Les Salons de la Cour

17Octobre, 2019, 01:10:51
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Recueil de créatures du 6ème défi  (Lu 1157 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
selwin
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 929



« le: 02Mai, 2013, 13:11:25 »

Déposez donc vos contributions sur ce fil. Rappel du thème :

Marquer son territoire ; une créature qui n'est pas solitaire ; délai (initial) : 31 mai 2013.
Journalisée
Lous
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 193


« Répondre #1 le: 15Mai, 2013, 23:56:36 »

Le Tagueur du Métro

Nous sommes nés il y a longtemps, à l'époque de la sorcellerie. Nous avons été forgés pour ramper dans l'ombre et déchiqueter les tiens avec nos crocs, tout doucement pour laisser le temps à la terreur et à l'horreur d'anéantir tout l'être avant la mort de sa chair. Ce n'était pas notre choix, nous sommes la malédiction d'un humain. Ce n'était pas notre haine, pas notre vengeance qui nous animait.

Nous étions loyaux et avons bien servi notre maître, pourtant au lieu de nous aimer il a prit peur. Il a dit que nous étions le Mal... à l'époque, si jeunes en ce monde, nous n'avons même pas compris. Il nous a fallu apprendre. Avec le temps.

----

"Même pas une corpulence, un vêtement, une couleur de peau, une odeur? Rien?"
"Non, je n'ai rien vu du tout... je suppose qu'ils sont arrivés par derrière, mais c'est flou: c'est arrivé très vite et c'était très violent."
"Ils, au pluriel?"
"Je pense, oui: on m'a écarté les bras et les jambes, et puis tiré vers le haut très vite... Je pense qu'ils devaient être au moins 3 ou 4, peut-être plus. Et des balaises."
"Et pourtant vous ne les avez pas vu arriver dans un couloir de métro désert."
"Ouais, je sais que ça à l'air bizarre, moi aussi j'ai du mal à y croire. J'vous jure, pourtant, monsieur."
"Vu que j'étais là quand on vous a décroché du plafond à six mètres de haut et qu'il n'y avait pas d'échafaudage en vue, je vais vous accorder le bénéfice du doute pour les détails bizarres. J'aimerais avoir votre autorisation d'interroger votre médecin sur vos blessures, tous les détails peuvent nous aider."
"Sûr, pas de problème, je veux que vous retrouviez les gars qui m'ont fait ça." Le jeune homme lève une main enrubannée devant ses yeux et frissonne. "Il a dit que je n'avais aucune blessure sérieuse et que le principal risque, maintenant, c'était l'infection. Mais ils me filent des anti-bios de cheval. 30 clous! Longs comme ma main! Vous le croyez ça? Ces malades m'ont cloué au plafond et, normalement, je sors de l'hôpital avant la fin de la semaine!"
"Vous avez eu beaucoup de chance." 30 clous, le même nombre que la dernière personne que l'inspecteur ait vu clouée à un plafond dans cette ville. Oui le gamin a eu de la chance, parce que l'autre était mort. Lentement, par "suffocation du crucifié". Salement, sans sa peau.

----

Une fois inutiles, notre maître nous abandonnât. Il en est mort, sans défense par son propre choix quand l'autre sorcier est arrivé. L'autre sorcier nous a appris les clous et le feu. Puis il nous a enfermés, scellés dans une cage et enterrés dans une grotte à jamais. Le temps est long dans une oubliette, nous avons beaucoup dormi.

Un jour un gamin est arrivé, bravant les interdits pour impressionner sa belle. Il nous a jeté une lance, nous l'avons attrapée. Il s'est enfuit et n'est jamais revenu. Nous avions une lance!

Nous avons passé la lance à travers les barreaux et nous avons recopié avec soin les runes du sceau en traçant avec la pointe sur le roc. Un cercle tout autours de la cage.

----

"Kévin? Alors c'est comme ça qu'il s'appelle ce petit con de 'Robo'?"
"Robo?"
Le vigile du métro guide l'inspecteur vers un banc et lui montre la signature brûlée à l'acide sur le plastique. "Notre tagueur le plus prolifique. Et il n'y va pas qu'au feutre, monsieur travaille à l'acide, au chalumeau et à la fraise, il est à la pointe des technologies de dégradation de biens publics. Il nous a salopé tout le réseau mais pas moyen de mettre la main dessus: c'est un sacré sprinteur et il connaît très bien nos caméras."
"Ce n'est peut être pas un hasard qu'on ai pas de vidéo de son agression, alors?"
"À l'heure où c'est arrivé, sans doute pas."
"Dans ce cas, j'ai deux questions: 1 où est le matériel de 'Robo' s'il a été agressé en plein travail, 2 serait-il possible de voir son œuvre de ce soir là?"
Le vigile réfléchit un moment. "Alors pour la 1, aucune idée, désolé... mais maintenant que vous le mentionnez c'est une bonne question. Il se balade avec un gros sac de sport et, nous, on ne l'a pas récupéré donc si vous non plus on a du le lui voler. Et la 2, je n'ai rien repéré de nouveau sur le quais alors je parie qu'il a tagué un métro. Je vais vous appeler le central pour retrouver celui où ça a dû se passer."
"Merci."

L'inspecteur réfléchit pendant l'appel: la précédente victime était aussi liée au métro, une espèce de néo-nazillon qui aimait tabasser les SDF. Et qui avait trouvé plus méchant que lui avant que la police n'ai pu mettre fin à ses agissements. Les SDF des sous-terrains ne sont pas très enclin à appeler la police, ce qui lui avait donné une longueur de retard.
Kévin ne semble pas être du même calibre que son prédécesseur, c'est peut-être la raison pour laquelle il a été agressé de façon moins atroce, mais ça vaudrait le coup de vérifier si les croix gammées ne font pas partie de ses thèmes graphiques.

----

C'est ainsi que nous sommes enfin sortis de notre prison, car si le cercle des runes ne peut être brisé il est possible de le retracer plus grand. Dés lors il nous a été possible d'étendre encore et encore notre liberté à condition de bien en dessiner les limites.

Ce ne fut pas chose facile, nos frontières étaient fragiles lorsqu'exposées aux éléments et les humains ne nous avaient pas oubliés. Nous avons été tentés de conquérir le territoire par les crocs et de prendre notre revanche... mais nous avions vu, grâce à notre maître, où menait la vengeance et quelle plus grande émancipation que de refuser le dessein égoïste pour lequel il nous avait créés?

Le croira tu, humain, nous avons pardonné. Décrété notre maître insignifiant. Nous avions d'autres aspirations que le Mal. Nous nous sommes terrés au plus profond de grottes discrètes et nous avons attendu. Nous sommes très patients. Nous avons encore une fois beaucoup dormi.

----

Raté pour la piste d'extrême-droite: Robo dessine des... robots. Des gribouillis de robots dignes d'un gamin de 6 ans, dirait l'inspecteur, qui parfois tirent des lasers sur la "poliss" avec les deux "s" stylisés de la Wafeen-SS. Mignon.
Le Goldorak pourfendeur du système en question se tient sur un autre motif à peu près rectangulaire, comme si c'était un rocher. Cela attire l'attention de l'enquêteur qui, même sans être un critique d'art expert, devine à la calligraphie élégante qu'elles sont d'un autre auteur. Peut-être ce dernier n'a-t-il pas apprécié qu'on tague sur sa marque?
"Ce truc, ici, sur lequel se tient le robot. C'est de Kévin?"
"Non, un autre tagueur bien plus ancien. J'ai toujours vu ces marques depuis que je bosse ici, celui là est très méthodique mais moins agressif: il tague tous les métros, mais juste une ou deux fois, des petits dessins discrets. Souvent près du sol ou dans un coin un peu caché."
"Vous pouvez m'en dire plus sur lui?"
"J'ai bien peur que non, il est encore plus discret que ses marques. Jamais vu, jamais entendu. Ça pourrait être un des SDF 'résidents'. Vu la vitesse à laquelle il marque les nouveaux métros, je ne serais pas surpris qu'il vive ici et pour rester aussi invisible il doit connaître les lieux comme sa poche. Ou sinon c'est un vigile. Hehe."

----

Et puis les humains nous ont oubliés. Et puis ils ont creusé la terre et créé d'immenses, magnifiques sous-terrains. Et puis ils y ont mis des machines qui tournent le jour comme la nuit et nous ont offert un nouveau moyen de marquer notre territoire: nous avons découvert par l'expérimentation qu'une rune qui bouge a le même effet, pour une durée limitée, qu'une ligne de runes. Vous nous avez ouvert les portes en grand!

Nous nous sommes alors montrés à vous. Pas à vous tous, aux vous soûls ou drogués qui peuvent mieux nous voir, aux vous rejetés dans un trou parce qu'ils ne vous servent à rien et que les autres vous n'aiment pas les regarder, aux vous qui nous rappellent nous.

Il fut difficile de gagner leur confiance mais nous avons sympathisé, cohabité, échangé des idées et des moments. Nous avons vécu, enfin, une petite vie mais autre chose que le Mal. C'est là que l'homme rasé avec des runes sur ses vêtements est venu sur notre territoire. Nous ne l'avons pas aimé.

Il a fait du mal à des amis. Nous avons été furieux. Nous avons fait en sorte qu'il ne revienne plus et jeté un message à la face des humains d'en haut: ne prenez pas notre volonté de paix pour de la faiblesse, nous savons toujours être le Mal. Nous le savons très bien, vous nous l'avez apprit. Toute la haine que vous planterez en nous y trouvera un terreau fertile et vous la récolterez au centuple en retours.

Dans votre langue, je crois qu'on dirait: ne venez pas chercher la merde. C'est bien ça?

----

Le vigile est parti et comme monter dans le métro a conduit l'inspecteur loin de sa voiture, il en attends un autre qui le ramènera à son point de départ en ruminant assis sur un banc. Il a cette agaçante impression d'avoir les réponses qui lui manquent sur le bout de la langue, comme un souvenir qui se déroberait. Qu'est-ce qu'il a raté?

"Et surtout, surtout, ne touchez plus à nos runes. Nous nous sentons menacés quand on touche à nos runes et vous ne voulez pas que nous nous sentions menacés."

Il tourne la tête, croyant avoir perçu un mouvement mais ne trouvant rien à voir.

"Tu n'est ni soûl, ni drogué, ni entraîné pour ça, inspecteur. Tu ne peux pas me voir en me regardant directement. Pour connaître mon visage et pour te souvenir que depuis quelques minutes tu m'a écouté, c'est du coin de l'oeil qu'il faut essayer. Garde moi dans ta vision périphérique."

Il tourne doucement la tête sans y penser et la chose surgit dans son champ de vision: blanchâtre, cornue, humanoïde mais sinueuse, un immense sourire crochus au museau et de petits yeux jaunes. Il sursaute et recule, manquant de tomber du banc. La créature disparaît quand il la regarde pour de bon et il ne peut voir plus de détails. Mais la mémoire de son histoire et de sa voix sirupeuse et sifflante demeure.
Un rêve? Une hallucination? La voix reprends, maintenant parfaitement réelle. En regardant dans sa direction il ne décèle rien mais devine qu'il ne perçoit plus une partie du mur derrière: son cerveau refuse de traiter l'information mais quelque-chose est là, assez tangible pour bloquer la vue.

"Nous ne souhaitons pas la guerre, inspecteur. Nous pourrions parvenir à un arrangement mutuellement profitable: tu n'essaye pas d'entrer dans notre monde, ou d'y amener des renforts, et nous ne venons pas te chercher dans le tiens. Tu viens nous parler de temps en temps et nous te donnons des informations détaillées sur les activités criminelles dans notre territoire. Tu utilise ces informations pour faire régner l'ordre et ta justice, ce sera très bon pour la ville comme pour ta carrière, et nous n'aurons pas à clouer plus de corps mutilés sur les plafonds. C'est un marché sincère et honnête, inspecteur, pas de piège, pas de desseins cachés. Ceci n'est pas un marché avec le diable... le diable c'est avec qui tu devra traiter si tu le refuse."

En sueur et respirant difficilement, l'inspecteur se force à faire de l'esprit pour masquer sa peur: "Dans notre langue, on dit: c'est un marché que vous ne pouvez pas refuser."

Plusieurs monstres ricanent comme des hyènes. "Ton métro arrive, inspecteur. Au plaisir de te revoir."

[Édit 16/05: plusieurs retouches de style/orthographe. Ça m'apprendra à écrire tard et fatigué. ]
« Dernière édition: 16Mai, 2013, 11:31:45 par Lous » Journalisée
pitche
Fan de JdR amateurs et rédacteur invétéré
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 816



WWW
« Répondre #2 le: 20Mai, 2013, 13:22:14 »

Géomètre pour WJDR, une nouvelle Carrière avancée : http://www.sden.org/IMG/pdf/geometre_carriere_wh_pitche.pdf
Journalisée

Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: