Les Salons de la Cour

15Juillet, 2020, 10:57:09
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 ... 18 19 [20] 21 22 ... 130   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Votre livre de chevet  (Lu 316333 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
cavaillon
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 338



« Répondre #285 le: 06Février, 2009, 17:19:45 »

Moby Dick. Cette traduction est d'ailleurs à conseiller, tant à ceux qui ont déjà lu le roman dans une autre traduction qu'à ceux qui veulent le découvrir.

Hum...
Je ne me souviens pas de l'histoire que j'ai lu il y a bien longtemps (trop jeune peut-être ?), mais je me souviens que je m'étais copieusement emm*rdé !

Je ne recommencerai pas.   
Journalisée

Quand une femme vous dit "Quoi ?", ce n'est pas qu'elle a mal entendu ; elle vous laisse une chance de modifier ce que vous venez de dire.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 528



WWW
« Répondre #286 le: 06Février, 2009, 17:29:37 »

Je ne force personne à lire ce roman. Je dis simplement que ceux qui veulent le lire en français feraient un bon choix en achetant cette nouvelle traduction.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Puck
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 919


« Répondre #287 le: 10Février, 2009, 12:31:25 »

Je suis en train de lire Vie et destin de Vasili Grossman. J'ai rarement parcouru un ouvrage d'une telle puissance évocatrice. Je ne peux que vous le conseiller.
Journalisée

Marre d'entendre parler de Michael Jackson. Vivement qu'il meurt.
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 659



« Répondre #288 le: 10Février, 2009, 18:46:11 »

Un bon (gros) petit roman de SF : Eifelheim, de Michael Flynn, Ailleurs & Demain.

C'est un roman sur la rencontre du 3ème type. A ceci près que cette rencontre n'est ni pour aujourd'hui, ni pour demain. Elle a déjà eu lieu.
Elle a eu lieu à Oberhochwald, un petit bourg de la Forêt Noire, en 1348.

Le roman suit deux fils narratifs. L'un a lieu de nos jours, et montre le travail de chercheurs qui approchent de la vérité, en physique et en histoire. Ce n'est pas le volet le plus intéressant, bien que l'auteur semble documenté en physique - mais je suis gravement incompétent dans ce domaine, et donc incapable de me prononcer. Fort heureusement, cet aspect du roman n'apparaît qu'en pointillé, car l'essentiel du récit est consacré à ce qui se passe à Oberhochwald en 1348-1349. Et là, je tire mon chapeau à l'auteur…

Un vaisseau extraterrestre échoue dans la forêt, non loin du bourg, de son église et de son château. Il ne s'agit pas exactement d'un vaisseau spatial, mais plutôt d'un vaisseau dimensionnel, qui voyage dans l'hypoespace. Les habitants d'Oberhochwald, qui doivent lutter contre un incendie, croient à un orage ou à de la sorcellerie, mais ne comprennent pas tout de suite qu'ils ne sont plus seuls. C'est en allant porter secours aux deux habitants - carbonisés - d'une charbonnière en forêt que le prêtre d'Oberhochwald et un sergent d'origine suisse entrent en contact avec les naufragés. Des naufragés blessés, qui ressemblent plus à des sauterelles géantes qu'à des êtres humains…

Là où Michael Flynn produit un roman remarquable, c'est qu'il s'est sérieusement demandé : que feraient des hommes médiévaux au contact d'extraterrestres ? Et au lieu de se contenter de laisser broder son imagination, il s'est abondamment documenté : l'histoire de l'Allemagne au XIVème siècle, ses rivalités aristocratiques et religieuses, ses soulèvements populaires, l'évolution de la féodalité, le droit coutumier, les rapports avec les pays étrangers (France, Angleterre, Italie, et même fugitivement la Russie), la question de la communauté juive, tous ces points viennent à un moment ou à un autre enrichir le récit. En outre, le prêtre d'Oberhochwald est un ancien étudiant de l'université de la Sorbonne, qui a connu les grands intellectuels du XIVème siècle (Jean Buridan, Pierre d'Auriel, Guillaume d'Occam) et qui vit sa rencontre avec les ET à la lumière de sa propre vision du monde, c'est-à-dire la conception du monde des penseurs de la renaissance aristotélicienne. Quant aux ET, ils sont à la fois très proches et très éloignés de nous ; très proches parce que leur technologie est assez proche de la nôtre (armes à feu, informatique, microbiologie…) ; très éloignés parce que ce sont à l'origine des insectes, et que leur structuration sociale est encore imprégnée par le modèle de la ruche. Au final, cela donne un roman plaisant, érudit, qui refuse manichéisme et clichés, et qui finit par montrer l'établissement fragile d'une société hybride, avant que la grande peste du XIVème siècle ne vienne effacer Oberhochwald des mémoires.

Journalisée
Loris
Chair-Leg of Truth
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 698



« Répondre #289 le: 11Février, 2009, 12:33:03 »

J'ai pris la décision d'arrêter temporairement mes achats de livres le temps de résorber la pile de "à lire". Mais j'ai reçu par la poste ce matin "The Lucifer Effect" de Philip Zimbardo. Je ne pense pas le lire avant un moment, surtout que je connais déjà le contenu de manière générale. J'ai tous ces livres, là, qui me disent "lis moi, lis moi", et cette nouveauté, sur mon bureau, là, tout de suite. Sur un sujet qui m'intéresse en ce moment même... Gniiiiiiiiiii

Loris.
Journalisée

"Bref, moi qui ait été élevé avec la fausse croyance que Tolkien avait écrit la bible de la fantasy, je découvre une fois de plus que c'est faux. Howard, Lovecraft et Lieber sont les vrais apôtres du genre. Ceux qui prétendent le contraire sont des hérétiques." ~ Cédric, de Hugin & Munin
cavaillon
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 338



« Répondre #290 le: 19Février, 2009, 18:28:42 »

Après être passé un peu par la B.D., j'ai terminé hier 'Les Aventures de Sherlock Holmes'. Je n'y ai pas retrouvé autant de plaisir que lors de ma première lecture qui date du collège !

Certes, Sherlock Holmes trouve plus d'éléments en regardant les manches de ses clients que les experts en faisant une analyse A.D.N., mais ça émerveille plus facilement un enfant qu'un adulte.

Et comme il s'agit de 12 courtes nouvelles, sir Arthur Conan Doyle n'a pas le temps de distiller une atmosphère comme il le fait si bien dans 'Le Chien des Baskerville' (quoique... J'ai lu ça au lycée, ça date, et peut-être que je serais également déçu aujourd'hui)...

Ce se lit vite, c'est utile si on veut détendre son cerveau, mais ça ne va pas plus loin.
Journalisée

Quand une femme vous dit "Quoi ?", ce n'est pas qu'elle a mal entendu ; elle vous laisse une chance de modifier ce que vous venez de dire.
Morgalel
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 830


« Répondre #291 le: 23Février, 2009, 11:22:43 »

Je viens de terminer Olympos de Dan Simmons.

Des divers livres que j'ai pu lire de cet auteur, c'est le premier que je trouve carrément mauvais. Personnages mal caractérisés, effets de style faciles (cliffhangers de fins de chapitres) employés à l'excès, trames narratives différentes s'imbriquant de manière parfois très artificielle ... Ce qui m'a peut être le plus déçu c'est le fait qu'après ces quelques centaines de pages de lecture, les seuls "secrets" sur le contexte général révélés en plus par rapport à Ilium (le livre précédent dans la série) tiennent plus du pamphlet politique façon Dantec (dernière période)-Fox news que de ce à quoi Simmons nous avait habitué avec Hyperion.

Bref, je continuerai sans doute mes lectures de cette auteur, mais je ne compte pas rouvrir ce bouquin précis avant bien des années.
Journalisée
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 659



« Répondre #292 le: 23Février, 2009, 14:43:48 »

Je suis assez d'accord pour trouver Olympos plutôt suspect… Et encore. J'euphémise.

Ceci dit, quand on sait que Simmons a viré Jean-Daniel Brèque, son traducteur français, tout récemment, parce que celui-ci avait affirmé qu'il ne participerait plus au site internet de l'écrivain (Simmons avait dénoncé au FBI une étudiante palestinienne qu'un des intervenants de son forum avait désignée comme une terroriste potentielle), on comprend que le type a pris clairement position pour des thèses bushistes.


Journalisée
Morgalel
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 830


« Répondre #293 le: 23Février, 2009, 15:30:53 »

Tiens je n'étais pas au courant de cette histoire là.

Cela m'étonne d'autant plus que son bouquin le plus politique (de ceux que j'ai lus), l'Echiquier du Mal, m'avait semblé au contraire assez gauchisant. Apparemment il a du "virer de bord".

Ceci dit je ne lui reproche pas d'avoir des convictions politiques, mais seulement de les faire valoir aux dépends de son œuvre (l'épisode du sous marin dans Olympos est un cas d'école d'élément narratif inutile, mal amené et incohérent). Et le renvoi de son traducteur semble illustrer cette même dérive.
Journalisée
Cultösaurus
VCI
Les petites mains
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 021



WWW
« Répondre #294 le: 23Février, 2009, 17:06:36 »

Le côté politique d'Olympos a dû m'échapper, en tous cas je ne m'en souviens pas.
Par contre, j'ai le souvenir d'un récit bordélique dans lequel Simmons a fini par s'empêtrer, et dont j'avais déconseillé la lecture à mes proches.
Journalisée

Life is like surrealism. If you have to have it explained to you, you can't afford it.
(Solomon Short)
Alias
Flying Miaou
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 545



WWW
« Répondre #295 le: 24Février, 2009, 12:41:39 »

Pas vu le côté politique non plus; j'ai surtout souvenir d'un bouquin plusieurs tons en-dessous du précédent, Illium.
Journalisée

Stéphane "Alias" Gallay, Auteur Mégalomane de Tigres Volants (www.tigres-volants.org)
Blog à Part: troisième époque
ithilion
Invité
« Répondre #296 le: 24Février, 2009, 13:32:16 »

Je suis assez d'accord pour trouver Olympos plutôt suspect… Et encore. J'euphémise.

Ceci dit, quand on sait que Simmons a viré Jean-Daniel Brèque, son traducteur français, tout récemment, parce que celui-ci avait affirmé qu'il ne participerait plus au site internet de l'écrivain (Simmons avait dénoncé au FBI une étudiante palestinienne qu'un des intervenants de son forum avait désignée comme une terroriste potentielle), on comprend que le type a pris clairement position pour des thèses bushistes.


Pas forcément. Le p'tit gars vit au pays de la peur et de l'USA Patriot Act. La parano est un mal contagieux...
Journalisée
Pan Paniscus
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 838



« Répondre #297 le: 24Février, 2009, 14:52:05 »

Pour ma part, je ne saurais dire si Olympos est orienté politiquement ou pas. Il y a bien un ou deux points qui m'ont interpelé, mais sur le coup je n'avais su dire si c'était le résultat d'hypothèses farfelus que l'on peut souvent rencontrer en SF ou si c'était l'expression des convictions de l'auteur.

Maintenant ce n'est pas la première fois que j'entends dire que Simons est un Bushiste, voir un  sioniste, mais je ne sais absolument pas si je dois me fier aux rumeurs.

L'histoire de son traducteur français est toutefois assez édifiante.
Journalisée
Cultösaurus
VCI
Les petites mains
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 021



WWW
« Répondre #298 le: 24Février, 2009, 21:23:39 »

Ceci dit, quand on sait que Simmons a viré Jean-Daniel Brèque, son traducteur français, tout récemment, parce que celui-ci avait affirmé qu'il ne participerait plus au site internet de l'écrivain (Simmons avait dénoncé au FBI une étudiante palestinienne qu'un des intervenants de son forum avait désignée comme une terroriste potentielle), on comprend que le type a pris clairement position pour des thèses bushistes.

Pure curiosité, tu as une source pour cette info ?
Journalisée

Life is like surrealism. If you have to have it explained to you, you can't afford it.
(Solomon Short)
Findae
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 118



« Répondre #299 le: 25Février, 2009, 00:29:28 »

Je viens de terminer Olympos de Dan Simmons.

Des divers livres que j'ai pu lire de cet auteur, c'est le premier que je trouve carrément mauvais. Personnages mal caractérisés, effets de style faciles (cliffhangers de fins de chapitres) employés à l'excès, trames narratives différentes s'imbriquant de manière parfois très artificielle ... Ce qui m'a peut être le plus déçu c'est le fait qu'après ces quelques centaines de pages de lecture, les seuls "secrets" sur le contexte général révélés en plus par rapport à Ilium (le livre précédent dans la série) tiennent plus du pamphlet politique façon Dantec (dernière période)-Fox news que de ce à quoi Simmons nous avait habitué avec Hyperion.

Bref, je continuerai sans doute mes lectures de cette auteur, mais je ne compte pas rouvrir ce bouquin précis avant bien des années.

Tiens, c'est bizarre de lire vos réactions peu enthousiastes, car j'ai pour ma part apprécié Olympos au moins autant qu'Illium (donc beaucoup). Ca m'a d'ailleurs réconcilié avec Simmons, parce qu'après avoir dévoré Hypérion et Endymion, j'ai acheté quelques autres de ses bouquins (Vengeance, Revanche, L'épée de Darwin et l'échiquier du mal) que j'avais trouvé passablement mauvais.
Journalisée

That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die.
Pages: 1 ... 18 19 [20] 21 22 ... 130   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: