Les Salons de la Cour

18Septembre, 2019, 03:38:57
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [Scénario] de file en aiguille  (Lu 1640 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
cccp
Modérateur
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 6 815



WWW
« le: 09Janvier, 2014, 19:42:35 »

De fil en aiguille

Ce scénario est une suite ou un préquelle du chevalier à tête de bouc, un conte moral.
L’action se passe dans le château de Schaffhouse sur le Rhin, où vivent trois femmes : la vieille Atropos, dame Verdandi et la belle Nona. Ce sont respectivement la mère, l’épouse et la fille de Chrysostome.
Il y a longtemps celui-ci a conquit les terres prêt de Schaffhouse et l’a érigé en baronnie dont il a prit le titre de baron. Depuis il s’est désintéressé de cette région. Il a confié la gestion de ses terres à ses femmes et s’en est allé. Les terres dans lesquelles elles vivent sont plutôt calmes et paisibles, elles n’ont pas de problèmes pour faire régner l’ordre et la justice. Pour les choses martiales, elles peuvent se reposer sur leur grand fauconnier : Arnold de Nywadl.

Les Hommes
Tout ce passait pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu’à l’arrivée de Furst l’ancien. Furst est un vieux soldat. Après une vie à courir les champs de bataille, il a décidé de retourner dans les terres de son enfance : à Altdorf. Sur le chemin du retour, il passe par Schaffhouse, où il voit Nona. Depuis, il la désire violemment. Il voudrait en faire son bâton de vieillesse. Malheureusement, son aspect de vieux soldat n’est guère engageant : Il est chauve et a le visage crevassé de rides et de cicatrices. Ses tentatives de séduire la belle se révèlent infructueuses. Mais Furst n’est pas homme à renoncer. De retour à Altdorf, il repense sa stratégie, se renseigne sur sa belle, ses terres, son protecteur. Il entrevoit la possibilité d’arriver à ses fins par la force plutôt que par la douceur. Il se met à la recherche de quelques alliés capable de mettre le siège autour de Schaffhouse.
Il trouve facilement de l’aide auprès d’un ambitieux voisin : Stauffacher
de Schwytz. Ils ont plus de mal à convaincre le troisième conjuré : Arnold de Nywadl. Celui-ci ne rêve que de liberté. Ils lui propose de transformer son fief en alleu contre sa neutralité à défaut de son assistance. celui-ci accepte du bout des lèvres.
Ainsi ils prêtent serment de “libérer” leurs terres contre :
ses propres terres et sa liberté pour Arnold
la belle Nona pour Furst l’ancien
Schaffhouse pour Stauffacher
Verdandi pou le jeune Werner, champion et neveu de Stauffacher.

Quand les conjurés mettent le siège à Schaffhouse, Nona s’enfuit pour chercher du secours. Ne trouvant pas son champion Arnold de Nywadl, elle en cherche ailleurs : auprès des héros. Gageons que ceux-ci lui apportent leur soutient.

Les Femmes
Schaffhouse se situe dans les Alpes, où le cours du Rhin est déjà puissant à cette période de l‘année.

À quelques encablures d’une cascade vertigineuse. Sur une île au milieu du fleuve se dresse un château, enfin plus exactement un manoir. En effet, si celui-ci dispose d’un pigeonnier qui peut servir de tour de guet, il n’a pas de murailles. Ses fenêtres ne sont pas des meurtrières, mais des fenêtres dotés de volets. À cause de la cascade, les lieux sont toujours entourés d’une légère brume.
Quand il fait beau, cela donne un magnifique arc-en-ciel, mais dès que le ciel se couvre, l’île semble perdue dans une mer de brouillard.
Deux bacs permettent de passer cette île à chacune des deux rives. Ces bacs sont reliés chacun à une corde qui va d’un mat sur la rive à un autre mat sur l’île. Ces derniers peuvent être descendu ce qui fait que la corde est entièrement sous l’eau rendant l’utilisation du bac, et donc la traversée, impossible. Actuellement, les deux mats sont abaissés, rendant l’île inaccessible.
S’il n’y a pas d’autre moyen connu de traverse le Rhin dans la région, en disposant du talent chasse, il est possible de trouver un gué après la cascade, à condition de disposer du talent chasse et d’y consacrer du temps. Arnold et Werner l’ont trouvé.

Trois femmes la vieille Atropos, Verdandi et la belle Nona vivent dans ce château et dirigent les terres alentours au nom de leur fils, époux et père : Chrysostome.
Elles tendent un filet au travers du Rhin, Mais le courant étant violent, régulièrement elle défont ce filet pour le refaire afin de passent leurs journées à filer un filet qu’elles tendent sur le Rhin. Le courant étant très fort, elles doivent régulièrement refaire ce filet.

Les héros arrivent par la rive gauche. Une petite troupe d’hommes en armes, dirigés par Stauffacher se tient au niveau de l’embarcadère. Le jeune Werner et le reste des troupes et dirigé par Furst se tiennent sur la rive droite.

Quand les héros arrivent Stauffacher passe immédiatement à l’attaque et il est probable que cette décision lui soit fatale. Après leur victoire, Atropos dresse le mat et les héros accompagnés de Nona peuvent venir sur l’île où ils pourront commencer à organiser la résistance.

Triangles amoureux
Stauffacher mort, aucun des conjurés ne veut plus de Schaffhouse. Mais ce n’en est pas fini pour autant.
Furst l’ancien désire toujours la belle Nona. Pendant que celle-ci était parti chercher des renforts, il a conçu une carrobaliste, une arbalète géante fixée sur un chariot, une bricole, une fronde géante permettant de projeter des pierres de la taille de la tête d’un enfant à une portée légèrement inférieure à celle d’un arc et une baliste, une arbalète géante permettant de lancer des cailloux plus petit que le point.

Le jeune Werner n’a ni l’envie, ni la légitimité, ni les moyens de remplacer son oncle. Mais il aime Verdandi. Enfin, aimer n’est pas vraiment le mot. Quand il voit ses formes accomplies, il n’a plus qu’une envie se réfugier entre ses seins et s’y blottir

De son côté Arnold de Nywadl aime sa liberté, mais maintenant qu’il a abandonné son rôle de champion, il lui est difficile de faire machine arrière.

Les conjurés ne lèvent donc pas le siège.

De leur cotés, les femmes ne sont pas en reste. En effet, Nona aime Le jeune Werner. Mais la relation la plus compliquée est celle entre Verdandi et Arnold de Nywadl. S’il est indiscutable qu’ils sont amant et que Verdandi aime Arnold, la position d’Arnold est plus compliquée. Il ne veut pas s’engager.

La nuit
Le soir de l’arrivée des héros, la brume se lève, rendant les déplacements sur l’île hasardeux. Furst profite du manque de visibilité pour positionner ses machines de siège.
Maintenant que Stauffacher est mort, Verdandi pense qu’il n’y a plus rien à craindre. Elle rejoint son amant et lui propose de capturer Schaffhouse. Arnold refuse. Il ne veut toujours pas prendre parti. Verdandi laisse le bac accessible et tend le filet afin de lui permettre de prendre l’île s’il revient sur sa décision.

Le jeune Werner et ses hommes sont passés, à gué, sur la rive gauche du Rhin, pour remplacer les troupes de Stauffacher. À l’aube il remarque que le bac est accessible. Il prévient Furst pour lancer l’attaque au lever du jour

L’attaque
L’ordre des choses ensuite dépend énormément de ce que les
Le jeune Werner lance ses troupes à l’assaut, en passant par le bac et le filet tendu par Dame Verdandi.
La vieille Atropos est la première à réagir et tranche le câble du bac, ses occupants sont emportés par les eaux du Rhin et sont précipités dans la cascade où ils se rompent les os. Werner s’accroche au filet. Alors qu’Atropos s’apprête à trancher le fil qui maintient Werner, Nona la frappe. Elle ne veut pas que son bien-aimé meurt.

Pendant ce temps, Furst “couvre” son allié. De l’autre coté de la rive, il commence à tirer avec ses armes. La bricole se révèle assez inefficace : elle n’est pas à portée et n’arrive pas à atteindre la moindre cible sur l’île. Mais pour ne pas rester inutile, elle est chargée avec du gravier, certains cailloux atteigne l’île et forment une pluie de pierres, aussi inoffensive que désagréable. Si les pierres de la baliste atteignent l’île. Elle ne sont pas assez puissante pour détruire des constructions solides, cela ne l’empêche pas d’endommager le pigeonnier et ou de menacer les défenseurs.
La carrobaliste est redoutable, surtout quand elle maniée par un homme d’expérience : Furst.
Laissons les héros se tirer eux-mêmes de ce guêpier. S’ils s’en tirent trop bien, cela pousse Arnold à sortir de sa “neutralité” et se joindre à ses conjurés. Verdandi et Nona ferons leur possible pour gêner les héros s’ils menacent leurs bien-aimés. Les héros risque de se retrouver un peut perdus à se demander ce qu’ils font ici.
Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
cccp
Modérateur
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 6 815



WWW
« Répondre #1 le: 09Janvier, 2014, 19:47:44 »

Bon pendant que je rédige les différents protagonistes, saurez vous déceler de quel mythe et de quelle légende traite ce scénario ?
Et arriverez vous à discerner le clin d'oeil à un jeu qui m'a beaucoup marqué.
Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
cccp
Modérateur
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 6 815



WWW
« Répondre #2 le: 14Janvier, 2014, 19:07:10 »

Profils
La vieille Atropos
Atropos est une très vieille femme. Elle porte de très longs cheveux blancs, pas ou mal peignés. Elle est habituellement vêtue d’une longue robe noire, très sobre. Elle passe l’essentiel de ses journées dehors, assise immobile sur une chaise, un scramasaxe sur les genoux. Elle prend le soleil et surveille les activité des conjurés. Elle trouve inadmissible de laisser les terres de son fils Chrysostome : Schaffhouse à des “vauriens” ou à qui que ce soit. Elle ne connaît pas pas les sentiments de sa bru et de sa petite fille et ça ne l’intéresse pas.
C’est elle qui commande à Schaffhouse, mais son âge la handicape beaucoup, elle ne peut quitter l’île sans aide.

Vieux 5, Sorcier 4, Famille 1
Blason : Huh?
adresse 4, endurance 1, force 5, sagesse 8, ruse 7
autorité, confort, écriture, fourberie, héraldique, hoplomachie, nigromance, rhétorique, richesse, tactique
honneur 3, loyauté 3, bravoure 3, amour (famille) 2, magnanimité 2, amour (savoir, patrie) 1

Dame Verdandi, baronne de Schaffhouse
Dame Verdandi est une femme d’âge mûr, aux longs cheveux châtain, peignés en deux fines tresses sur les tempes qui se rejoignent dans le dos. Les années ont plus marquées sa silhouette que ses traits. Elle a gagné en rondeurs et en générosité. Elle a des joues rondes, un ventre rond et généreux, des cuisses et des fesses généreuses. Mais ce qu’elle a de plus généreux, c’est son énorme poitrine. Celle-ci est tellement volumineuse qu’elle modifie les lois de l’attraction, quiconque passe à ses côtés a du mal à détacher son regarde de ces seins. rares sont ceux capables de dire de quelle couleur sont ses yeux, tellement il est difficile de se concentrer sur son regard. Ses tétions arrivent à poindre à travers une belle robe de velours rouge aux fils d’or.

Dame Verdandi est l’épouse de Chrysostome, enfin sa seconde épouse. Elle ne le sait pas mais son époux est bigame. Son époux ne lui manque pas. Il est parti depuis longtemps et elle a compris qu’il ne reviendrait pas. Elle ne s’est pas enfermée dans la posture de la femme délaissée, mais s’est occupée de sa fille et de ses terres. Elle a du trouver un champion pour la remplacer dans les choses de la guerre. Elle l’a trouvé en la personne d’Arnold de Nywald, son grand fauconnier et vassal, dont elle est devenue l’amante. Son statut de femme mariée, bien qu’abandonnée, ne lui permet pas d’officialiser ni de concrétiser cette relation.
Elle connaît les sentiments de Nona et elle pense qu’elles ont plus à perdre dans une victoire totale que dans une demi défaite.

Famille 4, Sacrée 4, Juge 2
Blason : d'or, au bélier saillant de sable, lampassé de gueules, couronné, onglé, accorné et vilené du champ. (armes de Schaffhouse)
adresse 6, endurance 4, force 1, sagesse 7, ruse 7
charme, confort, écriture, éloquence, héraldique, navigation, nigromance, rhétorique, soins
- Talent extraordinaire
amour (Arnold de Nywadl) 3, magnanimité 3, honneur 3, loyauté 2, foi 2, amour (patrie, famille) 1, bravoure 0

la belle Nona
Nona ressemble à sa mère, Dame Verdandi. Ou du moins elle ressemblerait à sa mère si celle-ci n’avait pas prit de poids. Autant la mère est plantureuse, autant la fille est svelte. Elle a les mêmes longs cheveux châtain, peignés de la même manières. Il n’est pas facile de déterminer la couleur de ses yeux. En effet, elle est timide et garde souvent la tête baissée et il est difficile de croiser son regard. c’est dommage car elle possède de jolis yeux noisette.
Quand elle arrive à la cours des héros, elle porte une tunique de lin déchirée.
Nona est une fille timide. Elle est paniquée par cette guerre dont elle ne comprend pas les enjeux. Sa grand-mère, Atropos, l’intimide. Son bien-aimé, le jeune Werner, l’impressionne : il est si beau, si fort, si courageux ; elle n’ose lui avouer ses sentiments. Arnold l’inquiète, elle a du mal à savoir ce qu’il pense et elle a peur qu’il lui vole sa mère. Ironiquement, elle est totalement indifférente au plus menaçant de ses assaillant : Furst. Elle n’a pas prêté attention aux avances totalement ridicules de ce soldat beaucoup trop vieux.

Jeune 4, Sacré 4, Famille 2
Blason identique à celui de sa mère : d'or, au bélier saillant de sable, lampassé de gueules, couronné, onglé, accorné et vilené du champ.
adresse 9, endurance 4, force 2, sagesse 4, ruse 5
confort, charme, lutte, navigation, nigromance, poésie, rhétorique, soins,
une magnifique haquenée blanche docile et au pas sur (donne chasse et équitation)
amour (le jeune Werner) 4, magnanimité 3, amour (famille) 2, foi 2, bravoure 1, fougue 1, amour (vie, patrie) 1, loyauté 0

Stauffacher bailli de Schwytz
Que dire du bailli Stauffacher ? Jeune, beau, ambitieux, audacieux et stupide, il ne fait pas long feu dans ce scénario. Sitôt croisé, il meurt sous les coups des héros. Il a bu les paroles de Furst et a cru que la conquête de Schaffhouse serait facile. Il n’avait pas tord. Il a cru qu’Arnold de Nywadl ne s’opposerait pas à lui. Il n’avait pas tord. Il a cru que les quelques secours qu’il pourrait rencontrer ne ferait pas le poids. Il s’est trompé et dans son cas, le tord tue.
Sic transit gloria mundi.
Jeune 5, Armée 3, Roi 2
Blason : de gueules, à la croisette d'argent, au franc-quartier sénestre.
adresse 5, endurance 5, force 6, ruse 4, sagesse 2
archerie, autorité, charme, fourberie, hoplomachie, lutte, poésie, richesse, tactique
amour (famille) 4, amour (vie) 3, bravoure 2, fougue 2, magnanimité 1, loyauté 1, honneur 1, amour (patrie) 1

Le jeune Werner
Werner est jeune beau, blond de cheveux. Il est grand et svelte, il a les épaules larges et les haches étroites. Un léger duvet couvre ses joues.
Quelques heures avant que les héros ne terrassent son oncle, il était tellement vaillant que celui-ci l’attachait avant le combat. Il sautait d’un pied sur l’autre, se frappais la tête et se contorsionnait afin de mordre son propre bouclier. Depuis la mort de son oncle Stauffacher, il n’a plus le rôle de champion à tenir, mais celui de chef de guerre. Il ne combat plus nu, mais vêt désormais un haubert, chevauchant un destrier blanc et portant épée et écu. Il est toujours impulsif, violent et saut. La seule personne capable de le calmer est dame Verdandi. Elle le fascine et, en sa présence, il devient petit enfant et cherche à se blottir dans son giron. Il est trop bête pour s’apercevoir des sentiments que lui porte Nona.
Cheval 5, Jeune 5
Blason : tranché d'argent et de sinople, à deux lions léopardés d'or, armés, lampassés et vilenés de gueules, posés dans le sens du tranché.
adresse 9, endurance 7, force 7, sagesse 1, ruse 2
charme, chasse, cosmopolitisme, équitation, fourberie, hoplomachie, lutte, poésie
fougue 4, bravoure 3, amour (Verdandi) 3, amour (famille) 2, amour (chevaux, patrie, vie) 1, magnanimité 1, loyauté 0

Le grand fauconnier Arnold de Nywadl
Arnold est le seul conjuré à être un vassal de Schaffouse, les autres sont des voisins. C’est bel homme, brun, au visage sévère et à la barbe courte bien taillée. Il chevauche un genêt alezan (d’une robe brun-rouge). Il est seigneur de Nywadl et grand fauconnier de Schaffouse. Le titre est plus honorifique qu’effectif Verdandi ne possède qu’un épervier. Quand Chrysostome a quitté Schaffouse, il a bien fallu trouver quelqu’un pour le remplacer comme champion. En tant qu’homme, il a plut à sa suzeraine et il ne refusa pas ses avances. Certains pourraient dire qu’il était un homme comblé : une maîtresse belle et amoureuse, un poste prestigieux, une charge pas trop prenante. Mais personne, pas même lui s’est demandé ce qu’il voulait vraiment. Cette relation l’étouffe et quand on lui propose de le libérer en échange de rien : de sa non-intervention, Arnold ne refuse pas. Il passe l’ensemble de ce scénario à observer et à tergiverser. À aucun moment, il ne choisit entre son serment envers les conjuré et son serment envers sa suzeraine. À aucun moment, il ne trahit son serment : il n’intervient pas contre les conjurés, mais il n’intevient pas contre sa suzeraine.
Il ne revêt pas ses habit de guerre et reste en tenue de chasse avec un scramasax et une épée au coté.
Juge 5, Veneur 4, Jeune 1
Blason : de gueules, à la clé d'argent, au double panneton, posée en pal.
adresse 6, endurance 5, force 4, sagesse 4, ruse 6
archerie, autorité, charme, chasse, écriture, éloquence, équitation, héraldique, hoplomachie, rhétorique
amour (chasse) 4, loyauté 3, bravoure 2, honneur 2, amour (famille) 2, amour (chevaux, patrie) 1, magnanimité 0

Furst l’ancien
Furst est un vieux soldat au le visage sec. Il n’a plus de cheveux et il porte une barbe gris afin de cacher une partie des nombreuses taches de vieilles et crevasses, rides ou cicatrices. Il a parcouru le monde servant de soldat pour Rome ou pour Etzel. Il est fatigué et rentre dans le village de son enfance : Altdorf. Il compte s’y retirer et y couler des jours tranquille entouré des enfants qu’il compte avoir. Mais pour cela, il lui faut un “bâton de vieillesse”, une femme capable de s’occuper de lui et de lui faire de beaux enfants. Il a trouvé cette femme : Nona. Elle ne veut pas. Qu’à cela ne tienne. Il a décidé qu’il l’aura. Il est têtu et après une vie de renoncements, il a renoncé à renoncer. Il la veut, il l’aura. Dut-il mettre Schaffhouse à feu et à sang. Il a convaincu Stauffacher de l’accompagner dans cette aventure. À sa mort, il le remplace à la tête du reste de ses troupes. C’est un vétéran efficace.
Il porte un harnois, sur lequels son fixés divers armes d’appoints : plusieurs dagues, un marteau de Lucerne, un fléau. Il combat avec une zweilhander, une épée plus grande que lui. Il chevauche un destrier noir.
Armée 5, Vieux 4, Artisan 1
Blason : parti d’or à l’aigle de sable armé et langué de gueule et de gueule à deux barres d’argent..
adresse 6, endurance 2, force 6, sagesse 5, ruse 6
archerie, autorité, écriture, équitation, forge, héraldique, hoplomachie, lutte, rhétorique, tactique
bravoure 3, loyauté 2, fougue 2, amour (vie, famille) 2, honneur 1, magnanimité 1, amour (patrie, or) 1
Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
cccp
Modérateur
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 6 815



WWW
« Répondre #3 le: 14Janvier, 2014, 19:13:25 »

Hop et répondont à la question précédente.

Ce scénario s’inspire des Parques romaines, des Normes germaniques et des Moires grecques : trois déesses qui filent le destin des hommes, et des dieux, et coupe le fil du destin quand un homme meurt.

Il reprend aussi le serment de Grutli, un des mythes de la fondation de la Suisse.

Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: