Les Salons de la Cour

24Octobre, 2020, 16:01:05
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 ... 129 130 [131]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Votre livre de chevet  (Lu 344531 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
FaenyX
Le Guet
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 295



WWW
« Répondre #1950 le: 27Août, 2020, 04:36:13 »

La Disparition de Stephanie Mailer, de Joël Dicker, a été un vrai plaisir de lecture. Un roman policier se déroulant à deux époques, à vingt ans d'écart, et raconté à plusieurs voix. Des personnages dont le passé et le présent interagissent, et dont la variété - policiers, politiciens, gens de lettres, etc. - apporte une réelle richesse tant à l'intrigue principale qu'aux pistes latérales (vraies ou fausses).
Un suspense soutenu, qui m'a fait voir les Hamptons, un des lieux de villégiature des New-yorkais chics, d'un autre œil.
Ce n'est pas de la grande littérature, le style tombe parfois dans des facilités, mais comme l'intrigue est solide, ça me rend moins critique envers le style.

https://www.editionsdefallois.com/livre/disparition-de-stephanie-mailer/

Son roman précédent, "La vérité sur l'affaire Harry Quebert" m'avait bien plu aussi. Un bon page-turner, efficace et dont on a du mal à arrêter la lecture.  Celui-ci m'intéresse donc fortement, merci  
Journalisée

Rom1
Auteur pédant
Les Rêveurs
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 437



« Répondre #1951 le: 27Août, 2020, 13:46:54 »

Je viens de finir Feu et Sang de G.R.R. Martin (une sorte de livre d'histoire fictionnel qui s'inscrit dans la diégèse de A Song of Ice and Fire puisque écrit par un lettré de cet univers et consigné dans la Citadelle des Mestres, lieu d'érudition du monde de Game of Thrones) et il n'y a pas à dire, qu'est-ce que cet univers me fascine. Un monde à l'Histoire aussi fouillée, ça donne tout de suite une dimension toute particulière aux péripéties qui s'y déroulent. 
Je suis sur le "tome 2" (merci l'édition française) et j'approuve, ça se lit tout seul.
Bien écrit, intéressant, cohérent... Dommage que Martin se soit laissé dépasser par son oeuvre mais il reste un sacré bon conteur.
Journalisée

Sandwich
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 40


« Répondre #1952 le: 27Août, 2020, 16:48:16 »

Dans le même genre, je conseille "Game of Thrones - Les Origines de la Saga", une sorte d'atlas - livre d'histoire - guide des terres de Westeros et d'Essos (et d'au-delà) qui s'inscrit là encore dans la diégèse de l'univers.
Journalisée
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 709



« Répondre #1953 le: 28Août, 2020, 04:34:47 »

Quelques lectures d'été, qui du reste n'avaient rien de très estival…

Un essai sur les sources norroises avérées ou possibles de Tolkien : La Terre du Milieu, Tolkien et la mythologie germano-scandinave de Rudolf Simek (Passés/composés). Rudolf Simek étant lui-même philologue spécialiste de littérature germanique et de mythologie nordique, il sait de quoi il parle. Son livre possède les qualités et les limites de son projet. Les références dans lesquelles Tolkien a puisé sont identifiées avec beaucoup de précision ; par exemple, les liens entre les variantes du futhark (alphabet runique) et le futhorc anglo-saxon avec les différents alphabets runiques créés par Tolkien sont exposés de manière claire et très intéressante. En revanche, faute d'analyse plus approfondie de la façon dont le romancier a intégré ces sources dans la "soupe" créative, l'essai de Simek prend peu à peu la forme d'un catalogue qui ne nous éclaire que de façon très périphérique sur la genèse de la Terre du Milieu.

Un ouvrage hybride, sorte de manuel d'écriture autobiographique de Stephen King : Ecriture, mémoires d'un métier (Le Livre de Poche). Je suis sorti de ce petit bouquin très partagé. Sur le plan de la théorie, c'est très creux. Sur le plan autobiographique, c'est très intéressant, pour deux sujets assez éloignés l'un de l'autre : d'une part sur la formation du jeune écrivain qu'a été King, d'autre part sur le choc qu'a été pour lui son accident au moment précis où il écrivait ce livre. (King a été renversé par un chauffard, a frôlé la mort, et a dû subir toute une série d'interventions de reconstruction d'une jambe.) Sur le plan de la pratique d'écriture, je suis partagé : King nous livre sa méthode, qui repose sur énormément de travail et des principes de composition simples, efficaces, à destination du grand public. Cependant, j'ai le sentiment qu'il ne dévoile pas complètement ses techniques de conteur : par exemple, il est loin de détailler tous les ressorts de son art de la métaphore et de la métaphore filée, qu'il utilise pourtant dans la composition de ce livre pour contourner l'aridité du discours théorique. Les conseils qu'il donne sont faciles à suivre (si on travaille beaucoup) mais me semblent malgré tout assez réducteurs. Je vois d'ailleurs un certain nombre d'écrivains des littératures de l'imaginaire les appliquer pour des résultats médiocres sur le plan formel et sur le plan diégétique – King se dépeint lui-même comme un écrivain "de situation" et non "d'intrigue", ce qui fait courir le risque d'un récit qui se délite.

Enfin, j'ai lu L'Etrange Défaite, de Marc Bloch. Bloch est connu comme un grand médiéviste de l'entre-deux guerres, un des fondateurs de l'école des Annales. Ce fut aussi un vétéran des deux guerres mondiales, et un résistant important sous l'occupation, ce qui lui vaudra en définitive arrestation, torture et exécution de la part de l'occupant.  L'Etrange Défaite est un recueil de textes écrits sous l'occupation, dont plusieurs articles parus dans des journaux clandestins. Le texte le plus important du recueil est un témoignage écrit sur le vif par l'historien, à la suite de la défaite de 1940, à destination des historiens futurs. A travers son expérience d'officier pendant la Drôle de Guerre puis pendant la débâcle, Marc Bloch se livre à une analyse transversale des causes de la défaite. S'il voit des responsabilité dans toutes les classes sociales, il attaque particulièrement la bourgeoisie et les élites, dans le défaitisme desquelles il identifie une cause majeure de l'effondrement. Il se livre également à une analyse assez fine des dysfonctionnements de l'Armée sur le plan de la théorie militaire, de la sclérose des Etats-Majors, de la compartimentation des bureaux. Les sottises qu'il pointe dans son expérience de l'Armée m'ont furieusement rappelé… ce que j'ai pu constater, à mon modeste niveau, en effectuant mon service militaire au milieu des années 1990. Fidèle à ses traditions, l'Armée française a toujours les vices et les qualités de celle de 1939. C'est assez inquiétant, en définitive…
Journalisée
Pages: 1 ... 129 130 [131]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: