Les Salons de la Cour

31Mars, 2020, 15:33:48
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: "LE" John Wayne à voir (western)  (Lu 2519 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
cavaillon
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 338



« le: 29Août, 2012, 16:35:09 »

Ou, pour élargir un peu le champ, LE western classique à voir.

Je suis un sérieux fan des westerns de Sergio Leone et je ne compte plus le nombre de fois que j'ai vu ses 4 chefs d'oeuvre (je sors de la liste "Mon Nom est Personne", qui est plus une comédie qu'un western).

Mais avec les autres, j'ai bien plus de mal. Je ne parle pas de tous les autres westerns avec Clint Eastwood ("Pale Rider", "L'Homme des Hautes Plaines", "Josey Wales Outlaw", "Pendez-les haut et court"), ils m'ont tous déçus.

"Les Sept Mercenaires" est pas mal, mais "La Charge Héroïque" m'a endormi (trop verbeux), "La Poursuite Infernale" (je sais, ce n'est pas John Wayne) est rasoir... Ces deux films sont pourtant reconnus comme des chefs-d'oeuvre.

J'en ai vu deux autres dont j'ai oublié le titre, un où le héros cherche à rétablir la paix avec les indiens et passera outre son désir de vengeance, l'autre où une caravane est attaquée par des indiens (les héros s'en sortent à la fin, mais je reste traumatisé par les hurlements de souffrance d'un des protagonistes capturé que les indiens font tourner sur une roue en dessous de laquelle est allumé un petit feu). Ces deux westerns (si vous les reconnaissez) m'ont également déçus.

Pourtant, chaque fois que ce sujet est abordé, mon père me vante John Wayne, John Ford comme étant des "valeurs sûres".


Alors, au vu de ce que j'ai écrit, est-ce que vous pensez que je n'aimerai aucun western classique (peut-être que je n'adhère pas aux codes de ce genre), ou pensez-vous que je n'ai pas vu "les bons" ? Et surtout, dans ce cas-là, pouvez-vous me citer lequel (ou lesquels, mais je ne ferai probablement pas beaucoup d'essais) je devrais voir ?


Merci bien !



P.S. :  ceux qui citeront "The Quick and the Dead" perdont toute crédibilité...     
Journalisée

Quand une femme vous dit "Quoi ?", ce n'est pas qu'elle a mal entendu ; elle vous laisse une chance de modifier ce que vous venez de dire.
SgtPerry
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 589



WWW
« Répondre #1 le: 29Août, 2012, 18:07:50 »

- La prisonnière du désert / The seachers
Ethan, un vétéran de la guerre de sécession, passablement raciste, revient dans la famille de son frère au Texas. Alors qu'il traque des Comanches avec les Texas Rangers, la ferme est attaquée, la famille massacrée sauf ses deux nièces qui sont enlevées par les Amérindiens. L'homme va se mettre à leur poursuite accompagné malgré lui du fils adoptif de son frère, un métis.

- Rio Bravo
Le shérif d'une petite ville voit la tranquillité de celle-ci mise à mal par un riche éleveur et son frère très turbulent. Aidé d'un adjoint alcoolique, d'un autre boiteux et d'un jeune gars, ils vont se dresser contre la bande adverse.

- Les Cavaliers/The Horse Soldiers
Un colonel de cavalerie nordiste mène un raid de destruction des voies de chemins de fer derrière les lignes ennemies. Le colonel est accompagné d'un médecin de l'armée humaniste et la troupe va se trouver contraint de voyager avec une riche demoiselle sudiste qui a eut vent de leur mission.
Journalisée
Morgalel
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 823


« Répondre #2 le: 29Août, 2012, 19:26:56 »

-La chevauchée fantastique (la première collaboration de John Wayne et John Ford)
-L'homme qui tua Liberty Valance (considéré comme le dernier grand film de John Ford)
-Le train sifflera 3 fois (ni John Wayne ni John Ford dans celui la)
« Dernière édition: 29Août, 2012, 19:30:02 par Morgalel » Journalisée
Ohtar Celebrin
PBM TdM : Damangol / PBM YP : Phoïbos-Angfrid
Les Rêveurs
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 642



WWW
« Répondre #3 le: 29Août, 2012, 20:12:55 »

En fait ça dépend beaucoup de ce que tu attends d'un western... après tout ce n'est qu'un décor et plus ou moins une époque... on y met ce qu'on veut dedans.

Une chose que j'apprécie dans les westerns c'est le souci du portrait (au sens propre comme au figuré), on prends le temps de s'arrêter sur les visages et la plus part des acteurs sont plus charismatique que beau...

Pour moi, plus encore que Clint Eastwood (dont je suis fans au delà de ce genre), le western à le visage de Lee Van Cleef.
Spaghetti ou pas, peu importe pour moi tant que je retrouve cet intensité dans les regards.
Journalisée

Râler moins
Rôler plus !
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 424



WWW
« Répondre #4 le: 29Août, 2012, 21:40:46 »

Je suis un sérieux fan des westerns de Sergio Leone et je ne compte plus le nombre de fois que j'ai vu ses 4 chefs d'oeuvre (je sors de la liste "Mon Nom est Personne", qui est plus une comédie qu'un western).
Attention, Sergio Leone n'est pas crédité au générique de Mon nom est personne ; le réalisateur "officiel" en est Tonino Valerii   .
Soit dit en passant, c'était le dernier western du grand Henry Fonda.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 424



WWW
« Répondre #5 le: 29Août, 2012, 22:29:14 »

Ou, pour élargir un peu le champ, LE western classique à voir.
[...]
Alors, au vu de ce que j'ai écrit, est-ce que vous pensez que je n'aimerai aucun western classique (peut-être que je n'adhère pas aux codes de ce genre), ou pensez-vous que je n'ai pas vu "les bons" ? Et surtout, dans ce cas-là, pouvez-vous me citer lequel (ou lesquels, mais je ne ferai probablement pas beaucoup d'essais) je devrais voir ?
"Western classique", c'est une expression qui désigne, généralement, les productions des années 1930 à 1960, à la louche. Avec leurs codes (les bons contre les méchants, le courageux qui défend la veuve et l'orphelin, etc.), le tout dans des décors "urbains" ou "sauvages".
Mais ça peut aussi désigner des œuvres plus contemporaines, qui sont retournées vers ce "classicisme", après les folles périodes des westerns spaghettis ou des westerns "politiquement incorrects" (Soldier Bleu / Soldat bleu, par exemple). Je pense à Tombstone de George P. Cosmatos, par exemple.

Exercice difficile que de pointer, dans cela, UN seul film qui en serait totalement représentatif.
Je vais m'avancer à citer des "grands classiques", dont certains déjà pointés dans des messages précédents :

- de John Ford, avec John Wayne, James Stewart et Lee Marvin : The Man Who Shot Liberty Valance / L'homme qui tua Liberty Valance (1962). Finalement pas très "western" ou, en tout cas, une trame assez universelle pour que le côté western ne soit pas primordial. Son point fort, les interrogations autour de ce qui fait une réputation, une légende, etc. ;

- de Fred Zinnemann, avec Gary Cooper : High Noon / Le train sifflera 3 fois (1952). L'exemple même du type qui sait qu'il va se retrouver seul contre un bande de "méchants". Un film qui joue sur la lenteur (les méchants n'arrivent vraiment qu'à la fin) et qui se déroule pourtant quasiment en temps réel, de 10 heures et demie à midi (le "high noon" de l'arrivée du train par lequel viennent les tueurs). Le tout en noir et blanc. Pour l'anecdote, le film futuriste Outland de Peter Hyams (1981) en est directement inspiré, mais ne tient pas le rang de son inspirateur.

- de William Wyler, avec Gregory Peck et Charlton Heston : The Big Country / Les grands espaces (1958). Un ancien marin arrivé de la côte Est se retrouve pris entre marteau et enclume, dans une querelles entre deux grands familles qui se disputent la propriété foncière de pâturages pour le bétail. Ces luttes entre grands éleveurs sont une des thèmes des westerns (comme dans le Chisum d'Andrew McLaglen, avec John Wayne, autour de ce que l'on a appelé "la guerre du comté de Lincoln") ;

- de John Ford, avec John Wayne et Henry Fonda : Fort Apache / Le massacre de Fort Apache. Un classique de "cavalerie contre Indiens", d'officiers n'écoutant qu'eux-mêmes (et leur détestation des Indiens) ;

- de John Ford, Henry Hathaway et George Marshall : How the West Was Won / La conquête de l'Ouest (1962). Une grande fresque couvrant plusieurs décennies de la "conquête de l'Ouest", dont la guerre civile, la construction du chemin de fer, etc. Et une formidable galerie d'acteurs, dont Henry Fonda, Karl Malden, Gregory Peck, Debbie Reynolds, James Stewart, Eli Wallach, John Wayne ou encore Richard Widmark.


Une création récente, dans la veines des "westerns des grands espaces" :

- de Kevin Costner, avec  Kevin Costner, Robert Duvall et Annette Benning : Open Range (2003). Un pistolero, du bétail, des vachers sans foi ni loi, un shérif corrompu, des chevaux, de grands horizons, de la poussière. Tous les ingrédients du classique, cuisinés de manière classique.



Et deux créations plus récentes, qui, même si visuellement elles sont proches des films de la période classique du western, s'en écartent par l'esprit :

- d'Andrew Dominik, avec Brad Pitt, Casey Affleck et Sam Shepard : The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford / L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford (2007). Que l'on adhère, ou pas, à ce retournement du portrait de Robert Ford, peint ici comme un médiocre qui, à la fois, adule et envie Jesse James au point d'en arriver à l'assassiner, je trouve qu'on est, là, dans la même veine qu'un Homme qui tua Liberty Valance : un décor "western" mais une histoire universelle, celle de l'amour-haine, de la jalousie dévorante, etc ;

- de Clint Eastwood, avec Clint Eastwood, Gene Hackman et Morgan Freeman : Unforgiven / Impitoyable (1992). Ici, pas vraiment de "bons" et de "méchants", mais des fils de pute et des salauds de fils de pute, au crépuscule de leur vie (mais pas au crépuscule de leur art, pour ce qui concerne ces acteurs !).
« Dernière édition: 29Août, 2012, 22:38:11 par Xaramis » Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Les Rêveurs
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 254


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #6 le: 30Août, 2012, 00:06:29 »

Je suis un sérieux fan des westerns de Sergio Leone et je ne compte plus le nombre de fois que j'ai vu ses 4 chefs d'oeuvre (je sors de la liste "Mon Nom est Personne", qui est plus une comédie qu'un western).
Attention, Sergio Leone n'est pas crédité au générique de Mon nom est personne ; le réalisateur "officiel" en est Tonino Valerii   .
Soit dit en passant, c'était le dernier western du grand Henry Fonda.

Et quand on a la version collector du DVD comme votre serviteur on apprend que c'est bien Tonino Valerii qui l'a réalisé mais que Sergio Leone a dirigé la scène immortelle des toilettes de la gare... Et "mon nom est personne" est un de mes western favori dont la fin est empli d'humour et de nostalgie à la fois.
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
cavaillon
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 338



« Répondre #7 le: 30Août, 2012, 13:10:00 »

Merci bien à tous.

Je vais tenter d'emprunter un ou deux de ces films, ce weekend.


Pour ce qui est de "Unforgiven", il ne m'a pas laissé un souvenir impérissable, et "Le train sifflera trois Fois" m'a paru bien long... Ce qui est étrange, car les westerns de Sergio Leone sont vraiment longs, mais je ne vois pas le temps passer...
Journalisée

Quand une femme vous dit "Quoi ?", ce n'est pas qu'elle a mal entendu ; elle vous laisse une chance de modifier ce que vous venez de dire.
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Les Rêveurs
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 254


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #8 le: 30Août, 2012, 13:40:11 »

Merci bien à tous.

Je vais tenter d'emprunter un ou deux de ces films, ce weekend.


Pour ce qui est de "Unforgiven", il ne m'a pas laissé un souvenir impérissable, et "Le train sifflera trois Fois" m'a paru bien long... Ce qui est étrange, car les westerns de Sergio Leone sont vraiment longs, mais je ne vois pas le temps passer...

Ah tiens j'allais oublier "True Grit" : un vieux marshall accepte d'aider une jeune orpheline à retrouver l'assassin de son père. L'original est avec John Wayne et le remake de 2010 avec Jeff Bridges. J'avais bien aimé les deux, la dernière version étant vraiment plus "gritty" que l'original d'ailleurs...

Après tu peux aussi tenter Silverado mais à part me souvenir que c'est avec Kevin Costner tout jeune (années 80) peu de souvenir si c'est vraiment bien.
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Acritarche
Puissance Oubliée des Contrées
Les Rêveurs
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 612



WWW
« Répondre #9 le: 30Août, 2012, 14:41:25 »

Après tu peux aussi tenter Silverado mais à part me souvenir que c'est avec Kevin Costner tout jeune (années 80) peu de souvenir si c'est vraiment bien.

C'est probablement le western moderne le plus Leonien que j'aie vu (mais je suis pas un spécialiste du genre). Ce qui me fait penser que...
Journalisée

Ohtar Celebrin
PBM TdM : Damangol / PBM YP : Phoïbos-Angfrid
Les Rêveurs
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 642



WWW
« Répondre #10 le: 30Août, 2012, 15:44:05 »

Un qu'il ne faut pas retenir c'est Appaloosa avec Ed Harris et Viggo Mortensen... c'est assez nul.
Et pourtant j'aime bien Viggo Mortensen.
Journalisée

Râler moins
Rôler plus !
taillefer
Lanspessade
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 470



WWW
« Répondre #11 le: 30Août, 2012, 19:12:11 »

Les westerns spaghetti, les vrais, sont inégaux mais il y en a des très regardables:
Tu peux déja taper dans ceux de Sergio Corbucci, avec Django et Le Grand Silence.
Attention des Django, il y en a une floppée, mais ils sont tous "non-officiels" hormis le premier (évidemment) et Django2.
Le Grand Silence, avec Trintignant, est un must du western sale et cruel. (haaa Klaus Kinski!).

Dans ce qu'on peut qualifier de plus classique, pourquoi ne pas (re)découvrir Sturges, si tu as aimés les sept mercenaires?
1953 : Fort Bravo (Escape from Fort Bravo) : William Holden, qui joue dans le Pont de la rivière Kwai
1957 : Règlements de comptes à OK Corral (Gunfight at the O.K. Corral): Kirk Douglas et Burt Lancaster
1958 : Le Trésor du pendu (The Law and Jack Wade) : Richard Widmark
1958 : Le Dernier Train de Gun Hill (Last Train From Gun Hill): Anthony Quinn et Kirk Douglas.

Pourquoi pas l'homme aux colts d'or, dont j'ai un très bon souvenir; avec Quinn, Widmark et Môssieu Henry Fonda?

Bon après, je peux t'en citer d'autres (la trilogie Sabata, si tu veux du spaghetti avec Lee van Cleef), mon père et moi partagions la même passion (mon héritage m'attends dans la maison familiale, une tonne de cassettes et de dvd), mais c'est dur de te trouver quelques chose, notamment si tu n'aimes pas tout les films du canon Eastwoodien (le dernier de Sturges est très mauvais, mais quand même, Cliiiiint!)
Journalisée
cavaillon
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 338



« Répondre #12 le: 05Septembre, 2012, 13:02:33 »

Bon, ben j'ai vu hier "Rio Bravo" (le seul disponible dans la short-list que j'avais soumise à mon beau-père (liste qui comprenait, outre le sus-nommé, "La Conquête de l'Ouest" et "Fort Apache")).

Je suis rassuré, je ne suis pas perdu pour le western classique. J'ai bien aimé ce film, ses personnages attachants, sa durée (plus de deux heures) sans longueur.

J'ai remarqué au passage que le morceau de trompette joué par l'orchestre mexicain me rappelait le thème d'"Une Poignée de Dollars"... et j'ai vu ça ce matin sur wikipedia:
Citation
Morricone recalled Leone requesting him to write "Dimitri Tiomkin music" for the film. The trumpet theme is similar to Tiomkin's El Degüello theme from Rio Bravo (1959).

 

Sinon, je ne me rappelle plus trop de "Silverado", mais je l'ai vu et j'avais bien aimé.
Journalisée

Quand une femme vous dit "Quoi ?", ce n'est pas qu'elle a mal entendu ; elle vous laisse une chance de modifier ce que vous venez de dire.
cavaillon
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 338



« Répondre #13 le: 06Septembre, 2012, 12:49:23 »

Et au passage, après "Pour Une Poignée de Dollars", "Pour quelques Dollars de plus", et deux ou trois autres dont je ne retrouve pas le nom, ça fait du bien de voir un shériff droit et intègre.     
Journalisée

Quand une femme vous dit "Quoi ?", ce n'est pas qu'elle a mal entendu ; elle vous laisse une chance de modifier ce que vous venez de dire.
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: