Les Salons de la Cour

07Avril, 2020, 19:53:45
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1] 2 3 ... 8   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Star Wars 7 - le Réveil de la Force  (Lu 14248 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Rom1
Auteur pédant
Les Rêveurs
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 404



« le: 19Décembre, 2015, 14:30:58 »

CA SPOILE MAIS JE METS PAS DE BALISES PARTOUT DONC LISEZ PAS SI VOUS NE L'AVEZ PAS VU !

Alors ce Star Wars épisode VII - le Réveil de la Force !

De mon côté, je suis conquis sans réserve. J'ai retrouvé le (good) feeling d'un vrai Star Wars et ce dès le début. C'est d'ailleurs l'exploit de toute la première partie : nous renvoyer dans cette galaxie lointaine, il y a très longtemps, sans en faire trop pour l'introduction. Ça démarre in media res comme il se doit : un stormtrooper (Finn) qui dépasse son conditionnement et déserte, un héros de la Résistance (Poe Dameron) qui s'échappe avec lui et zou - des personnages présentés dans l'action (tout comme le sera Rey juste après) avec dynamisme et qui deviennent immédiatement sympathique (là aussi, un sans faute : tous les nouveaux emportent l'adhésion, même BB8).
A partir de là, tout s'enchaîne avec rythme et naturel. Chaque péripétie en amène une autre, d'anciens personnages reviennent, la situation galactique est évoquée lors de dialogues qui ne surlignent pas tout (exactement de la même façon que dans la trilogie originelle), les révélations (comme l'identité de Kylo Ren) arrivent tout simplement - là encore sans chercher à en faire un énorme twist (les personnages connaissent la situation, ce n'est que pour le spectateur que c'est une surprise), etc.
La durée du film est idéale (semblable à celles des opus de la trilogie originelle, d'ailleurs) et il est impossible de s'ennuyer au cours de ces deux heures.

Ce qui est très intéressant dans ce Réveil de la Force, c'est qu'il est un miroir inversé de la trilogie originelle. Certes à première vue, on pourrait y voir un quasi remake en reprenant les grandes lignes - sans beaucoup d'inventivité. Mais en réalité, si on creuse plus, on s'aperçoit que cet épisode est profondément désabusé : il nous raconte l'échec de la génération précédente, celle qui avait pourtant tout pour réussir - et y était parvenu en mettant l'Empire à genou.
Là, une nouvelle République s'est bien formée mais elle semble loin de recouvrir toute la galaxie. Le Premier Ordre a pu se construire sur les restes de l'Empire en marge et une Résistance s'organise dans les systèmes qu'il contrôle. En 30 ans, la paix et la concorde ne sont pas revenus : et pour cause ! Luke a échoué à devenir un maître Jedi et s'est retiré en exil après la décimation de ses apprentis, son propre neveu est passé du Côté obscur, Han Solo a fui ses responsabilités de père en replongeant dans des magouilles, et même Leïa - au lieu de diriger la République comme elle semblait y être destinée - a préféré rejoindre la Résistance, comme pour se plonger à nouveau dans la guerre en guise de punition.
De ce fait, il faut l'émergence d'une nouvelle génération capable de faire mieux que ses aînés : Rey, Finn, Poe, d'autres sans doute... Ce qui explique pourquoi le film les fait passer quasiment par les mêmes épreuves : fuite dans la galaxie, confrontation avec le côté obscur, quête à accomplir, lutte désespérée contre une arme surpuissante, etc. Et chaque étape est un succès pour ces nouveaux héros : la station Starkiller est détruite, Finn cesse de fuir son passé et l'affronte, Rey ne cède pas à la tentation et s'éveille à la Force, Luke est finalement retrouvé... A la fin de cet épisode, ces protagonistes ont donc déjà triomphé de la plupart des épreuves que leurs prédécesseurs ont eu tant de mal à surmonter - reste à présent à aller de l'avant, à voir ce que nous réserve la suite.
Le scénario a donc parfaitement conscience de sa filiation et il s'en sert à deux niveaux : rassurer les fans avides de retrouver un certain esprit (d'autant plus après la prélogie...) en leur offrant en grande partie ce qu'ils attendent mais aussi se détacher du passé en le revisitant habilement afin de régler les vieilles dettes. Le récit affranchit ainsi ses héros de leur héritage en un digest aussi ludique que nécessaire à leur parcours initiatique - leur permettant dès lors de trouver leur propre destin dès le film suivant.
Kylo Ren est assez représentatif de cette approche en miroir inversé. Il se veut le nouveau Darth Vader, il le proclame même. Mais il est son double en négatif : un jeune homme décidé à rejoindre le Côté obscur mais toujours tenté par la lumière et qui a besoin d'une dernière étape pour basculer définitivement. Là où Vader redevenait un Jedi en sauvant son fils, Kylo Ren devient un séide du Côté obscur en tuant son père : difficile de faire plus symbolique ! L'acteur parvient d'ailleurs l'exploit de pulvériser en quelques plans l'interprétation de Hayden Christensen dans le rôle d'Anakin en jeune homme tourmenté et déchiré entre les deux aspects de la Force.

La facture technique du film m'a impressionné à deux niveaux.
Tout d'abord, le Réveil de la Force n'en fait jamais trop et ne cède jamais à la surenchère. La Résistance a peu d'hommes et de vaisseaux, on se doute que le Premier Ordre se repose beaucoup sur les acquis de l'Empire et a mis tous ses moyens dans la  station Starkiller - du coup, les batailles spatiales impliquent essentiellement des chasseurs. Pas d'armées de Jedi ou de Sith non plus (même si sont évoqués les Chevaliers de Ren) : un seul adapte de la Force de chaque côté, peu de duels au sabre mais bien menés et possédant une imbrication dramaturgique dans le récit. Cette trilogie a l'intelligence de démarrer doucement, à petite échelle (là aussi, peu de planètes visitées) afin de laisser la suite prendre toute son ampleur et de respecter le crescendo que l'on est en droit d'attendre d'une telle saga.
Ensuite, j'ai souvent trouvé la réalisation très élégante. Sobre mais pleine d'à propos : beaucoup d'éléments passent par les regards (l'échange silencieux entre Poe et Finn avant la dernière bataille) et une véritable complicité entre les personnages (reflet de l'alchimie entre les acteurs). Parvenir à deviner les sentiments d'un stormtrooper à travers son masque souillé de sang, bel exploit ! Il y a d'autres exemples, comme le léger travelling arrière durant les retrouvailles entre Han et Leïa - comme pour inviter le spectateur à rester en retrait durant ce moment d'intimité. Cela s'étend aux scènes d'action : des dogfights aussi clairs que dynamiques (et propices, aux belles actions, merci Poe !), des échanges de tirs brutaux (les blasters, ça fait mal !), des combats au sabre plus proches de l'escrime médiévale que des acrobaties hongkongaise, des idées visuelles fortes et marquantes (les X-Wings en rase-motte au dessus d'un lac)... De la retenue et de l'inventivité, au service du film et de ses personnages.

Bref, je suis pleinement satisfait de ce Star Wars épisode VII - le Réveil de la Force.
Sous ses dehors d'opus faussement trop obséquieux, il opère en réalité un basculement vers l'avenir en évacuant le passé et prépare brillamment le terrain pour la suite - que l'on espère pleine de surprises et de révélations inédites (qui est Snoke ? qui est Rey ? comment Kylo Ren a-t-il basculé ?).
A la fois humble et ambitieux, le film excite l'imagination comme la trilogie originelle le faisait (en dessinant un contexte à demi-mot et en ouvrant des pistes multiples, par exemple) et nous rend très dures les deux années d'attente avant de découvrir la suite !
Journalisée

FaenyX
Le Guet
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 012



WWW
« Répondre #1 le: 19Décembre, 2015, 14:38:55 »

Rom1, tu m'énerves : une fois de plus, tu réussis à mettre en mots (et avec quel talent  ) ce que je ressentais confusément depuis la projection de mercredi dernier.

Ce qui est très intéressant dans ce Réveil de la Force, c'est qu'il est un miroir inversé de la trilogie originelle.
Exactement, et je crois que les quelques râleurs qui voient ici un simple reboot n'ont pas compris cela.

Merci, Rom1.
Journalisée

Rom1
Auteur pédant
Les Rêveurs
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 404



« Répondre #2 le: 19Décembre, 2015, 14:42:56 »

Oui ça m'a taraudé aussi, cette histoire de "remake" car c'est en partie vrai mais je n'ai pourtant pas du tout eu ce ressenti - car le fond me semblait aller bien plus loin.
J'ai mis le doigt dessus ce matin, avec une réflexion autour de Kylo Ren et de son rapport à Vador - qui est en fait la lettre d'intention de tout le film à l'égard de la trilogie originelle. E
t je trouve ça à la fois super malin et roublard mais en même temps humble et respectueux.
Journalisée

Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 530


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #3 le: 19Décembre, 2015, 15:38:53 »

Tu viens de réveiller mon intérêt pour ce film, qui était endormi, voire plongé dans la léthargie par le matraquage publicitaire. 
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Rom1
Auteur pédant
Les Rêveurs
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 404



« Répondre #4 le: 20Décembre, 2015, 01:23:11 »

Oui enfin, si tu as lu ma critique : tu t'es bien spoilé la tronche ! 
Journalisée

Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 530


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #5 le: 20Décembre, 2015, 10:45:48 »

Oui enfin, si tu as lu ma critique : tu t'es bien spoilé la tronche ! 

Alors ça, rien à f...... je ne vais pas au ciné pour avoir des surprises, mais pour voir de beaux films.
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
olivier legrand
Ours Rôliste
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 610


Ours Rôliste


« Répondre #6 le: 20Décembre, 2015, 19:03:34 »

Ca y est. J'ai vu "Star Wars : le Réveil de la Force".

Mais avant de vous donner mon impression, quelques précautions oratoires et éléments de contexte :

- En tant que spectateur ou lecteur, je suis du genre difficile, plus souvent critique qu'enthousiaste.

- Je ne suis pas ce qu'on pourrait appeler un "fan" de Star Wars. Je les ai tous vus; j'avais 8-9 ans à la sortie du premier (le futur épisode 4, donc) et, "bien sûr", je suis complètement tombé dedans - mais ensuite, disons, entre "L'empire contre attaque" et "Le retour du Jedi", mon intérêt pour l'univers Star Wars s'est considérablement émoussé (au profit d'autres univers, comme par exemple ceux de Dune ou des légendes arthuriennes); à leur sortie,  je suis tout de même allé voir chaque film de la "prélogie", qui ne m'ont pas franchement fait vibrer (sans que je les trouve non plus "mauvais" ou "très inférieurs" aux premiers films, plutôt prévisibles, peu inspirés etc.).

- Je n'ai pas lu la critique de Rom1 ci-dessus car je voulais éviter tout spoiler. Et vous pouvez lire la suite de mon post sans crainte, il ne contient (je le jure) aucun spoiler.

Je n'avais donc aucune attente particulière en allant voir SW7; j'étais surtout curieux de voir ce que le film ferait des personnages du premier cycle (Han Solo etc.), car j'ai toujours eu un faible pour les histoires de "vieux héros sur le retour"...

Voici, en un mot, ce que j'ai pensé du film :

(descendez encore un peu...)

MAGISTRAL


C'est, haut la main, le meilleur Star Wars jamais réalisé. Et ce à tous les points de vue : scénario, réalisation, personnages, ambiance... c'est un sans faute et même plus que cela : une réussite exceptionnelle.

C'est une parfaite synthèse de l'univers des films précédents, mais avec "le petit plus" indéfinissable, qui fait qu'on accepte, dès le début, de se laisser emporter (comme des gosses des années 70 devant le premier SW...). C'est à la fois du "pur Star Wars", avec tous les éléments attendus, et un vrai nouveau départ, parfaitement pensé et maîtrisé. On sent que tout a été soigneusement calibré mais ça valait le coup. Il y a, par exemple, l'habituel petit discours sur la Force, mais il sonne juste, il est à sa place dans l'intrigue, il signifie vraiment quelque chose. Idem pour les obligatoires éléments "mignons" ou "rigolos" (vous savez, ceux qui font généralement grincer des dents les fans de SW qui n'aiment pas avoir l'impression de regarder un film pour enfants - les Ewoks, Jar Jar etc.) : il y en a mais ils sont super bien dosés et ne donnent jamais l'impression de "fausse note" souvent associée à ce genre d'ingrédients...

Au niveau du scénario (c'est promis, pas de spoiler), c'est une réussite sur tous les plans - à la fois en tant que récit indépendant (pas un temps mort, et pourtant suffisamment de place pour les relations et les émotions - bon, ça reste quand même du Star Wars, l'aventure avant tout etc.) et en tant que volet de la "saga" - et même, d'ailleurs, en tant que premier volet d'une nouvelle saga à part entière. Le film donne l'impression d'avoir réussi à capturer la quintessence de SW - on retrouve le souffle héroïque et, osons le mot, la "fraicheur" de la première trilogie... mais aussi quelques échos de tragédie (là encore, ça reste léger, c'est du SW, pas du Dune), qui rappellent les meilleurs aspects (à mon sens) de la prélogie.

L'intrigue elle-même est une relecture flagrante de celle de l'épisode 4 (le premier film, donc) mais ça marche !  Loin de tuer le suspense, loin de créer un ennuyeux sentiment de "déjà vu", ce pari très risqué nous fait, au contraire, guetter les échos narratifs, les correspondances... mais aussi les contrepieds et les divergences délibérées. Quant à l'équilibre entre les nouveaux personnages et les vieux héros, il est, à mon sens, absolument parfait : on s'attache très vite aux nouveaux personnages et on est à la fois curieux et ému de retrouver les "anciens". Et ces derniers ont vraiment droit (je pense surtout à la triade Han Solo / Leia / Luke), chacun à sa façon, à une place de choix dans le scénario... sans jamais l'encombrer ou le faire sombrer (comme je le craignais un peu) dans le clin d'oeil permanent aux vieux fans.

Mon seul regret : l'avoir vu en VF (mais ça, c'est mon côté snob / chieur / puriste)

Je le répète, donc : MAGISTRAL !
« Dernière édition: 20Décembre, 2015, 19:08:20 par olivier legrand » Journalisée
Léo
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 481



WWW
« Répondre #7 le: 22Décembre, 2015, 00:50:50 »

Je serai moins dithyrambique que mes camarades, mais j'ai passé un bon moment

Je note que l'apprentissage (sur le tas) des pouvoirs de Jedi semble plus facile qu'avant… et plus rapide (attention au côté obscur ? ). C'est vrai on sait que Luke est un gros neuneu, mais pour prendre un autre exemple, moi dans Jedi Knight il m'a fallu bien plus longtemps pour faire de la télékinésie
Journalisée

FaenyX
Le Guet
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 012



WWW
« Répondre #8 le: 22Décembre, 2015, 08:42:39 »

moi dans Jedi Knight il m'a fallu bien plus longtemps pour faire de la télékinésie

C'est parce que ton taux de midichloriens est faible, ça, Léo.
 
Journalisée

olivier legrand
Ours Rôliste
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 610


Ours Rôliste


« Répondre #9 le: 22Décembre, 2015, 12:56:27 »

moi dans Jedi Knight il m'a fallu bien plus longtemps pour faire de la télékinésie

C'est parce que ton taux de midichloriens est faible, ça, Léo.
 

  arf...

Tiens, justement, puisque tu évoques les midichloriens, un autre truc que j'ai vraiment trouvé bienvenu dans ce nouveau volet est la façon dont la Force était présentée : comme quelque chose de mystérieux et de véritablement "mythique", à 180° degrés, justement, des midichloriens et autres tentatives d'explications "rationnelles". Le bon choix, là encore !
Journalisée
Léo
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 481



WWW
« Répondre #10 le: 22Décembre, 2015, 18:05:21 »

(Pfff, allez demander à Kyle Katarn s'il a un faible taux de midichloriens... )

Je suis bien d'accord pour la Force.... un poil trop mystérieux même peut-être... Toujours les mêmes pouilleux de la galaxie qui ont jamais consulté wookieepedia , mais c'est aussi à cause du caractère plus qu'in media res du film, dès le texte d'ouverture (d'où suspens) : on se demande comment les vieux héros ont pu tout foirer à ce point là.
Journalisée

olivier legrand
Ours Rôliste
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 610


Ours Rôliste


« Répondre #11 le: 22Décembre, 2015, 19:52:36 »

(Pfff, allez demander à Kyle Katarn s'il a un faible taux de midichloriens... )

Je suis bien d'accord pour la Force.... un poil trop mystérieux même peut-être... Toujours les mêmes pouilleux de la galaxie qui ont jamais consulté wookieepedia , mais c'est aussi à cause du caractère plus qu'in media res du film, dès le texte d'ouverture (d'où suspens) : on se demande comment les vieux héros ont pu tout foirer à ce point là.

Pour ma part, je pense qu'ils n'ont pas échoué : ils ont vieilli, tout simplement... et ça prouve aussi qu'il n'était peut-être pas aussi facile de "faire tomber l'empire" et de créer ensuite un nouvel ordre galactique parfait. J'ai justement trouvé que cette dimension apportait un supplément de maturité et une touche crépusculaire vraiment bienvenue au film. Un peu comme le crépuscule du roi Arthur et de son glorieux royaume, à la fin du règne... quand on y pense, compte tenu des références arthuriennes déjà très appuyées contenues dans la trilogie originelle, quelque part, cette nouvelle trilogie prend un peu la même place que la quête du Graal : quelque chose a été perdu, un "coup douloureux" a été porté et il y a une blessure que tout le monde ressent et que personne ne parvient à guérir...  jusqu'à l'arrivée de nouveaux héros élus... (avec, en prime, un personnage totalement mordredien - OK pas de spoiler); tout ça se tient super-bien, en fait...
« Dernière édition: 22Décembre, 2015, 19:55:25 par olivier legrand » Journalisée
sam sanglebuc
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 152


« Répondre #12 le: 22Décembre, 2015, 20:01:04 »

Un immense regret: être passé de l’appréhension (qu'est ce que Disney va nous pondre...) directement à la frustration. Je vais devoir patienter deux ans avant de voir la suite !
Vous l'avez compris: WAHOUUU !
Mais impossible de lancer des parties de JDR sans en savoir beaucoup plus. Ces deux années vont être très longues.

Ma culture cinématographique est faible, je me contente d'approuver avec bonheur ce que vous venez de dire. Il y a probablement beaucoup de reproches à faire à starwars (je parle surtout des films, 1 à 7), mais c'est essentiellement l'Histoire qui m'a touché. Peu m'importe le jeu des acteurs, la réalisation, le scénario, ma compétence m'empêche de porter une critique valable. Mais cette Histoire de Starwars me touche de plus en plus en vieillissant et fait donc partie des trois JDR que je pratique encore.

Question: starwars serait il le seul film de l'histoire du cinéma, non issu d'un livre, qui ait connu une vraie suite ?
Journalisée
Rom1
Auteur pédant
Les Rêveurs
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 404



« Répondre #13 le: 23Décembre, 2015, 00:00:19 »

Citation
Un peu comme le crépuscule du roi Arthur et de son glorieux royaume, à la fin du règne... quand on y pense, compte tenu des références arthuriennes déjà très appuyées contenues dans la trilogie originelle, quelque part, cette nouvelle trilogie prend un peu la même place que la quête du Graal : quelque chose a été perdu, un "coup douloureux" a été porté et il y a une blessure que tout le monde ressent et que personne ne parvient à guérir...  jusqu'à l'arrivée de nouveaux héros élus... (avec, en prime, un personnage totalement mordredien - OK pas de spoiler); tout ça se tient super-bien, en fait...

SPOILER !

Luke en exil sur une île type Irlande à la fin...
Son vieux sabrelaser paré d'une aura mythique...
Le fils (spirituel) tombé du Côté obscur...
Journalisée

Mortlock
Lutin d'ovalie
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 385



« Répondre #14 le: 23Décembre, 2015, 01:03:09 »

Citation
Un peu comme le crépuscule du roi Arthur et de son glorieux royaume, à la fin du règne... quand on y pense, compte tenu des références arthuriennes déjà très appuyées contenues dans la trilogie originelle, quelque part, cette nouvelle trilogie prend un peu la même place que la quête du Graal : quelque chose a été perdu, un "coup douloureux" a été porté et il y a une blessure que tout le monde ressent et que personne ne parvient à guérir...  jusqu'à l'arrivée de nouveaux héros élus... (avec, en prime, un personnage totalement mordredien - OK pas de spoiler); tout ça se tient super-bien, en fait...

SPOILER !

Luke en exil sur une île type Irlande à la fin...
Son vieux sabrelaser paré d'une aura mythique...
Le fils (spirituel) tombé du Côté obscur...

J'arrive à l'instant du ciné et c'est exactement ce à quoi j'ai pensé. Au mot près. 
Journalisée

Il n'était pas ailier, il n'était pas pilier, il nétait pas talonneur, il n'était pas entraineur... Mais alors qui était-il ?
Il était un petit navireuh ! il était un petit navireuh ! qui n'avait ja ! ja !  jamais navigué ohé ohé !!!!
Pages: [1] 2 3 ... 8   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: