Les Salons de la Cour

01Décembre, 2020, 22:45:25
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Inspirations  (Lu 3100 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Macbesse
Dalaï-Misu
Modérateur
Pétardier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 602


Usurpateur à l'ananas


« le: 03Décembre, 2012, 09:36:32 »

Je me dois de signaler la tenue au Louvre d'une exposition retraçant l'histoire de Chypre du IVe au XVIe siècle http://www.louvre.fr/expositions/chypre-entre-byzance-et-l-occident-ive-xvie-siecle, de l'empire romain tardif à la domination vénitienne. La majeure partie des collections, vous vous en douterez, est byzantine, mais il est aussi passionnant de voir comment l'art byzantin a été infléchi pendant la période franque.

Allez-y, c'est vraiment superbe, bien construit et instructif.  
(C'est jusqu'au 23 janvier).
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Macbesse
Dalaï-Misu
Modérateur
Pétardier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 602


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #1 le: 08Décembre, 2012, 10:56:21 »

Voici le portfolio que consacre le monde à l'expo : http://www.lemonde.fr/culture/portfolio/2012/12/07/chypre-ile-carrefour-entre-byzance-et-l-occident_1800292_3246.html

Vous y verrez quelques-unes des belles pièces, comme Saint-Mammas chevauchant le lion.
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Macbesse
Dalaï-Misu
Modérateur
Pétardier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 602


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #2 le: 22Février, 2014, 18:35:22 »

Cela fait longtemps que je n'ai rien poster ici mais je n'oublie pas ce projet. And in strange eons even death can die.

Je découvre enfin La Mosaïque de Sarance, de G.G. Kay.

G.G. Kay, bien qu'il change quelques noms, invente quelques faits et fasse des incursions dans le merveilleux (ou peut-être parce qu'il le fait), saisit avec beaucoup de subtilités beaucoup d'aspects de la culture, de la société et de la politique byzantine, bien mieux que certains romans historiques qui pèchent par une vision très influencée par les récits de voyageurs occidentaux, notamment de croisés (je pense au John Julius Norwich).

Le roman commence par une lecture croisée des manigances de Justinien, pardon, de Petrus, par différents acteurs : un sénateur sans pouvoir (pléonasme) mais lucide, un cordonnier actif dans la faction des Bleus à l'Hippodrome, Petrus lui-même, son oncle Valérius, préfet. Le narrateur omniscient vient donner quelques détails à base de feu grégeois et de tenue pourpre jamais retrouvée. Tout y passe : le rôle du peuple au VIe siècle, les acclamations organisées, les rituels palatins, le rôle particulier des eunuques, le coup d'état de Justinien, Théodora et son passé d'actrice - avec une retenue qu'on aimerait voir plus souvent, la réduction du Sénat à une distinction honorifique et au service de l'Empereur, la ferveur qui entoure les courses de chevaux, le poids des questions théologiques dans la vie quotidienne, l'oliganthropie et le souvenir de la peste . Le tableau est vivant, il sonne juste et il est complet.

La seconde partie met en scène un mosaïste provincial très capable, brisé par la mort de sa femme et ses filles au cours de la dernière épidémie - là aussi, j'insiste dessus, c'est une réalité souvent oubliée. Commence alors un long voyage et une interrogation sur l'art, le pouvoir et l'Eglise - Justinien Petrus, fait en effet construire en effet Sainte Sophie.

L'ensemble est vraiment bien documenté et la bibliographie était à jour lors de la sortie du roman. En outre, Cyril Mango et Warren Treadgold ont relu le manuscrit. Il s'agit de deux pointures (Mango est très fort sur cette période et Treadgold est vraiment bon sur l'armée et sur le VIIe-IXe - son The Byzantine Revival est ma référence principale pour mes Chroniques byzantines).

On pourrait presque reprocher à G.G. Kay de ne pas s'être assez éloigné du matériau initial ! 
Vraiment, il aurait pu faire un roman historique : parfois, il suffit de changer le mot ou le nom.
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Macbesse
Dalaï-Misu
Modérateur
Pétardier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 602


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #3 le: 21Avril, 2015, 20:20:52 »

Une reconstit' méticuleuse de Constantinople en 1200 : http://www.byzantium1200.com/tiles.html
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: