Les Salons de la Cour

25Octobre, 2021, 22:09:32
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 2 3 [4] 5   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: À Minas Anor  (Lu 12014 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Léo
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 512



WWW
« Répondre #45 le: 07Février, 2015, 01:45:06 »

Vëantur se rend chez les embaumeurs, une corporation devenue très prospère à mesure que s’est développé chez les grands du Gondor un goût pour des funérailles toujours plus somptueuses. Reçu par le corpulent Hendor, le capitaine tâte le terrain, et comprend vite qu’il serait tout à fait possible de les suivre dans les Tombeaux, moyennant un don (substantiel) pour leurs bonnes œuvres.

"Tout le monde aimait ce malheureux Sognir ! Bon, retrouvons-nous demain, d’accord ?"

C’est peut-être bien peu glorieusement que nos héros entamèrent leur grande quête, mais ils étaient loin de soupçonner l’ironie cruelle qui la voyait débuter parmi d’antiques sépultures, non loin de là où elle trouverait son aboutissement, des siècles plus tard.

Le lendemain, alors qu’un peu de neige tombe sur Minas Anor, la porte de Fen Hollen s’ouvre donc pour ceux qui suivent le bon Hendor et une douzaine de ses confrères. Celui-ci leur a même fourni la livrée de son ordre. Il semble par ailleurs bien connaître le portier, avec qui il échange quelques mots d'un air complice.
Tout le monde descend les lacets de la Rue du Silence, pour parvenir sur un éperon rocheux entouré de falaises vertigineuses, où se dressent coupoles et hautes figures de pierres.
Un grand escalier taillé dans le roc permet de s’enfoncer dans le Mindolluin. Une torche à la main, Hendor dirige la marche jusque devant le mausolée de la famille de Sognir, dans un vaste corridor des profondeurs de la cité funéraire (pas assez profondément pour les apprentis pilleurs de tombe, selon les informations dénichées par Vëantur). L’endroit est imposant, hiératique et silencieux.
Hendor donne ses instructions à ses gens, leur disant comment placer les draperies, l’encens et le reste de leur matériel. Il vient ensuite faire la conversation aux visiteurs, apparemment bien décidé à leur coller aux basques :

"Pauvre Sognir ! Vous me disiez que vous le connaissiez bien ?

On se sent peu de chose par ici, hein ? Je crois que je ne m’habituerai jamais à cet endroit. Vous savez, on raconte que des fantômes hantent la nécropole.
"
Journalisée

Marcello
Guidon
*
En ligne En ligne

Messages: 1 321

alias Dougal / Gunther Goldberg


« Répondre #46 le: 08Février, 2015, 22:43:58 »

" Des fantômes, vraiment ? Vous savez j'ai eu l'occasion de visiter divers cimetières et lieux de repos éternels dans mes pérégrinations, et j'ai toujours eu droit à l'histoire des fantômes... Doit-on en déduire que les morts sont partout les mêmes, ou ne seraient-ce que les vivants qui aiment à se faire peur ? Voyons voyons, dites m'en plus pour que nous essayons de résoudre cette intéressante question. N'est-ce pas Seigneur Tarcil ? Vous qui connaissez bien les tertres des Edain aux confins du Cardolan, votre point de vue est précieux ! "

Sur un ton badin, peut-être un peu forcé pour se rassurer, Vëantur démarre une conversation qu'il s'apprête à rendre intense, harcelant l'embaumeur de questions, le mitraillant d'anecdotes, le saoulant de références aux anciennes coutumes de Numenor et du Gondor, agitant les mains, les bras, bondissant soudainement vers un bas-relief, usant de toutes les techniques rhétoriques qu'il maîtrise pour captiver son interlocuteur.

Le capitaine s'est préparé à cette grande scène, qui fait partie du plan proposé la veille à ses compagnons :
D'abord, observer Fen Hollen, Rath Dinen et la nécropole, pour y repérer tous les passages, cachettes, et autres éléments d'importance si jamais ils devaient y revenir ;
Ensuite, se débrouiller pour occuper l'attention des embaumeurs afin que certains puissent se glisser dans l'obscurité et trouver le tombeau d'Ilmandur ;
Enfin, ouvrir le tombeau et récupérer les pages, ou bien faire des repérages pour plus tard si c'est impossible (besoin d'outils, etc.).

Plus précisément, Vëantur et Tarcil ont de quoi assaillir les embaumeurs de questions, de poèmes élégiaques et d'effets de manche, et si cela ne suffit pas, en dernier recours, Tarcil pourrait simuler un malaise pour détourner l'attention.
Pendant ce temps-là, Tobias, Damangol et Thorondîn restent discrets et en retrait. Tellement en retrait que progressivement ils se fondent dans le noir et puis filent vers le tombeau, muni d'un plan approximatif et de reproductions du nom d'Ilmandur en plusieurs langues (et d'une petite lampe à huile ?). Si jamais ils sont interceptés, ils diront avoir voulu se promener... et brûleront le plan.

Cependant, ce plan élaboré dans un boudoir chaud et accueillant semble bien difficile à mettre en œuvre arrivés dans les entrailles de roc glacé...
Vëantur entame son numéro mais ses amis oseront-ils braver les ténèbres millénaires ?
Journalisée
Kynan
Argoulet
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 201


Contradicteur Systématique


« Répondre #47 le: 09Février, 2015, 03:08:05 »

Se tenir en retrzit et se fondre dans le noir, pour Tobias, c'est presque une seconde nature. Quelque chose qu'il fait sans même y réfléchir.

C'est donc au détour d'un couloir inutilisé qu'il attend ses compagnons.
Journalisée

PbF TdM : Tobias Branda (Hobbit)
PbF Space Frontiers : Monfried Fonricht
PbF Ynn Prydden : Bors Njarlsson
PbF TdF : Ser Rickard

ex : Tiamat, Elfirie, Trinités, M+C, EG
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Les Rêveurs
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 474


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #48 le: 09Février, 2015, 10:03:12 »

Tarcil joue le jeu et abreuve le malheureux embaumeur de références, d'anecdotes sur les tertres sur les Hauts des Galgals et de poèmes tous plus abscons les uns que les autres. Il laisse son lige et Thorondin, plus habiles que lui aux manœuvres discrètes, se charger de jouer les pilleurs de tombes.
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 866



« Répondre #49 le: 10Février, 2015, 09:54:50 »

Thorondîn n'a pas pris ses chiens avec lui dans cette équipée douteuse. En revanche, si Damangol n'a pas de barre à mine dans ses outils et s'il n'a pas eu le temps, le métal ou l'atelier pour en forger une, l'Oiseleur s'est rendu en ville pour en acquérir auprès d'un ferronnier. (Non sans avoir sollicité de l'argent auprès de Tarcil, comme sa bourse est vide.)

Sur place, drapé dans son manteau de chasse, Thorondîn a la démarche un peu traînante - la barre de fer dissimulée le long de sa hanche et sous son pourpoint est assez incommode. Du reste, il n'a aucun mal pour paraître assommé par le bavardage de Vëantur et de Tarcil. Il flâne un peu pour se soustraire au verbiage ; s'il est loin d'être aussi discret que Tobias, il  possède une certaine expérience de l'affût et de la dissimulation. Dès qu'un détour ou que l'angle d'un mausolée le lui permet, il s'éclipse et tâche de rejoindre le hobbit.
Journalisée
Léo
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 512



WWW
« Répondre #50 le: 10Février, 2015, 17:13:19 »

Tandis que Vëantur et Tarcil occupent Hendor, les autres dévalent l’escalier pour s’enfoncer dans la partie la plus ancienne de la nécropole, à la lueur d’une lampe à huile. Les informations rassemblées par le marin s’avèrent exactes, et Damangol, Thorondîn et Tobias parviennent rapidement devant la sépulture d’Ilmandur.
Comparée aux stèles et aux vastes mausolées ultérieurs, la tombe du poète est simple et nue. Seuls ornements, un calame croisé avec une épée, et le nom d’Ilmandur gravé sur la dalle funéraire… avec ces vers familiers :

Retrouvez-le, le savoir des anciens
Retrouvez-le, l’art antédiluvien
Retrouvez-le à la Tour du Soleil
Et le Roi trouvera le long sommeil


Après quelques instants de stupéfaction et d'appréhension mêlées, Damangol empoigne son marteau, Thorondîn sa barre à mine, et tous deux se mettent au travail pendant que Tobias surveille les environs. Une soudaine ferveur guide les mains des deux hommes, qui font pivoter la dalle sans effort.
Quelques instants plus tard, ils découvrent le squelette du Fou de Minas Ithil, et surtout un mystérieux écrin. Damangol semble hésiter un instant, puis le forgeron s’incline et ramasse la boîte. Il est temps ensuite de remettre la dalle en place et de repartir…
Grand temps, même : Hendor et ses sbires commencent à s’inquiéter de la disparition des trois cambrioleurs, et Tarcil vient de feindre la pâmoison quand les trois "égarés" resurgissent de l’ombre.

"L’air est un peu vicié ici," dit l’embaumeur, alarmé, "vous devriez peut-être retourner à la surface !"



Une fois quittée la nécropole et regagnée leur résidence, les compagnons ouvrent la boîte. À l’intérieur, ils trouvent d’abord un message écrit par Ilmandur, en pattes de mouches encore plus nerveuses que dans les manuscrits consultés à la bibliothèque :

J’ai caché ici ce qui devait l’être, afin que seuls les Fidèles de l’Arnor mettent la main dessus. Soyez vigilants, protégez ce secret.
Les Lames, entre de mauvaises mains, seraient des armes bien mal employées… L’Ennemi, surtout, ou ses séides, pourraient en faire un usage terrifiant et perverti. Car il n’est pas vaincu, non, le mal n’est pas vaincu, il reviendra dans le nord, il reviendra à Minas Ithil… puis l’Ennemi lui-même reviendra rebâtir la Tour Sombre…
Le temps presse, forgez les Lames !


Dans une enveloppe de vieux cuir sont préservées les pages manquantes du traité de la Guilde des Armuriers :

Qui veut concevoir pareille arme devra d’abord lui-même s’armer de volonté, et peser mûrement son choix car ce savoir est dangereux, comme tout ce qui agit sur le visible et l’invisible, et comme tout art impliquant de puiser dans son Fëa pour enrichir sa création. Les Premiers-Nés y excellent, et peuvent sans effort conférer à leurs œuvres immortalité et beauté. La chose est plus périlleuse pour nous autres mortels, dont l’âme n’est pas liée de la même façon à la substance d’Arda.

Les Lames furent conçues du temps de la grandeur de Númenor, avec le concours, dit-on, des Elfes du Royaume Béni. Depuis, l’Ombre est tombée sur le Pays de l’Étoile, et ce savoir s’est peu à peu perdu, les hommes se détournant des enseignements des Elfes et des Valar, même au sein de la Guilde, minée par la cupidité, l’ambition et la soif de conquêtes en Terre du Milieu. Je le consigne pour ceux qui en auront la nécessité dans les luttes à venir : redoutables contre toutes les créatures de Morgoth, on prétend même que les Lames peuvent causer l’anéantissement d’un non-mort ou d’un spectre, en frappant sa chair éthérée pour rompre les liens impies et rendre l’abomination sensible aux armes ordinaires.
Surtout, les Lames peuvent être dédiées à la destruction d’un ennemi spécifique, dont le nom sera gravé sur une tablette de plomb jointe à l’alliage présenté ci-dessous. Mais gare à ce pouvoir, qui décrète une sentence funeste et prétend lier le destin.

Les Lames d’Ouistrenesse porteront des entrelacs d’un alliage d’or contenant au moins un dixième de Vrai Or, pour annuler la souillure du précieux métal. On laissera cet alliage refroidir dans l’obscurité d’un récipient hermétique pendant un an et un jour, puis on le révélera au soleil d’un jour naissant. On pourra ensuite procéder à l’inscription.


(s’ensuit une description minutieuse de la formule runique, de l’alliage et de la forge des armes… sans plus d’informations sur ce mystérieux Vrai Or)
« Dernière édition: 10Février, 2015, 17:16:45 par Léo » Journalisée

Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 866



« Répondre #51 le: 10Février, 2015, 17:39:01 »

Une fois qu'ils sont loin des oreilles indésirables, Thorondîn lance à Damangol :

"J'espère que ce charabia te sera utile, et qu'il ne s'agit pas d'une farce posthume du Fou de Minas Ithil !"
Journalisée
Marcello
Guidon
*
En ligne En ligne

Messages: 1 321

alias Dougal / Gunther Goldberg


« Répondre #52 le: 11Février, 2015, 21:50:57 »

Vëantur savoure avec plaisir une grande chope de bière, la bouche sèche d'avoir tant parlé, et l'esprit rasséréné d'avoir respecté au mieux le lieu sacré. Il compte bien y retourner pour assister aux obsèques de Sognir, d'ailleurs.
" Mes amis, vous avez été parfaits ! Je regrette seulement de n'avoir pu contempler la tombe d'Ilmandur. "

Le marin lit et relit pensivement la prose du poète - du prophète ? Son évocation de la Tour Sombre le plonge dans une profonde angoisse, tempérée par la réalité qu'il a bien connue de la Veille vigilante du Gondor aux abords du Pays Ténébreux.

Tandis que Damangol étudie avec précision les pages arrachées, il ajoute :
" Dès que possible je reprendrai les recherches dans la bibliothèque à propos de ce vrai-or... Quant à ces pages, que pensez-vous que nous devrions en faire ? Les copier, les replacer dans l'ouvrage, les cacher à nouveau, les détruire ? "
Journalisée
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 866



« Répondre #53 le: 12Février, 2015, 00:29:57 »

"J'ignore ce que peut valoir ce galimatias, répond Thorondîn. Mais au cas où il véhiculerait une réelle sagesse, il vaudrait mieux en faire une copie, non ? Quant à l'original, il serait plus à sa place dans son grimoire d'origine que partout ailleurs - en particulier dans nos affaires. Mais si vous me permettez un conseil, il vaudra mieux replacer ces pages la dernière fois que nous hanterons la bibliothèque. Il serait… malavisé que l'archiviste s'aperçoive que le manuscrit a été complété quand nous serons encore sur place."
Journalisée
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Les Rêveurs
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 474


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #54 le: 12Février, 2015, 13:24:19 »

Tarcil est heureux que cette expédition se soit bien terminée. Après avoir avalé une gorgée de bière il répond à la question :
"J'ai réfléchi à cette question tandis que vous débattiez, et il m'est de toute façon insupportable de faire disparaître toute connaissance. Je suis donc contre la destruction de ces pages. Bien que l'auteur se soit révélé excentrique et prompt à dissimuler son savoir (nous obligeant à nous aventurer dans le ventre de Minas Anor pour le retrouver), il me semblerait imprudent de remettre ces connaissances dans la bibliothèque. Repartir pour un périple dans les souterrains ne me tente guère non plus. A mon sens, il serait profitable d'en faire une copie, mais aussi de garder l'original. Qui sait ? Le sage a peut être dissimulé encore une fois une partie de son savoir "entre les lignes ?" Il m'est arrivé de déchiffrer des manuscrits où le savoir se dissimulait non seulement dans les mots mais aussi dans les lettres, dans leur arrangement, leur forme, etc. Donc faisons une copie, mais gardons l'original bien protégé, au cas où..."
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 866



« Répondre #55 le: 12Février, 2015, 13:36:09 »

Thorondîn affiche un air surpris, mais se garde de formuler toute réflexion.
Journalisée
Kynan
Argoulet
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 201


Contradicteur Systématique


« Répondre #56 le: 12Février, 2015, 15:07:18 »

Tobias ne peut s'empêcher de sussurer :

Garder sur nous des parch'mins aussi anciens et fragiles s'rait plutôt imprudent... Pis encore, les que'ques soucis de propriété que ce royaume pourrait avoir si la chose venait à se savoir. Mon Prince.
Journalisée

PbF TdM : Tobias Branda (Hobbit)
PbF Space Frontiers : Monfried Fonricht
PbF Ynn Prydden : Bors Njarlsson
PbF TdF : Ser Rickard

ex : Tiamat, Elfirie, Trinités, M+C, EG
Marcello
Guidon
*
En ligne En ligne

Messages: 1 321

alias Dougal / Gunther Goldberg


« Répondre #57 le: 14Février, 2015, 19:11:12 »

Vëantur acquiesce à l'idée de copier le document.
" Je conserve toujours sur moi mon journal de bord, dans lequel je consigne souvent mes pensées les plus confidentielles à l'aide d'un code personnel... Je peux donc réaliser une copie qui sera bien protégée.
Et s'il vous sied, Tarcil, vous pourriez faire de même, en usant d'un code différent ?
Quant aux originaux... Il me semble prudent de les garder loin de l'Angmar et de ses espions.
Les laisser à Minas Anor, ou pour le moins au Gondor, semble sage, voire légitime. "


Le Gondorien considère pensivement le manuscrit.
" Le vrai-or... Il nous reste encore à élucider ce mystère.
La réponse se trouve peut-être ici, ou à Osgiliath, ou Minas Ithil, parmi les anciens tomes.
Tant que nous ne quittons pas le Gondor, la question des originaux peut attendre, non ? "
« Dernière édition: 17Février, 2015, 21:46:44 par Marcello » Journalisée
Léo
Modérateur
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 512



WWW
« Répondre #58 le: 17Février, 2015, 16:00:56 »

Les jours passent, l’infortuné Sognir a droit à de splendides funérailles, Tarcil a reçu une réponse de son père qui tance son départ impromptu tout en louant ses efforts diplomatiques, Damangol lit et relit les pages d’outre-tombe, et Vëantur poursuit ses recherches à la bibliothèque, sans trouver aucune information concernant le mystérieux Vrai Or, ni dans les écrits d’Ilmandur ni dans les vieux lapidaires, sinon une note énigmatique dans un des plus vieux traités de la Guilde des Armuriers :

Tout ce qui est or ne brille pas, mais la brillance de l’Or Immaculé, en quenya Malta Alahasta, possède la véritable qualité de Laurë, la lumière dorée. Pur de toute corruption de Morgoth, qui entache la substance même du monde et tout particulièrement l’or commun, on le consacre aux œuvres les plus belles et les plus nobles.



Castamir est revenu passer quelques jours à Minas Anor. Visiblement d’assez mauvaise humeur (il découvre en arrivant que Bauldine a pissé sur un de ses tapis du Harad, ce qui n’arrange rien) il ne manque pas de se plaindre de la lenteur des préparatifs, et de la stupidité de certains à Osgiliath. Il y a cependant du nouveau, et tout ne semble pas aller si lentement :

"Des messages ont été échangés entre nos deux souverains, grâce aux Pierres. L’hiver est rude là-bas, on dirait. Notre aide sera la bienvenue. Le Roi a décidé d’envoyer Ornendil et ses troupes plus tôt que prévu. Ils partiront d’Osgiliath dans deux semaines."
Journalisée

Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 866



« Répondre #59 le: 17Février, 2015, 16:20:06 »

Avec un brin de mauvaise foi, Thorondîn argue que Bauldine est une lice habituée à chasser, et que le long séjour oisif en ville a perturbé la pauvre bête.

En privé, il confie à ses compagnons qu'il serait presque tenté de regagner le Cardolan avec les troupes d'Ornendil.

"Je ne me fais pas d'illusion : chez nous, je ne serai pas très bien reçu, convient-il. Mais enfin je courrai le pays, je pourrai servir d'éclaireur aux troupes du Gondor, et je serai toujours plus utile qu'ici. Je ne suis ni sage ni forgeron, cette histoire de vrai or me dépasse complètement. Si vous voulez mon avis, c'est une affaire d'elfe ou de nain, ou de maître du savoir."
Journalisée
Pages: 1 2 3 [4] 5   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: