Les Salons de la Cour

25Août, 2019, 16:36:29
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Volsung : les huskarlar  (Lu 1124 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Modérateur
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 169


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« le: 28Novembre, 2012, 12:56:59 »

La famille d’Askagnos dit « Raudi[1] » eu égard à sa chevelure flamboyante, est originaire de l’est de Volsung. Ses parents se sont ensuite déplacés vers la « capitale » du royaume pour devenir charrons. Vivant non loin d’une route commerciale, le jeune homme est expert pour réparer les chariots  et connait le vocabulaire technique qui va avec. Néanmoins, la véritable passion d’Askagnos c’est l’élevage et la vente de cochons. Pourquoi  dans ce cas être rentré chez les gardes d’élite du roi ? Il y a cinq ans, une armée de lochlannach réussit à franchir la passe de Volsung et attaqua les villages voisins pendant une grande foire. Quand un guerrier hirsute voulut s’en prendre à ses biens, le paisible éleveur se révéla être un farouche guerrier ! Attrapant le bouclier du pillard d’une main, il lui arracha et lui martela le visage avec jusqu’à ce qu’il expire. Puis il sortit son épée et massacra tous ceux qui voulaient lui voler ses cochons ou sa récolte. Devant de tels exploits guerriers, Svart Harald le chef des Huskarlar fut impressionné et lui proposa de rejoindre sa garde. Raudi le regarda, méfiant et demanda ce que ça lui rapporterait ? L’un de ses neveux, alors présent répondit d’un ton exalté :
« La gloire, la renommée immortelle chanté par les scaldes »
Askagnos répondit alors du tac au tac :
« Oué, ben c’est pas la renommée qui va sortir pour aller nourrir les cochons ! »

Arrivant sur ces entrefaites, Friederich partit d’un grand rire et expliqua à Raudi que s’il le servait fidèlement, il serait élevé au rang de Hersir et bénéficierait de généreuses récompenses lui permettant d’acheter et de nourrir un grand nombre de cochons, et même mieux encore, d’avoir des serviteurs pour les nourrir à sa place. Cette promesse alluma une lueur d’intérêt dans les yeux verts du jeune homme qui accepta de rentrer dans la garde personnelle du souverain. On apprit par la suite que l’un de des nombreux oncles (Raudi a de la famille un peu partout en Volsung voire en Pryddein), l’avait entrainé depuis sa tendre enfance au maniement des armes, au cas où ,il aurait a défendre ses bêtes.  L’homme est de taille moyenne, la peau pâle avec une abondante pilosité et si ses camarades apprécient son bon sens, ils ont un peu de mal à comprendre son amour du commerce.  Askagnos est par ailleurs connu pour avoir un frère nommé Björn au caractère difficile (d’aucun disent qu’il est très hamramar). Il apprécie particulièrement de rester au Caer pour monter la garde, et râle copieusement quand on veut l’envoyer en mission. Le temps qu’il passe à ronchonner est généralement proportionnel à la distance qui l’éloignera de son élevage de cochons (bien qu’il n’ait plus le temps de s’en occuper, il a acheté exprès des thrall pour cette tâche et va régulièrement surveiller ses bêtes). Notons que ses protestations augmentent de manière exponentielle quand on l’envoie sur le front de la guerre avec Peithan.

[1] Ce qui veut dire « le rouge ».
« Dernière édition: 26Décembre, 2012, 19:28:24 par Cuchulain » Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Modérateur
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 169


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #1 le: 03Janvier, 2013, 13:09:51 »

On ne saurait évoquer la cour des rois de Volsung sans parler du chef des Huskarlar, Harald Mac Llorcan. L’homme fut d’abord un mercenaire, guerrier itinérant venant d’un clan mineur qui vendit son talent aux armes un peu partout dans Pryddein avant de revenir en Volsung. Il fut repéré par Hjalmar son prédécesseur qui le fit entrer dans la garde du roi pour y faire ses preuves. On lui confia très vite la responsabilité des svinfylkjar1. Après une bataille mémorable où il occis plusieurs dizaines de pillard lochlannach on lui reconnut les qualités nécessaires pour rejoindre la garde d’élite du roi. Six ans après son entrée dans les huskarlar, Hjalmar perdit la vie dans une bataille en Peithan. Friedrich demanda aux guerriers qui ils souhaitaient pour prendre leur tête et ils désignèrent Harald selon la coutume, en martelant le sol de la hampe de leurs lances. Le chef de la garde royale est maintenant d’âge mur, et des fils d’argent viennent éclaircir tant sa barbe que sa longue et sombre chevelure. Bien que toujours massif et imposant, une vie sédentaire et la paix relative dans laquelle vit Volsung depuis plusieurs années, a eu un impact sur sa silhouette. Après une quinzaine d’années passées au service du roi, Harald a hérité de plusieurs surnoms. Le premier est tout simplement « svart2 » Harald, eu égard à sa couleur de cheveux, plutôt rare en Volsung. Certains huskarlar disent aussi que quand leur chef se met en colère, on souhaiterait qu’il fasse sombre pour pouvoir se cacher et échapper à sa fureur légendaire. Le deuxième est Hardradasup 3ce qui est du à son comportement en guerre. Malgré une tendance à s’obstiner et à s’emporter, le prendre pour une brute soupe au lait, serait une grave erreur. Ses conseils sont écoutés avec attention par le roi et avec respect par ses hommes qui l’adorent. Harald a été marié il y’a plusieurs années et a eu trois enfants. Son épouse s’est retirée dans son clan d’origine avec ses enfants, et le chef des gardes d’élite de Volsung la traite parfois de sorcière. Leurs relations sont difficiles et Friedrich n’intervient guère car elle est fille de jarl et il ne souhaite pas se mettre à dos son clan.





[1] Singulier : svinfylkja. Littéralement cela signifie « mufle » ; « museau »  ou encore « tête de sanglier ». C’est le surnom qu’on donne à l’unité de l’armée chargée de rompre le « skjaldborg », ou mur de boucliers. Adoptant une formation en coin, on dit qu’elle vient frapper la formation ennemie, comme un sanglier tentant de déchirer la chair des chasseurs avec ses défenses.
[2] Le mot signifie « noir » ou « sombre ». Encore un mot Boréide passé dans le langage courant en Volsung.
[3] Littéralement « au commandement dur ». On peut le traduire par « sévère », « impitoyable ».
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Modérateur
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 169


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #2 le: 02Mai, 2014, 10:17:04 »

Alexius dit « Thorbjörg », sa mère Sibylla, descend de colons Taenariens installé dans le sud du royaume et  Thorbjörn son père, est d’ascendance boréide. Fidèle à sa tradition, Sybilla décida d’appeler son fils « Alexius ». Mais son  père voulait un nom Boréide ce fut « Thorbjorg ».  Incapables de s’entendre, les deux noms restèrent.  A l’âge de douze ans, il fut enlevé par un tröll qui aurait du le manger, mais qui contre toute attente s’enticha de l’enfant et décida de l’élever comme son fils. C’est avec ce modèle que Thorbjörg finit son éducation, et le moins qu’on puisse dire : c’est que ce ne fut pas le meilleur ! L’homme n’a en effet aucune manière, il mange de manière peu ragoutante, émet des bruits peu plaisants (et les annonce à grand gestes) et a du mal avec la notion de respect des puissants. Pourtant les autres Huskarlar apprécient son côté jovial, sa loyauté en amitié et respectent ses talents de combattants. Petit, trapu, rondouillard, les serviteurs de Volsungard le croise parfois au petit matin, baillant et se grattant son ventre poilu, tandis que ses longs cheveux semblent emmêlés dans sa barbe fournie.  Divers récits courent sur lui, car Alexius montre peu de sensibilité au chaud ou au froid, tandis que sa force et son endurance sont proverbiales. Certains pensent qu’il a du sang de dverg, d’autres disent que le Tröll lui a fait boire de son sang, les derniers font remarquer que le nom de son père n’est pas innocent et que son grand père était un ours qui aurait couché avec une humaine. Thorbjorg se contente de bailler quand on lui pose la question (le plus souvent en se curant le nez) ou de rire aux éclats en flanquant au questionneur une grande tape amicale qui manque de lui déboiter l’épaule. Son image de gros ours gentil doit cependant être nuancée. Lorsque l’heure du combat sonne, l’animal endormi se réveille et devient une tornade hurlante, tandis que sa daneaxe répand des torrents de sang autour de lui.

Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Modérateur
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 169


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #3 le: 02Mai, 2014, 10:17:18 »

Beag est petit, maigre (voire malingre), la peau pale, des cheveux châtains hirsutes et en bataille et ne correspond pas vraiment à l’idée qu’on se fait d’un huskarl. Fils d’honnêtes commerçants vivant sur les bords du fleuve Liffh, un raid des Peithani fit basculer son existence. Sa famille fut emmenée en esclavage et il faillit être sacrifié à une de leurs sombres divinités. Il réussit néanmoins à s’enfuir et vécu dans les collines sacrées pendant cinq ans. Quand il réapparu, il avait  acquis quelques tatouages mystérieux (dont un représentant un écureuil sur sa poitrine) ainsi qu’une grande connaissance des mœurs pictoï et de leurs tactiques de guérilla. Comme le peuple peint, Beag favorise l’attaque surprise et surtout à distance (que ce soit avec un arc, une fronde, une hache ou des javelines). Il sait trouver des plantes pour tout usage (médicinal, culinaire ou encore cosmétique), suivre une piste sur la roche et on peut lui faire confiance pour dénicher (ou construire) un abri dans les pires conditions météorologiques possibles.  C’est aussi un excellent conteur qui dispose d’un répertoire inépuisable d’histoires et un bon chanteur (sa chanson favorite parle du bateau de l’Amour). Notons aussi qu’il parle le boréide, le langage de Peithan, connait la Koiné et un peu de langue bjorningas. Toutes ses capacités sont contrebalancées par son côté… Bizarre ! Par exemple, il aime  à renifler fortement une nourriture qu’il ne connait pas avant de la manger. Il aborde parfois des sujets peu adaptés pendant le repas (excréments, maladies, traitement des ordures), ou fait preuve d’méfiance maladive envers quiconque lui parait louche (généralement toute nouvelle personne mais pas uniquement). Par exemple : Beag s’obstine à penser que la thrall chargée de la cuisine du caer, est une espionne de mèche avec le roi de Peithan. Doué de ses mains pour tailler le bois, il lui est arrivé de recommencer entièrement une statuette qui, selon lui, n’allait pas de pair avec le reste de sa collection. Quand on lui demanda s’il ne poussait le souci de perfection trop loin, le petit homme s’exclama : « Je ne suis pas perfectionniste, je recherche à tout prix la cohérence ! »
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: