Les Salons de la Cour

24Mai, 2022, 07:09:52
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1] 2   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Initiation - Le dernier été  (Lu 6762 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« le: 29Juin, 2016, 16:22:11 »

Salut les amis. De retour parmi les vivants !

Permettez moi de vous offrir la petite novellisation de ma campagne: Initiation - le dernier été

Permet moi de te la dédicacer, Manu

Chapitre un : Le dernier été.

Les lagopèdes forment une grande pointe dans le ciel clair.

« Ils partent vers le sud, le pays ou il fait toujours chaud » me lance Tignasse. « Tu as déjà rêvé d’y aller » ?
Je hausse les épaules et me relance dans la recherche d’écrevisses. L’eau de la Gouille est glacée, mais mon Totem me protège des morsures du froid.
Nous sommes des enfants de l’hiver, des descendants du grand Ours Rouge. Qu’irions nous faire du le sud ? Quel Esprit tutélaire nous y protégerait ?
Mon confusion fait rire ma sœur.  Je l’aspergerai bien d’eau glacée, mais petit frère Brulé est à côté d’elle, en train de faire démarrer le feu.

Brulé est un demi-ombre. Il a été frappé par la foudre il y a deux étés. Il est revenu du territoire des morts. Ca fait froid dans le dos quand on y pense.
Un jour, il sera le nouveau Chaman de la tribu.

Mais pour l’instant, il tape sur la mauvaise pyrite qu’il a pu se dégotter. Les femmes du clan se réservent les bonnes.
Bien vite une petite fumée monte du vieux nid qu’il utilise comme allume feu. Je pourrai regarder ça jusqu’au soir tellement c’est beau. Mais il faut que je retourne à ma pèche.

La Gouille est notre endroit secret. Enfin, c’est l’endroit secret des enfants du clan depuis trois générations.
C’est un endroit calme au bord du torrent qui traverse la vallée. Il forme une anse ou l’eau est calme, bordée d’arbre qui font de l’ombre pendant les heures chaudes de l’été. Des générations d’enfants y ont bricolé des abris, mais le notre est le plus beau.

Il y a les bottes d’herbes aromatiques qui éloignent les insectes, la réserve de bois, les pierres plates pour s’assoir confortablement, une pierre creusée par le torrent pour préparer nos bouillons, et notre plus grand trésor : une vielle peau d’auroch mal tannée que les adultes nous ont refilé l’été dernier pour avoir amassé assez de bois sec pour passer l’hivers.
Qu’est-ce qu’on l’aime cette peau ! On peu s’étendre dessus sans sentir les cailloux, la tirer pour se protéger du vent froid, se pelotonner tous ensemble dedans pour dormir sans grelotter…

« Et ces écrevisses alors ? » me rabroue Tignasse. « Ils vont venir à la nage ? ». Je sens le sang affluer dans mes oreilles de honte.
Plus personne ne sait nager dans notre génération. C’est triste, parce que nos ancêtres vivant auprès de la grande mare salée. Tout le monde nageait avant de savoir marcher.
Mais il faut être fou pour vouloir nager dans Torrent-Rivière ! Chaque année, elle emporte un enfant et parfois un adulte.
Torrent Rivière nous protège, mais il faut faire très attention avec elle. Notre chaman, le vieux Regard Clair, a réussi à en faire notre Esprit Protecteur quand nous avons perdu l’ancien Protecteur, il y a …

J’ai la main pleine d’écrevisse. Je les jette sur la plage pour pouvoir retourner un rocher d’où pointes deux fines antennes.
Je l’ai presque attrapé quand un caillou lancé à la volée fait un gros PLOUF devant moi. Je pousse un cri d’effroi devant ce crime de lèse-garde manger.

Deux visages hilares, barbouillés de jus de baies apparaissent entre les buissons épineux du sentier surplombant la gouille. Les jumeaux sont de retour.

         *******************************
« Dernière édition: 29Juin, 2016, 17:02:53 par Olivier » Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #1 le: 29Juin, 2016, 16:24:38 »

« Allez, fais pas ta mauvaise tête, Rêve »

Je bougonne encore un peu, mais mon ventre crie devant le lapin qu’ils ont ramené. Tignasse perce la peau de la bète avec ses tibias et commence à l’écorcher avec art, mais pour le découper, il faudrait un bon biface.

Je cour à la gouille pour trouver un silex qui sonne bien clair. Plus le son est aigu, meilleur il sera. Les pierres, c’est mon truc. Le vieux Tremble m’a montré comment faire. En gros.

Lui, il pourrait tirer au moins quatre lames du galet, et bien plus d’un nucléus à l’aide d’un percuteur et d’un bon bois de cerf. J’en suis bien incapable, mais je ne reste pas moins le meilleur tailleur de notre petit groupe d’orphelins.

Femme feuille serait fière. C’est notre maman adoptive. Comme elle n’a jamais pu avoir d’enfant, elle récupère les mioches solitaires. Elle est guérisseuse. Elle reçoit beaucoup de cadeaux et de nourriture. A peu près assez pour nous nourrir.
Mais les longs hivers restent rudes. Alors, on apprend vite à se rendre utile…

J’explose mon premier galet, mais le second essai s’avère satisfaisant. Joli, même, Je le retoucherai bien, mais Tignasse me houspille déjà. C’est insupportable comme elle imite maman !

« Faut pas un feu avec du bois résineux ! Ca donne un mauvais goût à la viande ! » lance un jumeau.
« Crétin, c’est pas pour cuire la viande, c’est pou faire chauffer les pierres pour le bouillon ! » relance Tignasse. Brulé ricane, les jumeaux se lancent un regard et se tiennent coi.
Parfois, parler comme Maman a ses avantages.

Tignasse vide précautionneusement le lapin. Si on perce ses intestins ou sa poche de bile, la viande aura un gout atroce.
Ensuite, tout vas très vite. Les jumeaux apportent l’eau dans la pierre creuse, je découpe la carcasse, Tignasse écrase des tubercules et des herbes aromatiques et Brulé transporte les pierres brulantes pour faire bouillir l’eau.
On touille le tout, on rajoute des pierres le temps qu’il faut, puis on s’en met plein la panse.

« Je préfère quand c’est roti »    se plaint l’un des jumeaux.
« C’est pas avec ton pauvre lapin qu’on peut manger à notre faim. Là, on  a tous a bouffer, et on garde la graisse » lance je pour couper la parole à Tignasse qui devient rouge pivoine. Elle déteste qu’on critique sa cuisine.

Après avoir lappé sa part de bouillon gras, Brulé retourne à l’écart pour tanner la peau de lapin à la fumée.
Enfin repus, on s’étend sur la peau pour regarder le ciel. Les grillons chantent. Nous nous sentons bien.
C’est notre dernier été d’enfance.

J’ai vu Maman pleurer discrètement en nous voyant partir hier. Ca ne peut avoir qu’une seule signification.
Les Anciens nous jugent assez vieux pour passer l’épreuve de l’Initiation.

Bientôt, nous devront chasser un Esprit capable de nous révéler notre place d’adulte dans la Tribu . Ou partir…

      **********************************
Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #2 le: 29Juin, 2016, 16:28:43 »

Les ombres s’allongent. Il reste bien peu de temps avant la tombée de la nuit. Nous emballons nos affaires. Il est temps de retourner au foyer du Clan.

Je lutte pour ne pas me retourner et regarder la Gouille une dernière fois ; Tignasse écrase une larme. Seuls les jumeaux ont l’air excités.
Il faut dire que Brulé,qui collectionne les peaux de lapin, leur a confectionné des jambières pour marcher dans les ronces.

Le butin de notre ‘expédition de chasse’ est maigre. Quelques poignées de baies et d’écrevisse. Heureusement, les jumeaux relèvent nos collets sur le chemin et un autre lapin se rajoute au butin.
Au moins, on ne se moquera pas trop de nous à notre retour.

Je sue sous le poids de la peau roulée sur mon épaule. Mais c’est un poids que j’aime sentir. De toute façon, l’abri tribal n’est pas très loin.
« Tu prendra quel nom quand tu sera Initié ?» me demande Brulé.
Je pose ma peau pour réfléchir. « Ca dépendra de l’Esprit que je rencontrerais, je suppose…Tu souhaite rencontrer quel type d’Esprit, toi ? »

Je réalise l’impolitesse de ma question. Je me mords la langue.  Nous ne sommes pas censés parler des Esprits avant d’être Initiés. Pire encore, en outre de celui qui lui a été assigné à sa naissance, Brulé en a reçu un second qui l’a ramené parmi les vivants. C’est Tabou.

Le visage ravagé de brulé se fend d’un grand sourire.
« Ce n’est rien. Les Esprits ne me font pas peur…hé bien, j’ai reçu le Cœur de Glace comme toi… et l’Esprit de la Salamandre m’a ramené parmi les vivants… Je crois que j’aimerai être touché par l’Aigle pour que mon âme puisse voyager entre les mondes. Comme ça, Regard Clair sera obligé de me prendre comme apprenti »

« Ce fils de Hyène ? Ca m’étonnerai. Il ne veut d’aucun autre Chaman dans la tribu ! »
Nous parlons à voix basse, comme si le terrible chaman pouvait nous entendre. L’ombre des sous bois donne un ton sinistre à notre conversation.
« Si j’ai le Don, le conseil des Anciens ne lui laisserons pas le choix. Il a déjà vécu quatre vie d’hommes. Il doit former un successeur. »

Je m’abstiens de commenter. Je préférerai être harcelé par une meute de loups que de devoir affronter Regard-Clair.
Nous sortons enfin de la forêt.  A notre droite, nous distinguons de nouveau Torrent-Rivière qui coule toujours aussi férocement vers le levant.

Là, il faut faire très attention. Les hautes herbes de la steppe qui nous sépare du village peuvent abriter des prédateurs, et puis les flancs de montagne à notre gauche sont couverts de pierriers qui peuvent nous dégringoler dessus à tout moment.

Notre petit groupe s’arrête. Tignasse tresse un long fuseau d’herbes sèches et Brulé l’allume sans trop de difficulté. La fumée acre qui s’en dégage en se consumant lentement devrait éloigner la plupart des animaux. Les jumeaux protestent, leur rêve étant de capturer un bouquetin…

Au moins pour eux, l’avenir est simple. Ils souhaitent rejoindre le groupe des chasseurs. Pourtant, leur père est mort piétiné par un troupeau.

La moitié des jeunes chasseurs meurent pendant les premières années d’apprentissage.
Les survivants forment un groupe soudé, fermé, fiers de leur compétences.
Je les envie, mais je ne me sens pas l’âme d’un chasseur.

Attention, tout le monde chasse. Mais il y a un monde entre le petit gibier et les hordes qu’il faut abattre pour nourrir le clan pendant l’hiver.

La nuit tombe lentement. Les étoiles s’allument une à unes. Nous sommes guidés par le murmure de Torrent rivière et l’odeur des feux dans le lointain.

L'odeur du foyer.

                                                         ***********************
« Dernière édition: 29Juin, 2016, 17:04:11 par Olivier » Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #3 le: 30Juin, 2016, 18:25:15 »

Chapitre deux : les terres du clan.

Nous nous attendons à être accueillis par des cris, mais nous rentrons trop tard.

« N’arrive jamais après la tombée du jour » commente Brûlé.  « Seule les mauvaises nouvelles voyage la nuit »

Il y a quelque chose qui ne va pas. Le grand feu qui éclaire l’esplanade, n’est plus alimenté depuis un moment.
Il suffit d’une bonne flambée pour illuminer le village. Ici, les berges se rassemblent en une sorte de canyon aux parois ocre, grises et blanches.

Au Levant, l’accès est un mince sentier communiquant avec la steppe. Puis la bande de terre s’évase pour former une terrasse qui descend en pente douce jusqu’à Torrent-rivière. Au couchant, de gros rochers laissent passer une mince sente menant vers la vallée.

Des grottes s’ouvrent le long de la paroi. Autrefois, d’autres rivières y coulaient de dessous la montagne pour se jeter dans le torrent. Leurs Esprits a été vaincu par Torrent-rivière il y a très longtemps.
Et maintenant, c’est à nous.

Il y a la grotte des ancêtres ou chacun repose un jour, la grotte chaude d’où émerge une source brulante, la grotte des femmes ou se déroule les mystères de la naissance, la grotte des anciens ou se réunit le conseil. Et bien sûr l’énorme grotte des Hommes, ou réside l’essentiel du Clan.

Notre clan est le plus grand de la vallée. Non seulement il y a de place, mais à un jour de marche vers le Levant se trouve le plus grand trésor de la tribu : un flanc de montagne effondré laisse  affleurer des pierres de sel.
Tous les animaux de la vallée viennent lécher le sel. La chasse est toujours bonne. Le clan de Torrent-Rivière est un clan prospère, protégé par un Esprit puissant.

Le plus étrange, c’est que cet endroit était autrefois considéré comme Tabou
« Rêve ? Arrête de gober les mouches ! » Tignasse me secoue et m’attrape la main. Je sens sa peur. Moi, je n’ai jamais vu cet endroit vide, et j’avoue que je n’en mène pas large.

Impassible, Brûlé s’est avancé pour nourrir le grand feu. Il déteste voir une belle flamme s’éteindre. Le vent hurle dans la fumée, projetant des ombres fantastiques sur les parois.

Les jumeaux caracolent de partout comme à leur habitude. Ils reviennent en courant.

« Ils sont tous fourrés chez les vieux au Conseils » lance le premier « Et ça s’engueule sec » ajoute le second.
« Dernière édition: 09Juillet, 2016, 17:42:05 par Olivier » Journalisée
Yodram
Les Rêveurs
Enseigne
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 512



« Répondre #4 le: 05Juillet, 2016, 08:13:07 »

 
La suite... ?
 
Journalisée

L'homme a deux vies. La seconde commence le jour où il réalise qu'il n'en a qu'une.
Manu Roudier
Modérateur
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 934



WWW
« Répondre #5 le: 06Juillet, 2016, 18:07:04 »

Hellloooo, Olivier !!!   
Welcome back.

Bon, c'est super, tu n'as pas perdu la main, je vois. 
Quand tu veux pour la suite.
(C'est un CR d'une partie jouée récemment ?)
Journalisée

Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #6 le: 09Juillet, 2016, 18:18:52 »

Merci d'accueillir l'enfant prodigue ! Vous m'avez manqué !

J'ai décidé de 'novelliser' mon petit scénario 'Initiation'.

Ce n'est pas totalement un compte rendu, mais j'y incluse des anecdotes issues de mes parties, et de personnages créent par mes joueurs et par mes soins.

La 'logique d'écriture' n'est pas exactement la même que la 'logique narrative' de partie, aussi j'ignore si le récit se déroulera de la même façon.

Je vais tenter de rendre perceptible non seulement l'intrigue, mais aussi l'expérience sensorielle et émotionnelle de mes personnages, dans une préhistoire pas forcément réaliste, mais à peu près crédible.

Ce côté 'gouttu', charnel, émotionnel et poétique est pour moi ce qui caractérise le plus l'univers de Würm.

Alors, si j'arrive à en insuffler un tout peu dans une petite Novella, j'en serai franchement heureux. 

On verra bien. En attendant, je vais prendre du plaisir à l'écrire, et si vous prenez du plaisir à la lire, alors c'est parfait !

Note: je vais régulièrement retoucher les passages déjà écris. C'est très délicat de trouver un équilibre adéquat entre exposition (de l'époque, de la vie quotidienne, 'de l'intrigue, des persos), concision et fluidité.

Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #7 le: 09Juillet, 2016, 18:29:15 »

                                                                 **********************************

L’entrée de la grotte du Conseil est vide.  C’est un endroit plus large  que profond, où les Anciens palabrent habituellement en se gorgeant de soleil.

Pour les Conseils Important, il faut entrer dans le ventre de la montagne à travers une fissure d’écoulement, jusqu’à un ancien lac souterrain asséché. Là, il y a de la place pour tout le monde. Quand on y est convié.

Comme ce n’est pas vraiment le cas, nous sommes plutôt mal à l’aise. Même les jumeaux hésitent à fouiner par là. On se regarde les uns les autres. Où plutôt, ils ME regardent ! Comme les Vieux m’aiment bien, mes frangins s’imaginent que je ne serai pas puni si j’enfreins une règle de la communauté. Ils se trompent. Mon postérieur garde des souvenirs cuisants de mes bêtises passées…

« … trop tôt, il est encore trop tôt » ! Lance une voie aigue, déformée par l’écho.
« … toujours trop tôt pour toi… autre chose à faire que de m’occuper de tes soucis ! » hurle une voix rocailleuse.

Des bruits de pas se rapprochent dans le boyau. Trop tard pour décamper. Je me retourne vers ma troupe et chuchote à toute vitesse.

« Posez nos prises par terre. Asseyez-vous .Souriez. VITTE ! »

Maman et Regard Clair manquent de faire une attaque en nous découvrant sagement assis à les attendre. Le Vieux Shaman nous lance un de ses regards furieux dont il a le secret. Femme-Feuille fond en Larme, nous attrape et nous serre dans ses bras.

Nous sommes enfin chez nous.
Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #8 le: 17Janvier, 2017, 18:00:36 »

      ************************************************

Tout le monde était en train de sortir. Le Shaman nous a piqué le lapin et Maman nous a ramené dans notre foyer, à la grotte des femmes.
J’ai bien tenté de lui tirer les vers du nez, mais Maman m’a fait absorber de la bile de Renne ‘pour me calmer’. C’est horrible.

Les jumeaux se sont endormi tout de suite sur la jonchée odorante. Moi, je cogite, et l’amertume de la bile ne passe pas. J’entends Tignasse et Femme-feuille qui se sont écartés pour murmurer.

-   Je VEUX PAS rester avec les Femmes, maman.
-   Chuut ! Ne réveille pas tes frères ! Tu n’es pas obligé de partit chercher un Esprit… Ecoute, je t’apprendrais ce que je sais… Et ton nouveau clan appréciera cela. Avec le temps, tu deviendras guérisseuse. Tes enfants…
 -   NON ! Je ne veux pas devenir un peu guérisseuse, je veux le DON de guérison. Comme toi !

Mon cœur se serre. Ma sœur a toujours été terrifiée par la perspective de devoir quitter un jour le clan pour trouver un époux.
L’échange des femmes à marier est la tradition la plus sacrée de la vallée. Celles qui restent ne sont pas mariables…ou sont trop utiles à la communauté pour partir. Comme Femme-Feuille.

Ce n’est pas si terrible. La plupart des femmes retrouvent leurs grand mères, leurs cousines dans des tribus alliées.  Mais Tignasse n’a personne en dehors du clan.

Ma sœur revient se coucher en pleurant doucement. Elle aussi sent la bile de renne… Je la serre contre moi et on s’endort comme des bébés.
Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #9 le: 17Janvier, 2017, 19:06:10 »

Chapitre trois: Initiation

Le garçon Rouge vit sur un îlot de la rivière... Il me fait signe... Ses yeux me brûlent...


Un bruit horrible m'arrache à mon sommeille. Qui tue un animal à cette heure ?

Les jumeaux caracolent déjà vers la sortie. Je m'arrache à ma couche. Ma sœur s'agrippe à ma main. Elle est terrifiée. Le soleil me brûle les yeux. Et le bruit continue.

Tout le clan est en train de vociférer, le visage barbouillé d'Ocre. Quelqu'un est mort ? Non, c'est nous qu'ils regardent.
Et tout d'un coup, je comprend

Le vieux Saumon, la Voix des Ancêtres s'avance vers nous. Il tient solennellement le Crâne du Grand père Ours.

"Aujourd'hui s'arrête le temps de l'Enfance", lance-t'il se sa voix grêle et chevrotante. "Vous allez quitter vos parents et la protection du clan"

Le vieux plonge sa main dans le crâne et le trace un trait d'Ocre sur le front. Mes jambes tremblent, et j'essai de garder le contrôle de ma vessie.

"Vous allez survivre sans l'aide de personne, et nulle vengeance ne sera réclamée si vous disparaissez" Je regarde autours de moi. Tout le monde à l'air très content, même regard-Clair. Ce qui n'est pas bon signe.

"JE PARS AUSSI !!!" hurle Tignasse. Elle plonge la main dans le crâne de l'Ancêtres et se dessine elle même un trait sur le front.

Stupéfaction Silence. Puis les Chasseurs tentent de maîtriser Maman, avec peu de succès.

"CELA SUFFIT". La voix de Regard Clair est coupante comme la Glace. "Ce n'est plus ta fille. Elle porte la Marque. C'est un Esprit errant. et moi seul ai autorité sur les Esprits. Tous les Initiés sont des Esprits errants, maintenant"

Femme Feuille s'éloigne, les yeux vides. Je n'ai pas le droit de lui parler.

"Bon, Esprits errant, avant que je vous chasse, écoutez la Voix des ancêtres. Et puis déguerpissez"

Vexé mais digne, le Vieux Saumon reprend sa palabre.

To be continued....

« Dernière édition: 17Janvier, 2017, 19:25:45 par Olivier » Journalisée
Ratafia
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 172



WWW
« Répondre #10 le: 06Septembre, 2018, 23:46:55 »

Oh c'est trop bon... 
Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #11 le: 20Avril, 2020, 14:42:41 »

''Suivez la trace de l'ocre. Le chemin sera parsemé de pointes d'ocre que nous avons laissé pour vous''. Les chasseurs se font des clins d’œils.

''A une demi journée de marche, vous atteindrez le gué qui traverse Torrent-Rivière. Chercher le signe qui vous mènera au sentier qui lui fait face''. Les postillons du vieux Saumon m’aspergent. Cela fait partie du rituel, je suppose

'' Vous devrez bivouaquer à flanc de montagne. Le lendemain, le chemin devrait vous mener au col de l'Aigle. C'est là que réside le Maître des initiations
'' L’ancêtre me jette une bourse. Un jumeau l'attrape au vol.

"Donnez le contenu au Vieux de la Montagne. Ne le perdez pas, ou vous  seriez tous Maudits. Si vous ne parvenez pas à être initiés, ne revenez JAMAIS".

La foule pousse un grognement inquiet. Les jumeaux cessent de se disputer la bourse, et me la remettent, Je la refile à Tignasse, qui s'en débarrasse auprès de Brulé. Qui soupire...

"Voilà. Maintenant, allez chercher dans la réserve ce que vous croyez utile, Vous avez droit à deux objets chacun. Choisissez sagement...

*********************************

Ai-je bien choisi ? Le sac de peau pèse lourd sur mes épaules, et ses lanières de cuir -et son cadre de bois- me scient déjà le dos. D'autant que mes camarades ont déposées la plupart de leurs 'choix' dedans.

Sans surprise, Brûlé à choisit une bonne pyrite. Et une tresse d'amadou bien sec, Depuis le temps qu'il en rêvait.... "Avec ça, je vais vous allumer un feu en quelques instants'

Tignasse a pris un bloc de ration d'hivers. Viande séchée émincée, baies pilées, mêlée de suif. Ca tient au ventre. Et une gourde bien graissée pour rester étanche.

Les jumeaux...Alors là, si ils survivent à leur initiation, les chasseurs vont leur tanner les fesses. Ils se sont emparés de deux lances en bon frêne, bien redressé, bien séché et bien huilé pour rester souple, La pointe durcie au feu...Il faut une demi année pour qu'une lance soit vraiment prête.

Le soleil est maintenant très haut dans le ciel. Il parait que certains peuples lui voue un culte. Ce me semble étrange. Pourquoi adorer quelque chose d'aussi lointain ? J'entends le chant de Torrent Rivière à mes côtés, et je me sent rassuré. Protégé.

Je sent la main fraiche de Tignasse sur mes épaules. "On s’arrête" crie t'elle d'un coup .

Le jumeaux s'approchent, curieux, et laissent tomber la peau de bison qu'ils portent à deux. Brulé essuie son visage ravagé.
"Pourquoi ça ? Il n'est même pas encore midi !'
-Tes épaules, rétorque ma soeur. Elles saignent..."
« Dernière édition: 30Avril, 2020, 00:49:46 par Olivier » Journalisée
Ratafia
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 172



WWW
« Répondre #12 le: 20Avril, 2020, 15:47:03 »

Encore ! 
Je me suis servi de ta petite histoire pour en faire un scénario d'introduction aussi, il y a quelques temps...
J'adore !
Journalisée
Ohtar Celebrin
PBM TdM : Damangol / PBM YP : Phoïbos-Angfrid
Les Rêveurs
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 6 016



WWW
« Répondre #13 le: 20Avril, 2020, 21:29:58 »

Reprendre ce récit après tant d'années ?
Génial !
 
Journalisée

Râler moins
Rôler plus !
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #14 le: 22Avril, 2020, 01:55:15 »

*****************************************

"QUI a mis une pierre de sel grosse comme ma tête dans mon sac ?"
Les jumeaux se regardent l'un l'autre.

- Ben...on s'est dit qu'on pourrait le poser à l'étape, pas loin du campement, commence l'un.
- Et puis, si un cerf vient le lécher, on pourrait le capturer, termine l'autre.

Je tente de leur balancer une motte de terre, mais Brulé profite de mon inattention pour me poser une bouillie d'argile sur mes plaies
- !!!... !!!
Ca lance horriblement.

Tignasse me regarde en rigolant. Les pieds dans l'eau, elle malaxe encore la boule d'argile qu'elle a extrait du lit du fleuve. Brûlé saute la rejoindre pour reprendre de quoi terminer son ouvrage.

- En tout cas, ça marche, lance-je en esquissant un sourire vers les jumeaux hilares.
- ?
Je leur désigne la harde de l'autre côté du fleuve. Un troupeau de cerfs géants, grand comme deux enfants, sortent paisiblement des hautes herbes pour venir boire.

C'est très beau.
Alors, on se resserre les uns contre les autres pour observer tout notre saoul.

***********************************************
« Dernière édition: 22Avril, 2020, 02:02:26 par Olivier » Journalisée
Pages: [1] 2   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: