Les Salons de la Cour

17Octobre, 2019, 10:53:18
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: apprendre à écrire à l'age adulte  (Lu 547 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
estrella
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 195


« le: 09Mai, 2019, 18:56:28 »

Coucou tout le monde.

J'ai accepté d'aider une amie à progresser sur la dure voie de l'écriture.

Le français est sa langue maternelle, elle a été scolarisée jusqu'au bac - qu'elle n'a pas eu - elle lit normalement (mais elle décroche vite), s'exprime oralement sans difficulté, pose un raisonnement ... mais dès qu'elle écrit c'est du phonétique:
c'est, s'est, ses, ces.
joué, jouer, jouait, jouais, jouet, jouée (...)

Ca en est à un point ou ça la gène professionnellement parlant.

La tache peut paraitre simple parce que bon... si on ne vise pas l'agrégation, il y a une poignée de règles à savoir pour gérer 90% des situations écrites à peu prêt convenablement et basta.

D'un autre coté je me dis que durant sa scolarité elle a certes du avoir des profs en carton, mais elle a forcément eu des bons, des pédagogues, des investis, des expérimentés, des consciencieux (...) et le résultat est franchement pas terrible.

Est ce que vous auriez des idées, des manuels à recommander, des outils pédagogiques des expériences à partager ...

Notez bien que je ne cherche pas nécessairement du gratuit. S'il faut payer un manuel (ou deux ou trois) je le ferai, ce n'est pas la question.
Journalisée
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 541



« Répondre #1 le: 09Mai, 2019, 20:25:46 »

D'après ce que tu notes, il ne s'agit pas d'apprendre à écrire mais de corriger son orthographe. Un véritable cas d'illettrisme impliquerait la quasi-impossibilité d'écrire, même en phonétique.

Pas de solution miracle :

1. Revoir les règles.
2. Faire des exercices. (Travailler avec le Bescherelle.)
3. Ecrire régulièrement en vérifiant et corrigeant son orthographe.
4. Lire régulièrement. Beaucoup.

Et c'est un travail de fond : il faut compter au moins six mois de travail régulier pour commencer à acquérir des automatismes.

Par ailleurs, il faut aussi déterminer s'il y a un problème dys. Mais si c'est le cas, difficile de revenir sur les compensations mises en place à l'âge adulte…
« Dernière édition: 09Mai, 2019, 20:27:28 par Usher » Journalisée
estrella
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 195


« Répondre #2 le: 10Mai, 2019, 12:26:49 »

Ok.

Merci pour le retour : )

Du basique alors: les règles et le travail .
Journalisée
Outsider
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 165


Touriste


« Répondre #3 le: 10Mai, 2019, 21:57:13 »

@Estrella

Il me semble que quand on ne différencie pas les sons (jouet, jouer) une prise en compte par un orthophoniste pourrait aider

« Dernière édition: 11Mai, 2019, 20:42:54 par Outsider » Journalisée

Apprenez à penser par vous même. Si vous ne le faites pas, d'autres le feront pour vous.
MJ ADD2, MJ Trauma.
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 541



« Répondre #4 le: 10Mai, 2019, 23:15:53 »

Pas forcément. Confondre les homophones est une faute assez fréquente chez les personnes qui ont une mauvaise orthographe, sans pour autant qu'il y ait une dyslexie ou une dysorthographie qui l'explique.

D'après le profil que tu évoques, Estrella, si ton amie souffrait d'un problème dys, ce ne serait probablement ni une dysphonie (puisqu'elle raisonne bien à l'oral) ni d'une dyslexie (puisqu'elle lit aisément) ; en revanche, ce pourrait être une dysorthographie due à un trouble visuo-attentionnel. (Très faible capacité de concentration visuelle.) C'est cohérent avec son abandon rapide de la lecture et cela pourrait expliquer l'accumulation des lacunes.
Mais on a tendance à voir partout des dys, y compris là où il n'y en a pas forcément… De toute façon, chez un adulte, il est très difficile de corriger un dys, en raison des compensations adoptées depuis des années par le cerveau.

Par ailleurs, sans être orthophoniste, l'expérience m'a montré chez des élèves dyslexiques et dysphoniques que l'on pouvait améliorer sa langue écrite malgré un handicap de ce type. Mais uniquement chez des gens très travailleurs. Cela demande beaucoup d'efforts et beaucoup de courage.
Journalisée
sam sanglebuc
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 144


« Répondre #5 le: 11Mai, 2019, 06:53:30 »

L'effort et le courage abondent quand on trouve une voie passionnante.
Reste à la discerner...
Journalisée
estrella
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 195


« Répondre #6 le: 13Mai, 2019, 13:45:34 »

@Estrella

Il me semble que quand on ne différencie pas les sons (jouet, jouer) une prise en compte par un orthophoniste pourrait aider


j'ai mis du temps à comprendre... Alors ça c'est une question d'accent. 

Je prononce jouet et jouer exactement de la même manière. "Jouais" aussi d'ailleurs.

Il y a des coins de France où le "et" et le "ai" se prononcent é et pas è.
Journalisée
olivier legrand
Ours Rôliste
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 418


Ours Rôliste


« Répondre #7 le: 13Mai, 2019, 21:45:14 »

@Estrella

Il me semble que quand on ne différencie pas les sons (jouet, jouer) une prise en compte par un orthophoniste pourrait aider


j'ai mis du temps à comprendre... Alors ça c'est une question d'accent. 

Je prononce jouet et jouer exactement de la même manière. "Jouais" aussi d'ailleurs.

Il y a des coins de France où le "et" et le "ai" se prononcent é et pas è.

Absolument !  Ici, en Normandie, par exemple (et je ne parle pas du tout de la campagne mais d'un des grands centres, Caen), près de 50% de mes élèves prononcent spontanément de la même façon "chanter" et "chantait" - je le vérifie chaque année en leur demandant de lire à haute voix et sans faire attention la phrase "veux-tu du lait avec ton thé ?".

Ce genre de phénomène n'explique pas tout mais c'est tout de même beaucoup plus important qu'on ne le pense communément.

Après, pour en revenir au cas spécifique que tu évoques, je dirais qu'Usher a déjà tout dit dans sa première réponse.

De façon générale, on constate depuis des années les ravages de la méthode globale et du "tout ludique" (avec diabolisation systématique de tout "apprentissage par coeur" - or, dans le cas, par exemple, des conjugaisons françaises, c'est la seule voie d'entrée... et on constate, par exemple, que les élèves qui, en lycée, ont d'énormes problèmes de conjugaison sont aussi ceux qui ne connaissent pas du tout leurs tables de multiplication - il n'y a pas de hasard).

Bon courage à ton amie...


Journalisée
estrella
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 195


« Répondre #8 le: 15Mai, 2019, 16:41:43 »

J'ai l'impression que tu considères que prononcer "chanter" comme "chantait"  c'est une anomalie  Grin

Attention sinon on va parler chocolatine ou crayon de bois. 

Blagues à part: les grands débuts ce soir.

j'ai : des notes, un  Bescherelle, des exercices. Tout va (encore) bien.
Journalisée
selwin
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 929



« Répondre #9 le: 15Mai, 2019, 18:18:23 »

Attention sinon on va parler chocolatine [...]  

Pourquoi, y a matière à débattre sur ce sujet ?
Journalisée
estrella
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 195


« Répondre #10 le: 15Mai, 2019, 18:57:54 »

Absolument pas.

Chacun est libre d'appeler le pain au chocolat comme il le souhaite.
Journalisée
selwin
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 929



« Répondre #11 le: 15Mai, 2019, 22:54:11 »

Haha, c'est tellement bien répondu que je ne peux que m'incliner

(et puis, je voudrais pas faire durer le hors sujet trop longtemps!)
Journalisée
estrella
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 195


« Répondre #12 le: 16Mai, 2019, 06:53:02 »

J'espère que tu as vu le sous texte : chacun est libre de prononcer lait, (Rhône, verre) ou poulet comme il le souhaite ou qu'il se trouve (vous vous rendez compte, les indigènes prononcent lait comme thé non seulement à la campagne, mais à bien 50 % dans les grands centres urbains (gentille taquinerie))  et ceci n'est pas négociable  Grin.  

Pour en revenir au sujet: 1ere leçon hier.

Une thématique : Reconnaitre un nom, reconnaitre un adjectif qualificatif, accorder en genre et en nombre.
Des exemples pratiques.
Des exercices pratiques sur la base des exemples.
Une brève dictée avec pour consigne de principalement mettre en application la thématique.
Un retour d'expérience sur l’intérêt de la thématique: si tu sais reconnaitre un adjectif qualificatif non seulement tu vas l'accorder en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte mais en plus tu ne vas pas accorder en genre et en nombre un verbe à l'infinitif puisque tu auras reconnu que ce n'est pas un adjectif qualificatif.

C'est important je pense de comprendre l’intérêt d'une règle.

Beaucoup d'humilité parce que la route va être longue. Léger, c'est bien de l'accorder en nombre en lui collant un S mais légés ça le fait pas trop.
Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: