Les Salons de la Cour

15Juillet, 2020, 00:06:35
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 ... 5 6 [7] 8 9 ... 130   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Votre livre de chevet  (Lu 316249 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
selwin
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 017



« Répondre #90 le: 11Avril, 2008, 20:02:45 »

Grmbl.

C'est mon principal reproche au Trône de Fer. Cette impression très nette que l'auteur ne sait pas boucler les intrigues multiples qu'il a lancé en tous sens.

Ca me rappelle mes propres campagnes d'Ambre (IRL ou sur le forum...) Des trucs qui finissent par devenir titanesques, interminables et qui bouffent l'auteur, au passage.
Journalisée
Morgalel
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 830


« Répondre #91 le: 11Avril, 2008, 20:31:28 »

Personnellement j'espère surtout qu'il nous fera pas une "Robert Jordan".
Journalisée
cavaillon
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 338



« Répondre #92 le: 14Avril, 2008, 22:14:27 »

Il me manque une référence ?

Je n'ai pas compris ton allusion, Morgalel...
Journalisée

Quand une femme vous dit "Quoi ?", ce n'est pas qu'elle a mal entendu ; elle vous laisse une chance de modifier ce que vous venez de dire.
Morgalel
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 830


« Répondre #93 le: 14Avril, 2008, 22:58:25 »

En effet. L'analogie n'est sans doute pas de très bon gout, mais elle traduit une inquiétude réelle.
Journalisée
Kynan
Argoulet
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 201


Contradicteur Systématique


« Répondre #94 le: 15Avril, 2008, 11:43:13 »

A propos du Trône de Fer, je cherche à trouver le tome 10 (et 12, éventuellement) en livre de poche... Quelqu'un pourrait-il me dépanner ? je ne trouve pas pour le moment !
Journalisée

PbF TdM : Tobias Branda (Hobbit)
PbF Space Frontiers : Monfried Fonricht
PbF Ynn Prydden : Bors Njarlsson
PbF TdF : Ser Rickard

ex : Tiamat, Elfirie, Trinités, M+C, EG
cavaillon
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 338



« Répondre #95 le: 21Avril, 2008, 17:54:41 »

Bon, j'ai terminé 'Les Rivières Pourpres'.

Je ne me rappelle pas bien du film, mais je vois bien que le scénario du livre est bien plus fouillé (Kassowitz ne déroge pas à la règle : mettre un livre en film implique des coupes franches).

Le style de Grangé nécessite une période d'adaptation : il associe des épithètes improbables, voire à contre-sens, à ses mots (je n'ai pas d'exemple en tête) ; et il aime visiblement suggérer au lecteur des scènes de sévices assez éloquentes...

Mais à côté de ces deux points négatifs (pour moi), il faut reconnaître que l'intrigue est bien fouillée (j'aime ça), que le suspense tient en haleine jusqu'au bout (fin bien différente de celle du film, au passage), et que malgré son style, il me plongeait bien dans l'ambiance. Je regrette un peu le fin mot de l'histoire pas tout à fait crédible, mais dans l'ensemble, j'ai bien aimé.


J'ai commencé un Grisham, 'L'Associé'. J'avais lu 'Non Coupable' que je n'avais pas aimé, mais il paraît que celui-là est bien mieux...
Journalisée

Quand une femme vous dit "Quoi ?", ce n'est pas qu'elle a mal entendu ; elle vous laisse une chance de modifier ce que vous venez de dire.
Lord Skeletor
Prophète des JdR oubliés...
Les Rêveurs
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 636



WWW
« Répondre #96 le: 21Avril, 2008, 20:03:57 »

mettre un livre en film implique des coupes franches).

Exception notable : "A Scanner Darkly" de Philippe K. Dick. J'ai vu le film après avoir lu le livre, et je crois bien que tout y est...
Journalisée

Jouer des enfants ? "Héros comme Trois Pommes" !
Mon blog JdR en français et in english.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 528



WWW
« Répondre #97 le: 21Avril, 2008, 20:28:13 »

Autres exceptions : Le crabe tambour et La 317ème section. Deux romans et deux films de Pierre Schoendoerffer. Est-ce plus facile d'adapter ses propres romans au cinéma que ceux des autres ?
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Puck
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 919


« Répondre #98 le: 22Avril, 2008, 10:55:51 »

Autres exceptions : Le crabe tambour et La 317ème section. Deux romans et deux films de Pierre Schoendoerffer. Est-ce plus facile d'adapter ses propres romans au cinéma que ceux des autres ?

J'avais vu le crabe tambour il y a quelques années....qu'est ce que c'était glauque comme film....
Journalisée

Marre d'entendre parler de Michael Jackson. Vivement qu'il meurt.
Octave
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 192



« Répondre #99 le: 22Avril, 2008, 11:27:06 »

J'ai commencé Le livre à venir de Maurice Blanchot. Il y développe des réflexions très intéressantes sur la littérature, l'écriture. Je pense enchainer sur De Kafka à Kafka du même auteur, cela s'ajoutera aux autres essais non kafkologues que j'ai pu lire (de Bataille, de Kundera).
Journalisée

"Et les gens en habits se promènent,
Indécis, sur le gravier,
Sous ce grand ciel
Qui s'étend des collines au loin
Jusqu'aux lointaines collines."

Franz Kafka
Loris
Chair-Leg of Truth
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 698



« Répondre #100 le: 22Avril, 2008, 16:19:33 »

Ce matin dans le trom' j'ai fini :


Ben c'est plutôt pas mal. Bon, il y a une certaine récurrence de contenu avec ses autres livres, mais ça ne fait surtout que dénoter une constance. Ca se lit vite et c'est toujours bien écrit et assez punchy. J'ai bien aimé.
Loris.
Journalisée

"Bref, moi qui ait été élevé avec la fausse croyance que Tolkien avait écrit la bible de la fantasy, je découvre une fois de plus que c'est faux. Howard, Lovecraft et Lieber sont les vrais apôtres du genre. Ceux qui prétendent le contraire sont des hérétiques." ~ Cédric, de Hugin & Munin
Kazanoff
Sans Repos
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 820



« Répondre #101 le: 22Avril, 2008, 17:05:30 »

Autres exceptions : Le crabe tambour et La 317ème section. Deux romans et deux films de Pierre Schoendoerffer. Est-ce plus facile d'adapter ses propres romans au cinéma que ceux des autres ?

Le Tambour, ce n'est pas le roman de Günter Grass au départ?
Journalisée

So Carter tried to do as others did, and pretended that the common events and emotions of earthly minds were more important than the fantasies of rare and delicate souls.
H.P. Lovecraft, The Silver Key
Loris
Chair-Leg of Truth
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 698



« Répondre #102 le: 22Avril, 2008, 17:08:58 »

mettre un livre en film implique des coupes franches).

Exception notable : "A Scanner Darkly" de Philippe K. Dick. J'ai vu le film après avoir lu le livre, et je crois bien que tout y est...

Pareil pour Fight Club, à une mini scène (annexe) près.
Pareil pour Orange Mécanique, à l'exception du chapitre qui n'a été rajouté que bien après le film (rédemption d'Alex).
Pour Full Metal Jacket, l'adaptation est excellente, même s'il manque la mort de Rafterman.

Loris.
Journalisée

"Bref, moi qui ait été élevé avec la fausse croyance que Tolkien avait écrit la bible de la fantasy, je découvre une fois de plus que c'est faux. Howard, Lovecraft et Lieber sont les vrais apôtres du genre. Ceux qui prétendent le contraire sont des hérétiques." ~ Cédric, de Hugin & Munin
cavaillon
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 338



« Répondre #103 le: 23Avril, 2008, 20:54:22 »

Tiens, un détail "marrant" (rire jaune) dans 'Les Rivières Pourpres'. Au début de l'enquête, Niémans interroge le recteur de l'université.

"Je pense par exemple aux jeux de rôles. Vous savez, ces jeux pleins de cérémonies, de rituels...
- Non. il n'y a pas de ça chez nous. Nos étudiants ont l'esprit clair.
"

Blam : deux lignes, deux idées reçues !
Journalisée

Quand une femme vous dit "Quoi ?", ce n'est pas qu'elle a mal entendu ; elle vous laisse une chance de modifier ce que vous venez de dire.
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 538


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #104 le: 23Avril, 2008, 23:35:57 »

Je sors de la lecture de Fleur Noire, de Kim Young-Ha, qui conte le destin d'un bon millier de migrants coréens venus s'installer au Mexique alors que leur pays agonisait lentement sous la pression japonaise, en 1905. Leurs espoirs sont rapidement déçus : ils ont en fait signés un contrat de travail forcé de quatre ans et sont en pratique les esclaves des propriétaires. Le roman entrelace avec virtuosité le récit d'une douzaine de destins individuels : un orphelin, un prêtre défroqué, un chaman qui tente de se fuir, un voleur, un ennuque, deux militaires, des cousins de la famille impériale, un homme d'affaires ruiné...

Plus que la vision de Coréens s'écorchant les mains dans les chants d'agape du Mexique, c'est la peinture des bouleversements sociaux qui m'a marqué. Très vite, dans le bateau, avec la promiscuité, ce petit monde se recompose, et le contact des haciendas change profondément tous ces êtres. Certaines trajectoires (le roman est inspiré de faits réels) prennent plusieurs fois d'impressionants virages à 180°, c'en est fascinant. Point d'orgue du roman, quarante d'entre eux vont fonder un état coréen sur le site maya de Tikkal. C'est le répit armé (le balcon en forêt ?), rapidement balayé.

L'écriture évite tant l'écueil du pittoresque présent dans tant de romans historiques que celui de l'érotisme bon marché décliné à longueur de page. Il lui substitue un érotisme cru et fugace qui dessine de minces éclaircies dans ce monde brutal. Alors que le livre est écrit avec une certaine tendresse, il évite également l'écueil de la complaisance envers les personnages. Ce livre n'a pas de héros, juste des protagonistes qui tentent de s'en sortir et parfois de garder la tête droite.
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Pages: 1 ... 5 6 [7] 8 9 ... 130   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: