Les Salons de la Cour

25Août, 2019, 16:34:56
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: L'empire de Carolus  (Lu 545 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Modérateur
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 169


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« le: 28Septembre, 2016, 12:58:34 »

Imposant aussi bien par sa grande taille que par son autorité naturelle, l’empereur Carolus est un homme d’âge mûr qui a passé sa vie à étendre les frontières de son royaume devenu empire. Carolus est le fruit d’alliances matrimoniales entre des descendants de nobles de l’Empire tænarien, de chefs de la rébellion des Galataï1 et de tribus venues des terres bjorningas Grand chef de guerre, il n’en est pas moins le protecteur des lettrés et du clergé de Déos, avec qui il aime à discuter théologie. Ses conquêtes sont facilitées par les missionnaires qu’il envoie préparer son arrivée.
L’Empire carolien compte un grand nombre de seigneuries grandes ou petites, avec lesquelles l’empereur entretient d’étroites relations. En effet, grâce aux différents relais implantés le long des routes dans tout l’Empire, les courriers et missives royales parcourent rapidement de grandes distances. Carolus est aussi le protecteur des thaumaturges et de leur guilde. Plusieurs le servent à sa cour et peuvent parfois communiquer avec les lointaines provinces. Ils protègent également l’Empereur contre toute tentative d’attaque magique.
Le pouvoir de l’empereur ne s’étend pas (pour l’instant ?) au-delà des frontières naturelles formées par la mer du milieu, la mer thyréesienne et le grand océan de l’Ouest. A l’est et au nord, ce sont les terres Bjorningas et Ynn Pryddein qui limitent son territoire.

1. Au singulier : « Galate ». Nom des peuplades qui vivent au sud-ouest de Pryddein. Apparentées aux habitants du Haut Royaume, elles furent mieux assimilées par l’empire de Tænare mais conservèrent cependant certaines particularités culturelles.
    

Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: