Les Salons de la Cour

18Juillet, 2019, 07:24:45
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Femmes guerrières  (Lu 3328 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 512



« le: 31Octobre, 2007, 15:59:39 »

Je ne résiste pas à la tentation de ranimer un vieux marronnier rôliste…  Grin

Je suis en train de lire Les Nomades, Les peuples nomades de la steppe des origines aux invasions mongoles (IX° siècle av. J.C. - XIII° siècle apr. J.C.) de Iarolsav Lebedynsky, aux éditions Errance.

Il se trouve que parmi les peuples scythiques de l'antiquité, la présence de femmes guerrières était une chose assez courante. Les Grecs, qui avaient des comptoirs en Mer Noire, s'en sont fait l'écho, en particulier à travers la légende des Amazones. Mais l'archéologie moderne confirme la présence de nombreuses chasseresses et de nombreuses guerrières chez certaines grandes nations des steppes. Chez les Scythes à proprement parler, on trouve fréquemment des armes dans des tombes féminines ; chez leurs voisins et successeurs Sauromates et Sarmates, cette proportion devient impressionnante, puisque 20% des tombes féminines sont dotées d'armes. Hérodote écrivait qu'une jeune fille sauromate n'avait le droit de se marier qu'après avoir tué un ennemi.

Dans les Stratagèmes (II° siècle de notre ère) Polyen rapporte l'histoire d'une véritable action commando menée par une reine sarmate, vers le II° siècle avant notre ère. A l'époque, la ville grecque de Chersonèse en Crimée (proche de l'actuelle Sébastopol) était menacée par un roi scythe, et elle avait demandé le secours d'un de ses alliés sarmates, le roi Medosakkos. Mais Medosakkos était un jouisseur incapable, qui déléguait le gouvernement réel à sa femme, la reine Agamê. Celle-ci envoya d'abord un ultimatum au voisin scythe, qui ne tint pas compte de ses menaces. Alors, elle organisa une véritable opération coup de poing. Elle réunit 120 cavaliers d'élite, dotés chacun de deux chevaux de rechange. A leur tête, elle pénétra le territoire scythe et franchit 1200 stades en une journée (environ 210 km). Elle prit par surprise la résidence royale du monarque scythe, dont elle fit massacrer les gardes et les proches, en tuant le roi ennemi de sa propre main. Elle laissa le trône au fils du roi mort, en lui ordonnant de vivre en paix avec les Grecs et les Sarmates, sous peine de finir comme son père…

Pour nourrir les fantasmes des amateurs de gros barbares musclés et d'amazones impitoyables, les populations scythiques étaient pour l'essentiel des individus europoïdes au phénotype clair, de grande taille (les hommes atteignaient souvent 1,80m, voir 1,90m, et on a même retrouvé des corps de 2m.) Les momies des tombes gelées de l'Altaï ont livré les corps de guerriers aux tresses blondes et aux corps magnifiquement tatoués. Les ancêtres communs de tous ces peuples étaient… les Cimmériens.

Par contre, pour casser le mythe, c'étaient des cavaliers qui montaient de tout petits chevaux ! 

Usher
Journalisée
Haagen de Nancey
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 66



« Répondre #1 le: 01Novembre, 2007, 09:24:57 »

Voilà une saine lecture Usher !
Du même auteur, je te conseille les ouvrages plus spécialisés : Les Sarmates, Les Huns et les Scythes.Son ouvrage sur les Nomades est bon mais un peu trop généraliste à mon goût. En tout cas, Lebedynsky dit rarement des bêtises. Il est notable que cette très grande proportion de femmes parmi les peuples nomades soit d'ailleurs sûrement à l'origine du mythe des amazones chez les gréco-romains.
En revanche, pour la taille gigantesque, c'est le cas chez les peuples scythiques européens, les Huns au contraire étaient vraiment petits. Attila devait avoisiner 1, 70 m .

Haagen, les peuples nomades c'est cool.
Journalisée
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 512



« Répondre #2 le: 01Novembre, 2007, 10:54:18 »

En fait, de Lebedynsky, j'avais lu Les Cimmériens, toujours chez Errance. Dans la mesure où on ne sait presque rien de ce peuple, à part les traces archéologiques qu'il a laissées chez lui et dans l'iconographie de ses voisins, et quelques mentions chez les peuples pratiquant l'écriture, l'ouvrage restait très spéculatif…

Je n'ai pas réussi à retrouver la photo de la dernière momie de l'Altaï, retrouvée en 2000. On trouve assez facilement des photos des fouilles menées par Parzinger, qui montrent le caisson de bois intact du kourgane, mais j'avais vu il y a un an une photo du corps exposé dans un musée, avec sa longue tresse blonde et ses tatouages, et j'ai l'impression que cette photo a disparu. (Problème de droits ?…) Pour vous faire une idée de la complexité et de la beauté des tatouages scythes, allez voir ce lien.
La nécropole de Pazyry a été découverte dans les années 1940, et a permis des trouvailles impressionnantes. Le cygne en feutre est de toute beauté - on croirait une élégante peluche moderne - et il est vraiment étonnant quand on sait que les scythes transformaient vraiment les crânes de leurs ennemis en coupes à boire… 

Sinon, une curiosité : un article sur la façon dont l'imagerie orbitale sert à lutter contre les catastrophes que le réchauffement climatique peut provoquer dans la conservation des tombeaux gelés .
Il y a deux photos des bijoux magnifiques de l'art scythe.

Usher
Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: