Les Salons de la Cour

12Novembre, 2019, 21:15:41
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 ... 3 4 [5]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Sondage: Sexisme et jeu de rôle  (Lu 6215 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
cccp
TDCA
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 6 917



WWW
« Répondre #60 le: 14Avril, 2017, 11:51:01 »

Ce qui me gène ne se situe pas au niveau de l'univers, mais au niveau du traitement.

J'ai l'impression que le traitement du sexisme (ou du genrisme, si tu préfères) est lui-même sexiste.

Toutes proportion gardé, un peu comme si on faisait un film/livre sur le féminisme/racisme mais uniquement avec des personnage masculins blancs.

Dans le Quick starter, le désir érotique n'est que dans un sens (l'homme est le seul à désirer).

Mais en disant ça je ne sais pas si je suis plus royaliste que le roi.


Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 498


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #61 le: 14Avril, 2017, 12:01:06 »

C'est difficile pour moi de répondre puisque j'ai lu le jeu en entier il y a deux ans de ça, ce qui me donne une lecture forcément différente de l'opuscule (et peut-être biaisée aussi par la mémoire qui fait défaut).

Ce qui m'avait intéressé, à l'époque, c'était justement des éléments très genrés :

- les rôles de femmes puissantes, que ce soit celui de matrone ou d'augure (on peut jouer un rôle de femme bien genré et dominer de fait la communauté).
- la gestion de l'honneur, avec des personnages masculins obligés de faire beaucoup de choses très irrationnelles pour le défendre.
- la possibilité de transgresser ouvertement les rôles genrés et de tirer parti de cette transgression.

La question du désir m'était un peu passée à côté, il faudrait que je relise pour voir si, sur ce point, le jeu n'est pas tombé dans le piège dont il entend se jouer.
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Khelren
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 571



WWW
« Répondre #62 le: 14Avril, 2017, 19:38:55 »

De mémoire, le jeu disait que c'était comme ça que la société islandaise fonctionnait : les femmes étaient considérées comme séduisantes (ce qui n'empêche pas les hommes de prendre soin de leur apparence). Comme apparemment elles étaient largement en infériorité numérique, elles pouvaient pas mal choisir leur prétendant. A priori, une femme non-mariée ne se voit pas non plus dénigrée si elle décide de coucher avec un homme ou avec un esclave. Donc la séduction/sexualité semble 1/ importante dans la société islandaise et 2/ plus équilibrée (la femme ne semblant pas y être juste un objet dont l'avis importe peu).
(Je précise encore une fois, je ne sais pas si c'est historiquement exact ou si ça émule parfaitement les sagas islandaises; c'est décrit ainsi dans le contexte de Saga of the Icelanders, c'est tout)

Dans le jeu, le personnage féminin qui utilise le move de séduction, exclusivement féminin, gagne des emprises sur un personnage masculin, et acquiert donc un réel pouvoir sur lui par le biais de la mécanique de jeu.
Journalisée

Pages: 1 ... 3 4 [5]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: