Les Salons de la Cour

31Octobre, 2014, 15:47:19
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 ... 15 16 [17] 18 19 ... 23   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Une bonne série pour la soirée...  (Lu 29040 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
SgtPerry
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 566



WWW
« Répondre #240 le: 16Septembre, 2011, 14:04:37 »

Avant les vacances, je me suis regardé la série anglaise Life on Mars. J'ai beaucoup aimé. L'histoire est très bien et les acteurs sont très bons. Assez sympa à suivre en VO même si l'accent mancunien (et les expressions) rend la compréhension parfois délicate. La série comprend deux saisons de 8 épisodes.

L'histoire se déroule de nos jours (en 2005). Sam Tyler est le commissaire principal responsable de la police de Manchester. A la poursuite d'un tueur en série, il est heurté par une voiture et tombe inconscient, la radio de son véhicule diffuse la chanson Life on Mars de David Bowie. Lorsqu'il reprend conscience, il se retrouve dans le Manchester des années 70 (73 pour être précis), la même chanson passe à la radio.

Sam Tyler se retrouve au commissariat dirigé par Gene Hunter, un grand gaillard bourru aux méthodes fort éloignées de celles de 2005. Toute l'histoire tourne autour de ce Manchester des années 70s avec des policiers qui se la jouer Starsky et Hutch. Sam Tyler se demandant s'il a voyagé dans le temps, s'il est mort ou dans le coma. Au fur et à mesure, au gré des enquêtes, l'intrigue se noue et se dénoue jusqu'à la révélation finale.

Ma musique est principalement constituée de morceaux de cette période, Bowie, T. Rex, Roxy Music ou Thin Lizzy. C'est tellement bien que j'ai craqué pour la BO (qui a dit encore)?

Olivier
« Dernière édition: 16Septembre, 2011, 14:09:47 par SgtPerry » Journalisée
PM
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 157



« Répondre #241 le: 16Septembre, 2011, 14:59:00 »

Life on Mars est une petite merveille !
J'ai moins accroché sur la version US, malgré la présence d'Harvey Keitel en Gene Hunt (et pas Hunter scrongneugneu) et idem pour Ashes to Ashes (abandonnées toutes les deux au bout d'une poignée d'épisodes).

A noter qu'on a retrouvé Simm et Glenister (Sam Tyler et Gene Hunt) dans une mini-série nommé Mad Dogs, où une réunion de vieux potes pour les vacances, tourne plutôt mal.

* Une psychologue de la police, qui a étudié le cas Sam Tyler, se fait tirer dessus au cours d'une prise d'otage et reprend conscience au début des années 80, en tant que membre de l'équipe de Gene Hunt, toujours aussi rustre et macho ; les deux autres acolytes sont toujours là mais Sam Tyler s'est fait descendre au cours d'une fusillade suivant un braquage l'année précédente. Suite à ce qui est arrivé à Sam Tyler, elle est persuadée qu'il s'agit d'une illusion, mais a du mal à s'expliquer ce clown blanc qui croise son chemin à intervalle plus ou moins régulier.
« Dernière édition: 16Septembre, 2011, 15:06:55 par PM » Journalisée

"Les cons ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnait."
Léo
Enseigne
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 710



WWW
« Répondre #242 le: 20Septembre, 2011, 17:55:50 »

J'ai récemment découvert Wilfred, une série comique délicieusement cynique, absurde, et totalement déjantée.

Elijah "Frodo" Wood y rachète ses péchés commis contre le Dijhad Rouge en y incarnant Ryan, un jeune homme dépressif, introverti et un peu paumé, dont l'existence va être totalement transformée par... le chien de sa voisine, le fameux Wilfred. Ce dernier est un chien ordinaire pour tout le monde, sauf pour Ryan, qui le voit comme un humain déguisé en chien (incarné par Jason Gann, dans un costume ridicule au possible). De fait, Wilfred n'est pas un chien très commun : obsédé, drogué, voleur, menteur, il devient surtout l'alter ego (le côté refoulé?) de Ryan, qu'il s'échine à fourrer dans des situations impossibles.

C'est l'adaptation US d'une série australienne, du coup je me demandais si quelqu'un connaissait l'original ? car les Américains sont connus pour édulcorer un peu leurs adaptations 

Journalisée

PM
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 157



« Répondre #243 le: 20Septembre, 2011, 19:10:37 »

J'avais essayé d'en voir un ou deux. Je saispas ce qu'il donne dans la version US mais dans la version australienne, le chien est assez trash. Par contre faut supporter l'accent, pas toujours facile à suivre.
Journalisée

"Les cons ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnait."
Kazanoff
Sans Repos
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 816



« Répondre #244 le: 01Novembre, 2011, 11:15:17 »

Quoi de neuf ? The Wire !

Je ne me souviens plus si j'en ai déjà parlé ici ou non, mais cette série mérite plusieurs posts de toute manière 

Je viens de terminer la cinquième et dernière saison, légèrement moins bonne que les autres à mon goût, mais encore largement au dessus de tout ce que j'ai vu récemment. Pour faire bref, tout est bon.

Un élément qui m'a marqué : la violence n'est jamais banalisée, à l'inverse de beaucoup de films ou séries, parce que le réalisme presque documentaire la rend à chaque fois... violente. Il y a une puissance de vérité dans cette série, du jeu des acteurs au scénario, en passant par l'utilisation de la musique.

Et c'est une des rares séries où je ne me sens pas sale comme après une orgie de coca pizza : elle n'est pas putassière et ne joue pas sur notre addiction geek par le biais de cliff-hangers à répétition. Ca avance simplement, avec un rythme qui donne une bonne impression de la vie policière ou de l'éternel retour du même parmi les gangs, sans pour autant être poussif. Par rapport à The Shield par exemple, c'est beaucoup plus consistant.

Détail intéressant, il y a cinq saisons, toutes traitant de policiers de Baltimore dans leur lutte contre le crime, toutes s'attachant aussi à décrire les conditions de vie des habitants de la ville (criminels en particulier), mais chacune se concentre sur un aspect supplémentaire : on a donc 1) les gangs 2) les dockers et les syndicats 3) la politique 4) l'éducation 5) le journalisme. Les thèmes se mélangent habilement pour donner un aperçu de tous les échelons du crime et de sa répression.

Bref, excellent fresque socio-policière qui pose intelligemment (et plaisamment !), sans jamais être moralisatrice, la question des responsabilités et des compromissions de l'échec (ou du succès !) du rêve américain.
Journalisée

So Carter tried to do as others did, and pretended that the common events and emotions of earthly minds were more important than the fantasies of rare and delicate souls.
H.P. Lovecraft, The Silver Key
Kazanoff
Sans Repos
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 816



« Répondre #245 le: 01Novembre, 2011, 11:19:05 »

D'ailleurs, exercice vain mais rigolo, mon top 5 des séries confondues (dans le désordre) :

1) The Wire
2) Rome
3) Game of Thrones
4) How I Met Your Mother (sans doute pas sa place ici, niveau qualité, mais c'est quand même très drôle)
5) Sons of Anarchy
Journalisée

So Carter tried to do as others did, and pretended that the common events and emotions of earthly minds were more important than the fantasies of rare and delicate souls.
H.P. Lovecraft, The Silver Key
SgtPerry
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 566



WWW
« Répondre #246 le: 17Novembre, 2011, 08:56:52 »

Par forcément une série mais un dyptique suédois : Arn - Tempelriddaren, Arn, Chevalier du Temple.

C'est un film suédois de 2007 basé sur la trilogie romanesque de Jan Gillou qui a eu un énorme succès en Suède. C'est l'histoire d'un templier suédois dans le dernier du XIIe siècle et ses aventures en Suède et en Terre Sainte.

Il y a 2-3 ans, j'avais vu quelques passages qui ne m'avaient guère enthousiasmés malgré de beaux (et historiques) costumes. Il y a quelques semaines, un peu par hasard (j'étais à la recherche d'un raccourci que je n'ai jamais trouvé, mais je m'égare),  j'ai commandé la BO composée par un finlandais Tuomas Kantelinen. http://couroberon.com/Salon/index.php?topic=468.msg75102#msg75102

Bref tout ça pour dire qu'il y a une dizaine de jours, alors qu'Arte diffusait un documentaire sur l'ordre Teutonique suivi par un autre sur la 1ère croisade, France 4 diffusait la version TV de Arn, Chevalier du Temple. J'ai donc zappé entre les deux et mon impression sur le film n'a que peu évolué. Les images sont sublimes, les costumes très historiques, mais j'ai du mal avec le jeu de l'acteur principal, Joakim Nätterqvist (que je trouve un poil inexpressif, certains diraient Matt Damonien).

Tout d'abord, je n'ai pas lu les romans donc je ne pourrais pas m'y référer. Le film commence sur la jeunesse d'Arn, son admission dans un monastère Benédictin où l'un des moines, Frère Guilbert (Vincent Pérez) se rend compte de la formidable aisance du jeune garçon avec les armes et décide de lui enseigner ce qu'il connait. Devenu jeune adulte, Arn retourne dans sa famille, sauve son père d'un vil suédois chef d'une puissante famille, un poil maqué avec les Danois (les grands méchants de l'histoire, c'est un film suédois). Bref à peine revenu dans le monde des hommes, Arn se fait plein d'ennemis qui profite que le jeune homme tombe amoureux de Cecilia, la fille d'un noble (et plus si affinités). Les ennemis saisissent l'occasion Arn est sommé de devenir Templier et de partir en Terre sainte (nous sommes dans la deuxième moitié du XIIe siècle et Yûsuf Salâh ad-Dîn montre le bout de son nez), Cecilia est envoyée au couvent. J'arrête là le spoiler mais c'est juste le début du film 20mn).

Ce téléfilm souffre d'un énorme problème, il y a beaucoup trop de choses qui se passent, de personnages qui arrivent et d'informations que tout le monde semble connaitre sauf le spectateur. Le film utilise des courts flashbacks pour tenter de rétablir les choses mais on est un peu perdu dans toutes ses ellipses (si on ne connait pas l'histoire). Mais cela reste intéressant pour l'histoire, l'historicité des costumes et la beauté des paysages (et les scènes de combat qui sont plutôt bien rendus).

Tout cela pour dire, que le vrai problème de ce téléfilm de 2h est que la version originale est en réalité composée de deux films de 1h40. Ayant dans l'intervalle trouvé le double DVD à bon prix, je n'ai pu résisté, je l'ai commandé et aujourd'hui visionné. Le film lève beaucoup de mes critiques. La scène d'intro est franchement superbe et enfin des chevaliers au galop qui utilisent leur lance et leur bouclier (cavaliers du Rohan je pense à vous).



Là ou le téléfilm était bêtement chronologique (et y perdait sa force), ce diptyque nous plonge immédiatement en 1177, en Palestine, là ou Arn, chevalier du Temple est en service et sauve des voyageurs d'une troupe de brigands. Puis on découvre le sort de Cecilia dans son couvent (ces scènes ne sont pas visibles dans le téléfilm). Arn de Gothie puisque c'est son nom de service partage le repas des voyageurs musulmans fort intrigués par sa conduite à leur égard. "Ne tuez point d'homme, car Dieu vous l'a défendu sauf pour une juste cause" échange Arn et les voyageurs dans leurs langues. Le chef des voyageur Yussuf va fraterniser avec Arn donc l'honneur et la dévotion le touche. Là franchement, c'est une superbe introduction, belles images, de la tension, des sentiments forts. Puis nous retournons au début de l'histoire d'Arn dans son village suédois et l'histoire reprend son court chronologique mais avec moult scènes qui éclairent le spectateur (sans rien laisser sous silence). Par exemple quand Arn revient à Jérusalem pour informer que ces frères que Saladin est dans la région, le spectateur pourquoi Arn à cette information (et ne fait comme comme les autres Templiers et les spectateurs de la version courte : tu sais ça d'où, toi?). Si Arn et Saladin s'estiment mutuellement ( on retrouve un peu la relation avec Balian d'Ibelin de Kingdom of Heaven), Arn se voit confier le commandement d'une mission d'interception de l'armée sarrasine (pour l'écraser comme une crêp... galette).  L'amateur des croisades ou de Miles Christi y retrouvera, le grand maître de l'ordre du Temple (1180-1184) Arnaud de Torroge (Torroja - la Tour Rouge ), un seigneur catalan  (http://fr.wikipedia.org/wiki/Arnaud_de_Toroge) et Gérard de Ridefort, un seigneur flamand qui lui succèdera  (1185-1189). http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_de_Ridefort



Le deuxième DVD est consacré à la fin du service d'Arn en Palestine jusqu'à Hattin (1187) ? . Petite parenthèse, les résumés des romans semblent indiquer qu'Arn reste en Terre Sainte jusqu'à la troisième croisade, la capture de St Jean d'Acre et les massacres des prisonniers par Richard Coeur de Lion. Dans le film, Arn est censé avoir terminé son service au Temple et il est libéré par l'ordre (Il faudra que je trouve si ce genre de procédure existait ou si c'est un raccourci, cinématographique.) malgré sa libération, Arn suit l'armée croisée dans le désert et il est laissé pour mort dans la bataille. Mais il est recueilli par Saladin et soigné. Il repart finalement pour sa Suède natale (toujours menacée par les méchants alliés des Danois). Avec son ami norvégien (la version longue raconte leur rencontre), il revient chez lui retrouve Cecilia et peut essayer de reconstruire une vie. Mais les problèmes ne sont pas loin, le Roi Knut (un ami d'Arn qui ce dernier a aidé : merci la version longue) se meurt et la famille des pas gentils alliés des Danois se fait menaçante. Arn reprend les armes pour sauver son pays des traitres et des méchants Danois. La représentation de confrontation initiale est très stylisée et elle m'a beaucoup fait penser à une scène similaire entre Français et Anglais dans le Jeanne d'Arc de Luc Besson.



J'aime bien aussi les boucliers non peints sans armoiries. Ca c'est les méchants, c'est vrai que sur cette image, on se rend pas compte de la couleur rouge. 



Mais c'est plus visible sur d'autres plans de confrontation.



La bataille finale va se jouer et les Suédois ne sont pas favoris...

En définitive, cette version longue (ou plutôt normale) est vraiment très bonne, peut-être pas au niveau d'un Kingdom of Heaven (qui à aussi ses défauts) mais j'ai beaucoup aimé le propos et les images. Si bien que pour quelqu'un qui est comme moi pas mal entouré de XIIe-XIIIe siècles ces derniers temps, c'est parfait (merci aussi à la très bonne bande son). Résultat, je me demande si je ne vais pas finir par faire une extension à ma règle féodale pour les Croisades (la boucle Cry Havocienne serait ainsi bouclée).

Enfin une petite pensée pour les amatrices et amateurs de longues lames du forum avec la reproduction de l'épée (version utilisable)

http://www.movie-object-reproduction.com/PBProduct.asp?ItmID=6871137


Olivier
Journalisée
PM
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 157



« Répondre #247 le: 17Novembre, 2011, 22:37:43 »


Je ne sais pas ce que ça donnera sur la durée (personnellement je l'envisagerais plutôt comme une mini-série, mais je pense que ABC la voit plutôt durer), mais Once Upon a Time est parmi les nouvelles séries de l'année (OK parmi celles auxquelles j'ai jeté un oeil, mais vous ne me ferez pas me fader un procedural ou une série hospitalière) une des plus intéressantes*.
Emma Swan, enquêtrice pour les compagnies d'assurance, voit débarquer chez elle un gamin qui affirme être le fils qu'elle a laissé pour adoption bien des années plus tôt, et qui l'emmène à Storybrooke, petit village du Maine où il vit, en lui affirmant que ses habitants sont en fait tous des personnages de contes de fées.
Après sa défaite face à Blanche-Neige, la Reine a en effet lancé une terrible malédiction pour transporter tout le monde dans un endroit "sans fin heureuse". Sauf que... L'enfant de Blanche-Neige et du Prince a pu échapper à la malédiction. Et cet enfant, dont Rumpelstiltskin (Robert Carlyle) a affirmé qu'il briserait la malédiction, n'est autre qu'Emma (quoi vous ne l'aviez pas deviné ?)
La série a été créée par deux scénaristes qui travaillaient avec Damon Lost Lindeloff, et ça se sent. La question est ont-ils un plan à long terme ou bien vontèils au hasard ? En tous cas, on y retrouve des trucs de la série, en particulier la construction en flashbacks alternant le séjour d'Emma dans Storybrooke et l'histoire de la Reine et de sa malédiction (la rencontre de la Reine et de Malefique/Carabosse vaut son pesant de kitsch).

La bande-annonce
http://www.youtube.com/watch?v=Rga4rp4j5TY

NB : Thème dans l'air du temps ? En tous cas l'autre série supposant que les personnages de contes cohabitent avec nous dans le monde moderne, surveillé par une lignée de Veilleurs/Chasseurs appelés les Grimm, va avoir bien plus de mal à me convaincre sur le long terme, entre le côté cop-show mélangé au monster of the week, d'une part, et d'autre part le héros, qui a à peu près le charisme et la présence du talon de Ben Affleck ou de l'orteil de Matt Damon...

* Même si pour le fun (je ne pense pas que la formule tienne au delà d'une saison), Death Valley reste sur le podium
« Dernière édition: 18Novembre, 2011, 08:41:16 par PM » Journalisée

"Les cons ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnait."
killerklown
Flovermind
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 082



« Répondre #248 le: 18Novembre, 2011, 01:47:27 »

sinon y'a aussi tout plein de fées (ou faes) dans Lost girl, qui est vraiment sympa (surtout sa cosmologie, pasque bon, la succube héroine, elle est quand meme un peu puritaine, un comble !)
Journalisée

La geste de l'arcane XVI :
Un jeu ésotérico-bureaucratique dans les années 70
à lire sur la cour

Univers méditerranéen en construction pour enrober autour de mon bac à sable Oltréé :
http://emporio-caduto.blogspot.de/
PM
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 157



« Répondre #249 le: 18Novembre, 2011, 08:46:28 »

C'était sympa mais AMHA ça souffrait (souffre toujours ? j'ai pas regardé les épisodes de la saison 2) du même problème que la série Dresden Files.

Question de budget et de format télé, cette dernière était très plate comparée aux bouquins. Je sais pas si Lost Girl est une adaptation ou une création originale, mais ça fait un peu pareil. Il y a le côté série policière et vaguement deux-trois minutes où ça décolle un peu fantasy pour tenir le pitch de la série. En dehors de ça, tu remplacerais Vampire par serial-killer et sorcier par chef de gang dans le scénario, tu ne verrais pas la différence.

En y repensant, c'était aussi le cas pour la série (me souvient plus du titre) avec la nana ex-flic-devenue-privée myope comme une taupe et son associé vampire, il y a quelques années.
Journalisée

"Les cons ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnait."
Xaramis
Chambellan
Argoulet
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 454



WWW
« Répondre #250 le: 18Novembre, 2011, 09:18:03 »

Par forcément une série mais un dyptique suédois : Arn - Tempelriddaren, Arn, Chevalier du Temple.
Merci pour cette présentation, qui me donne vraiment envie de mettre la main sur ce double DVD.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
killerklown
Flovermind
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 082



« Répondre #251 le: 18Novembre, 2011, 15:22:22 »

J'ai regardé le premier épisode de Death Valley, et c'est carrément trash... Et très très parodique... Ca me plait !
Journalisée

La geste de l'arcane XVI :
Un jeu ésotérico-bureaucratique dans les années 70
à lire sur la cour

Univers méditerranéen en construction pour enrober autour de mon bac à sable Oltréé :
http://emporio-caduto.blogspot.de/
PM
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 157



« Répondre #252 le: 10Décembre, 2011, 23:35:29 »

Je ne suis vraiment pas amateur de sitcoms US* (en dehors d'une certaine Theory, les dernières sitcoms US que j'avais à peu près suivi impliquait une famille un peu weird avec une main sortant d'une boite et, avant ça, une sorcière vivant en banlieue... et pour celle-là je venais à peine de passer à un age à deux chiffres, donc il y a prescription !).

En revenant d'un cours de management, Todd Dempsey découvre que sa compagnie a procédé à un rightsizing et qu'il va appliquer ce qu'il vient d'apprendre dans le call-center qui a été délocalisé (Outsourced) en Inde.



Expliquer à ses nouveaux employés les "subtilités" et les "finesses" de la culture américaine telle qu'ils vont devoir vendre par téléphone (gants/mains en mousse #1, fausse flaques de sang ou de vomi, trophée truite ou tête de cerf chantantes, nain de jardin pêteur, etc.) va lui demander plus d'efforts que pour se faire à sa nouvelle vie (ce en quoi il ne sera pas vraiment aidé par les deux responsables, américain et australienne, de deux autres call-centers situés dans le même batiment).

A noter que Outsourced n'a PAS recours aux rires enregistrés ! Pour les américains, ce doit être un point négatif, la série a été arrêtée à la fin de le première saison (qui malgré tout propose une conclusion, sort of)

* Donnez moi du Father Ted, New Statesman ou IT Crowd whenever...
« Dernière édition: 13Juin, 2012, 15:35:20 par PM » Journalisée

"Les cons ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnait."
Léo
Enseigne
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 710



WWW
« Répondre #253 le: 08Janvier, 2012, 02:44:40 »

http://christwire.org/2012/01/12-reasons-to-boycott-game-of-thrones-in-2012-2/

 
Journalisée

Findae
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 110



« Répondre #254 le: 09Janvier, 2012, 20:46:28 »


Je ne sais pas ce que ça donnera sur la durée (personnellement je l'envisagerais plutôt comme une mini-série, mais je pense que ABC la voit plutôt durer), mais Once Upon a Time est parmi les nouvelles séries de l'année (OK parmi celles auxquelles j'ai jeté un oeil, mais vous ne me ferez pas me fader un procedural ou une série hospitalière) une des plus intéressantes*.
Emma Swan, enquêtrice pour les compagnies d'assurance, voit débarquer chez elle un gamin qui affirme être le fils qu'elle a laissé pour adoption bien des années plus tôt, et qui l'emmène à Storybrooke, petit village du Maine où il vit, en lui affirmant que ses habitants sont en fait tous des personnages de contes de fées.
Après sa défaite face à Blanche-Neige, la Reine a en effet lancé une terrible malédiction pour transporter tout le monde dans un endroit "sans fin heureuse". Sauf que... L'enfant de Blanche-Neige et du Prince a pu échapper à la malédiction. Et cet enfant, dont Rumpelstiltskin (Robert Carlyle) a affirmé qu'il briserait la malédiction, n'est autre qu'Emma (quoi vous ne l'aviez pas deviné ?)
La série a été créée par deux scénaristes qui travaillaient avec Damon Lost Lindeloff, et ça se sent. La question est ont-ils un plan à long terme ou bien vontèils au hasard ? En tous cas, on y retrouve des trucs de la série, en particulier la construction en flashbacks alternant le séjour d'Emma dans Storybrooke et l'histoire de la Reine et de sa malédiction (la rencontre de la Reine et de Malefique/Carabosse vaut son pesant de kitsch).

La bande-annonce
http://www.youtube.com/watch?v=Rga4rp4j5TY

NB : Thème dans l'air du temps ? En tous cas l'autre série supposant que les personnages de contes cohabitent avec nous dans le monde moderne, surveillé par une lignée de Veilleurs/Chasseurs appelés les Grimm, va avoir bien plus de mal à me convaincre sur le long terme, entre le côté cop-show mélangé au monster of the week, d'une part, et d'autre part le héros, qui a à peu près le charisme et la présence du talon de Ben Affleck ou de l'orteil de Matt Damon...

* Même si pour le fun (je ne pense pas que la formule tienne au delà d'une saison), Death Valley reste sur le podium

Tiens, c'est marrant, je me suis fait à peu près les mêmes réflexions sur ces deux séries.

Autant Once Upon A Time a un petit quelque chose qui me pousse à continuer de regarder (même si c'est un peu poussif), autant Grimm fonce droit dans le mur (et ton expression "monster of the week" cadre complètement !).
Journalisée

That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die.
Pages: 1 ... 15 16 [17] 18 19 ... 23   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: