Les Salons de la Cour

19Octobre, 2019, 07:32:54
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [Gamme] Retour sur Te Deum pour un massacre  (Lu 3182 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
cccp
TDCA
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 6 876



WWW
« le: 29Décembre, 2013, 14:15:47 »

Hier, j'ai eu le plaisir de me replonger dans Te Deum pour un massacre.
Cela faisait longtemps que je n'avais pas à joué ni fait joueur à ce jeu dont j'apprécie l'élégance.

J'ai fais jouer le rimailleur ferraille.
J'ai trouvé qu'il y avait trop de PNJ ce qui nuit à l'intrigue.
Ces PNJ sont soignés, ils apportent des illustrations de comment des gens peuvent se positionner par rapport à la reforme. S'ils peuvent aider le MJ à trouver des nuances, ces PNJ n'interviennent en rien dans l'intrigue et comme ils n'ont rien à faire, il est difficile de leur donner vie, s'ils n'ont pas de raison d'être de mouvement initiaux.


« Dernière édition: 13Juin, 2016, 13:04:48 par Xaramis » Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
El Nando
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 893


« Répondre #1 le: 29Décembre, 2013, 16:12:07 »

Je n'ai ni lu ni joué ce scénario, mais si je peux me permettre (sans vouloir troller, je trouve la question intéressante): en général, je préfère "trop" de PNJs que "pas assez".

Plus de possibilités de roleplay, de "fausses pistes", de "quêtes secondaires", ou à l'inverse de possibilités de "remettre sur la bonne piste" des joueurs qui s'égarent...

Sans compter que ça donne de la profondeur: contexte, relations sociales (ce qui semble réussi dans ce cas-là, d'après ton message)...

Que ce soit en bouquin, film, JdR, etc... j'aime les personnages secondaires "qui ne servent à rien". Tiens, par exemple, Tom Bombadil...



Journalisée
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 241



WWW
« Répondre #2 le: 11Janvier, 2014, 23:26:12 »

A mes yeux, ce genre de scénario est un peu comme un roman d'Arturo Pérez-Reverte de la série du Capitaine Alatriste :
- si on les ramène au seul squelette de l'intrigue, ces romans peuvent paraître "légers" ;
- les digressions poético-littéraires dans les pas de Quevedo ou de Lope de Vega apporte une couleur particulière, la saveur de cette Espagne du Siècle d'or ;
- les personnages secondaires, qui n'ont pas de rôle particulier dans l'intrigue principale, permettent au lecteur de ne pas être obnubilé par l'intrigue centrale, éventuellement un peu faible, et de prendre le temps de déambuler dans cet univers.

Je prends ce Rimailleur ferraillé un peu de cette manière :
- oui, il y a une intrigue principale, qui pourrait se passer de certains de ces PNJ, pour faire jouer une partie plus tendue, plus resserrée sur l'intrigue principale ;
- mais on peut aussi prendre cette intrigue comme un prétexte pour faire découvrir aux joueurs, plus qu'aux seuls PJ, ce nuancier des positions entre catholicisme et réforme.

Cette deuxième façon de le voir (l'intrigue prétexte à une découverte) présente des risques : les joueurs peuvent être pris d'ennui si ces digressions ne les emballent pas, ou si elles se font trop artificielles, comme dans ces "romans policiers historiques" où l'auteur déverse sa science historique mais n'écrit pas un "vrai polar".

J'estime donc que c'est au MJ de trouver, dans cette géométrie variable du scénario, la bonne forme pour l'aventure qui leur conviendra à tous, à lui comme à ses joueurs, suivant qu'ils seront réceptifs à la digression ou préoccupés du cœur de l'intrigue.

Et puis tu peux toujours ramener ces PNJ secondaires dans d'autres aventures à venir, où ils pourront continuer à distiller ce nuancier, sans que cela soit trop pesant (alors que ça pourrait l'être si tu essayais de tout caser en une seule aventure).
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Les Rêveurs
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 188


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #3 le: 20Octobre, 2014, 00:08:52 »

J'ai fait jouer "Le duc est dans de beaux draps" version Boutefeu (qui apporte un grooooos plus par rapport à la version online). On s'est beaucoup amusé. Les PJ ont étés inventifs et on réussi le scénario avec brio... Bon et avec deux morts aussi ! Un coup critique à la pioche qui arrache le bras du 1er perso de LS surnommé "la Guigne" (un nom mérité) et un coup de pistolet qui fait une blessure abominable à la tête à son 2e perso alors qu'il faisait le kakou sur le toit d'une maison marchande gardée par des spadassins vindicatifs... 

Y'a pas à dire : les combats à Te Deum ça fait mal !! 
« Dernière édition: 20Octobre, 2014, 00:12:24 par Cuchulain » Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Contrepointe
TDCA
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 673



« Répondre #4 le: 23Octobre, 2014, 16:37:20 »

Ah ça, c'est bien vrai, mon bon monsieur: dès qu'il n'y a plus un sort de soin qui traîne, on perd la vision romantique du combat - voire la vision tout court d'ailleurs...
Journalisée
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Les Rêveurs
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 188


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #5 le: 23Octobre, 2014, 17:17:00 »

Ah ça, c'est bien vrai, mon bon monsieur: dès qu'il n'y a plus un sort de soin qui traîne, on perd la vision romantique du combat - voire la vision tout court d'ailleurs...

Même sans sort de soin il est des jeux qui sont plus "sympas" en termes de combat.  Mais c'est un parti pris que j'aime avec TD.
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Ohtar Celebrin
PBM TdM : Damangol / PBM YP : Phoïbos-Angfrid
Les Rêveurs
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 508



WWW
« Répondre #6 le: 23Octobre, 2014, 18:51:39 »

Je trouve que c'est d'autant plus motivant en fait... pour peu bien sûr que le MJ favorise les initiatives alternatives des PJs.

Se dire que le personnage risque vraiment d'avaler sa fiche perso au moindre coup de surin mal placé donne une certaine saveur au jeu et nuance un peu les enjeux.

Venir en aide à la première belle-e- détresse venue, c'est bien, être entier à la fin du scénar c'est mieux !
Journalisée

Râler moins
Rôler plus !
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Les Rêveurs
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 188


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #7 le: 23Octobre, 2014, 19:54:34 »

Je trouve que c'est d'autant plus motivant en fait... pour peu bien sûr que le MJ favorise les initiatives alternatives des PJs.

Se dire que le personnage risque vraiment d'avaler sa fiche perso au moindre coup de surin mal placé donne une certaine saveur au jeu et nuance un peu les enjeux.

Venir en aide à la première belle-e- détresse venue, c'est bien, être entier à la fin du scénar c'est mieux !

Tout à fait, c'est un autre niveau et ce cher LS l'a appris à ses dépends (bien que sa mort ait servi de diversion utile pour Issia qui a pu s'échapper avec le mcguffin).
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 241



WWW
« Répondre #8 le: 22Décembre, 2014, 22:15:29 »

Y'a pas à dire : les combats à Te Deum ça fait mal !! 
Surtout pour ceux qui pensent qu'il faut y aller "à la loyale" !

A mes yeux, la "létalité" des combats a deux effets sur le jeu :
- il faut mobiliser autant que possible la tête avant de faire jouer les lames. Même si le combat est inévitable, il faut jouer tous les atouts qui permettent de prendre l'ascendant sur l'adversaire, surtout si ce n'est pas une affaire entre gentilshommes respectueux de convenances de combat ;
- parce qu'ils sont potentiellement mortels, les combats prennent une valeur tout particulière et ne constituent pas forcément une "scène pour passer le temps ou relancer l'action".
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Les Rêveurs
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 188


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #9 le: 30Décembre, 2014, 16:06:46 »

Y'a pas à dire : les combats à Te Deum ça fait mal !! 
Surtout pour ceux qui pensent qu'il faut y aller "à la loyale" !

A mes yeux, la "létalité" des combats a deux effets sur le jeu :
- il faut mobiliser autant que possible la tête avant de faire jouer les lames. Même si le combat est inévitable, il faut jouer tous les atouts qui permettent de prendre l'ascendant sur l'adversaire, surtout si ce n'est pas une affaire entre gentilshommes respectueux de convenances de combat ;
- parce qu'ils sont potentiellement mortels, les combats prennent une valeur tout particulière et ne constituent pas forcément une "scène pour passer le temps ou relancer l'action".

Comme je le disais : j'apprécie grandement cette ambiance propre à TD qui nécessite de ne pas se précipiter et de peser le pour et le contre avant de combattre. Ce serait très adapté à Capitan Alatriste tiens au passage (tu n'avais pas écrit un scénario pour Alatriste ou je rêve ?)
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Mark Twang
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 18



« Répondre #10 le: 07Juillet, 2018, 09:16:59 »

Par contre, lorsque le scénario se termine par une escarmouche obligatoire, comme dans le Rimailleur ferraillé, alors qu'on n'a pas terminé la campagne, c'est tendu.
Journalisée
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 241



WWW
« Répondre #11 le: 07Juillet, 2018, 11:48:46 »

Je crois que cette "tension" fait partie des caractéristiques de l'ambiance de Te Deum dans des combats moins "hollywoodiens" que dans d'autres JdR de cape et d'épée.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Contrepointe
TDCA
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 673



« Répondre #12 le: 08Juillet, 2018, 11:27:28 »

Pour rebondir sur ce que disait Xaramis, je crois que le MJ a intérêt à prévenir les  joueurs au sujet de la létalité des combats, que les PJ fassent leurs premiers pas dans un univers historique dans lequel la médecine a des effets limités ou qu'ils aient eu une expérience avec un autre jeu "hollywoodien", moins "tendu".
Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: