Les Salons de la Cour

27Mai, 2019, 04:00:38
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Rhuadan : le vol des corbeaux  (Lu 715 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Modérateur
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 148


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« le: 26Décembre, 2012, 19:18:22 »

[A l'honneur en tant que chef de clan, un honorable membre de la Cour, soutien indéfectible d'Ynn Pryddein]

Le chef du clan Mac Bran et par extension du Vol des corbeaux se nomme Faolan, un homme de petite taille, large d’épaules aux longs cheveux et à la barbe abondante. Tel son ancêtre on l’a parfois surnommé « Bran Dubh » car ses cheveux et sa barbe sont aussi noirs que l’aile d’un corbeau.  Cette dernière est d’ailleurs souvent séparée en deux tresses (ce qui amuse beaucoup son jeune fils mais le fait comparer à un bouc par ses détracteurs) ! Comme tout les Mac Bran, Faolan est un cavalier accompli, un coureur infatigable et un marin expérimenté. Quand il ne dirige pas sa troupe ou son clan contre les boréides, les clans rebelles ou les divers dangers présents dans les hautes et basses terres de Rhuadan, l’homme aime à pratiquer l’un des sports les plus populaires de Pryddein, le Caid.  Il explique à qui veut l’entendre que ce sport est formateur pour les futurs guerriers comme pour ceux qui veulent entretenir leur combativité en temps de paix. Faolan est généralement assez calme mais ses relations avec sa reine sont plutôt houleuses car, comme tout les Mac Bran il a tendance à ne tenir compte des ordres de la souveraine que quand ça l’arrange. Bien que des rumeurs parlent d’une liaison entre lui et la reine Nuala, le roi des Mac Bran ne semble pas intéressé par une autre femme que son épouse Siobhan. Marié depuis une quinzaine d’années il a deux fils en bas âge nommés Niall et Ivo.  A noter qu’une des traditions du clan Mac Bran est la présence de divers animaux à leur côté, généralement des chiens et des corbeaux. Faolan ne fait exception à la règle et ne se déplace jamais sans son énorme chienne Treasa qui aime à mettre ses pattes sur les épaules des étrangers (leur provoquant assez souvent une peur bleue), et son corbeau nommé Ogan qui semble parfaitement comprendre ce que lui dit son maître et lui permet de rester en contact avec les membres de son unité.
   
« Dernière édition: 26Décembre, 2012, 19:28:00 par Cuchulain » Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Modérateur
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 148


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #1 le: 26Décembre, 2012, 19:26:51 »

[Deuxième membre du Vol des Corbeaux, son alter égo est également présent en ces lieux...]


Vient ensuite Carl, un barde qui pousse  l’esprit de contradiction typique de son clan jusqu’à son paroxysme. Il est en effet un fidèle de Déos, le seul parmi le clan (voire le seul parmi les Hautes Terres) et contrairement aux autres membres du clan, il fut d’abord élevé dans la ville de Brodhach et ce n’est qu’à dix ans qu’il a rejoint le territoire des Mac Bran. Une querelle avec les Mac Ervan chassa sa famille qui se réfugia chez les Mac Bran. Le jeune enfant partagea son temps entre l’apprentissage des lois et coutumes du Haut Royaume auprès des bardes et celui du métier des armes. Carl est petit, porte la barbe bien taillée et a de longs cheveux frisés blonds cendrés qui descendent sur ses épaules. Bien que bon combattant, il est plutôt renommé pour sa façon sans pareille de conter les légendes d’Ynn Pryddein, pour sa connaissance des lois combroge (c’est un dalaigh réputé) mais surtout pour sa verve et son sens de la répartie. Une plaisanterie courante chez les Mac Bran c’est d’affirmer que son qu’il n’y a plus de serpents venimeux en Rhuadan car tout leur venin est passé dans sa langue. On pourrait croire que l’expression « pointe qui blesse » désignant la satire des bardes a été inventée pour parler des paroles de Carl. Son jeu favori lors des affrontements contre les ennemis c’est de les insulter d’une telle manière qu’ils en perdent tout sang froid et deviennent des cibles faciles… Les boréides ont coutume de dire que leur dieu Locke s’est incarné en lui. Outre sa religion, l’homme rompt avec la tradition du clan pour les animaux de compagnie. Pas de corbeaux ni de chien pour lui, mais un gros chat sauvage recueilli alors qu’il n’était pas sevré, et affectueusement nommé Cuana  par son maître. Les autres Mac Bran le surnomment plutôt Puca.  La bête est connue pour n’aimer rien ni personne à part Carl (et encore ce n’est pas sur), avoir un sale caractère et des griffes acérées. L’homme est marié avec Nahiya la fille d’un marchand venu du grand désert et échoué chez les Mac Bran. Le couple a eu deux enfants et c’est un secret de polichinelle dans le vol de corbeaux que Carl l’indomptable file doux devant son épouse.
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: