Les Salons de la Cour

31Mai, 2020, 19:36:18
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 [2] 3 4 ... 6   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Retour à la Falkhouse (cccp - Winchester - Marcello)  (Lu 5570 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Winchester
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 137



« Répondre #15 le: 01Février, 2019, 08:29:51 »

Tu...tu es sûre ?
Mark parait faussement insistant pour ne pas paraître trop lâche, mais il est content d'éviter le danger.
Il se positionne malgré tout derrière la porte, sur le coté pour avoir un petit aperçu partiel de la pièce.
Il essaye de comprendre la scène.
Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 110



WWW
« Répondre #16 le: 01Février, 2019, 15:01:57 »

En réfléchissant, Mark comprend comment les choses se sont déroulées, ou du moins l'imagine. L'homme et la femme étaient là, dans le salon. Qu'importe le motif, il sait qu'il a frappé sa femme. Ses phalanges portent des traces de sang qu'il n'a même pas cherché à nettoyer. Elle a du tomber et bousculer le petit fauteuil qui repose sur le côté. Sur le tapis usé au sol, il croit deviner une traînée rougeâtre.

En examinant la scène, aux côtés de Mark Junge, Gunther arrive à la même conclusion. Le puzzle est presque trop simple à assembler, pour le vieux FalkDoctor.
Une question lui vient cependant : où est-elle ? Où est passée la femme ?

Après avoir traversé le salon, en prenant garde de poser les pieds uniquement sur des zones épargnées par la récente "explication", Gönul entend le bruit de l'eau qui s'écoule dans un lavabo ou une cabine de douche. A deux pas devant elle, se trouve ce qui est sans doute le cabinet de toilette. A l'intérieur, elle entend distinctement le bruit d'un robinet qui s'écoule ainsi que, plus discret, celui d'un sanglot. La main serrée sur son cran d'arrêt, la jeune Falk tend la main vers la porte entrouverte.
Journalisée

cccp
TDCA
Pétardier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 119



WWW
« Répondre #17 le: 01Février, 2019, 15:17:07 »

Gönul se relâche. S'il y a un sanglot, c'est que c'est nettement moins grave que ce à quoi elle s'attendait.
Elle rentre dans la salle d'eau et avant de regarder qui pleure, elle ferme le robinet.
Etrange échelle de valeurs.
Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 110



WWW
« Répondre #18 le: 02Février, 2019, 15:25:50 »

Accroupie dans un coin de la pièce, le torse entourée d'une serviette portant quelques taches de sang, une femme en larmes applique sur sa joue une poche de glace. Sur ses épaules des ecchymoses laissent deviner qu'elle a reçu plus d'un coup et Gönul frémit à l'idée de ce qui peut se cacher derrière la serviette.
Quand la Falk ferme le robinet, elle relève la tête et sursaute.
- Qui...
Elle ne finit pas sa phrase, ayant sans doute compris qui est la jeune femme entrée chez elle.
- C'est...c'est bon, merci...ce n'est pas la peine...
Journalisée

cccp
TDCA
Pétardier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 119



WWW
« Répondre #19 le: 02Février, 2019, 15:53:51 »

Gönul s'accroupit devant la femme, et pose sa main sur son genou (afin d'établir un contact physique).
"Vous avez mal où ?"
Elle approche doucement la main de la serviette pour constater l'étendue des dégâts, mais s'arrête devant le mouvement de recul de la femme.
"- Moi c'est Gönul, et vous ?
-...
- bon on va commencer à soigner ça d'accord."

Elle se redresse et ouvre ce qu'elle suppose être l'armoire à pharmacie.
"[/i]
Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 110



WWW
« Répondre #20 le: 03Février, 2019, 20:05:27 »

La femme se relève aussi, en grimaçant de douleur.
- Ca va aller, je vous assure...merci, ce n'est pas la peine.
Elle resserre la serviette autour de son corps et laisse apparaître des traces de coups plus anciens.
En posant sa main sur le bras de Gönul, elle la regarde et ajoute :
- Je vais me débrouiller, merci.
Quelque chose est éteint dans le regard de la jeune femme. Elle a probablement à peine trente ans, mais en paraît dix de plus quand elle déplace en boitant. Dans ses derniers mots, la jeune Falk a compris qu'elle avait l'habitude de cette situation. Cette fois, ça a probablement été plus bruyant que les autres fois.
- Vous pouvez y aller. ajoute-t-elle en montrant la porte du regard.
Journalisée

cccp
TDCA
Pétardier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 119



WWW
« Répondre #21 le: 03Février, 2019, 20:18:38 »

D'une oie très douce :
"Non, je vous embarque, on va aller voir un toubib, pour vérifier l'étendue des dégâts. On va faire une radio.

Et si vous n'êtes pas d'accord, ça risque de tomber sous le coup d'outrage rébellion,  ou pour trouble à l'ordre publique, voir tapage diurne.

Allez, levez-vous"
Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 110



WWW
« Répondre #22 le: 04Février, 2019, 12:29:01 »

La femme se lève, tout en regardant Gönul d'un air médusé.
- Je...je vais bien...et je ne souhaite pas porter plainte.
Elle saisit un jean délavé et un pull.
- Pouvez-vous sortir ? Je voudrais m'habiller.

Dans le salon, l'homme n'a pas bougé du canapé. C'est comme s'il ne s'était pas rendu compte de la présence des deux Falks dans la pièce.
Journalisée

cccp
TDCA
Pétardier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 119



WWW
« Répondre #23 le: 04Février, 2019, 13:07:28 »

Toujours d'une voie, très douce
"Bien sûr, je vous attends, prenez le temps dont vous avez besoin"

Gönul ferme doucement la porte et sans un regard sur l'homme, commence à embraser d'un regard l'appartement avant de sortir des valises et préparer les affaires de la femmes pour quelques jours
Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
Marcello
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 185

alias Dougal / Gunther Goldberg


« Répondre #24 le: 04Février, 2019, 13:35:55 »

Goldberg est resté en retrait, et demande au koss un récit de l'intervention.
Tout en l'écoutant d'une oreille, il scrute les lieux de son œil expert, à la recherche de quelque élément qui pourrait justifier de pourrir la vie du mari violent.

Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 110



WWW
« Répondre #25 le: 05Février, 2019, 15:07:31 »

Gönul trouve sans tarder la petite chambre que partage le couple. Des vêtements masculins et féminins y sont entassés à plusieurs endroits et la pièce mériterait une bonne séance de ménage. La jeune Falk ramasse quelques affaires et les entasse dans un sac qui traînait là. Décidément, cette journée ne ressemble à rien de ce à quoi on l'a préparée à l'Académie.
- Que faites-vous ? Je veux rester ici...
Gönul n'a pas entendu les pieds nus de la femme, lorsqu'elle a quitté le cabinet de toilette et est arrivée à l'entrée de la chambre.

Dans le salon, l'homme assis sur le canapé pousse un long soupir et, comme s'il émergeait d'un rêve, jette un regard hébété sur les deux Falks.
- Vous faites quoi ici ? Pourquoi vous êtes chez moi ?
Le ton est peu amène. On devine l’agressivité chez l'homme.
Journalisée

cccp
TDCA
Pétardier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 119



WWW
« Répondre #26 le: 05Février, 2019, 15:32:52 »

De manière beaucoup moins douce :
"Ben oui;, c'est une excellente question"

Gönul sort sa plaque.

"Falks :
Est-ce que vous pouvez m'expliquer pourquoi on nous appelé ?
Est-ce que vous pouvez m'expliquer ce qui est arrivé à votre femme ?"
Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 110



WWW
« Répondre #27 le: 06Février, 2019, 12:20:24 »

L'homme se lève, en dépliant sa carcasse de colosse. Il mesure plus de deux mètres et, une fois debout, son apparence contraste singulièrement avec l'image qu'il donnait quelques minutes plus tôt.
- Je ne sais pas qui vous a appelés. Pas moi, en tout cas...et ce qui se passe chez moi ne vous regarde pas.
Cette fois, le ton est sec et n'appelle aucune réponse.
Il montre la porte d'un mouvement du menton :
- Je vais vous demander de sortir.
Il regarde dans la direction de Gönul et ajoute :
- Tout va bien, ici.
La jeune Falk réalise à cet instant que la femme se trouve à environ deux pas derrière elle et que ces mots ont pu s'adresser à elles deux.
Journalisée

Marcello
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 185

alias Dougal / Gunther Goldberg


« Répondre #28 le: 06Février, 2019, 12:33:51 »

Goldberg fait un signe discret au Koss de se tenir prêt à intervenir.
Puis il s'exprime d'une voix égale, un peu traînante :
" Alors nous allons mettre ça dans le rapport, Herr Weistberg.
(soupir).
Toujours des paperasses, on croule sous les procédures !
Heureusement nous sommes nombreux, en se partageant le travail nous pourrons régler cela rapidement... "


Le doktor prend un stylo dans sa poche et se tapote l'oreille avec.
Il souffle à Junge près de lui de vérifier les antécédents judiciaires du gaillard - il est peut-être sous le coup d'un sursis ou d'un contrôle judiciaire.

(et Goldberg n'a rien repéré de compromettant, un peu de drogue douce par exemple ? Beaucoup d'alcool pour justifier une analyse toxicologique ?
Et quel est le statut légal ? Même si la femme ne porte pas plainte les falks ont constaté les violences et peuvent donc lancer des poursuites ? merci !)

Journalisée
FaenyX
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 110



WWW
« Répondre #29 le: 07Février, 2019, 10:22:40 »

Le FalkDoktor a déjà entendu ses collègues parler de pareil cas de figure.
S'ils sont bien en présence de violences conjugales, les Falks ne peuvent rien faire contre l'homme, si la femme ne porte pas plainte. Des années de mouvements progressistes n'y ont rien fait. Entre le prétexte de l'état de guerre et la malice de certains avocats, les jurisprudences jouent en défaveur des victimes si elles n'osent pas dénoncer leur agresseur.
Dans le salon, rien ne laisse penser que l'homme est sous l'influence de substances prohibées. Une fouille des lieux ne peut se faire sans mandat du Falkrichter.
Les Falks comprennent qu'ils ont les mains liées. Le seul motif pour lequel ils peuvent verbaliser est le tapage diurne. Dans le pire des cas, l'homme s'en sortira avec une amende.
Il répète :
- Merci de sortir de chez moi, maintenant.
Il a bien insisté sur le "chez moi" et ceux qui lui font face ont pu apercevoir dans ses yeux comme une étincelle. Il est dans son bon droit, aussi écœurant que cela semble aux Falks.

Journalisée

Pages: 1 [2] 3 4 ... 6   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: