Les Salons de la Cour

20Octobre, 2019, 15:18:38
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Dans le bureau du Lieutenant Shultz (Taillefer)  (Lu 1063 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
FaenyX
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 849



WWW
« le: 22Septembre, 2018, 15:12:54 »

Swen descend jusqu'au deuxième étage, là où se situent les bureaux des officiers de la Falkhouse. En chemin, il croise bon nombre de ses collègues, certains prenant leur service, d'autres (à la mine plus fatiguée) terminant une longue permanence. Entre poignées de mains et signes de tête, les Falks se saluent, mais courent tous après le temps. Le Sergent-Chef Köhler arrive devant le bureau de Natalia Shultz en même temps que celle-ci, qui sort visiblement de celui du Kommissar Koenig.
- Ah, Köhler...nous devons nous voir, c'est vrai. Entrez.

Elle ouvre la porte de son bureau et s'y faufile, suivie de Swen. Ce dernier est déjà venu dans cette pièce, mais elle lui produit toujours le même effet. S"agit-il de la décoration, du calme qui semble y régner ou de l'odeur de cèdre que diffuse la petite lampe placée dans un coin du bureau ? Toujours est-il que Köhler a le sentiment d'être, pour quelques instants, dans un oasis de sérénité.

Assise de l'autre côté du bureau, Natalia Shultz ouvre la conversation :
- Bon, je n'ai pas beaucoup de temps, j'irai donc droit au but. Le Kommissar a vu arriver sur son bureau un drôle de dossier et il aimerait beaucoup le voir soldé sans heurts.
Elle pousse vers Köhler une chemise rempli de documents, puis reprend :
- Le 24 avril dernier, vers 7h30, Hans Rholein, directeur de l'agence Illford Bank de Kreis Bernau, a été agressé par un inconnu, à l'ouverturede son établissement. Sous la menace d'une arme, l'homme l'a forcé à entrer dans la banque et à lui remettre le contenu du coffre de nuit (soit environ 40 000 EM). Pour lui forcer la main, il a expliqué que deux de ses complices retenaient en otage Andrea Karminz, la maîtresse de Rholein et qu'ils n'hésiteraient pas à lui faire du mal si Rholein refusait d'obéir. Il a donc remis l'argent à l'inconnu qui, avant de disparaître, a tiré sur Rholein, avec un pistolet à fléchettes tranquillisantes. Hans Rholein a été retrouvé, dans un état comateux, tard dans la matinée, dans une ruelle jouxtant la banque.
Le 30 avril, le même scénario s'est reproduit devant la banque Sekurity Europa de Lankershim Strasse. Le banquier, Joachim Geerts, a été agressé par un homme qui s'est conduit de la même façon qu'avec Rholein, en menaçant, cette fois, sa femme et sa fille. Cette fois, le butin a été chiffré à 110 000 EM.


Natalia Shultz soupire, puis reprend :
- La brigade financière d'Europol nous a balancé le dossier : c'est évidemment pour nous mettre à l'épreuve. En clair, nous devons les aider et il y a de fortes chances qu'ils tirent les marrons du feu. Vous faites équipe avec Hugo Schelling, c'est ça ?
Journalisée

taillefer
Lanspessade
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 428



WWW
« Répondre #1 le: 22Septembre, 2018, 18:27:17 »

Swen fronce de plus en plus les sourcils au fur et à mesure des propos du Lieutenant.
L'atmosphère et l'environnement apaisant de la pièce l'empêche de montrer son mécontentement de manière plus explicite...

- oui, j'ai récupéré Schelling... et deux bleus...

Pas sur que le Patron obtienne satisfaction avec une équipe pareil...pour ce genre de dossier.
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 849



WWW
« Répondre #2 le: 22Septembre, 2018, 18:54:30 »

Si elle perçoit l'agacement du Köhler, Natalia Shultz n'en laisse rien paraître.
- C'est le genre d'affaire qui, si elle bien menée, pourrait donner un coup de pouce à votre carrière, Sergent-Chef. Vous n'aspirez pas à mieux ? Vos états de service jouent en votre faveur, je crois.
Elle fait jouer ses doigts sur le rebord de son bureau quelques secondes, puis reprend :
- Dans pareil dossier, vous aurez sûrement besoin d'un Falkdoktor. J'ai pensé à Goldberg...

Swen n'a pas besoin d'être fin psychologue pour comprendre que le Lieutenant Shultz est aussi embarrassée que lui de se retrouver avec pareille affaire sur les bras. Et voilà qu'en plus, elle lui met Goldberg dans les pattes. Quel jeu joue-t-elle ? Ou, plutôt, quel jeu la force-t-on à jouer ?
Journalisée

taillefer
Lanspessade
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 428



WWW
« Répondre #3 le: 22Septembre, 2018, 19:58:10 »

En entendant prononcer le nom de Goldberg, Swen manque de s'étouffer en avalant sa salive.

-passez moi le couplet sur l'avancement Lieutenant. Pas vous!
Un sourire ironique se dessine sur les lèvres de Swen.
- vous alignez une des plus belles brochettes de bras cassés du Center German sur une affaire "sensible"...
...vous voudriez que ça foire, vous ne vous y prendriez pas autrement.

Swen se redresse sur sa chaise et se penche en avant en se tenant les mains.
- écoutez, je vous aime bien. Je veux dire, je vous respecte vraiment. Vous êtes un très bon flic. Vous ne pourriez pas jouer carte sur table et m'en dire ce qu'il se passe? Qu'espérez vous vraiment...Lieutenant Schultz?
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 849



WWW
« Répondre #4 le: 22Septembre, 2018, 20:33:19 »

Natalia Shultz sourit, ce qui la rend encore plus jolie. L'espace d'un instant, l'ombre qui rôde en permanence sur elle depuis son veuvage précoce se dissipe :
- Vous n'y êtes pas, Swen. L'affaire est sensible, mais nous valons mieux que le piège grossier qu'on nous tend. Et, si je vous ai choisis, vous et votre équipe de "bras cassés", comme vous dites, c'est parce que j'ai confiance en vous.
Elle se penche en avant, comme si elle voulait faire une confidence à Swen :
- Moi aussi, je vous respecte, Sergent-Chef, comme je respecte chaque membre de cette maison, parce que je sais que tous, ou presque, prendraient une balle pour leur collègue.
Si on veut vous voir vous planter, c'est aussi moi, et le Kommissar, qu'on vise.


Puis, elle reprend sa position initiale et s'enfonce dans son fauteuil :
- Vous et votre équipe allez prendre en charge ce dossier et me coffrer le petit malin qui a braqué ces deux banques.  Et, ce faisant, vous démontrerez que vos coéquipiers sont des flics de talents.
Elle sourit une nouvelle fois, d'une façon qui pourrait faire fondre n'importe quel homme :
- Et je persiste à penser que vous pourriez faire un excellent officier de police, Swen.
Journalisée

taillefer
Lanspessade
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 428



WWW
« Répondre #5 le: 23Septembre, 2018, 00:08:30 »

Swen secoue la tête en souriant...
-c'est une sacrée prise de risque. Je ne dis pas que mon équipe est nulle mais ils ont mauvaise réputation... ou pas de réputation du tout...
Puis, plus à lui-même:
...on va bien voir ce qu'on a dans le ventre, mais je vous garantie que je ne n'ai pas l'étoffe d'un bon samaritain.

Après une courte pose, Swen soupire une fois de plus:
- ok, ok... passons aux choses sérieuses. Quels sont mes moyens et mes marges de manoeuvres? C'est officiel pour tout le monde ou on avance en sous-marin?

Swen avait un drôle de goût dans la bouche. Il avait du mal à croire cet étalage de bons sentiments, cette croyance en l'autre qu'affichait sa supérieure. Et pourtant, c'était du Schultz tout craché.
Évidemment, n'importe quel falk avec un minimum de conscience professionnelle et d'esprit d'équipe ferait le maximum pour ne pas mettre Schultz et Koenig dans la merde... peut être plus que pour n'importe quel autre collègue.
...évidemment, il était de ceux-là.
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 849



WWW
« Répondre #6 le: 23Septembre, 2018, 08:04:42 »

Derrière Swen, la porte vient de s'ouvrir et laisse entrer la secrétaire de Natalia Shultz :
- Désolée pour le retard....encore un suicide sur le U-Bahn.

Le Lieutenant se lève :
- Pas de problème, Valérie. On sait ce que c'est... Sergent-Chef Köhler, considérez que c'est une affaire comme une autre. Donc, soyez prudent et, si vous avez besoin de quoi que ce soit, passez par moi, ou par l'officier de permanence.

Elle se tourne vers la secrétaire qui a eu le temps de s'installer à son bureau :
- Valérie, peux-tu me préparer les statistiques du service pour la réunion de 11 heures ? Et il y a "quelques" rapports à valider, ajoute-t-elle en désignant une bannette remplie à ras bords de paperasses. Je suis attendue chez le Capitaine, maintenant, si vous voulez m'excuser.

Le Lieutenant ouvre la porte, signifiant la fin de l'entretien avec Swen.
Journalisée

taillefer
Lanspessade
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 428



WWW
« Répondre #7 le: 23Septembre, 2018, 09:40:46 »

Swen se lève à la suite du Lieutenant et se dirige vers la porte. Il fait un court signe de tête vers la secrétaire, esquissant un mince sourire. "Décidément, ce bureau a des propriétés magiques"

- oui, on va se débrouiller...marmonne-t-il.

-une dernière chose, demande-t-il avant de franchir le pas de la porte. Pourquoi cette question sur Schelling? C'était purement rhétorique?


[Je suppose que je repars avec un dossier de l'affaire ou que l'on va me le transmettre sur mon bureau
?]
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 849



WWW
« Répondre #8 le: 23Septembre, 2018, 10:01:07 »

[effectivement, le Lieutenant a donné à Köhler le dossier en question]
Avant de sortir du bureau, Natalia Shultz répond aux questions de Swen :
- Gardez un œil sur lui : j'avoue ne pas trop savoir si je peux compter sur votre coéquipier, vu son...passif, dirons-nous. Il fait partie des membres de cette maison que certains aimeraient bien voir sauter. Nous en reparlerons...quand vous me ferez votre rapport sur cette affaire.

Dans le couloir qui mène au bureau des officiers, le calme règne, plus encore qu'à l'accoutumée. Le Capitaine Kriegel a fini sa "tournée" de début de journée et se dirige vers son bureau. Swen n'y a mis les pieds que rarement et en garde un tout autre souvenir que de celui de Shultz. Visiblement, celui qui tient la Falkhouse est de mauvaise humeur ce matin.
- Richtoffen !
Shultz laisse, malgré elle, échapper un soupir  : elle n'apprécie guère la façon dont le Capitaine appelle sa secrétaire. Cette dernière, Clara Richtoffen est un modèle de discrétion et d'efficacité. On se demande comment elle tient le coup, au service du "Facho".  

- Bonne journée, Swen. Tenez-moi informée de tous vos progrès sur cette affaire, ok ?

Le Lieutenant relève son col et prend la direction du bureau de Kriegel, laissant Köhler là .

[Je suppose que tu retournes au quatrième pour retrouver ton groupe ?]
« Dernière édition: 24Septembre, 2018, 08:52:24 par FaenyX » Journalisée

FaenyX
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 849



WWW
« Répondre #9 le: 05Août, 2019, 17:59:37 »

Au matin du deuxième jour, comme convenu, Swen retrouve de nouveau Nathalia Shultz dans son bureau. Il lui trouve l'air plus las que la veille et les yeux rougis, mais le contenu du récent briefing explique sans doute sa mine affligée.
- Je n'ai pas beaucoup de temps, Swen... Faites le point sur ce que vous avez et donnez-moi une idée de ce qui va suivre.
Le Lieutenant n'a même pas pris le temps de s'asseoir et, tout en tenant d'une main une tasse de thé, jette un oeil aux dossiers qui semblent s'être empilés sur son bureau pendant la nuit.

Journalisée

taillefer
Lanspessade
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 428



WWW
« Répondre #10 le: 30Août, 2019, 12:12:28 »

Sven s'éclaircit la voix et se passe rapidement à l'esprit les éléments obtenus hier. Il trouve que tout cela est bien maigre, mais il va falloir faire avec.
"- Nous avons interrogé les victimes du braquage "Rholeins", à savoir lui et sa maîtresse. Nous avons également rendu visite à sa femme, histoire de viser large."
Sven marque une pause.
"- il y a deux équipes, la première c'est celle de la prise d'otage, 2 hommes de type hispanique. Leur description physique par la victime est mince. Quand à la deuxième équipe, celle du braquage, c'est un homme seul, physique banal.
On peut penser que le braqueur est le cerveau, il semble posé, calme, alors que les preneurs d'otages sont potentiellement plus bordelines.
Ils opèrent à visage découvert, ce qui est un plus pour nous, même s'ils ont le profil du Berliner lambda."

Sven toussote... voilà à peu près tout ce qu'il a... c'est effectivement bien maigre.
"- nous avons fait des relevés, le labo va nous mâcher tout ça... vous ne voulez pas vous assoir? non? bon..."

Le falk se redresse sur sa chaise et prends sa respiration.
"- Pour la suite, nous allons revoir les victimes du deuxième braquo. Il faut tout reprendre à zéro. le début d'enquête de la financière est baclé, c'est plein de trous qui sont autant de mines prêtes à nous sauter à la tronche dès qu'un avocat ou le SAD y mettra le nez. Mon équipe doit balayer toute ces zones d'ombres avant de pouvoir avancer sereinement.
Rholeins semble avoir des relations, il ne me semble pas très coopératif mais j'en ignore les raisons; préserver son statut social, complicité,...
... quant aux braqueurs, c'est paradoxal. Ils sont très bien renseignés mais ils avancent découvert. Deux solutions: ces braquages sont les seuls prévus, on ne les reverra plus et ça explique qu'ils se fiche de se montrer, ou alors...
... ou alors, ils ont prévus d'autres coups, et cet amateurisme va les perdre..."
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 849



WWW
« Répondre #11 le: 01Septembre, 2019, 09:10:37 »

Sven a à peine fini sa phrase que le téléphone du Lieutenant sonne. Elle décroche et, sans quitter le Sergent-Chef des yeux, répond brièvement :
- Oui ? J'arrive.

Elle raccroche et, sa tasse toujours à la main, déclare :
- Très bien, Sven. Continuez à creuser, mais restez prudents. C'est un dossier plein de trous qu'on nous a refilé...je ne suis pas étonnée.
Elle se dirige vers la sortie de son bureau, suivie par le Sergent-Chef. Elle avale une gorgée de thé et repose la tasse sur un meuble, avant de sortir.
- Tâchez de mettre la main sur ces trois hommes, s'ils sont bien trois, mais faites ça en douceur.
Elle s'arrête, semblant hésiter un instant, puis poursuit :
- Notre Secteur est une poudrière, je ne vais rien vous apprendre...et nous sommes au centre. A nous de prouver que nous, les Falks, sommes ceux qui empêchent le XVIII d'exploser.
Elle regarde Sven et sourit.
- Je crois que j'ai bien fait de vous confier cette affaire.
Un ange passe, le temps de deux battements de coeur, puis, elle reprend :
- Tenez-moi au courant de votre avancement. Maintenant, excusez-moi, je suis attendue.
Un instant interdit, Köhler retourne vers ses collègues.

On reforme le groupe ici.
Journalisée

Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: