Les Salons de la Cour

07Avril, 2020, 18:31:59
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1] 2 3   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Les femmes dans la SF  (Lu 4713 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Caracalla
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 099


Morat


WWW
« le: 29Juin, 2015, 16:19:22 »

Je sais pouvoir compter sur vos lumières ...  Grin

L'an prochain je serai chargé d'un cours de "Littérature & Société" ("enseignement d'exploration" en 2nde, 1,5H par semaine) avec une collègue de lettres. Nous voulons parler sur 1/3 de l'année de l'évolution des femmes dans la SF.

Pourriez vous me conseiller ...
1. Des ouvrages de référence pratiques sur la SF (son histoire, ses thèmes, que sais-je encore) ?
2. Des titres (littérature, BD, cinéma ...) dans lesquels une femme tient une place importante ?

D'avance merci ! 
Journalisée

Le Pixx
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 441



WWW
« Répondre #1 le: 29Juin, 2015, 16:38:31 »

En référence, je n'ai pas grand chose en matière d'ouvrage... "théorique"
en revanche, il y a pas mal d'ouvrages dans lesquels les femmes ont une importance prépondérante, qu'elles aient le rôle principal, ou un rôle secondaire

- "L'étoile de Pandore" de Peter F Hamilton. Une série de 4 livres dans lesquels plusieurs femmes ont des rôles extrêmement importants, tout comme dans la suite de cette tetralogie qui est "Vide qui songe" (3 ou 4 tomes, je ne me rappelle plus)
- "Dark Man" de Richard Morgan. Ainsi que que dans "Furies déchainées", dernier livre de la trilogie "Carbone modifié" du même auteur, même si dans ce dernier cas, le rôle de la femme est plus effacé
-"Contact" de Carl Sagan
-"Seconde Fondation" d'Isaac Asimov


Par ailleurs, je viens de découvrir, dans sa version BD "Piège sur Zarkass", de Stephen Wul. C'est dessiné par Cassegrain (très très très très balaise) et scénarisé par Yann. les puristes hurlent à l'outrage, mais bon... J'en ai eu pour mon argent, donc, ça va : ça se laisse lire (et par ailleurs, j'emmerde copieusement les puristes, les fans de Tolkien qui arpentent la cour d'Oberon sont au courant de cette fâcheuse habitude qui est mienne).

Toujours dans la série de l'importance de la femme dans un monde post apocalyptique, le tout, 28 ans avant la sortie de Mad Max 4, je ne saurais conseiller "Saisons de rouille" de Pierre Pelot (et accessoirement, je ne saurais conseiller la lecture de tout son cycle des hommes sans futur)
Journalisée

Quand le chat n'est plus sur mémé, ça veut dire qu'elle est froide
tristesire
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 379


Tératologiste


« Répondre #2 le: 29Juin, 2015, 16:45:01 »

Pour les auteures, je pense tout de suite à Julia Verlanger/Gilles Thomas...
Il me semble, je dis bien il me semble, qu'à l'époque, elle a été obligée de prendre un pseudo masculin pour être éditée (une écrivaine de SF n'étant pas dans les mœurs en France)...
Journalisée

On ne touche pas aux lapins !
Le Pixx
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 441



WWW
« Répondre #3 le: 29Juin, 2015, 16:49:01 »

et bien sûr "La semence du Démon" de Dean R Koontz, qui était dans mes bouquins de français de 3ème (1985...).

On ne ferait plus ça maintenant
Journalisée

Quand le chat n'est plus sur mémé, ça veut dire qu'elle est froide
Le Pixx
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 441



WWW
« Répondre #4 le: 29Juin, 2015, 17:08:14 »

En BD on a tout ce qui s'est fait autour de la série "Les naufragés du temps" et "La survivante" de Paul Gillon. C'est vieillot, mais la femme a une importance capitale (surtout dans "la survivante")
L'image de la femme est très étrangement abordée dans "Skydoll" de Barbucci et Canepa.
La femme est aussi au centre des débats dans la caste des Méta Barons, dessiné par Gimenez, et scénarisé par Jodorowsky... maintenant, en matière de scénar, ce serait bien qu'un jour Jodorowsky ne nous servent pas toujours les mêmes plats : ça respire le réchauffé et l'odeur de chaussette usagée
L'image de la femme est très abordée aussi dans "la femme piège" d'Enki Bilal, et Druillet recycle "Salammbô" de Flaubert  dans une oeuvre de SF
François Schuiten fait dans "carapace" une oeuvre de retro-futur articulée autour de la femme à proprement parler.
Et serpieri en fait un objet de fanstasme / porn / SF dans "Morbus Gravis"

Il reste toute l'iconographie de Moebius autour des femmes et de la SF dans de très nombreuses illustrations et pas mal de BD (notamment "le Garage Hermétique)


je suis sûr que j'oublie trois tonnes de trucs

Journalisée

Quand le chat n'est plus sur mémé, ça veut dire qu'elle est froide
tristesire
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 379


Tératologiste


« Répondre #5 le: 29Juin, 2015, 17:18:05 »

Le femme "cliché/bimbo/SF : Barbarella, le film de Roger Vadim...
Journalisée

On ne touche pas aux lapins !
Le Pixx
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 441



WWW
« Répondre #6 le: 29Juin, 2015, 17:28:53 »

je voulais l'éviter celui-là... Je le trouve contre productif

Dabns le sens où vadim a seulement fait ce film pour pécho Fonda
Journalisée

Quand le chat n'est plus sur mémé, ça veut dire qu'elle est froide
Le Pixx
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 441



WWW
« Répondre #7 le: 29Juin, 2015, 17:30:52 »

putain, je suis con

regardez "Gravity" bien sûr, "Edge of Tomorrow", "Matrix" et enfin "Europa report"

pareil il y a une étrangeté qui s'appelle "Predestination" (on est encore dans du retro-futur)

la femme est aussi importante génétiquement dans "Minority report"
Journalisée

Quand le chat n'est plus sur mémé, ça veut dire qu'elle est froide
Dame du Lac
WürmC
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 257



« Répondre #8 le: 29Juin, 2015, 18:38:06 »

Amusant que personne n'ait cité Ripley de la série de films Alien.
Une femme forte, qui a du cran et de la hargne, incarnée avec puissance par Sigourney Weaver. Une femme qui mène l'action et qui n'est pas la victime habituelle...
En 1979, quand le film est sorti, c'était rare....

Quand on passe au 2e film de la saga, on a là aussi trois éléments féminins extrêmement forts : Ripley, la gamine... et la reine des Aliens... .   Sans parler de Vasquez, qui en a fait fantasmer plus d'un(e).

Pour continuer sur la place de la femme dans la SF, me traversent l'esprit : le Bene Gesserit dans Dune, une femme officier et noire dans la premiere série Star Trek (un choc pour l'époque). La 4e série Star Trek aura une femme comme capitaine (le rôle phare).

Contre-exemple d'un évolution de la femme en "faiblesse" : Star Wars. Les femmes sont amantes, mères, ou esclaves de grosses limaces. Même si la princesse Leia a de la repartie, elle reste la jeune femme à sauver qui remet des médailles à la fin. Dans les films 1, 2 et 3, pourtant plus récents, Amidala passe d'une jeune femme forte dans le 1 à une amoureuse transie dans le 2 et un "ventre" qui pleure dans le 3. Pente descendante pour le rôle de la femme dans cette saga populaire. (Message subliminal à mes MJ Star Wars : "Non, pas taper !").

Autre évolution des temps : Battlestar Galactica. Pas d'héroïne dans le casting de la première série... Et le rôle le plus macho de ce premier casting est tenu par une femme dans le remake, avec un caractère qui "déboite" . Les femmes ont d'ailleurs des places de choix dans ce 2e opus de la saga : pilote de chasse téméraire, présidente et chef du gouvernement,  plusieurs Cylons (parmi les plus importants, d'ailleurs).. Elles sont d'ailleurs mises en valeur sur les coffrets DVD de la série.

Dans les femmes auteurs de SF classique ou ancienne : Catherine L. Moore, Ursula Le Guin, Leigh Brackett, Caroline J. Cherrys... Plus récentes : Anne McCaffrey, Joan D. vingt, Mercedes Lackey, Julian May, Elizabeth Moon...

C'est ce qui me vient à l'esprit vite fait... Je vais réfléchir à la question.
« Dernière édition: 29Juin, 2015, 19:02:44 par Dame du Lac » Journalisée

Elen sila lumenn omentielvo
Le Pixx
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 441



WWW
« Répondre #9 le: 29Juin, 2015, 19:00:49 »

je plaide méga coupable
Journalisée

Quand le chat n'est plus sur mémé, ça veut dire qu'elle est froide
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 530


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #10 le: 29Juin, 2015, 21:04:14 »

Le femme "cliché/bimbo/SF : Barbarella, le film de Roger Vadim...

Je ne suis pas d'accord.
Barbarella n'est pas passive : le grand méchant essaye de la tuer par l'orgasme mais elle triomphe de lui et de sa machine.
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
tristesire
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 379


Tératologiste


« Répondre #11 le: 29Juin, 2015, 21:28:30 »

Si tu veux cher Macbesse...
Pour revenir à la demande de Caracalla, je ne sais pas si on peut considérer les comics de superhéros comme de la SF...
Si tel est le cas, il y a toutes les héroïnes de Marvel et de DC entre autres...
Journalisée

On ne touche pas aux lapins !
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 530


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #12 le: 29Juin, 2015, 21:43:18 »

Parmi les écrivains, on peut aussi citer Lois MacMaster Bujold, qui a écrit, entre autres, la saga de Miles Vorkosigan.

Le rôle titre est tenu par un homme, aussi courtaud et contrefait que brillant, et les rôles féminins sont très variés : la mère de Miles est un ancien officier d'une puissance jadis ennemie qui leur a mis une raclée au temps de son tyran grand-père, son garde du corps une jeune femme athlétique qu'il vaut mieux ne pas chercher, et certains de ses antagonistes sont des femmes, parfois brillantes, parfois cinglées (comme pas mal de gens dans la série).
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Caracalla
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 099


Morat


WWW
« Répondre #13 le: 29Juin, 2015, 22:33:40 »

Ouaouh ! Super, merci beaucoup !
Journalisée

Lurker-Above
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 921



« Répondre #14 le: 29Juin, 2015, 23:33:26 »

 Les volumes de la Culture de Iain M. Banks comportent souvent au moins un personnage féminin assez fort (masculin et féminin pouvant être des caractères changeants dans la Culture, cela dit).
 Chez Marvel, je recommande notamment Jean Grey et Emma Frost écrites par Grant Morrisson au début des années 2000 dans New X-Men, mais il y en a d'autres... Tornade et Jubilee par Chris Claremont, au début des années 90, par exemple.
 Dans un style de bd beaucoup (beaucoup) plus expérimentale, mentionnons Laura Sands dans Arq, d'Andreas.

 Et le summum, Wilhelmina Harker dans la Ligue des Gentlemen Extraordinaires (on parle de la bd, bien entendu...).
Journalisée

L'optimiste estime que nous vivons dans le meilleur des mondes possibles. Et le pessimiste craint que ce soit vrai.
Pages: [1] 2 3   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: