Les Salons de la Cour

15Juillet, 2020, 01:24:57
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 ... 13 14 [15] 16 17 ... 130   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Votre livre de chevet  (Lu 316286 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Alias
Flying Miaou
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 545



WWW
« Répondre #210 le: 25Décembre, 2008, 20:24:07 »

Fini Matter, de Iain M Banks. Que dire de plus, sinon que c'est le dernier (en date) roman se passant dans l'univers de la Culture. Les gens qui, comme moi, aiment le style et l'univers adoreront, les autres ne crocheront pas beaucoup plus.

L'histoire suit trois personnages, frères et soeur: le prince héritier d'un royaume avec un niveau technologique équivalent à la révolution industrielle, sis dans une sorte de Sphère de Dyson; sa soeur, qui est partie vivre dans le monde ultratechnologique de la Culture, et le "fils prodigue", qui a été témoin de ce qu'il n'aurait pas dû et doit fuir le royaume pour trouver de l'aide ailleurs.

L'intrigue en elle-même est somme toute assez peu importante, l'essentiel est de suivre ces trois personnages aux destinées divergentes et de goûter aux différences culturelles d'une galaxie richissime en forme de vie et en civilisations distinctes au travers de leurs points de vue.

Chouette bonus, dans l'édition couverture rigide en anglais: un glossaire qui inclut les noms des vaisseaux de la Culture, tels que "Liveware Problem" ou "Now We Try It My Way".
Journalisée

Stéphane "Alias" Gallay, Auteur Mégalomane de Tigres Volants (www.tigres-volants.org)
Blog à Part: troisième époque
cccp
TDCA
Pétardier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 124



WWW
« Répondre #211 le: 27Décembre, 2008, 02:19:59 »

Les réflexions d'un certain Nicolas S combiné à celles d'un certains Usher m'ont poussé à me pencher sur cette œuvre.

j'ai un mépris certain pour toutes ces idoles sans le moindre mérite que l'on nous expose. Ce mépris s'applique particulièrement au star de la réalité aux people et aux héritiers.

Dans la catégories héritiers, je place les médiocres des grandes familles dont l'aristocratie.


La princesse de Clèves montre justement ce monde. La description initiale de la cours d'Henri II me fait penser à du Jean-Claude Brialy ! Tout le monde est merveilleux, tout le monde est beau, tout le monde a de l'esprit. Tout le monde ne pense qu'à paraître et à s'occuper de ses amourettes.
Et donc cette compagnie est à la tête d'un état !

Nous avons l'amant de la maîtresse du roi qui est promu comme haut gradé pour pour pouvoir l'envoyer au loin. C'est un bon test pour connaître la valeur des gens sauter la maîtresse du roi !

Il n'y a pas de distance prise par rapport cette situation qui me choque ce qui fait que la lecture de ce roman me déplaît.
Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 659



« Répondre #212 le: 27Décembre, 2008, 11:50:43 »


Il n'y a pas de distance prise par rapport cette situation qui me choque ce qui fait que la lecture de ce roman me déplaît.


Il est très compréhensible que La princesse de Clèves puisse ne pas plaire.

Toutefois, attention à la façon de l'aborder. Tu en fais une lecture politique, et ce n'est absolument pas son objet. Je me trompe peut-être, mais tu lis ce roman avec le jugement d'un lecteur de gauche du début du XXI° siècle. Cela se conçoit, bien sûr, mais dès lors, tu y liras autre chose que ce qu'on y a écrit au XVII° siècle.

Il y a plusieurs façons de lire une œuvre. Conserver une distance critique avec le texte est naturellement une qualité ; mais parfois, en particulier avec les œuvres anciennes ou étrangères, il faut savoir lire le texte en se gardant à distance de soi-même. Evidemment, c'est là davantage du travail que du plaisir.

Usher
Journalisée
El Nando
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 893


« Répondre #213 le: 29Décembre, 2008, 21:33:40 »

Bon ben mon livre de chevet actuel est "techniques de la spéléologie alpine", qui n'intéressera pas grand monde, je vais donc enchainer sur quelques coups de coeur:

- Le chant des pistes, de Bruce Chatwin (expert ès peinture chez Sotheby's devenu globe-trotter après avoir failli perdre la vue, cherchant à travers le monde à confirmer sa théorie -partagée par beaucoup- que l'homme est nomade "par essence"). Carnets de route écrits sur les pistes australiennes (dans les 80's si je me souviens bien), plus quelques perles des ces précédents voyages (un peu partout dans le monde). Génial. Le sujet de son voyage (en deux mots, donc forcément réducteurs): les "songlines" aborigènes, ces voies chantées définies par des mélodies/rythmes/etc qui passent les barrières des langages...

- Samarcande, d'Amin Maalouf. Fans de romans historiques, d'Histoire tout court, de philosophie ou de poésie, ce livre est pour vous. On y parle d'Omar Khayyam, plus que fameux poète perse musulman controversé (il écrivait entre autres sur les plaisirs de l'ivresse, mais rien de grivois à ma connaissance), on y découvre la genèse (et la surprenante fin) de la célèbre secte des "assassins" qui fit régner la terreur au sein de pas mal de cours de l'époque (mais attention, on est loin des habituels mythes sur le haschisch et autres tueurs surentrainés), enfin on y apprend pas mal sur l'Histoire injustement méconnue du moyen-Orient... D'ailleurs je vous conseille les autres bouquins de l'auteur, de pures merveilles d'humanisme et de connaissances historiques (en fait j'en ai lu que trois pour l'instant, mais je suis bluffé à chaque fois)...

- Space opera, de Vance. Classique (il a quand même donné son nom à un genre, excusez du peu...), ironique (comme toujours avec Vance, enfin il me semble), très court, une chute comme je rêverais d'en écrire... Attention toutefois, c'est du "old school", ne vous attendez pas à des cyborgs ultramachinchose ou des bastons spatiales à coup de lasers-turbo-nucléaires avec des vrais morceaux d'Aliens dedans.
« Dernière édition: 29Décembre, 2008, 21:42:21 par El Nando » Journalisée
Cultösaurus
VCI
Les petites mains
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 021



WWW
« Répondre #214 le: 30Décembre, 2008, 00:10:10 »

- Space opera, de Vance. Classique (il a quand même donné son nom à un genre, excusez du peu...)

Ouais, enfin, pas tout à fait : le terme space opera est apparu en 1941 (ici sa toute première apparition, sous la plume de Wilson Tucker, cinquième ligne en partant du bas), et le bouquin de Vance a été publié en 1965.
Journalisée

Life is like surrealism. If you have to have it explained to you, you can't afford it.
(Solomon Short)
Acritarche
Puissance Oubliée des Contrées
Les Rêveurs
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 617



WWW
« Répondre #215 le: 31Décembre, 2008, 10:35:33 »

Je lis Neropolis de Hubert Montheilhet. C'est un roman qui retrace la vie d'une familia d'affranchis aux temps de Néron, Aggripine et autres Caligula. Il mêle habilement humour, tragédie et érudition (mais j'ai déjà repéré deux erreurs historiques, une mineure et l'autre plus dérangeante mais tellement évidente!). Ca se lit avec un plaisir non dissimulé et c'est une excellente inspi pour Praetoria Prima, d'autant plus qu'il se passe à la période incriminée et qu'il décrit la vie quotidienne avec une précision qui la rend immédiatement accessible.



Une critique plus fouillée
Journalisée

Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 538


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #216 le: 31Décembre, 2008, 10:59:05 »

- Space opera, de Vance. Classique (il a quand même donné son nom à un genre, excusez du peu...), ironique (comme toujours avec Vance, enfin il me semble), très court, une chute comme je rêverais d'en écrire... Attention toutefois, c'est du "old school", ne vous attendez pas à des cyborgs ultramachinchose ou des bastons spatiales à coup de lasers-turbo-nucléaires avec des vrais morceaux d'Aliens dedans.

Je renchéris sur ce que disait Cultö : le titre est un jeu de mot sur le genre, alors même que le roman est très éloigné de ses canons (justement, pas de grande bastons spatiales ). "Old school" ne le définit pas mieux : on est loin de la hard science, et beaucoup plus proche de la "science fantasy", si tant est que ce terme ait un sens. Si on le replace dans l'oeuvre de Vance, il est certes ironique, mais plus dans la veine fraîche que dans le versant noir et désespéré de certains opus.

C'était mon pinaillage du jour.
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
El Nando
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 893


« Répondre #217 le: 02Janvier, 2009, 15:58:16 »

- Space opera, de Vance. Classique (il a quand même donné son nom à un genre, excusez du peu...)

Ouais, enfin, pas tout à fait : le terme space opera est apparu en 1941 (ici sa toute première apparition, sous la plume de Wilson Tucker, cinquième ligne en partant du bas), et le bouquin de Vance a été publié en 1965.

Excellent ! ça c'est du document, on dirait une aide de jeu/accessoire pou Cthulhu...

Autant pour moi, donc... Toujours est-il que je vous conseille ce bouquin, qui ne serait qu'une déclinaison du genre (on en apprend tous les jours).

- Space opera, de Vance. Classique (il a quand même donné son nom à un genre, excusez du peu...), ironique (comme toujours avec Vance, enfin il me semble), très court, une chute comme je rêverais d'en écrire... Attention toutefois, c'est du "old school", ne vous attendez pas à des cyborgs ultramachinchose ou des bastons spatiales à coup de lasers-turbo-nucléaires avec des vrais morceaux d'Aliens dedans.

Je renchéris sur ce que disait Cultö : le titre est un jeu de mot sur le genre, alors même que le roman est très éloigné de ses canons (justement, pas de grande bastons spatiales ). "Old school" ne le définit pas mieux : on est loin de la hard science, et beaucoup plus proche de la "science fantasy", si tant est que ce terme ait un sens. Si on le replace dans l'oeuvre de Vance, il est certes ironique, mais plus dans la veine fraîche que dans le versant noir et désespéré de certains opus.

C'était mon pinaillage du jour.

Ah, si tu peux m'indiquer quels bouquins tu prendrais comme canons, ça m'intéresse (par curiosité, et un peu par pinaillage ^^ ).

Je disais "old school" par opposition par rapport à ce qui est maintenant pris en référence pour le space-opéra (genre Star Wars, nettement plus "guerrier"). J'aurais dû penser que ce serait lu par quelques antédiluviens dinosaures (si ça vous intéresse, j'ai une version de l'Odyssée dédicacée par Homère...  ). Ceci dit, j'aime l'idée de Vance "parodiant" le genre, surtout avec ce bouquin qui reste une belle blague en plus d'une satyre sociale, avec son héros dilettante, bien loin du jedi Skywalker (le fils... et le père aussi, en fait...).

Je vais essayer de me renseigner sur "hard science" et "science fantasy", parce que là, je suis largué...

Et d'accord sur l'ironie, analyse intéressante... qui me fait penser à Pratchett...


« Dernière édition: 02Janvier, 2009, 16:29:21 par El Nando » Journalisée
Cultösaurus
VCI
Les petites mains
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 021



WWW
« Répondre #218 le: 02Janvier, 2009, 19:59:22 »

Ah, si tu peux m'indiquer quels bouquins tu prendrais comme canons, ça m'intéresse (par curiosité, et un peu par pinaillage ^^ ).

La question ne s'adressait pas à moi, mais à mes yeux la réponse serait à chercher du côté des œuvres "fondatrices" du genre, et des grandes séries des années '30 à '50, la saga du Fulgur de E.E. Doc Smith, les space op' de Edmond Hamilton (genre Les loups des étoiles) ou ceux de Jack Williamson (genre La légion de l'espace) pour les fondateurs, par exemple ; en BD, Flash Gordon / Guy l'Éclair est assez typique du genre.


Citation
Je disais "old school" par opposition par rapport à ce qui est maintenant pris en référence pour le space-opéra (genre Star Wars, nettement plus "guerrier"). J'aurais dû penser que ce serait lu par quelques antédiluviens dinosaures

Je ne vais pas entrer dans la polémique de savoir si Star Ouarz est ou non de la SF, et est ou non une référence dans le genre, mais ce n'est certainement pas à ça que j'aurais pensé si j'avais dû citer un space opera moderne !

Par contre, je ne suis pas d'accord avec Macbesse quand il sous-entend que "space opera old school" implique "hard science", pasque les deux sont au contraire plutôt antinomiques. Le space opera à habillage hard science est beaucoup plus récent (je dirais autour du début des années '80 (avec des choses comme Le cycle de l'Élévation de David Brin), même si les prémices s'en font sentir bien avant), et s'est vraiment développé dans les années '90 (avec des choses comme la trilogie L'aube de la nuit de Peter F. Hamilton).
Journalisée

Life is like surrealism. If you have to have it explained to you, you can't afford it.
(Solomon Short)
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 538


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #219 le: 02Janvier, 2009, 20:05:59 »

Et tu as parfaitement raison de ne pas être d'accord avec moi sur le lien hard science - space op, mon cher Cultö. 
Je devrais me relire, parfois.  :'(
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 538


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #220 le: 02Janvier, 2009, 21:51:14 »

Oui... ça y est, je sais, je sais pourquoi j'avais fait l'association "hard science" - "old school". Ma phrase était ambiguë mais ma pensée ne l'était pas. Si j'ai associé les deux, c'est que la SF de l'âge d'or a tendance à valoriser le récit hard science, qui était beaucoup mieux considéré que le Space Op, d'ailleurs. Remarque, ça se comprend... essayez donc de lire La Saga du Fulgur... overdose de manichéisme et de mélo assurée !

Pour revenir sur le côté parodique de Space Opera, de nombreuses sagas de space op des années 30-40 narrent des explorations aux confins des mondes connus, à la découverte de civilisations tombées ou d'ennemis cherchant à dominer l'univers. La trame du space opera est d'ailleurs très souvent liée à celle du roman colonial.
C'est, je crois, Ray Bradbury qui renverse la perspective le premier, en tournant le colon terrien en dérision dans les Chroniques Martiennes. Vance enfonce le clou avec ses planètes-clichés. De ce point de vue là, la planète maudite est à mon goût la plus aboutie, tant les exemples de civilisations déchues abondent dans les romances pulp des années 30-40.
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Loris
Chair-Leg of Truth
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 698



« Répondre #221 le: 03Janvier, 2009, 13:00:31 »

J'ai fini le Carbone Modifié de Richar Morgan, et il se place dans mon peloton de tête en termes de Cyberpunk. Waow. Vivement la sortie en poche des deux suites.

J'ai commencé Yama Loka Terminus : Dernières nouvelles de Yirminadingrad. C'est un recueil de nouvelles de Léo Henry et un de ses potes. J'en ai lu un tiers : c'est très très bon.

Loris.
Journalisée

"Bref, moi qui ait été élevé avec la fausse croyance que Tolkien avait écrit la bible de la fantasy, je découvre une fois de plus que c'est faux. Howard, Lovecraft et Lieber sont les vrais apôtres du genre. Ceux qui prétendent le contraire sont des hérétiques." ~ Cédric, de Hugin & Munin
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 538


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #222 le: 03Janvier, 2009, 13:53:25 »

La présentation du Space Op' du Cafard Cosmique m'a bien fait rire, même si je ne suis pas d'accord avec tout (Cultö de son côté dira que c'est loin d'être complet !) : http://www.cafardcosmique.com/Le-Space-Opera
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Cultösaurus
VCI
Les petites mains
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 021



WWW
« Répondre #223 le: 03Janvier, 2009, 14:39:33 »

La présentation du Space Op' du Cafard Cosmique m'a bien fait rire, même si je ne suis pas d'accord avec tout (Cultö de son côté dira que c'est loin d'être complet !) : http://www.cafardcosmique.com/Le-Space-Opera

Pour plus de lisibilité / visibilité, je vous propose si vous le désirez de continuer la discussion sur le space opera dans un sujet dédié, que je viens d'ouvrir ici.
Journalisée

Life is like surrealism. If you have to have it explained to you, you can't afford it.
(Solomon Short)
Marcellus Lesendar
Invité
« Répondre #224 le: 05Janvier, 2009, 15:52:04 »

Tiens je suis en train de lire Le vieil homme et la guerre de John Scalzi.
Y en a des qui comparent ça à Starship troopers (tant qu'ils ne parlent que du film et pas d'étoiles garde à vous, ça me va), ou à la guerre éternelle (faudrait que je le lise celui-ci). Bah ma foi, pour le côté Hollywood aux stéroïdes, survitaminé et sur-équipé je suis d'accord. Mais après pour le reste c'est pas non plus aussi "politique" que l'était étoiles garde à vous.
L'histoire est vraiment attirante ne serait-ce de par la première accroche "à 75 ans j'ai fait deux choses, je suis allé sur la tombe de ma femme et je me suis engagé" ou un truc du genre. J'ai regardé un résumé.
L'histoire de FDC (forces de défense coloniales) qui recrutent sur Terre des vieillards pour les incorporer dans leur armée. Les vieillards sont toujours hyper motivés puisqu'on leur promet une nouvelle jeunesse...
On est dans un monde futuriste qui ne dépayse pas trop. Quelques vaisseaux, des mondes colonisés ou à coloniser, des races E.T alliées ou qu'on cherche à exterminer, une approche de "ce que ça serait si c'était vrai" qui n'est pas sans rappeler notre humanité actuelle...
Le style est agréable à lire et le côté "vieux héros" est assez sympa aussi.
Pour le coup j'ai arrêté de lire millenium (ça me lourde les stéréotypes qu'on y trouve) pour lire ce livre et m'acheter les deux tomes suivants tant j'accroche littéralement à cette perle!
Après je trouve quand même qu'on est plus dans un livre orienté action que dans une critique lisible de notre société, mais c'est du tout bon quand même^^
Journalisée
Pages: 1 ... 13 14 [15] 16 17 ... 130   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: