Les Salons de la Cour

13Novembre, 2019, 13:52:12
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Sondage
Question: Votez pour le 43e concours, qui aura l'insigne honneur de lancer le prochain ?
Revoir Kadash et mourir pour Fragged Empire par Pitche
La plus longue nuit pour Berlin XVIII v4 par Khelren
Sous l’œil de la Lune pour un univers "arthurien", par Xaramis

Pages: 1 [2]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Le bureau de vote du 43e concours de scénarios est ouvert  (Lu 483 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Khelren
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 572



WWW
« Répondre #15 le: 24Octobre, 2019, 17:55:37 »

Ce qui m'a gêné ici, c'est que j'ai du mal à même imaginer des joueurs faire autre chose que de résister à l'invasion de leur "sanctuaire". Je me demande si l'enquête parviendra à se mettre en place. Heureusement, il y a l'action sur-mesure qui doit inciter les joueurs à quitter leur poste.

Après, c'est un peu l'intérêt de la chose, je pense, que de laisser la table décider de ce qu'elle veut jouer : des flics s'employant à repousser des émeutiers, ou bien cherchant quand même à démêler cette intrigue politico-économique.
Néanmoins, j'ai la sensation qu'on va être un peu "à l'étroit" dans tout ça. Je me trompe peut-être, après tout, il faut jouer pour voir ce que cela donne...
Je suis d'accord, c'est clairement le risque.

Ceci dit, comme les joueurs connaissent la projection de Velda et savent que les choses vont empirer, ça devrait les motiver pour comprendre les dessous de l'affaire ou en tout cas faire un choix moral qui nous en apprend sur les PJ (est-ce qu'ils vont abandonner la Falkhaus en disant "nope je suis pas assez payé pour cette merde" par exemple?). Mais subir l'assaut, c'est aussi un choix tout à fait valable et les PJ peuvent aussi briller à cette occasion.
Journalisée

Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 289



WWW
« Répondre #16 le: 24Octobre, 2019, 22:46:38 »


Sous l'oeil de la lune par Xaramis. Une très bonne histoire, la puissance d'un bon roman bien mis en mesure pour un scénario de JDR. Encore une fois, une galerie de personnages bien présentées et riches. Il aurait été idéal de disposer d'un schéma plus visuel (type organigramme-mind mapping) pour présenter tous les PNJ entre eux avec leur interractions je trouve.
J’ai souvent écrit que je n’ai pas grand mérite pour les intrigues, parce que je recycle sans vergogne des trames que je trouve bonnes et que j’emprunte à des livres, des films, des épisodes de série télé. Cependant, je prends toujours soin de citer mes inspirations directes, non seulement par souci d’honnêteté, mais aussi pour inciter « mes » lecteurs à découvrir par eux-mêmes les œuvres dont je m’inspire.

Pour ce qui est de la galerie des PNJ, c’est une habitude que j’ai prise voici quelque temps déjà : cela permet, à mon sens, de poser clairement les intervenants de premier et de second plan, les ambitions et « plans » de chacun.
Quant à l’absence d’organigramme dans mon document, elle n’est due qu’à mon manque d’outils pour mettre au propre le schéma des relations interpersonnelles que je griffonne toujours sur un papier, pour mon propre repérage !

Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 289



WWW
« Répondre #17 le: 24Octobre, 2019, 22:47:09 »

La suite pourrait être je pense un peu améliorée mais je pense que c'est surtout le temps qui a manqué pour pouvoir améliorer cette partie.
Alors que j’avais mon idée de scénario depuis des semaines, je m’y suis pris au dernier moment pour poser les choses par écrit, et j’ai bouclé en catastrophe, d’où le manque de bonne finition.

Une bonne galerie de PNJ, plutôt bien décomposés entre plusieurs groupes, permet de prendre efficacement connaissance des différents figurants. C'est bien fait, alors que ça aurait pu être très rébarbatif. Alors que les noms sont à coucher dehors, je me suis surpris à plutôt réussir à me souvenir des différents acteurs à la première lecture (bon, j'ai quand même dû faire un aller-retour ou deux par la suite, mais dans l'ensemble ça a été).
Comme tu le soulignes un peu plus bas dans tes commentaires, j’aurais dû rappeler, à chaque occurrence d’un nom de PNJ, sa « fonction ». C’est d’ailleurs sous une forme anonyme mais fonctionnelle que j’ai porté les noms dans l’ébauche du scénario (ex : « Bûcheron », « Fils_de_Bûcheron », « Victime_1 »), et je ne leur ai attribué leurs noms respectifs qu’en toute fin d’écriture.
Pour ce qui est des noms à coucher dehors, je reconnais que les noms gallois se posent là ! Et encore, il s’agissait juste de les écrire. Pour ce qui est de les prononcer…

Citation
J'ai eu un poil de mal à voir en quoi le fait que Nerys savait pour la mine était un motif suffisant pour l'éliminer. Je suis peut-être un peu trop naïf mais je trouve Cathair un peu rapide de la gâchette. Si ça s'apprend, ça va véritablement ruiner ses plans? Les villageois vont-ils tous braver les interdits et s'improviser mineurs? Bref, j'aurais apprécié la simple mention que le secret est primordial pour son business par exemple.
Ce sont des aspects que je n’ai pas assez creusés, en effet.
* La volonté de Cathair de protéger son « secret » est sous-tendue par le fait que sa démarche est une pleine trahison de la confiance que lui porte le seigneur local qui en a fait son héritier présomptif. Cathair veut devenir chef à la place du chef sans attendre son heure. Il joue donc le tout pour le tout, cherchant à mettre les gens devant le fait accompli.
* La réaction des villageois reste, à mon sens, assez dépendante de leurs convictions « religieuses ». Le christianisme s’est répandu dans l’élite romano-brittonne, mais il a peu percolé dans les mentalités du peuple. Une majorité des villageois est donc, très probablement, encore imprégné des traditions celtiques et des interdits liés aux sites sacrés.

J'apprécie beaucoup que les PJ se retrouvent au final dans une situation où ils vont devoir trancher sans avoir forcément de preuves, mais simplement du parole contre parole. Au final, l'enquête va permettre d'en apprendre plus... sur les PJ, ce qui est tout ce que je peux espérer d'une bonne enquête.
Je suis toujours gêne, dans les « polars historiques », quand l’intrigue est dénouée grâce à des éléments matériels particulièrement ténus (« oh !, Untel a perdu son médaillon en tuant Unetelle », « ah ! cette blessure correspond exactement à la pointe de flèche qui se trouve dans le carquois de Trucmuche », etc.). Je trouve ça déjà très tiré par les cheveux dans des séries télé avec des « experts médico-légaux » ; alors, dans des cadres historiques où le niveau technologique est très éloigné du nôtre, j’y vois un caractère très (trop) artificiel.
Je préfère donc laisser la porte ouverte à une non-résolution de certains points, ou à d’autres moyens de résolution, comme l’obtention d’aveux en jouant sur d’autres cordes (l’honneur, la rédemption, etc.).

Si je dois fournir une seule réelle critique, c'est que peut-être que, si les PJ manquent de pro-activité, à part les bandits qui capturent le druide et l'arrivée des guerriers voisins, le MJ ne dispose pas de réels moyens de relancer l'histoire et le scénario peut connaître un vrai problème de rythme. Il peut ne pas être évident de savoir ce que tel PNJ fait à tel moment. De même, un Niall et les villageois disent qu'ils reviendront et que ça ne se terminera pas comme ça!... mais finalement ils sortent un peu du scénar, parce que leurs agissements ne sont pas prévus pour la suite. Du coup, on laisse un peu le MJ se débrouiller tout seul pour établir les scènes et imaginer leur enchaînement. C'est là où des outils scénaristiques moins linéaires permettraient à l'histoire de se développer dans des directions inattendues et fournirait une aide utile au MJ, surtout débutant ou peu à l'aise avec l'improvisation. (Je songe évidemment à des horloges de jeux propulsés par l'Apocalypse mais d'autres pourraient sans doute convenir tout aussi bien.) Mais je conçois que ça prend du temps à concevoir et que ça ne soit pas forcément l'envie ou le but.
J’ai découvert les « horloges » à la sauce Apocalypse à l’occasion de relecture de textes de la nouvelle édition de Berlin XVIII, ainsi que dans Striscia. Le procédé m’a paru très intéressant, mais… je n’ai pas pensé à le mettre en œuvre dans ce scénario-ci, alors que ça s’y prêterait bien, effectivement.


A part rajouter à côté de chaque nom un petit pense-bête pour se rémémorer de qui il s'agit (par exemple dire tout le temps "Owyn le forgeron", même si ça alourdit), je ne vois pas grand-chose à critiquer. C'est un scénar propre, classique, solide qui donne envie d'être joué.
Merci.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 289



WWW
« Répondre #18 le: 24Octobre, 2019, 22:47:47 »

Sous l’œil de la Lune pour un univers "arthurien", par Xaramis, est une franche réussite. Se lisant d'une traite, il plonge le lecteur dans l'univers et l'ambiance. Beau travail que cette adaptation.  
Le plus solide est à mettre à l’actif de l’auteur du roman dont je me suis inspiré.
Pour le reste, j’ai surtout travaillé à simplifier l’intrigue, et à délocaliser l’intrigue dans le temps et dans l’espace.


Je vote pour le scénario de Xaramis. J'ai hésité avec celui de Khelren, qui correspond plus à ce que j'attends en terme d'exposition d'un scénario : les éléments essentiels, ce qu'il faut pour jouer et improviser, plutôt que du rédigé.
J’essaie d’aller vers des textes dépouillés, plus tournés une fonction d’outil (je pense à certains textes que j’ai relus, pour la nouvelle version de Berlin XVIII sous Fate, par exemple, ou encore à la structure des scénarios pour Terra Incognita, mais je reconnais que je retombe parfois (et c’était le cas ici) dans le travers de textes plus rédigés.

Néanmoins, l'approche de Xaramis est bien ficelée, on sent bien qu'on va pouvoir faire ce que l'on veut de l'intrigue et la triturer à notre sauce. Et je me suis davantage projeté dans l'ambiance arthurienne.
J’ai essayé de poser les enjeux personnels ou collectifs des PNJ, et de ne pas trop enfermer les PJ dans un déroulé trop linéaire.
Je me dis qu’au final, peu importe que les PJ découvrent la totalité de ce qui est caché. Le principal me semble être de leur permettre d’évoluer dans cette intrigue, de s’en faire leur propre idée, et d’apporter éventuellement leur concours non pas à une unique résolution qui serait imposé par le scénario, mais à une résolution (parmi d’autres) qui se fera jour en fonction de ce qu’ils auront trouvé, des relations (positives ou hostiles) nouées avec les PNJ, etc.

Je voulais aussi souligner la gageure de rescénariser une oeuvre déjà écrite ; il y a toujours la tentation de vouloir "faire rejouer le bouquin". Ici, ça ne se sent pas.
J’ai en tête de très mauvais exemples de cela, comme Mârid Audran, dont le scénario déroule, comme sur des rails qu’on ne peut quitter, l’intrigue de Gravité à la manque, d’Effinger.
C’est pour cela que je préfère partir de l’intrigue sous forme de relations interpersonnelles (qui est avec qui ? qui est contre qui ? qui doit quoi à qui ? etc.), qui contribuent à limiter la linéarité du déroulé. Mais cela demande de trouver des manières différentes de présenter le scénario : « organigramme » (au sens très large) des PNJ et de leurs enjeux respectifs, évènements qui se déclenchent sous conditions (ex : « horloges » à l’Apocalypse), etc.
Une orientation vers une formule « tableau de bord » plus que vers une formule « nouvelle très écrite ».

Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
selwin
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 944



« Répondre #19 le: 25Octobre, 2019, 08:46:17 »

Juste pour rajouter à propos des horloges et autres compteurs, jauges à intrigue, c'est que ça apporte beaucoup à tout type de scénar. Pbta ou pas, je les utilise désormais quasi systématiquement.

On peut même les dévoiler aux joueurs, comme un élément de meta-jeu faisant monter le suspense. Sans nécessairement détailler les étapes, montrer l'échéance de la menace qui approche, c'est redoutable pour générer de la tension.

J'ai fait ça pour un Star Wars d6 (donc un bon vieux système old school), avec une menace d'invasion planétaire par l'Empire, représentée par:
- 6 jetons que je retirais avec le développement de l'intrigue
- des éléments "qualitatifs" et marquants que je distillais à mesure du retrait des jetons ("que dites-vous des rumeurs de cette flotte impériale se rassemblant en orbite de Mandalore, Amiral Ackbar?")
Quand on retire le 5eme jeton, les joueurs (et PJ du coup) sont dans un sacré état de fébrilité.

J'ai fait de même avec le Trône de fer, c'est bien sympa.

Par contre, il m'est arrivé de coincer l'intrigue dans la linéarité d'un déroulement implacable et c'est pas toujours très heureux. Il faut quand même laisser la possibilité aux joueurs de casser l'horloge.
Enfin, je pense.
Journalisée
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 289



WWW
« Répondre #20 le: 25Octobre, 2019, 10:31:37 »

Je vois (sur le plan théorique, n'ayant pas eu l'occasion de les utiliser concrètement) ces horloges comme des guides, plutôt que comme des carcans. Certaines actions fortes des PJ, par exemple, me semblent susceptibles de modifier le cours d'une horloge, directement ou indirectement.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Khelren
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 572



WWW
« Répondre #21 le: 25Octobre, 2019, 15:54:14 »

(Sans vouloir trop digresser, les "horloges" sont en effet une mécanique qui permet simplement de suivre un scénario hypothétique. Les actions des PJ peuvent contrer les événements à venir, s'ils décident de s'en charger et y parviennent. Il est fréquent que lors de sa préparation, le MJ doive modifier les horloges pour tenir compte des développements du monde lors de la session précédente.

Et oui, il est possible de montrer une horloge, ça met bien la pression. A ma connaissance, il me semble que peu de PbtA le font. The Sprawl le fait et la v4 de Berlin XVIII pousse le bouchon encore plus loin en détaillant ce qui devrait se passer chaque étape. Il est possible que certains joueurs qui ne veulent pas "voir" le système trouvent que c'est trop meta et du coup que ça vienne rompre leur immersion. Parce que c'est un peu comme les étoiles dans GTA qui indique le niveau de réponse des forces de l'ordre.

C'est hautement adaptable à n'importe quel jeu, puisque c'est juste un outil scénaristique, mais un outil très ergonomique pour le MJ -- en peu de signes et en un seul coup d'oeil, le MJ a toutes les infos pour improviser la situation -- et qui permet de casser la linéarité du scénar. De mémoire, je crois que j'avais incorporé des horloges dans le scénar Planescape que j'avais écrit pour le recueil de scénarios des 40 ans du jdr.)
Journalisée

pitche
Fan de JdR amateurs et rédacteur invétéré
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 819



WWW
« Répondre #22 le: 09Novembre, 2019, 17:39:46 »

Bientôt la fin des votes !

vite vite les derniers à voter sont appelés à l'isoloir
Journalisée

Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 289



WWW
« Répondre #23 le: 09Novembre, 2019, 21:12:47 »

Je prépare mon bulletin de vote.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Khelren
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 572



WWW
« Répondre #24 le: 10Novembre, 2019, 19:30:33 »

5 votes c'est pas foufou vu le nombre de forumistes présents mais au moins il n'y aura pas d'égalité qui forcera à repousser le date de cloture
Journalisée

Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 289



WWW
« Répondre #25 le: Hier à 12:25:00 »

Mon vote va au scénario de Khelren, en particulier pour sa "compacité", et la compréhension des enjeux bien soulignée par sa structure
FaenyX signalait que le jeu pour lequel ce scénario est écrit n'est pas encore sorti, mais on peut déjà en comprendre le cadre si l'on connaît la version "historique" de Berlin XVIII.
(Par ailleurs, sa forme m'amène à poursuivre mes réflexions personnelles sur la présentation d'un scénario davantage comme un "outil" pour le MJ que comme un "récit" de la part de son auteur).

J'ai bien aimé aussi le scénario de Pitche, qui continue à me faire découvrir des univers de jeu qui me sont globalement étrangers.
Pour le coup, la matière à lire m'a permis d'entrer un peu mieux dans ce paysage que je méconnais.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Khelren
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 572



WWW
« Répondre #26 le: Aujourd'hui à 02:22:14 »

Va falloir clore: le vote de Xaramis a visiblement valu double et y a un risque d'ex-aequoïte aigüe!
Journalisée

Ohtar Celebrin
PBM TdM : Damangol / PBM YP : Phoïbos-Angfrid
Les Rêveurs
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 544



WWW
« Répondre #27 le: Aujourd'hui à 08:40:20 »

Nous sommes le 13, la date fatidique est passée !

Je déclare donc clos le 43e concours de scénario de la Cour et vainqueur, une dixième fois*, Xaramis !


Bravo et merci à tous trois pour vos participations


Vivement le 44e !!!



*Les comptes ne sont plus tout à fait à jour mais je pense que ça fait 10 !!!


(Le vote de Xaramis n'a pas compté double, il s'est ajouté au mien !)
Journalisée

Râler moins
Rôler plus !
Pages: 1 [2]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: