
Deuxièmement, c'est excellemment écrit (Prix de l'Académie française). Faure y déploie un style plein d'une élégance rhétorique un peu désuète mais admirable de clarté et de vivacité. S'inspirant de formes très classiques, il nous offre par exemple un panorama géographique de la Grèce mycénienne étourdissant, adoptant un point de vue aérien et mobile, qui n'est pas sans faire penser à la vivacité des dieux homériques.
Troisièmement, c'est une mine de renseignements à la fois clairs et denses. Toute la société mycénienne prend corps, et Faure n'hésite pas à entrer dans le détail des différents artisanats, de la construction navale, de l'économie, de l'organisation bureaucratique des états mycéniens. On lui trouve quasiment le soin d'un reconstituteur. En fait, il s'agit presque d'un background de jeu livré clefs en main.

Plus difficile à trouver, La vie quotidienne des colons grecs (Hachette, 1978, épuisé)
Le livre possède peut-être quelques défauts mineurs : son organisation est un peu énumérative, puisqu'il détaille chapitre par chapitre les grandes régions colonisées par les Grecs ; certaines notions sont un peu datées (c'est particulièrement vrai sur le monde celtique, où Faure tourne en dérision Trogue Pompée pour ce qu'il estime être des erreurs et des affabulations qui ont été ensuite accréditées par une recherche plus récente). Toutefois, c'est aussi, et de loin, le livre le plus complet qu'il m'ait été donné de lire sur la colonisation grecque. Il est assorti de cartes précises sur les côtes de la Méditerranée et de la Mer Noire au VIe siècle av. JC. En se fondant aussi bien sur l'examen critique des textes de l'Antiquité que sur la comparaison des flux migratoires archaïques avec ceux du XXe siècle, Faure décrypte les causes complexes de la colonisation. Il établit aussi une relation entre cette expansion méditerranéenne et deux sujets qui sont toujours d'actualité : les mutations politiques qui ont contribué à créer l'idée de démocratie (mais Faure montre aussi comment la colonisation grecque avait déjà accouché du collectivisme, du populisme tyrannique, du capitalisme ploutocratique) et l'apparition du rationalisme scientifique. Toutefois, il contextualise remarquablement la naissance de ces notions au sein de la société archaïque, en prêtant une attention de détail à la navigation, au commerce, à l'architecture, à l'artisanat et à l'art. Sans oublier la course aux armements contre le grand rival expansionniste que représente la nébuleuse des cités phéniciennes. Encore une fois, c'est un bouquin lumineux : il nous montre de façon saisissante le monde méditerranéen du VIe siècle av. JC, et il nous parle toujours du monde moderne.
Journalisée
Rom1
Auteur pédant
Les Rêveurs
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 418



« Répondre #708 le: 11Juillet, 2011, 11:19:44 »

Toi, tu serai pas en pleine recherche pour un futur roman, hum ?
Journalisée

Glorfindel
Invité
« Répondre #709 le: 11Juillet, 2011, 12:54:32 »

Oh, lui ? Toujours, j'ai l'impression. Heureusement qu'il aime ce qu'il fait, sinon je ne vois pas comment il arriverait à trouver du temps pour de la lecture-plaisir.
Journalisée
Dame du Lac
WürmC
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 257



« Répondre #710 le: 11Juillet, 2011, 14:59:57 »

Si cela t'intéresse, j'ai plein de photos de Mycènes que j'ai visitée (un magnifique site archéologique), et du musée situé aux pieds de la muraille. J'ai aussi un bouquin sur la ville antique, acheté au musée.
Journalisée

Elen sila lumenn omentielvo
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 528



WWW
« Répondre #711 le: 11Juillet, 2011, 18:03:44 »

J'ai ainsi découvert un auteur extrêmement intéressant, Paul Faure (1916-2007).
De ce même Paul Faure, j'avais lu - et avais été passionné par - son Ulysse le Crétois. Je ne sais pas si tu l'as dans ta pile de livres gréco-iliado-troyesques mais je me dis que ça pourrait t'intéresser sur ta lancée.

Dans la série "ulyssesque", mais totalement différent, le livre Le voyage d'Ulysse de Tim Severin relate une expédition d'archéologie maritime expérimentale à bord d'une galère de l'âge de Bronze.
Tim Severin est un personnage assez étonnant, une sorte d'explorateur du XXe siècle comme on en faisait au XIXe (sa fiche Wikipedia, son site internet). Il a fait partie de ceux qui ont éveillé ma curiosité pour ces approches de l'archoélogie expérimentale, notamment maritime (avec ses livres sur les voyages de Brendan, de Simbad, etc.).
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Glorfindel
Invité
« Répondre #712 le: 11Juillet, 2011, 18:19:15 »

De Brendan aussi ? Tu m'intéresses, là. Je savais qu'on avait tenté de localiser les étapes des voyages d'Ulysse, mais pour Brendan, je n'imaginais pas que ce fût possible, tant les îles auxquelles il aborde paraîssent fabuleuses. Aurais-tu un titre là-dessus ?
Journalisée
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 528



WWW
« Répondre #713 le: 11Juillet, 2011, 18:53:29 »

Pour ce qui est de Tim Severin, il a publié Le voyage de Brendan (The Brendan Voyage, 1978).Ce livre explique non seulement la tentative de retrouver le parcours de Brendan, mais toute la partie préalable à la navigation, comme la reconstitution d'un curragh (navire sans quille en cuir sur une armature de bois), avec les recherches sur les bois, les peaux, les techniques d'assemblage, etc.
Tu peux trouver des vidéos à ce sujet sur le net ; celle-là, par exemple, qui te conduira vers d'autres du même style.

Le livre de Tim Severin ne prouve pas que Brendan et ses compagnons sont bien arrivés en Amérique, ni que tous les prodiges racontés dans le récit original sont vrais. Mais il prouve au moins qu'un tel périple était possible avec les moyens de l'époque.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Glorfindel
Invité
« Répondre #714 le: 11Juillet, 2011, 20:12:53 »

Merci, Xaramis. C'est drôlement bien, la Cour, quand même, on n'arrête pas d'apprendre des choses.

Sinon, en ce moment, je lis Croyances, mythes et légendes des pays de France, de Paul Sébillot. En fait, c'est une réédition et une refonte, en un volume, de son Folklore de France, originellement sorti en huit tomes. L'ouvrage, fruit d'une collecte remarquable de données de folklore, est d'une extrême richesse, sans atteindre une impossible exhaustivité. L'organisation peut dérouter : Sébillot n'a pas classé les fruits de son travail par région, comme on le ferait sans doute aujourd'hui, mais par grands thèmes (le ciel, la terre, la mer, la forêt, la faune, etc). Il rapporte un peu pêle-mêle une foule de légendes, de traditions populaires, de contes, de description de personnages merveilleux et de leurs faits et gestes : récits étiologiques expliquant des particularités du paysage par les exploits de Gargantua, de Roland ou d'autres personnages, actes prêtés aux fées des houles bretonnes ou aux lamignacs basques, mythes relatifs aux astres, aux monuments remarquables, chasses sauvages et autres prodiges... Bref, il y a vraiment de tout. Je déconseille d'attaquer l'ouvrage de front pour aller de la première page à la dernière : mieux vaut y papillonner à sa fantaisie. Mais c'est un livre passionnant.
Journalisée
Léo
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 485



WWW
« Répondre #715 le: 12Juillet, 2011, 15:09:23 »

Ah, Sébillot, la bible du folklore français

Usher : un ouvrage assez récent (2005) d'un universitaire américain qui pourrait t'intéresser, Soldats et fantômes, histoire culturelle de la guerre dans l'antiquité. Il s'intéresse surtout à des périodes plus récentes, mais en remontant jusqu'aux temps homériques, et en s'attachant notamment à l'état d'esprit et aux motivations des combattants.
Journalisée

Glorfindel
Invité
« Répondre #716 le: 13Juillet, 2011, 16:13:57 »

Je suis beaucoup dans le folklore en ce moment, avec plusieurs titres sur le feu.

Par exemple, les Contes populaires de toutes les Normandie, de Michel Hérubel. C'est pas mal du tout, mais j'ai une petite réserve : beaucoup de ces contes ne sont "populaires" que de nom, et cela se sent. Michel Hérubel est un écrivain, ni un collecteur ni un folkloriste. Il n'est pas de l'étoffe des Sébillot, des Joisten, des Pourrat ou des Grimm : la matière de ses récits, ilo est allée la chercher dans des textes anciens, des compilations antérieures, et il donne à tout cela une forme très travaillée, très écrite, extrêmement éloignée de celle des contes populaires traditionnels. De plus, il rapporte beaucoup de légendes médiévales, qui sont certes intéressantes mais qui ne relèvent pas vraiment d'une tradition orale encore vivace. Par exemple, il donne une réécriture de l'histoire de la mesnie Hellequin consignée par le moine Orderic Vidal au XIIème siècle. C'est certes intéressant, mais c'est tout sauf un conte populaire.
Journalisée
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 538


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #717 le: 13Juillet, 2011, 16:42:38 »

Tu devrais peut-être te pencher sur les écrits de Gerbert d'Aurillac, le pape Sylvestre II. Autour de l'an mil, dans sa grande entreprise de christianisation universelle, il a entrepris de recenser les légendes rurales et de leur donner un sens chrétien.

J'ai quelques références sur le sujet et plus généralement sur le rôle de l'Eglise dans la fixation des légendes et dans la transformation des pratiques magiques, qui datent du temps où je suivais les cours de magie médiévale de J.P. Boudet à Nanterre (2002, il enseigne toujours d'ailleurs, avis aux amateurs), mais il faudrait que je creuse mes archives. Bref, dis moi si ça t'intéresse...
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
highlandjul
TDCA
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 136


« Répondre #718 le: 13Juillet, 2011, 18:51:13 »

Sinon dans le genre reprise de l'Odyssée, il y a bien évidemment le mâgnifique Naissance de l'Odyssée de J. Giono : Ulysse en gros lâche et menteur qui met trois plombes à rentrer parce qu'il a dû culbuter toutes les gonzesses légères du bassin méditerranéen, qui invente l'Odyssée par accident et qui flippe sa mère parce qu'on lui a dit que Pénélope se tapait une jeune athlète olympique. Grandiose. Excellentissime.
Journalisée
Glorfindel
Invité
« Répondre #719 le: 13Juillet, 2011, 19:31:05 »

Tu devrais peut-être te pencher sur les écrits de Gerbert d'Aurillac, le pape Sylvestre II. Autour de l'an mil, dans sa grande entreprise de christianisation universelle, il a entrepris de recenser les légendes rurales et de leur donner un sens chrétien.

J'ai quelques références sur le sujet et plus généralement sur le rôle de l'Eglise dans la fixation des légendes et dans la transformation des pratiques magiques, qui datent du temps où je suivais les cours de magie médiévale de J.P. Boudet à Nanterre (2002, il enseigne toujours d'ailleurs, avis aux amateurs), mais il faudrait que je creuse mes archives. Bref, dis moi si ça t'intéresse...

Oui, ça m'intéresse grandement. Un peu dans la même veine, j'ai les Contes pour les gens de cour de Gautier Map, traduits du latin par Alan Keith Bate. Il y a des passages très intéressants, comme par exemple la légende du roi Herla, mais tout n'est pas passionnant.
Journalisée
Pages: 1 ... 46 47 [48] 49 50 ... 130   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: