Les Salons de la Cour

17Février, 2020, 09:12:03
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 ... 3 4 [5]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [Genre] Epées & Mousquets, Des Lumières aux Révolutions  (Lu 15258 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
tristesire
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 367



« Répondre #60 le: 03Août, 2018, 11:05:32 »

Pour moi, Parot est une référence.
Je suis très triste de sa disparition toute récente... 
Journalisée

On ne touche pas aux lapins !
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 397



WWW
« Répondre #61 le: 31Décembre, 2018, 15:20:02 »

Un peu de balltrap avec un fusil à silex ?
https://www.youtube.com/watch?v=zkc0z1G5dS8

 
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 397



WWW
« Répondre #62 le: 06Juillet, 2019, 16:04:42 »



J'ai reçu, ce matin même par la Poste, le jeu Revolutionaries, que j'ai acheté "d'occasion comme neuf".

Ce jeu avait fait l'objet d'un financement participatif a pour toile de fond la Révolution américaine. Il met en scène des membres du réseau "Culper", un réseau d'agents secrets des Insurgents, que la série télé Turn avait mis en lumière.

Un JdR "historique" ayant peu de chance de percer, Revolutionaries ajoute une dimension plus "secrète" encore : les Anglais ont un "grand projet secret" (grosso modo, asservir l'humanité, rien de moins), et le réseau Culper est constitué en une fraternité initiatique organisée en loges (cette inspiration est assez transparente) qui veut contrer les menées secrètes de Anglais.

Pour l'instant, j'ai simplement survolé le jeu. Je compte en écrire une critique détaillée "sous peu" (délai sans garantie contractuelle !).
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 397



WWW
« Répondre #63 le: 22Juillet, 2019, 15:18:37 »

Ma critique détaillé de ce jeu Revolutionaries est bouclée, et paraîtra dans les colonnes du Fix.

En attendant la parution, en voici les principaux points :

Sur la présentation du jeu :
Le jeu se présente dans une boîte de dimensions assez réduites (le format d’un gros roman comme Gagner la guerre en format "non poche"). Elle contient :
– trois livrets au format A5, d’une trentaine de pages chacun, l’un sur l’univers du jeu, un autre sur le système de jeu, et le dernier avec 2 scénarios ;
– le jeu des 54 cartes spécifiques pour la création des personnages ;
– un écran pour le MJ, un triptyque au format bas et allongé ;
– le facsimilé d’un carnet de code pour la cryptographie ;
– la belle reproduction d’une carte grand-format de « l’empire britannique en Amérique du Nord » ;

Sur l’univers du jeu
Le cadre général m’intéresse vraiment : jouer des agents secrets, membre d’un réseau (le Culper Ring) qui contribue à la lutte pour l’indépendance des « Treize colonies » qui se sont soulevées contre la Couronne britannique. On retrouve donc clairement l’ambiance de la très bonne série télé Turn (fiche IMDB).
J’aime moins que les auteurs aient encore recouru aux habituels ingrédients de complots (ah, les sociétés secrètes qui veulent diriger le monde depuis la nuit des temps) et de magie, qui font que finalement, tous ces univers « historico-fantastico-uchroniques » se ressemblent tous, sous leurs apparentes différences. Ces versions détournées me sont aussi indigestes que l’adaptation avec magie et kung-fu des Trois Mousquetaires pondue par Pierre Aknine en 2005, avec Vincent Elbaz en d’Artagnan et Emmanuelle Béart en Milady. Je veux bien croire que l’offre en JdR s’adapte à la demande, mais c’est le genre d’excuse que servent les producteurs de téléréalité pour diffuser de la daube.
Attention, le livret sur l’univers du jeu n’apporte quasiment aucune information sur ce qui ne touche pas directement le réseau d’espions. C’est donc à chacun de se documenter sur l’histoire, la géographie, la vie quotidienne, bref, tout ce qui donne de la chair à l’univers du jeu.

Sur les styles d’aventure possibles et les scénarios proposés
Les missions du Culper Ring – et donc celles auxquelles seront affectés les PJ – sont classiques d’un réseau d’espionnage de ce temps : surveillance de personnes et de lieux, transmission et récupération de documents, infiltration, observation, recrutement de nouveaux agents, retournement d’agents adverses, protection, et, dans les cas extrêmes, assassinat.
Les ingrédients que les auteurs du jeu mettent en avant pour bâtir des scénarios reflètent cet état d’esprit : la politique, la lutte contre l’oppression, la clandestinité, le combat ouvert, ainsi que les mythes et légendes des colons et des peuples indigènes.
Les deux scénarios inclus dans le jeu sont bien représentatifs des certaines de ces possibilités.

Sur le système de jeu
Ici, le plus intéressant côtoie les moins réussi.
Pour le plus intéressant : la création de personnage menée de manière très simple, en tirant au sort 5 cartes parmi 54 cartes représentant des archétypes (agitateur, gentleman, etc.) avec leurs traits spécifiques. Le PJ est donc une combinaison de ces 5 archétypes, et c’est le joueur qui décide du dosage de cette combinaison en décidant de la « hiérarchie » de ces 5 archétypes dans son PJ. La création part donc sur des bases rapides (le tirage des 5 archétypes), tout en ouvrant la porte à de la variété et de la personnalisation (avec la hiérarchisation).
Pour le moins réussi : le système de simulation, qui repose sur des mécanismes nombreux, dont certains se recoupent sans réelle clarté. On y retrouve des mécanismes déjà vus dans d’autres jeux (des compétences, des bonus / malus, des capacités spéciales, des jets « standrds » et d’autres « dynamiques », des dés de chance / malchance, des jetons de la mort, un traitement différent pour le combat, un autre pour la magie, etc.) et qui, ici, n’arrivent pas à bâtir un ensemble cohérent. Je reconnais avoir jeté l’éponge à la lecture de ce fatras.

Au final, un jeu auquel je n’aimerais jouer qu’à condition de n’en garder le cadre historique (dont je virerais les aspects complotistes et surnaturels) et l’idée de la création de personnage par tirage et combinaison d’archétypes.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 397



WWW
« Répondre #64 le: 12Janvier, 2020, 22:18:08 »



Une fois n'est pas coutume, une série télé met en lumière un personnage de l'histoire belge, Jan de Lichte, qui s'est révolté, au XVIIIe siècle, contre un système oppresseur et corrompu dans les Flandres.

La série s'appelle "The Flemish Bandits" (en VO) et "Bandits des bois" (en VF), et passe sur Netflix :
https://www.netflix.com/fr/title/81054827

Elle n'est pas trop mal notée sur IMDB (environ 7/10) :
https://www.imdb.com/title/tt5766086/
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Pages: 1 ... 3 4 [5]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: