Les Salons de la Cour

22Août, 2019, 22:39:58
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 [2]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: NEXUS-6 est en ligne !  (Lu 4084 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
olivier legrand
Ours Rôliste
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 276


Ours Rôliste


« Répondre #15 le: 13Décembre, 2018, 21:59:26 »

Hello Sam - comme toi, je considère BR comme un film "ultime" et, disons, très "intimidant", rôlistiquement parlant.

Il s'agit évidemment de mon interprétation personnelle (et Blade Runner laisse pas mal de marge de ce côté-là...  ) mais je ne pense pas que l'univers de BR inclue des extraterrestres - pour le reste, oui, je pense que l'idée générale est qu'on a envoyé les Réplicants là où aucun être humain "biologique" ne pouvait/voulait aller... en fait, je pense que l'analogie avec la destinée des esclaves africains est une bonne piste à suivre, tout ça, bien sûr, revu façon rétrofutur...

(Incidemment, d'ailleurs, certains pensent que BR et la franchise Alien / Prometheus sont situés dans le même univers, car la Tyrell Corporation est mentionnée dans Prometheus, à un moment) - mais cela ne colle pas trop, vu que les androïdes de l'univers alien sont très différents de ceux de l'univers BR : ce sont clairement des robots / constructs biomécaniques et pas des "humains de synthèse")

Rachel est un cas à part - et au vu des différentes versions du film, sa longévite exacte reste (délibérément) floue (sachant que, pour moi, c'est la director's cut qui constitue la version "canonique"). Le cas des Réplicants qui s'ignorent (à la Rachel, donc, et avec une espérance de vie potentiellement indéfinie) sera traité
dans un prochain supplément, que j'espère pouvoir sortir l'année prochaine et intitulé "Mémoire Vive".

Et sinon, oui, un supplément "BR 2049" fait aussi partie des projets - si ça t'intéresse de participer (sachant que pour l'instant, on est au "point zéro" : il y a plein d'autres trucs que j'aimerais bien boucler avant question écriture JDR), n'hésite pas à me contacter : toute aide sera la bienvenue !
Journalisée
sam sanglebuc
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 143


« Répondre #16 le: 13Décembre, 2018, 22:17:29 »

Pour Alien, j'ai entendu une émission radio (France Inter) qui disait que le décor de l'un avait été recyclé pour l'autre, suite à des problèmes financiers, mais je ne sais plus dans quel sens, mais je ne suis pas sûr.
Il faudra que je me procure les différentes versions. La première en vo était je crois dans un ciné club en 85 86, la seconde était en vhs avec une autre fin que j'ai oubliée.
Concernant les extra terrestres, je pensais plus à une vie végétale du genre que rencontre Tsien dans 2010
Prochain message, j'aborde 2049 !
Hop au lit...
Journalisée
Pierpoljack
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 4


« Répondre #17 le: 15Décembre, 2018, 00:05:38 »

Bonsoir à tous !

Toute aide est la bienvenue ! Donc Sam si tu veux participer, bienvenue à toi !

Alors pour faire un éventuel "planning", une "projection" de la "gamme" Nexus-6 :

Pour le moment est sorti :

- "Le Livre de base" Nexus-6
- un ajout de règles

Est prévu (si tout vas bien dans l'année 2019, ce qui serait un clin d'œil sympa car ce sera l'année du premier Blade Runner) :

- Mémoire Vive : un supplément sur les Réplicants qui s'ignorent (comme Rachael, et fortement suggéré concernant Rick Deckard), A voir avec Olivier pour plus de détail

- Blade Running : un supplément sur les Blade Runners (qui me tient particulièrement à cœur, car il ne s'agit pas basiquement d'une chasse aux Réplicants, mais avec le côté moral, cas de conscience qui va avec et le côté "secoué psychologiquement", "lassitude" qui va avec l'usure du métier, ainsi que l'évolution de perception que le Blade Runner peut avoir envers les Réplicants, comme c'est le cas pour Rick Deckard dans le film)

- un scénario "pilote" : Je ne pourrais pas en parler. A voir avec Olivier pour son contenu

Par la suite :

- "2049" : un supplément qui traitera des ajouts, différences, évolutions de l'univers en 2049 : en gros du contexte de 2049 mais en tenant compte également des événements clés des trois courts métrages liés qui mènent vers l'évolution de l'univers de Blade Runner de 2019 à 2049 (par exemple, le Black Out de 2022, les émeutes humaines anti Réplicants, l'arrivée des Nexus-8 puis des Nexus-9, de leurs différences par rapport aux Nexus-6)

Pour le moment au simple stade d'idée, d'envie, à voir si cela se concrétisera ou non :

- Une campagne scénaristique évolutive : qui démarrerait en 2019 et qui ferait vivre aux joueurs, les événements clés des trois courts métrages pour ensuite aboutir dans le contexte de 2049

Voilà voilou

Journalisée
sam sanglebuc
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 143


« Répondre #18 le: 16Décembre, 2018, 21:48:57 »

bon, j'ai commandé l'air de rien les dvd à ma grande fille, spécialiste des cadeaux de la famille...

En attendant, à propos de la longévité de Rachel, y a t il une version qui dit explicitement qu'elle est à la mesure humaine, comme dans mon souvenir ?

Je viens de lire une critique de BR2049 sur le net, semblable à l'avis de certains membres du forum, insistant sur le côté trop Vierge Marie à l'enfantement miraculeux. Moi qui suis pourtant un "super catho", cette idée ne m'a pas effleuré  un seul instant. La fécondité de Rachel et Deckard vient pour moi d'un "miracle" dont la nature a le secret, mutation génétique, évolution. Et Ana n'a rien de messianique au sens chrétien: elle est juste la preuve d'un changement. J'ai malgré tout une lecture catho, mais j'en parlerai plus tard, si c'est utile.
Journalisée
olivier legrand
Ours Rôliste
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 276


Ours Rôliste


« Répondre #19 le: 17Décembre, 2018, 12:24:47 »

En attendant, à propos de la longévité de Rachel, y a t il une version qui dit explicitement qu'elle est à la mesure humaine, comme dans mon souvenir ?

Oui, c'est la version "happy end" sortie en salle à l'origine, avec les voice-overs explicatifs de Deckard et les images finales repiquées au début de Shining (paysage de montagnes boisées etc.)... et sans les images des rêves de licornes de Deckard. Dans le director's cut (la "vraie" version, à mes yeux), en revanche, la question de la longévité de Rachel reste un point flou - ce que, d'ailleurs, souligne la réplique finale de Gaff ("But then again, who does?".).

Après, il n'aura échappé à personne que tout ceci est contredit par BR 2049, dans lequel le vieux Deckard est manifestement un humain organique* et non un Réplicant-qui-s'ignore comme le suggère si fortement la director's cut. Rachel, en tant que "Nexus 7" / modèle unique, s'est vue dotée de la possibilité de se reproduire naturellement (ou bien elle l'a développée d'elle-même ? - c'est ça, le fameux "miracle" à l'origine de tout le scénario) mais comme elle est morte en couches à une date non-spécifiée (à moins que j'ai raté une information, ce qui est possible - j'ai de toute façon l'intention de revoir BR 2049 plusieurs fois d'ici à ce qu'on s'embarque dans un (lointain) supplément) et que, compte tenu de l'âge qu'a l'enfant dans BR 2049, cette mort prématurée aurait tout à fait pu survenir durant la fameuse espérance-de-vie-limitée-à-quatre-ans, certaines questions restent sans réponses (ce qui est, incidemment, assez dans l'esprit du premier film).

On a donc, quelque part, deux futurs contradictoires (puisque la director's cut laisse clairement entendre que Deckard serait, lui aussi, un Réplicant) - ce qui est, en fin de compte, assez "phildickien". Une idée à noter au passage, pour notre (lointain) supplément de jonction 2019-2049 : présenter ce futur comme mutable, "modelable" y  compris pour le MJ, qu'on devrait aussi encourager à développer son propre "futur historique"...  sachant que les diverses pistes et idées suggérées dans "Nexus-6" vont déjà en ce sens.

* ...ou pas  - car plusieurs éléments dans BR 2049 semblent montrer que les Réplicants post-Nexus-6, dont l'espérance de vie n'est pas limitée à 4 ans, peuvent vieillir comme des humains organiques - le débat est donc impossible à trancher, ce qui n'est peut-être pas une mauvaise chose...

A propos des questions sur Rachel & Deckard, deux pages Wikipedia utiles:

https://en.wikipedia.org/wiki/Versions_of_Blade_Runner

https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_Blade_Runner_characters

La question est de toute façon loin d'être tranchée - puisque, pour certains, le vieux Deckard de BR 2049 pourrait tout à fait être un Réplicant :

https://www.vulture.com/2017/10/does-blade-runner-2049-say-whether-deckards-a-replicant.html

https://www.digitalspy.com/movies/a840015/blade-runner-deckard-replicant-human/

Quant à la dimension christique de BR 2049, pour moi, elle est évidente et, contre attente, fort bien réussie (contrairement, par exemple, au préchi-précha insupportable de Prometheus - comme quoi... ). On avait d'ailleurs pas mal ferraillé à ce sujet ici-même :

http://couroberon.com/Salon/index.php?topic=54.1140
« Dernière édition: 17Décembre, 2018, 14:27:58 par olivier legrand » Journalisée
Pierpoljack
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 4


« Répondre #20 le: 18Décembre, 2018, 21:00:54 »

Salut à tous !

Pour apporter ma petite pierre à l'édifice, il me semble, mais il faut que le revois, dans le court métrage en animé, Black Out 2022, les Nexus-8 qui sont alors à ce moment le dernier modèle, n'ont justement déjà plus la limitation de vie à quatre ans.

Quelques petites bonnes nouvelles :

- Il semble, mais pour le moment à mettre au conditionnel, et si cela est avéré à voir quand cela sera réalisé, Ridley Scott aurait des idées et l'envie de faire un troisième film Blade Runner

- Avéré mais à voir quand, un mini dessin animé japonais"Anime series Blade Runner – Black Lotus" de 13 épisodes de 30 minutes va être réalisé. Il sera apparemment disponible/diffusé dans tous les pays, dont la France. Cela se passera en 2032 entre le premier et le deuxième film, un peu comme les trois courts métrages actuels et il y aura dedant des personnages emblématiques des films. J'ai hâte de voir quand il va sortir.
Journalisée
sam sanglebuc
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 143


« Répondre #21 le: 16Février, 2019, 08:38:12 »

Bon, je me suis enfin offert les deux DVD, j'ai commencé le visionnage de BR2049 et je tombe sur nyugdiash, orthographié par un site de dialogues; c'est prononcé par l'ancien collègue de Deckard, interrogé par K.
 Kézaco?
Journalisée
olivier legrand
Ours Rôliste
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 276


Ours Rôliste


« Répondre #22 le: 18Février, 2019, 13:16:27 »

A priori, je miserais là-dessus :

https://en.wiktionary.org/wiki/nyugd%C3%ADjas
Journalisée
Sparfell
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 10


« Répondre #23 le: 29Juillet, 2019, 22:52:55 »

Ca a l'air bien sympa ! Je viens de télécharger le jeu (pas encore lu) mais au vu de la discussion ci-dessus c'est un sacré projet !

Pour ce qui est de la préférence roman/film, le roman baisse dans mon estime sur un point : le mercérisme, qui ne peut se comprendre qu'en ayant lu un autre bouquin de Dick (ce que je n'ai pas fait Grin). En revanche, il a un bon point en plus, parce que y'a plus de réplicants (il m'en faut peu), enfin d'androïdes. D'un autre côté, certaines thématiques y sont plus poussées : stérilité, pollution, mutation, têtes de fourmi et de piafs (jamais compris la différence entre les deux) et surtout, les animaux synthétiques y sont beaucoup plus présents. Donc pour moi, ex aequo, le film ne pouvant pas traiter autant de points et sous exploitant légèrement la thématique des animaux, mais le roman, bien qu'exploitant avec profondeur nombre de problématiques, a des défauts (alors que le film n'en a presque pas).

Malgré tout, je pense que faire appel au roman pour expliquer les blancs du film peut être pertinent. Y a-t-il des extraterrestres ? Non, car ce n'est ni le propos du film ni celui du livre, que dans le roman c'est Mars qui est colonisée et que l'univers n'aurait rien à y gagner en terme de thématiques et de problématiques, selon moi. Ce n'est que mon interprétation personnelle, bien sûr, mais celle ci est justifiée par le fait que tout tend à dire qu'ils n'y ont pas leur place.

Après, personnellement, j'ai un peu de mal avec les systèmes n'ayant pas de hasard, mais bon, on s'y fait. Reste que c'est une bonne mine d'inspiration pour moi, qui suis également en train d'écrire un JdR cyberpunk.

Bonn continuation, je vais suivre ça de près !
Journalisée
olivier legrand
Ours Rôliste
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 276


Ours Rôliste


« Répondre #24 le: 29Juillet, 2019, 23:47:56 »

Le  "background" de NEXUS-6 est volontairement fragmentaire - l'idée étant d'amener chaque MJ / chaque groupe à le faire sien (ce qui peut effectivement demander un assez gros boulot de développement - mais ça peut aussi être passionnant).

Par rapport à la quasi-absence de hasard dans le système de NEXUS-6, c'est un choix de design, qui avait pour but de refléter l'idée qu'à la base, un humain biologique n'a AUCUNE CHANCE contre un Réplicant. Sauf s'il a un blaster...

Et l'idée était donc aussi d'ancrer dans l'esprit des personnages-joueurs la certitude absolue de leur supériorité (au moins) physique sur les humains biologiques.

Dans un autre contexte, un tel système n'aurait sans doute pas le même intérêt ni même grand sens.

Pour les apports du roman, oui, c'est toujours une possibilité : chaque MJ est justement libre d'étoffer l'univers à sa guise - mais pour ma part, j'ai d'abord conçu NEXUS-6 comme une sorte de "love letter" au film de Ridley Scott qui (oui, j'avoue ici mon hérésie) m'a toujours paru très supérieur au roman (qui reste, bien évidemment, une oeuvre majeure)... disons plus marquant et doté d'une esthétique visionnaire qui a "inventé le futur". En dernier lieu, c'est un choix tout à fait arbitraire... comme tous les choix de design.
Journalisée
Sparfell
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 10


« Répondre #25 le: 16Août, 2019, 03:30:40 »

Pouf, enfin fini de lire toutes les règles !
Du coup, pour répondre à ton précédent message, je comprends parfaitement ton point de vue sur le livre qui a des idées très "brouillonnes" (le mercérisme et la boîte à empathie sont impossibles à comprendre... mais il semble aussi que ça fasse écho à un autre livre de Dick). Je trouve qu'un point reste très intéressant : les androïdes n'ont pas d'empathie, alors que les réplicants en ont clairement. Il semble que les androïdes en aient bien une naissante pour certains, mais ce qui est intéressant, c'est que - en tous cas j'ai compris le roman comme ça - ils n'ont pas d'empathie, ne peuvent donc pas appréhender l'autre, et se sentent seuls. Ce qui est marrant (enfin, "marrant") c'est que le roman met quand même leur humanité en perspective, malgré leur manque d'empathie totale ; c'est le seul point sur lequel, à mon avis, le film est moins bon. Enfin, non, il y a aussi le nombre de réplicants, mais ça tient plus d'un problème de budget que d'un réel défaut - puisqu'à la base il devait y avoir sept réplicants, le Deckard-réplicant potentiel excepté.

Sinon, je remarque que tu n'as que peu parlé des animaux synthétiques jusque là. Auront ils une importance plus grande dans les prochains suppléments ? Cela fait un peu PMT, mais un compagnon animal pourrait être intéressant (au-delà du "familier" accompagnant les PJ au combat, ce qui reste envisageable malgré tout, ils pourraient par exemple servir de soutien moral aux blade runners, en permenttante de regagner des points de volonté par exemple).
Journalisée
olivier legrand
Ours Rôliste
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 276


Ours Rôliste


« Répondre #26 le: 16Août, 2019, 10:44:23 »

A propos de l'empathie dans NEXUS-6, oui, c'est un des piliers du jeu : la Personnalité et l'Empathie sont sans doute les valeurs chiffrées les plus importantes d'un personnage Réplicant. Elles commencent à un niveau très bas mais elles existent - et c'est notamment cela qui sépare les Nexus-6 des androïdes des générations précédentes. Et c'est la progression de ces valeurs chiffrées qui constitue le "sens" principal, le fil directeur du parcours d'un personnage-joueur.

Et comme l'idée centrale de NEXUS-6, en tant que jeu, était de "renverser la table" par rapport au film de Scott, j'ai aussi appuyé sur l'idée (implicitement contenue dans le long-métrage) que la question de l'empathie comme une séparation "dure" entre "vrais humains" et Réplicants était avant tout un concept humain, une "idée protectrice" destinée à rassurer / conforter les "vrais humains". Là-dessous, on trouve aussi l'idée que l'humanité des "vrais humains" est sans doute très fortement liée à leur passé, à la possibilité qu'ils ont eue de se construire, à travers des expériences vécues etc.  Une possibilité qui est refusée aux Nexus-6, avec leur espérance de vie de 4 ans... Et bien sûr, tout ça met aussi en lumière l'importance des fameux souvenirs implantés etc etc.

Pour les Zooïdes (c'est le nom que j'avais choisi de donner aux animaux artificiels dans NEXUS-6, à défaut d'une appellation officielle), c'est vrai, ils sont surtout présentés comme un élément de décor parmi d'autres... Je ne suis pas vraiment fan de l'idée du "familier combatif" (dans ce contexte, s'entend) mais il y aurait sans doute deux ou trois idées de scénarios derrière le concept de ces animaux fabriqués...

Sinon, concernant Philip K. Dick, je ne pense pas, pour ma part, que les idées du roman soient "brouillonnes": elles font sens, à partir du moment où le lecteur "a les clés", ce qui n'est pas toujours évident - d'autant que beaucoup de lecteurs et de "fans" français de Dick ont construit leur admiration et leur compréhension de son oeuvre sur un certain nombre de malentendus fondamentaux. Je reprends l'exemple du mercerisme et de la boite à empathie - c'est de religion et de foi qu'il s'agit ici. Et la foi religieuse était d'une importance cruciale pour Dick, qui était non seulement très "mystique" (au sens fumeux que l'on donne souvent à ce mot) mais aussi très "croyant", au sens classique du terme - c'était un véritable expert en théologie, obsédé par tout un tas de questions métaphysiques et dogmatiques, qui nourrissaient ce que nous appellerons poliment ses névroses.

Pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur Philip K. Dick et ses obsessions religieuses (entre autres), ainsi que sur les "malentendus" que je mentionnais ci-dessus, je recommande ardemment la lecture du remarquable "roman biographique" (on va appeler ça comme ça) que lui a consacré Emmanuel Carrère : "Je suis vivant et vous êtes morts".

Ce livre répond notamment à certaines questions sur l'empathie, le mercerisme etc. Je vais essayer de paraphraser ça à grands traits (en y ajoutant l'inévitable dose de subjectivité) :

Parmi les questions qui obsédaient Dick figurait celle de ce que Saint-Paul appelle la charité, la caritas, cette vertu sans laquelle nul ne peut espérer entrer au Paradis, quel que soit le comportement qu'il a eu durant sa vie... or, comment Paul définit-il cette fameuse "charité" ?  Ce n'est pas le fait de "faire des dons aux pauvres" ou de se "montrer généreux", c'est un trait totalement intériorisé, la faculté à sentir et à partager, sincèrement et sans effort ou démarche intellectualisée, la souffrance de l'autre. Bref, cela correspond très exactement au concept d'empathie...

Voilà pourquoi le roman fait un lien entre la foi et l'empathie. Mercer est-il vraiment un martyr de l'humanité (comme Jésus)... ou juste un acteur alcoolique ayant joué des saynètes, de la même façon qu'on pourrait dire que Jésus n'était au fond que le fils (illégitime ?) d'un charpentier galiléen, qui a peut-être ou peut-être pas existé, qui n'était peut-être qu'un leader charismatique de fanatiques religieux etc etc. Eh bien en théorie, pour un vrai croyant, Jésus est tout ça à la fois et il est plus que tout cela : si demain on trouve une preuve irréfutable qui contredit le récit évangélique sur la vie ou la mort de Jésus, les vrais croyants ne seront (en théorie) aucunement ébranlés dans leur croyance : c'est ça, le fameux mystère de la Foi, le fait de croire en dépit de tout. La foi des merceristes peut sembler ridicule au lecteur - mais elle n'est, en fin de compte, pas plus ridicule qu'une autre. Et le moment où, dans le roman, "on" comprend que Mercer est "à la fois" le vieil acteur alcoolique et une authentique figure christique constitue une révélation, un mystère au sens religieux du terme... "évident" et incommunicable pour les "vrais" croyants (ceux qui ont la "caritas" ?) et "impossible" pour les autres.

La foi religieuse n'était pas la seule obsession de Dick - citons, par exemple, la psychiatrie (un autre filtre intéressant par rapport au roman ayant inspiré Blade Runner - voir ce qu'écrit Carrère sur l'empathie, la schizophrénie etc.), les psychotropes ou l'état policier...

Pour finir, j'ai une question : que veut dire PMT ? Huh? 
Journalisée
olivier legrand
Ours Rôliste
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 276


Ours Rôliste


« Répondre #27 le: 17Août, 2019, 15:53:14 »

OUPS !   

Etant modérateur sur ce fil, j'ai effacé par erreur le dernier post de Sparfell alors que je pensais y répondre... Désolé... (Re)voici ma réponse (avec, en prime, mes plus plates excuses):

Porte-Monstre-Trésor, bien sûr !  Toute une époque... 

OK, du coup, je te rejoins totalement sur le sujet des Zooïdes.

Concernant "mon" analyse, je me base essentiellement sur celle que propose Carrère dans son remarquable bouquin, dont je conseille vivement la lecture - qu'on soit ou non "fan" de Philip K. Dick.

Journalisée
Pages: 1 [2]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: