Les Salons de la Cour

12Août, 2020, 16:07:26
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1] 2   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: La complainte du vieil arbre (ébauche de scénario TDM)  (Lu 7870 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
El Nando
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 893


« le: 08Mai, 2013, 22:09:08 »

(Edit: version mise au propre du scénario dans le dernier post de ce fil, l'ancienne version est conservée ici pour archive).


Ce que les PJs ignorent (pour l'instant)

Année 3004 TA : un des seconds couteaux du Mordor (Xande) a monté le coup de sa carrière. Avec l'aide d'un espion oriental (Rhaw) et d'un Elfe manipulé (Iorn), il compte s'emparer d'une citadelle abandonnée mais stratégiquement intéressante (les Jardins Suspendus), et au passage saper l'entente précaire entre les Peuples Libres .

Des Nains en pèlerinage, avec qui Iorn a un vieux compte à régler, vont faire route depuis les Monts de Fer jusqu'aux Jardins Suspendus. Rhaw s'est fait recruter pour organiser l'escorte. En vue de tendre un guet-apens aux pèlerins, Iorn, Xande et ses sous-fifres ont prévu de se retrouver aux Jardins Suspendus.

Peu avant le déclenchement du plan, les ultimes mises au point ont eu lieu au nord d'Ithilien au cours de deux rendez-vous successifs : Rhaw confirmant à Xande départ et itinéraire de la caravane, celui-ci informant ensuite Iorn au cours d'une seconde entrevue (l'agent du Mordor prenant soin de cloisonner ses réseaux). Ordre fut enfin donné aux Gobelins de faire route, par petits groupes dispersés, vers le lieu de l'embuscade au nord du Rohan.

Mais l'oriental, agent-double, informa aussi les franc-tireurs d'Ithilien . S'ensuivirent plusieurs embuscades dont peu de Gobelins réchappèrent. Par contre aucune trace de Xande ni Iorn, et pour cause : ce dernier est infiltré depuis longtemps au sein des franc-tireurs, cherchant l'oubli dans les combats aux frontières du Mordor... Ce qui lui a forgé une réputation inattaquable en Gondor, mais l'a aussi révélé aux yeux de certains ennemis (Xande, voire peut-être Sauron?). Connaissant le rôle de Iorn mais pas son identité, les Gondoriens vont tout mettre en œuvre pour l'identifier et le capturer, loin de se douter qu'il est dans leurs rangs même.

Pendant ce temps, au Rohan : Sahaba, une Elfe envoyée par Cirdan (inspiré par sa clairvoyance légendaire ?) remonte une antique route joignant Dol Amroth aux Jardins Suspendus. Elle a « appelé » à son aide un cheval noir, apparenté aux Mearas. Les Rohirrim, croyant à un vol (les Orcs capturent parfois des chevaux noirs, destinés aux Nazguls), cherchent d'éventuels infiltrés.


Entrée en scène des PJs, "suspects usuels"

C'est à ce stade que les personnages se retrouvent dans une auberge du nord-Gondor avec divers PNJs, suite à une rafle de tous les étrangers. Parmi eux les « enquêteurs » (dont Iorn, jouant double-jeu !) ayant mis au point un plan : se mêler au groupe qui sera escorté jusqu'à la frontière sous prétexte d'expulsion, et démasquer l'espion (s'il est parmi les raflés) au cours du trajet. La seule alternative étant de rallier les Jardins Suspendus pour tenter un coup de filet, les expulsés seront conduit vers le Rohan (qui est sur la route, et de toute façon la seule frontière "amie"). Rhaw avancera parallèlement au groupe, discrètement, faisant régulièrement le point avec Gregor, un des franc-tireurs. Le départ se fera au petit matin, après une nuit entassés dans la salle commune (chaude ambiance! Les Gondoriens en profiteront pour cuisiner leurs "co-détenus").

Attention : tout ce qui suit n'est qu'indicatif ! Les PJs auront plusieurs possibilités de rencontres et choix quant au trajet emprunté.

Les chevaux se faisant rares au Gondor et les enquêteurs souhaitant prendre tout leur temps pour "discuter", le voyage se fera à pied (mis à part peut-être certains PJs, seuls deux Rohirrim ont des chevaux). Sur la route, quelques indices permettront aux PJs de se douter qu'on leur cache quelque chose. Un bon roleplay peut griller la couverture de certains, et des Pjs attentifs remarqueront des détails ou comportements qui leur mettront la puce à l'oreille.

A la frontière, les Pjs n'auront à première vue pas le choix : les Rohirrim, sur le pied de guerre, leur interdisent le pays. Ne pouvant rebrousser chemin, ils ne leur reste qu'à accompagner les franc-tireurs en direction du nord, longeant les confins du Rohan .

Une escarmouche avec des Gobelins leur offre une opportunité (parmi d'autres) de fausser compagnie aux Gondoriens. Si certains décident de se désolidariser des franc-tireurs (ce qui serait très mal vu par des locaux, mais tout à fait faisable), ils rencontrent probablement Sahaba, Rhaw, ou même Iorn, qui les convaincront de continuer vers le nord : plusieurs motivations possibles, de la plus noble à la plus mesquine, selon leur sensibilité et leurs besoins. S'ils s'écartent trop, Gobs et Rohirrim les remettront sur le « droit chemin » (au MJ d'être subtil pour ne pas paraître dirigiste).

Une fois au nord du Rohan, Banshee (une des « expulsés ») prend le large, encouragée par Iorn qui lui a confié un message pour Xande aux Jardins Suspendus, et accompagnée d'un Rohir qu'elle a séduit. Cette « désertion » à l'approche du lieu de rendez-vous la rend suspecte aux yeux des Gondoriens.

Les franc-tireurs lancent la poursuite, pendant que Rhaw va à la rencontre de la caravane. Sahaba suit à peu près la même route que l'oriental, mais pour prévenir les Elfes de Lorien (au courant du pèlerinage, et redoutant une action de Iorn) que quelque chose se prépare. Ceux qui approchent des Jardins entendront la nuit des hurlements de Wargs des Monts Brumeux ("recrutés" par Xande pour ramener Gobelins encore en chemin ainsi qu'éventuels "importuns"). Peut-être même en croiseront-ils un petit groupe, par hasard...?

A ce stade, si les Pjs n'ont pas encore tout chamboulé : Banshee (rabattue par les Wargs) atteint les Jardins, et « montre patte blanche » à Xande en remettant le message de Iorn . Le Rohir, par contre, est blessé par les Gobelins. Alors qu'il va être achevé, Banshee (prise de remords?), blesse Xande par surprise et le prend en otage.

Si les Pjs ont accompagné Rhaw et/ou Sahaba : ils se retrouveront au bord de l'Anduin, où un pont flottant a été monté par les Elfes pour la caravane. Sahaba leur demande de transmettre un message ("Qui reste-t-il à chanter auprès de l'Huorn ?": c'est en fait le dernier vers de la "Complainte de Iorn") de la part d'une certaine « Dame de Lorien » . Le destinataire est Iorn mais ce n'est pas explicite, aux PJs de le deviner (s'ils doutent, on leur assure qu'ils comprendront en temps voulu). Les Elfes, mis à part peut-être Sahaba, n'interviendront toutefois pas plus, ne voulant pas braquer Iorn qu'ils pressentent fébrile. Les voies d'Eru sont impénétrables : tout semble maintenant entre les mains des Pjs. S'ils n'ont pas entendu l'appel du destin : Rhaw demandera leur soutien, usant de n'importe quel argument,  les pèlerins souhaitant continuer leur route à tout prix (au propre comme au figuré).

Lorsque Iorn atteint les Jardins (accompagné ou non), il réalise les conséquences de ses actes: la présence des Gobelins et Wargs aux Jardins Suspendus, qui est son ancien fief, le mettra en rage. Perdant un peu les pédales, il suspectera tout le monde de vouloir le manipuler. Le message de Lorien, s'il lui parvient, le fera douter... Du roleplay en perspective.

Dénouement (fin ouverte)

Iorn peut soit entendre raison, soit complètement basculer du « côté obscur » ; les joueurs peuvent la jouer fine, ou au contraire une bataille rangée peut avoir lieu. Protagonistes potentiels : franc-tireurs et éventuels alliés orientaux (l'escorte de la caravane) contre Wargs et Gobelins (dont le moral est plus que vacillant). Iorn, Banshee, Xande,  Sahaba, pèlerins et Rohirrim pouvant prendre parti, selon le roleplay des joueurs.
« Dernière édition: 26Août, 2016, 04:06:30 par El Nando » Journalisée
El Nando
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 893


« Répondre #1 le: 08Mai, 2013, 22:12:39 »

« Entre chien et loup » (scène d'embuscade)

En fin de journée, le groupe entre dans un vallon encaissé orienté nord-sud. Au fur et à mesure de la progression, certains remarquent des oiseaux s'envolant, comme dérangés, quelques centaines de mètres en avant.  La distance est à peu près régulière, la tendance semblant à la réduction de l'écart.

A l'orée du crépuscule, le groupe approche d'un défilé aux falaises particulièrement abruptes versant Ouest. Alors que les pisteurs semblent tendus, voire nerveux, Gregor (en avant-garde toute l'après-midi) les rejoint, et leur décrit le topo :
Primo : il y a probablement quelqu'un ou quelque chose qui précède le groupe depuis plusieurs heures. Ils n'ont pas repéré d'empreintes, ils excluent donc la présence d'une troupe importante.
Secundo : ils n'ont plus aperçu d'envol, surtout depuis que les falaises occultent une partie de la vallée (qui semble se ré-ouvrir ensuite des deux côtés). La nuit tombe, et le relief n'arrange rien point de vue luminosité.
Tertio : il est possible qu'ils aient eux-aussi été détectés, et l'engorgement juste devant ne lui inspire pas confiance.

Gregor propose donc soit de s'arrêter jusqu'au lendemain matin, soit qu'un petit groupe se faufile par le versant est (difficile au clair de lune, et exclu avec les montures) pour prendre à revers d'éventuels embusqués. Les deux cavaliers Rohirrim, quant à eux, préfèrent attendre et contourner la vallée le lendemain (quelqu'un ironise : « facile, avec un cheval »), pendant que l'un d'eux va avertir les plus proches autochtones (on entend des approbations). Gregor (et il n'est pas le seul) examine consciencieusement les réactions et propositions de chacun, et pèse le pour et le contre . En bon franc-tireur, il préfère agir rapidement et surprendre plutôt qu'être surpris, et penche donc pour l'infiltration par l'est.

Si certains envisageaient de filer à l'anglaise, c'est une belle opportunité (ce qui n'échappe pas à Banshee). Si le groupe a choisi d'attendre, Gregor avertira les éclaireurs puis s'esquivera discrètement derrière la crête est : les oreilles fines entendront, après le coucher du soleil, un long sifflement (un oiseau...?) suivi d'un autre plus lointain.  Si la suggestion des Rohirrim est suivie, ce seront des sifflements en deux temps...  Gregor avertissant Rhaw.

Le groupe a effectivement été repéré : quatre gobs, avançant moins vite de jour, supposent que quelqu'un ou quelque chose suit le même chemin qu'eux. Leurs avis sont partagés : Groll (surnommé Bouffe-tout) pense qu'il s'agit d'un animal, car des cavaliers les auraient déjà rattrapés ; Erkam ( adepte de la loi de Murphy) craint des poursuivants ayant mis pied à terre ; Wogd (dont la devise est « lâche mais vivant») aussi ; quant au petit chef Gnarl, il espère des collègues égarés dont il pourra se moquer (surtout s'il les surprend ).

 Ils tendent une embuscade pour ralentir d'éventuels poursuivants grâce au poison (non-létal, mais on passe un sale quart d'heure et on ne cicatrise pas) . Préférant éviter une confrontation directe, ils comptent profiter de points surélevés le long d'un sentier en lacets pour décocher leurs flèches. Leur tactique est de tirer puis filer, se couvrant l'un-l'autre, pour ensuite longer la crête ouest (ils ont repéré le chemin le temps que le groupe les rattrape) . Au cas où rien ne se présente, ils partiront vers minuit (Groll, la gourmandise aidant, ira tout de même jeter un oeil en arrière...).

Leur coup est à priori bien calculé : il est peu probable qu'un groupe à pied, surtout s'il comporte des blessés, puisse les retrouver une fois sortis de la vallée.

Dicton du jour : « Le Renard sait beaucoup de choses, le Hérisson n’en sait qu’une grande ».
« Dernière édition: 10Mai, 2013, 07:03:12 par El Nando » Journalisée
El Nando
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 893


« Répondre #2 le: 08Mai, 2013, 22:15:51 »

PNJ : Banshee.

Premier coup d'oeil: voyageuse taciturne. Discrète (sa cape camoufle sa nature, les femmes en "pantalon" étant peu courantes en Terre du Milieu), elle se tient en retrait. L'usure de son équipement (léger) de voyage laisse supposer qu'elle a parcouru une longue route. Elle a des traits voisins de ceux des "frères ennemis" Gondoriens (par leurs ancêtres communs: les Numenoréens), la peau hâlée en plus.

Motivations: Banshee est une corsaire D'Umbar, ce qu'elle se gardera bien d'avouer étant en territoire "ennemi" : si on lui demande, elle prétendra venir du sud-Gondor et faire route pour rejoindre sa soeur à Dale suite à un veuvage. Plus ou moins repentie, elle cherche à se mettre définitivement au vert (on ne sait pour quelle raison: crime? Insubordination? Dangereux soupirant éconduit?), de préférence loin de la côte: elle a entendu parler de Dale, qui lui semble le lieu idéal pour prendre sa retraite.

Comportement prévisible: prudent, voire fuyant envers certains. Elle se méfie particulièrement des Gondoriens, qu'elle a identifiés à leur accent. Opportuniste, elle pourrait convaincre d'éventuels alliés de leur fausser compagnie.

Elle peut aussi parfois paraître sympathique: assez fière, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds (du moins en temps normal : elle joue profil bas avec les Gondoriens) ; d'autre part elle sait manier le sarcasme. Elle paraît de plus assez "tolérante" (surtout à l'égard des points de vue "étrangers"), et n'est pas particulièrement cruelle. En fait, l'adaptation à son nouveau milieu (les peuples libres, bien différents des corsaires) lui ouvre des perspectives "loyales" qu'elle n'imaginait pas (mais qui pourraient être mises à mal par le comportement suspicieux des franc-tireurs : allez leur parler de "rédemption"...).

Si elle perçoit les chants ou signaux lumineux de Sahaba, sa réaction sera quasi-hystérique: en Umbar (et sur les mers alentours), ces "signes" sont interprétés comme de mauvais présages (fondement de cette superstition, à rapprocher du mythe des sirènes de l'Odyssée: certains corsaires manquent à l'appel suite à une "rencontre" avec des Elfes).

Botte secrète et autres atouts martiaux: Banshee n'emploiera généralement la violence que pour se défendre. Experte en combat naval, elle est agile et rapide, et exploiterait donc mâts (et arbres), cordages, équilibre précaire, etc... à son avantage. Elle possède (en plus d'une dague/main gauche) une hachette d'abordage: guère impressionnante au premier coup d'oeil, c'est en fait une arme redoutable, très rapide et équilibrée. Un expert pourrait y distinguer d'antiques entrelacs, de style numénoréen. Selon les règles utilisées, cette arme peut être "enchantée", ou au moins de grande qualité.
« Dernière édition: 28Mai, 2013, 20:50:21 par El Nando » Journalisée
El Nando
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 893


« Répondre #3 le: 08Mai, 2013, 22:19:36 »

PNJ : Sahaba

Premier coup d'oeil: hâle et tenue de voyage des Elfes marins (couleurs bleue et grise). En parure, quelques bijoux en coquillage (c'est aussi son matériel: réflecteur en nacre et "petits" bolas). Le cheval (majestueux: il est apparenté aux Mearas), probablement pas loin, semble "à l'écoute", y compris des conversations.

Motivations: Elfe errante, elle connait comme sa poche le sentier des fées. C'est pourquoi Cirdan (suite à un "mauvais" pressentiment) lui a demandé de guetter d'éventuels passages sur cette route qui mène aux Jardins Suspendus. Elle connait l'histoire de Iorn et les inquiétudes de Cirdan à son sujet. D'autre part, elle sait que les Elfes de Lorien attendent les pèlerins au passage de l'Anduin. Elle a l'intuition de la présence d'Iorn parmi les marcheurs et, si elle en a confirmation, compte prévenir ses congénères.

Comportement prévisible: Sahaba observe de loin. Quelque fois, elle chante la "Complainte de Iorn": des personnages qui l'entendraient, même de très loin, peuvent "rêver" les scènes chantées (sans identifier Iorn, bien qu'ils puissent avoir quelques indices). En cas de rencontre, elle paraîtra bienveillante et sympathique a des gens qui lui semblent "bons", et inversement.

Elle ne forcera pas la rencontre avec l'Elfe renégat, sans toutefois l'éluder.

Elle évite soigneusement les Rohirrim: ils sont très superstitieux au sujet des Elfes (le "sentier des fées" leur inspire généralement de la méfiance, comme la Lorien...), n'apprécient pas que l'on parcoure le Rohan à leur insu, et encore moins que l'on "emprunte" leurs chevaux.

Si Banshee perçoit les chants ou signaux lumineux de Sahaba, sa réaction sera quasi-hystérique: en Umbar (et sur les mers alentours), ces "signes" sont interprétés comme de mauvais présages (fondement de cette superstition, à rapprocher du mythe des sirènes de l'Iliade: certains corsaires manquent à l'appel suite à une "rencontre" avec des Elfes). Sahaba n'abusera pas de ce potentiel atout, cherchant plutôt à apaiser les esprits.

Elle peut venir en aide aux Pjs: notamment en soignant blessure et/ou empoisonnement, mais aussi en prêtant main forte en cas de coup dur (privilégiant la fuite) ou tout simplement s'ils sont égarés. Le duo qu'elle forme avec le cheval (exceptionnellement rapide, intelligent et attentif au moindre signe d'activité dans les plaines) lui permet de porter assistance même à de longues distances (oserais-je le clin d'oeil à Tom Bombadil et son "Chantez, et je viendrai"...).

Elle rejoindra l'Anduin pour l'arrivée prévue des pèlerins, sauf en cas d'extrême urgence et si elle peut charger quelqu'un de confiance de faire un rapport des évènements.

Botte secrète et autres atouts martiaux: outre le cheval, le terrain favorable, et la crainte que les Elfes inspirent aux créatures malveillantes (et aux superstitieux), Sahaba est équipée de bolas. En corde elfique (réactive à la parole), ils sont très résistant et à géométrie variable (permettant d'entraver aussi bien un humanoïde qu'un Warg, par exemple). Un coquillage nacré lui sert pour les signaux lumineux.

« Dernière édition: 26Juin, 2013, 16:38:32 par El Nando » Journalisée
El Nando
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 893


« Répondre #4 le: 08Mai, 2013, 23:05:40 »

Description : les Jardins Suspendus

Un pic perdu au nord de Fangorn, des terrasses naturelles échelonnées sur ses flancs, une résurgence engendrant une chute d'eau.

 Occupé tel-quel par les Elfes sous le nom "Jardins Suspendus", puis aménagé avec l'aide des Nains: génie hydraulique, excavation de grandes salles et souterrains... (époque contemporaine de la Moria?). Plus tard répertorié dans les archives numénoréennes. Au début du Troisième Age et conformément au souhait des Elfes, le site fut abandonné et la nature reprit le dessus.

Il se murmure toutefois que des rivières souterraines, jaillissant fort loin des "Jardins Suspendus", semblent propager des mélodies... féériques... Résonances d'anciens chants, datant de plusieurs millénaires? Ou échos d'Elfes parcourant les galeries menant à l'ancienne citadelle, l'entrée se trouvant à proximité d'une source "enchantée"? On raconte que certains, se baignant dans un bassin curieusement taillé dans la roche, auraient découvert un passage immergé donnant sur un réseau de cavités, de gigantesques engrenages actionnés par une cascade, et d'étroits conduits propageant des sons harmonieux...

Pour la petite histoire, les Rohirrim (enfin, les rares à s'aventurer aussi loin) appellent ce lieu "le Nid d'Aigle", car la légende veut que des individus particulièrement majestueux en ai fait leur aire... Les anciens parmi les Elfes prétendent même qu'il ya quelques trois mille ans,  la présence de ces "compagnons de Manwë" aurait dissuadé Sauron de s'attaquer à cette place forte, qu'il convoitait pourtant. D'autres disent qu'il redoutait les Huorns, un très vieux spécimen (assoupi?) étendant toujours son ombre sur une des hautes terrasses, semblant veiller sur Fangorn.
« Dernière édition: 26Juin, 2013, 16:36:09 par El Nando » Journalisée
sam sanglebuc
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 152


« Répondre #5 le: 13Juillet, 2014, 17:34:20 »

Bien, j'ai lu plusieurs fois ton ébauche, mais l'ensemble m'apparaît encore obscur.
Quelle route les nains empruntent-ils pour venir des Mts de fer ? E ou O de Mirkwood ?
Ils ont une escorte. Les nains ne sont pas capables de se protéger seuls ?
D'où viennent les Gob ; des Mts brumeux (vu le nom), du Mordor ou de Dol guldur ?
Qu'appelles tu les franc-tireurs ; une compagnie comme celle de Faramir ?
Les réseaux de Xande étant cloisonnés, Rhaw ne connaît pas Iorn ? Pourquoi les gondoriens recherchent-ils alors un infiltré ?

Après ça je passerai à l'intervention des PJ.

Remarques:
Tolkien a supprimé volontairement à la relecture toute (presque) trace de religiosité. Je supprimerais le mot de pèlerinage pour le remplacer par le contexte suivant :
les nains, comme iorn (donc pas un noldo) ont un vieux compte à régler (ça confirme ce que tu dis "l'entente précaire entre les peuples libres").
Contrairement à Iorn, les Nains ont vécu il y a peu (60 ans) la bataille des cinq armées et ont fait un pas, fragile, vers la réconciliation. Ils ont l'accord de Thranduil pour passer par la route de la forêt (donc trajet: Mts de fer, E mirkwood, traversée forêt E-O, puis vallée de l'anduin). Les jardins suspendus avaient un lien avec Galadriel (noldo)? Des siècles qu'ils attendaient d'y  retourner? Pour retrouver un objet ou un texte en lien avec le rapprochement royaume d'Erebor/Mts de fer?
Iorn est donc un sylvain(?), mais n'appartenant pas au peuple de Thranduil, mais ayant vécu aux Havres gris (il faudrait des recherches historico-Elfiques pour situer ce Iorn et sa rancoeur qui le pousse à ne pas reconnaître un lieutenant de Sauron)

Je serai content de t'aider davantage, pour développer le contexte, mais il faut que tu éclaircisse les points obscurs.
Journalisée
El Nando
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 893


« Répondre #6 le: 17Juillet, 2014, 18:08:27 »

Bien, j'ai lu plusieurs fois ton ébauche, mais l'ensemble m'apparaît encore obscur.

Effectivement, certains points restent à éclaircir, merci de les signaler.

Je précise au passage que le parti pris (point de vue "mise en forme") était que le MJ/lecteur mette en place le puzzle en "rencontrant" (au fil du texte) les PNJ. Un peu comme les PJ au fil de l'aventure. Gros challenge.

 Du coup, je comptais expliquer certains points:
1) du scénario, via le descriptif des PNJ (une dizaine, chacun ouvrant des possiblités/points de vue au PJ), hors je n'en ai publié que deux.
2) plus contextuels via des "annexes" ("Complainte de Iorn", sites, géopolitique, etc...).
3) rythmer le tout grâce à quelques "évènements" (entrée en scène, discussion au coin du feu, passage de la frontière, etc...), ces derniers pouvant constituer des "charnières" au scénario. Très gros challenge.

D'autre part, je ne suis pas un pro et ça se voit! Ce qui pouvait me paraître évident ne l'est pas forcément... Merci de repérer ces défauts, à revoir.



Quelle route les nains empruntent-ils pour venir des Mts de fer ? E ou O de Mirkwood ?

Très bonne question, j'hésite encore (mais je penche pour les Terres Sauvages). Point développé plus bas.

Ils ont une escorte. Les nains ne sont pas capables de se protéger seuls ?

Plusieurs pistes pour expliquer l'escorte:
 1 ) Le pèlerinage est un rituel pour une vieille famille oubliée des MdF, très peu nombreuse, une fois par génération (très longue). Seuls quelques Nains entreprennent ce voyage "initiatique".
 2 ) Quelques clans orientaux, rebelles à l'influence de Sauron, commercent régulièrement avec les Monts de Fer (poneys, etc...), voire plus à l'Ouest. (point développé dans ce fil: http://couroberon.com/Salon/index.php?topic=3684.msg93584#msg93584 )
 3 ) Le clan de Rhaw fournit les montures aux Nains, connait les pistes, et c'est tout "naturellement" (coup de pouce de Rhaw) que les orientaux (deux pisteurs et leurs chiens, en plus de Rhaw "parti devant") ont été embauchés.

D'où viennent les Gob ; des Mts brumeux (vu le nom), du Mordor ou de Dol guldur ?

Les plus "loyaux" (mais les moins nombreux à l'arrivée) partent du Mordor en même temps que Xande, qui a préparé le terrain (en bon agent de Sauron) pour en rallier d'autres, avec les Wargs, aux environs des Jardins Suspendus, donc vraisemblablement dans les Monts Brumeux (pas pensé à Dol Guldur, il ya des gobs/orcs, là-bas?)

Note: j'avais délibérément choisi le terme générique "gobelin" pour représenter le fait que ce sont plus des maraudeurs que des guerriers. Et je préférais ce terme (plus "fantasy"?) à "orc" (qui a sûrement été choisi/créé pour son côté "dissonant", voire "menaçant", bien trouvé), mais bon ça se discute, finalement.

Qu'appelles tu les franc-tireurs ; une compagnie comme celle de Faramir ?

Disons les "précurseurs" de la compagnie de Faramir, pas encore aussi bien organisés, l'invasion de l'Ithilien étant plus récente. Mais oui, en gros il s'agit bien d'eux, et Gregor est probablement un des (futurs?) lieutenants de Faramir.

Note: choisi "franc-tireurs" (et "éclaireurs" si je me souviens bien) pour traduire "rangers"."Rôdeurs" me semblait trop connoté (bien que j'adore ce terme, bien trouvé pour Grand-Pas et ses compagnons). "Maquisards" pourrait coller...?

Les réseaux de Xande étant cloisonnés, Rhaw ne connaît pas Iorn ? Pourquoi les gondoriens recherchent-ils alors un infiltré ?

Rhaw ne connait pas Iorn personnellement, mais Xande a pu laisser échapper qu'il avait rendez-vous avec son "agent de l'Ouest", vers l'Ithilien, peu après le rapport de l'oriental (et donc juste avant le début du scénario). D'autre part, Rhaw connait l'ensemble du plan (au moins concernant les Jardins Suspendus), à défaut d'en deviner tout les tenants et aboutissants. D'où le plan: intercepter cet "agent" entre le Mordor et les Jardins. Plan B: aller aux Jardins, au moins en reconnaissance (ce qui pourrait sembler suicidaire, mais ils ne laisseront pas tomber Rhaw. Ce sont des Gondoriens après tout ).

Note: Rhaw et Iorn sont à mon sens, les deux PNJ "clés" (mais pas indispensables... bien que ça m'aie  e**erdé lorsque des PJ ont tué net Rhaw, au premier contact, lors d'une partie), leurs "fiches" et annexes liées prenant une bonne part du texte. En gros: ils ont le plus d'infos (avec Gregor), la plus grande marge de manoeuvre (avec Banshee) et, de par leur rôles d'agents-doubles, sont les plus aptes à bluffer les PJ.



Tolkien a supprimé volontairement à la relecture toute (presque) trace de religiosité. Je supprimerais le mot de pèlerinage pour le remplacer par le contexte suivant :
les nains, comme iorn (donc pas un noldo) ont un vieux compte à régler (ça confirme ce que tu dis "l'entente précaire entre les peuples libres").

Houlà, c'est dense là:

1) La religiosité pas trop abordée explicitement par Tolkien, ok. Ceci dit, je ne voyais pas forcément "pèlerinage" si connoté. Gandalf, si me souviens bien, se traduit par "gris pèlerin" en VF (par contre, en VO???). D'autre part, il y a le côté "rituel" (devenu quasi-mystique au fil des millénaires?).
2) Pourquoi (je te cite)"donc pas un noldo"? En fait je le voyais noldo, justement, tourmenté par la malédiction de Mandos (bonne cible pour Sauron). Je me demande ce qui t'as fait penser que c'était un sindar...? Me suis mal exprimé?
3) les nains n'ont pas vraiment un "compte à régler". L'expression me semble trop "définitive", voire aggressive, étant donné que les nains vont plutôt rendre hommage à un vieux souvenir/légende, en même temps que vivre un voyage initiatique.
4) "saper l'entente des peuples libres", c'est le véritable enjeu du scénario: les PJ auront-ils laissé la discorde et la rancoeur gagner du terrain (jouant ainsi le jeu de Sauron), ou au contraire auront-ils su passer outre les clichés et autres barrières culturelles, et ainsi maintenir une certaine cohésion (voire renforcé les liens!) à l'approche de la guerre... Pour tout dire, ce scénario m'a été inspiré par réaction au délire de "croisade" et l'ambiance de "chasse aux sorcières", au début des années 2000 (l'époque Bush, cet homme si grand par son inculture et sa connerie). Et c'était aussi l'occasion pour moi de régler symboliquement mes comptes avec le "racisme ordinaire" de Tolkien, dû à sa culture "époque coloniale". Pour la petite histoire, Sahaba était (dans la première version) métisse "Elfe marin/haradrim" (génial pour bluffer les joueurs: une Elfe "noire" et ils sont sur la défensive, tel le Rohir superstitieux de base, ce qui colle à fond avec ce scénario ou les apparences sont censées être trompeuses), et Rhaw demi-frère de Gregor. J'ai sucré tout ça avant de me faire brûler pour hérésie (et pour alléger), bien qu'à mon sens le métissage soit romantique (c'est "l'évolution" clairement souhaitée par Eru/Tolkien), et largement utilisé dans les bouquins (Galadriel, Elrond, Dior et les plus illustres des Humains sont des métis... J'ai toujours apprécié ce "message" de Tolkien, qui contrebalance l'archaïsme de sa culture coloniale).



Contrairement à Iorn, les Nains ont vécu il y a peu (60 ans) la bataille des cinq armées et ont fait un pas, fragile, vers la réconciliation. Ils ont l'accord de Thranduil pour passer par la route de la forêt (donc trajet: Mts de fer, E mirkwood, traversée forêt E-O, puis vallée de l'anduin).

J'y ai pensé (et je l'envisage encore). Ceci dit:
- Cette Maison naine, plus "traditionnaliste" (et quasiment "éteinte"), n'est peut-être pas aussi confiante (et n'a peut-être d'ailleurs pas participé à la bataille des cinqs armées, voire y a perdu certains membres?).
- Mirkwood a malgré tout mauvaise réputation (60 ans, c'est court pour un nain), et les orientaux (sans parler des nains) se sentiraient probablement plus à l'aise dans les Terres Sauvages.
- Les nains souhaitent aller "au plus court".

Les jardins suspendus avaient un lien avec Galadriel (noldo)? Des siècles qu'ils attendaient d'y  retourner?

- Si l'on suppose que les Jardins étaient occupés à l'âge d'or de l'Eregion et de la Moria, et compte tenu de leur proximité géographique, ont peu supposer que des Noldors y ont vécu, probablement sous la "protection" de Galadriel et Celeborn. D'autre part, Iorn (ancien "seigneur" du lieu) est un Noldo. D'où le "message de la Dame" (Galadriel? Mystère!), liée à l'origine du pélerinage et de la rancoeur de Iorn. Faudra que je détaille la "Complainte...", qui explique tout ça, mais en gros: lors de la guerre de l'Eregion, un Nain errant a demandé asile aux Elfes; un chevalier elfe (malédiction de Mandos aidant) commence par lui rire au nez; la Dame tente de dissiper toute colère (arme de l'Ennemi) en accueillant le réfugié (qui jure "éternelle reconnaissance", d'où le pélerinage); le chevalier, se sentant désavoué, s'exile et prend le nom de Iorn (de "iaur" et "orn" en je ne sais plus quelle langue elfique, ce qui donne "vieil arbre", et se rapproche de Huorn, ces vieux arbres (Ents?) au coeur desseché).
- Les Elfes sont plutôt pour laisser la ville "retourner à la nature" (mauvais souvenirs? Retribution à Fangorn, après la dévastation causée par les Numénoréens?). Peu d'Elfes en connaissent encore les accès, Sahaba (et les rares Elfes parcourant le "Sentier des Fées", cette antique route joignant les Jardins à la côte vers Dol Amroth, plus tard "remise en service" par les Numénoréens, qui ont peut-être aussi occupé les Jardins à leur tour) et Iorn étant du nombre. La légende veut que seuls les Grands Aigles y vivent désormais.


Pour retrouver un objet ou un texte en lien avec le rapprochement royaume d'Erebor/Mts de fer?

J'aimerais bien savoir ce qui t'inspire ça...?


Iorn est donc un sylvain(?), mais n'appartenant pas au peuple de Thranduil, mais ayant vécu aux Havres gris (il faudrait des recherches historico-Elfiques pour situer ce Iorn et sa rancoeur qui le pousse à ne pas reconnaître un lieutenant de Sauron)

- Comme dit plus haut, Iorn est pour moi un Noldo (pourquoi le vois-tu sylvain, ça m'intrigue?).
- Il a largement pu connaître les Havres Gris (mais Cirdan aurait pu avoir la même intuition sans ça, si c'est ce à quoi tu penses). A vrai dire, au départ j'imaginais le "clash originel" (demande d'asile du Nain, etc...) aux Havres Gris, justement (à l'époque où les réfugiés d'Eregion y sont nombreux, pendant la guerre). Le Nain aurait été des Monts Bleus (sa famille migrant par la suite aux Monts de Fer), et le pélerinage (modifié au fil des générations? Pour se rapprocher de Lorien?) aurait eu pour objectif l'avant-poste le plus oriental (proche des MdF) du royaume de la Dame: les Jardins Suspendus. Là aussi j'ai simplifié, mais il ne me semblerait pas incohérent de revenir à la version de départ (notamment pour l'implication plus directe de Cirdan, qui est un personnage que j'aime beaucoup: clairvoyant, pacifique, généreux...).
- Sauron est un maître, pour ce qui est de la duperie et l'instrumentalisation des haines, peurs et rancoeurs! Comme dit plus haut, Iorn est une cible de choix...

Je serai content de t'aider davantage, pour développer le contexte, mais il faut que tu éclaircisse les points obscurs.

J'ai dû être bref pour essayer de répondre à toutes tes questions, mais je serai ravi de développer les points qui t'intéressent!
« Dernière édition: 17Juillet, 2014, 18:21:32 par El Nando » Journalisée
sam sanglebuc
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 152


« Répondre #7 le: 20Juillet, 2014, 00:38:39 »





 (pas pensé à Dol Guldur, il ya des gobs/orcs, là-bas?)
oui. (SdA, appendice B, 3A 15 mars 3019) "...Thranduil repousse les forces de Dol Guldur..."
C'est un peu après ton époque mais ça me paraît correct.

Note: j'avais délibérément choisi le terme générique "gobelin" pour représenter le fait que ce sont plus des maraudeurs que des guerriers. Et je préférais ce terme (plus "fantasy"?) à "orc" (qui a sûrement été choisi/créé pour son côté "dissonant", voire "menaçant", bien trouvé), mais bon ça se discute, finalement.


Note: choisi "franc-tireurs" (et "éclaireurs" si je me souviens bien) pour traduire "rangers"."Rôdeurs" me semblait trop connoté (bien que j'adore ce terme, bien trouvé pour Grand-Pas et ses compagnons). "Maquisards" pourrait coller...?
(SdA L4, IV) "...ils étaient des rôdeurs de l'Ithilien... les fourrageurs qui traversaient secrètement l'Anduin"
Fourrageurs me paraît difficile à placer, rôdeurs est bien la vf.



1) La religiosité pas trop abordée explicitement par Tolkien, ok.
pour info c'est dans Lettres n°142

Ceci dit, je ne voyais pas forcément "pèlerinage" si connoté. Gandalf, si me souviens bien, se traduit par "gris pèlerin" en VF (par contre, en VO???). D'autre part, il y a le côté "rituel" (devenu quasi-mystique au fil des millénaires?).
Je n'ai pas encore cherché la vo (je demenderai à Tolkiendil)

2) Pourquoi (je te cite)"donc pas un noldo"? En fait je le voyais noldo, justement, tourmenté par la malédiction de Mandos (bonne cible pour Sauron). Je me demande ce qui t'as fait penser que c'était un sindar...? Me suis mal exprimé?
J'ai été imprécis. Comme je travaille surtout les Hommes en ce moment, je me perds dans les branches elfiques.
Source de la haine (certains) nains/(certains) elfes: le sac de Doriath (Silm XXII)
Je n'ai pas pu tout relire, mais en bref:
Galadriel n'a jamais eu de problème avec les nains, au contraire (cf époque des forgerons de l'Eregion); son mari Celeborn était de Doriath et ne les aime pas. De même Thranduil (mêmes raisons). Il faut fouiller dans le Silm et autres pour faire le tri entre pro et anti nains

3) les nains n'ont pas vraiment un "compte à régler". L'expression me semble trop "définitive", voire aggressive, étant donné que les nains vont plutôt rendre hommage à un vieux souvenir/légende, en même temps que vivre un voyage initiatique.
je parlais du sac de Doriath. Mais il ne fut accompli que par une partie des nains. Mais ce contentieux joue dans l'entente des peuples libres, cf Thranduil et les nains dans Le Hobbit.

4) bien qu'à mon sens le métissage soit romantique (c'est "l'évolution" clairement souhaitée par Eru/Tolkien), et largement utilisé dans les bouquins (Galadriel, Elrond, Dior et les plus illustres des Humains sont des métis... J'ai toujours apprécié ce "message" de Tolkien, qui contrebalance l'archaïsme de sa culture coloniale).
Mais le djihad a du dire: bonne idée mais trop tôt. Historiquement invalide!!!




Pour retrouver un objet ou un texte en lien avec le rapprochement royaume d'Erebor/Mts de fer?

J'aimerais bien savoir ce qui t'inspire ça...?
C'est juste pour éviter le terme religieux; c'est une idée comme ça


]

je ne suis pas encore familiarisé avec l'outil "citation", j'espère que tu vas t'y retrouver.

J'avance lentement, ne t'étonne pas de recevoir mes messages semaine après semaine. Il faut dire que je mène en parallèle mon 'roman', qui est tiré de ma campagne et qui au fil de l'Inspiration complétera à son tour la campagne, ma découverte du forum, et tout le reste.

Bonne lecture et à bientôt
Journalisée
sam sanglebuc
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 152


« Répondre #8 le: 20Juillet, 2014, 00:41:35 »

effectivement je viens d'utiliser 'citation' de la mauvaise manière. J'ai répondu dans le corps de ton texte.
Journalisée
Kynan
Argoulet
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 201


Contradicteur Systématique


« Répondre #9 le: 20Juillet, 2014, 01:46:53 »

Edite donc !

Astuce : pour enchainer les réponses dans un long message comme ça, je tape
Code:
[/quote] [quote]
(avec l'espace au milieu) que je copie. A chaque endroit où je veux répondre, il me suffit d'insérer un
Code:
Ctrl+V (coller)
pour avoir la place d'indérer proprement ma réponse...

exemple :

Bien, j'ai lu plusieurs fois ton ébauche, mais l'ensemble m'apparaît encore obscur.

Effectivement, certains points restent à éclaircir, merci de les signaler.

Je précise au passage que le parti pris (point de vue "mise en forme") était que le MJ/lecteur mette en place le puzzle en "rencontrant" (au fil du texte) les PNJ. Un peu comme les PJ au fil de l'aventure. Gros challenge.
ici
Citation
Du coup, je comptais expliquer certains points:
1) du scénario, via le descriptif des PNJ (une dizaine, chacun ouvrant des possiblités/points de vue au PJ), hors je n'en ai publié que deux.

(...)

 3 ) Le clan de Rhaw fournit les montures aux Nains, connait les pistes, et c'est tout "naturellement" (coup de pouce de Rhaw) que les orientaux (deux pisteurs et leurs chiens, en plus de Rhaw "parti devant") ont été embauchés.
Citation
D'où viennent les Gob ; des Mts brumeux (vu le nom), du Mordor ou de Dol guldur ?

Les plus (...)

Ah, et (...) pour éliminer les parties trop longues à la relecture, ca fait bien aussi.
Et c'est encore mieux si tu évites les citations de citations (comme je ne l'ai pas fait dans mon exemple), parce que là, ça fait lourd
Journalisée

PbF TdM : Tobias Branda (Hobbit)
PbF Space Frontiers : Monfried Fonricht
PbF Ynn Prydden : Bors Njarlsson
PbF TdF : Ser Rickard

ex : Tiamat, Elfirie, Trinités, M+C, EG
El Nando
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 893


« Répondre #10 le: 20Juillet, 2014, 15:35:00 »


4) bien qu'à mon sens le métissage soit romantique (c'est "l'évolution" clairement souhaitée par Eru/Tolkien), et largement utilisé dans les bouquins (Galadriel, Elrond, Dior et les plus illustres des Humains sont des métis... J'ai toujours apprécié ce "message" de Tolkien, qui contrebalance l'archaïsme de sa culture coloniale).


Mais le djihad a du dire: bonne idée mais trop tôt. Historiquement invalide!!!

Je suis probablement bon pour le bûcher, c'est clair et assumé, mais pourquoi "trop tôt" ? Galadriel, Elrond... Le "métissage" existe depuis le Premier Âge!


Et au passage, je repensais à ta remarque sur Iorn abusé par Xande (ce scénario datant de plusieurs années, certains tenants et aboutissants ne me reviennent que petit-à-petit):

(il faudrait des recherches historico-Elfiques pour situer ce Iorn et sa rancoeur qui le pousse à ne pas reconnaître un lieutenant de Sauron)

Il est possible aussi (j'aime le flou, comme tu as dû le remarquer: ça laisse place à l'interprétation, tout en permettant de moins se "prendre la tête" pendant la conception   ) que Iorn soit conscient de traiter avec un sous-fifre de Sauron, mais qu'il ait donné priorité à sa "vengeance" envers les Nains (tout en pensant ensuite régler son compte à Xande, puis Sauron, etc...). En bref, il se fait bel et bien manipuler, tout en pensant manipuler lui-même Xande. Il est dangereux de jouer au plus fourbe, avec Sauron  

Et je suis à fond pour la "recherche historico-elfique" permettant de situer Iorn... Si quelqu'un à une idée ou même juste des références, je suis preneur. Pour l'instant (à froid, d'autre me reviendront peut-être par la suite), j'ai comme données:
- Noldo (malédiction de Mandos oblige)
- rancoeur envers les Nains, probablement liée au sac de Doriath (bien vu, Sam) ou en tout cas aux Silmarils
- plus ou moins proche d'une "Dame elfe" (Galadriel? Toujours ce flou   )
- Bon combattant (peut-être même "légendaire": les orcs de Cirith Ungol feraient-ils allusion à lui, lorsqu'ils suspectent un Elfe d'avoir tué l'araignée?)
- ayant vécu en Eregion (quelle époque, par contre?)

PS: merci Kynan, ça va me faciliter la vie, ta technique...
« Dernière édition: 20Juillet, 2014, 18:54:23 par El Nando » Journalisée
cavaillon
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 338



« Répondre #11 le: 21Juillet, 2014, 00:51:55 »

En ce qui concerne l'inimitié entre les Elfes et les Nains, leur origine remonte bien au sac de Doriath, mais il y a eu une piqûre de rappel lors du sac d'Ost-in-Edhil au second Age : les Elfes, débordés par les armées de Sauron, acculés aux Monts Brumeux ont demandé aux Nains de Khazad-Dûm (avec qui ils s'entendaient suffisamment bien pour commercer ; et je rappelle que Celebrimbor a participé à la création de la Porte de Dürin) de les laisser fuir par la Cité des Nains ("Cavenain" dans le film, quel nom risible !) Mais la porte est restée close (pour une raison que je ne m'explique pas) et les Elfes ont été massacrés jusqu'au dernier (ou presque, car il a bien dû y avoir des survivants pour rapporter aux autres Elfes cette traîtrise des Nains).
Journalisée

Quand une femme vous dit "Quoi ?", ce n'est pas qu'elle a mal entendu ; elle vous laisse une chance de modifier ce que vous venez de dire.
El Nando
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 893


« Répondre #12 le: 21Juillet, 2014, 20:35:35 »



Nom de Zeus, ça collerait nickel pour expliquer la rancune de Iorn. On peut imaginer qu'il y était, où y aurait au moins perdu des proches... Merci pour la référence  

la porte est restée close (pour une raison que je ne m'explique pas)

Celle qui réagit au mot de commande? Si oui, ça semble bizarre, effectivement. Sinon on pourrait imaginer que les Nains étaient occupés/décimés par le Balrog et compagnie (me souviens plus si c'est au même moment...). Ou encore que le roi était sous l'emprise d'un anneau?

Au passage, point de vue mise en forme:
- J'hésite à reprendre "Usual Suspects" comme titre (ma première idée). En Anglais, mais la référence aide plus à situer l'ambiance du scénario, je trouve.
- J'ajouterais bien un paragraphe "place dans l'orchestre" aux PNJ: un descriptif style "portrait chinois", chaque personnage se voyant attribuer un instrument/élément musical, voire une oeuvre/formation existante (ex: mélodie mystérieuse pour Sahaba/ le groupe Dead Can Dance).

Des avis sur la (les) question(s)?
« Dernière édition: 21Juillet, 2014, 21:39:51 par El Nando » Journalisée
Ohtar Celebrin
PBM TdM : Damangol / PBM YP : Phoïbos-Angfrid
Les Rêveurs
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 695



WWW
« Répondre #13 le: 21Juillet, 2014, 21:28:58 »

Rappel chronologique :



1500 2A Début de la forge des anneaux.
1590 2A Les Trois Anneaux des Elfes sont forgés.
1600 2A Sauron forge l'Anneau Unique.
1695 2A Sauron envahi l'Eregion.
1697 2A Fermeture des Portes de Dûrin et mort de Celebrimbor.
1700 2A Sauron est écrasé par les Nùménoréens.


Toutes les infos sont disponibles ici :
http://www.tolkiendil.com/encyclo/chronologie/chronologie
Journalisée

Râler moins
Rôler plus !
El Nando
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 893


« Répondre #14 le: 21Juillet, 2014, 21:39:01 »

Je connaissais Tolkiendil, mais merci quand même  

Donc, si je comprend bien, on peut supposer que Sauron a attaqué l'Eregion et la Moria en même temps?

Au passage, content de voir qu'il n'y a pas que Sam et moi sur le fil. Cavaillon et Ohtar, des commentaires sur le reste? Au moins: ça m'intéresse/bof/pas lu (parce qu'illisible?)
« Dernière édition: 21Juillet, 2014, 21:40:35 par El Nando » Journalisée
Pages: [1] 2   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: