Les Salons de la Cour

23Septembre, 2019, 03:48:44
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [Scénario] : L'Antéchrist  (Lu 1480 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
cccp
Modérateur
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 6 824



WWW
« le: 29Mai, 2012, 18:07:59 »

l'Antéchrist
contexte
Le Fléau de Dieu est un général Hun. On raconte que c’est un géant cornu crachant des flammes, fils de Satan et qu’il a la religion en horreur. Il s’est lancé à la conquête de la Gaule. Chaque monastère qu’il croise est pillé, les moines torturés et tués, les nonnes violées et les bâtiments détruits. On raconte qu’il s’est fait un collier de prépuces de moines. On prétend aussi qu’il s’est entouré de douze furies.

Le Fléau de Dieu a levé une armée de Huns pour piller les monastères de Gaule, son armée est immense et il a déjà conquis la moitié de la Gaule avant que l’on ait pu lever une armée pour s’opposer lui.

Devant son succès Eztel, roi de Huns a levé une armée pour conquérir la Gaule. Il a entraîné avec lui ses alliés : Dietreich de Véronne et ses vassaux et ceux qui lui payent tributs : Gunther et les Burgondes et Walter.
En face se trouvent Aréthuse de Rome. Mérovée, Claudas, roi franc, le roi Arthur et Siegmund, père de Siegfried, sont venu défendre l'Église et sont ses alliés.

Les PJ font parti de l’un des deux camps.

La bataille est sur le point de débuter dans les champs Catalauniques
Citation de: la bataille des champs Catalauniques : la version historique

La véritable bataille des champs Catalauniques oppose Attila, les Huns et leurs vassaux à Aetius, Rome et une coalitions de peuples germaniques dont les Wisigoths et les Francs.

Aetius est un général romain, surnommé le dernier des Romains. qui a été otage des Huns.

Attila revient d’une campagne de pillage en Gaule.

Rome et les coalisés gagnent la bataille, mais Aetius n’exploite pas cette victoire pour des raisons politiques et laisse partir Attila avec son butin.

Le personnage historique d’Attila est devenu Etzel dans les légendes. C’est un personnage puissant : de nombreux rois lui payent un tribus. C’est un personnage assez effacé et plutôt paisible, très éloigné de l’image qu’il a pu avoir auprès de certains historien.
Affrontement contre Le Fléau de Dieu
Si les PJ sont alliés à Etzel, Judith une de ses douze furies va la veille de la bataille à leur rencontre. Elle connaît l’homme et elle sait qu’il est un danger pour l’humanité tout entière. Tant qu’il est vivant, il ne peut y avoir de paix. Il faut qu’il meure. Si le Fléau de Dieu sort vainqueur de cette bataille il projette d’assassiner Etzel, de lui voler la couronne et de déclarer la guerre à l’humanité.
Si les PJ sont des amis ou des vassaux d’Etzel, Dietrich, Gunther ou Walther, celui-ci pense que le Fléau de Dieu doit mourir et leur donne son blanc-seing.

Mort du Fléau de Dieu
La bataille commence, les PJ ont le temps d’affronter un chevalier anonyme avant que Judith les attire sur le général hun. Le Fléau de Dieu n’est pas un géant cornu rouge qui crache des flammes comme on a pu le leur dire.
Par contre, il est vrai que c’est un colosse habillé en rouge ayant un blason d’or à la rencontre de démon cornu de gueule. Il porte sur son cimier une vasque de feu. Deux nonnes enduites d’huile sont attachées à sa taille. Il porte bien un collier de prépuces de moines.
Le Fléau de Dieu ne fuit pas le combat et il devrait périr de la main des PJ. Si ceux-ci rencontrent des difficultés Judith les aidera.
En mourant, la vasque qu’il porte sur son casque tombe et embrase l’huile dont sont recouvertes les deux nonnes. Brûlées vives, les deux nonnes n’ont pas la même réaction, l’une recommande son âme à Dieu alors que l’autre L’insulte.
Pour s’assurer de la mort du Fléau de Dieu, un homme d’arme plante un épieu dans son flanc. En faisant cela il se projette une braise sur les yeux ce qui l’aveugle.

Défaite des Huns
Leur général vaincu, les Huns battent en retraite, ils se réfugient derrière les chariots contenant leur butin. Son armée vaincue, Etzel s’attend à ce que les soldats d’Aréthuse profitent de leur avantage. Il craint d’être totalement vaincu et prépare un immense bûcher funéraire dans lequel se précipiter.
Mais Aréthuse a vaincu son véritable adversaire : le Fléau de Dieu et ne tient pas à s’attaquer à se lancer dans une guerre contre Etzel, elle le laisse donc fuir avec son butin.

Si les PJ ont combattu du côté d’Etzel, celui-ci leur demande de rester en ambassade auprès d’Aréthuse pour négocier la paix.

La tour
Aréthuse confie à une abbesse : Poline de Cilicie de trouver les douze furies et d’essayer de les ramener dans le droit chemin.
Aréthuse réunit ses alliés. Le Fléau de Dieu a put piller trop facilement la Gaule parce que celle-ci est fort mal défendu, elle décide de la construction d’une grande tour capable d’empêcher une nouvelle invasion. Elle demande à ses alliés de lui fournir des hommes pour sa construction, elle utilise les prisonniers comme main d’oeuvre et demande comme rançon des chevaliers qui ont été fait prisonniers des artisans et des pierres.
C’est une entreprise de grande ampleur qui débute. Elle réunit de nombreux peuples : Romains, Bretons, Flamands, Francs, Burgondes, Lombards et Huns. Les PJ participent à cette entreprise. Ils veillent à l’approvisionnement en nourriture et en eau pour les hommes, en pierre et en bois pour les bâtiments. Ils supervisent les travaux, jugent les différents entre les hommes et supervisent leur travail. Ils bénissent les pierres ou se livrent à quelques rituels pour garantir la solidité.
Chaque grand roi a laissé un de ses preux sur place afin qu’eux aussi supervisent les travaux.

En tant que MJ, laissez cette étape aux joueurs et proposez-leur des problèmes en accords avec leurs capacités.

Le début de la colère
Mais plus le temps passe, plus il y a de conflits entre les ouvriers. L’un accuse l’autre de lui avoir volé ses outils, d’avoir saboté son travail, de l’avoir insulté, de l’avoir cocufié...
Ses petits conflits sont de plus en plus fréquents, ils gagnent ensuite les seigneurs qui encadrent les artisans.
Un soir, ivre, Keu le sénéchal d’Arthur réveille la compagnie en chantant la nuit.
Le lendemain, lors d’un festin, ses “exploits” nocturnes sont fort méchamment moqués par Volker le joueur de vielle.

Plus tard dans la soirée, Heime demande l’attention. Il prétend avoir entendu dire que certains ici présents se prétendent excellents cavaliers. Il scrute l’assemblée, en posant son regard sur certains, dont un PJ. Il paraîtrait, que lui Heime ne serait même pas capable de débourrer un poney. Et bien soit il est prêt à le prouver à tout le monde et qu’il est capable de débourrer n’importe quelle bête. Demain il partira chercher une bête magnifique chevaucher une bête sauc aurochs. Il défit tout le monde d’en faire autant. Il est très difficile de déterminé qui l’a mis en colère. Certains preux, piqués dans leur orgueil se montrent bravaches et se lancent dans une surenchère de ce qu’ils sont capables de chevaucher. Heime propose d’aller le lendemain chasser des aurochs pour les chevaucher. Les membres de l’assistance qui ne se portent pas volontaires pour tenter eux aussi cet exploit sont traités de lâches.

Le lendemain c’est donc une compagnie nombreuse qui part en chasse à la recherche d’un troupeau de boeufs sauvages. Gageons que les joueurs vont être inventifs pour trouver un moyen de trouver ces animaux. Une fois sur leurs dos, ils doivent réussir une épreuve d’endurance :

  • une réussite légendaire permet de débourrer l’animal ;
  • une réussite héroïque permet de se sortir honorablement et surtout indemne ;
  • un personnage ayant une réussite commune est navré ;
  • et s’il n’a pas de réussite, il subit une séquelle.

Aucun preux n’arriver à dresser un aurochs et un froid saisit les participants quand Antheul, neveu de Keu se brise le cou dans une tentative maladroite.
Citation de: les bourrins
Un bourrin est un cheval n’ayant jamais été monté. Débourrer un cheval consisite à le chevaucher pour la première fois. C’est une activité sportive, puisque le cheval a tendance à ne pas accepter la présence d’un homme sur son dos et vas tenter de s’en débarrasser de son cavalier en ruant et en se cabrant. C’est le principe du rodéo, où le bourrin peut être remplacé par un taureau.

L’origine du mal
Les esprits s’étant refroidi, il est maintenant possible de s’interroger sur l’origine de la colère de Heime. Ils peuvent aussi s’interroger sur les autres cause de mécontentement : l’ivresse de Keu, la méchanceté de Volker ou les querelles des ouvriers.
Et si les PJ ne font rien

Si les joueurs ne se mettent pas d’eux même à enquêter, quelques jours après, les PJ assistent à une querelle entre Keu le Sénéchal et Volker le joueur de vieille. Le premier accuse le second de lui avoir voler sa selle. Volker vient d’acquérir une magnifique selle dans un beau cuir teinté en vert ornée de pierres précieuses. Volker prétend avoir acheté honnêtement cette selle et prend très mal d’être traité de voleur. Le ton monte très rapidement et les deux preux décident d’en découdre. Après avoir saisi leurs armes, les deux chevaliers jurent chacun être le propriétaire légitime de la selle et que l’autre est un menteur et voleur ou un calomnieux. Volker sort vainqueur de ce duel et Keu ne survit pas.

Si les choses en sont arrivés là, Aréthuse charge les PJ de comprendre l’origine de ce combat.

A partir de ce moment les PJ ont plusieurs pistes pour comprendre ce qu’il se passe :
  • La colère de Heime. Il faut des trésors de diplomatie pour qu’il ne s’emporte pas en repensant à cette histoire. Il a entendu une chanson se moquant de ses capacités de cavalier. Cette chanson parlais des montures merveilleuses qu’avaient pu chevaucher différents preux. Dans son refrain, cette chanson disait que “et Heime, lui ne sait pas même monter un poney !”. En interrogeant les ouvriers où Heime a entendu cette chanson, ils leur parlent d’un conteur homme, grand et maigre plus noir que la suie.
  • La selle de Volker. Cette selle semble bien avoir appartenu à Keu, mais quelqu’un la lui a volé quelques jours auparavant. Volker venait de l’acquérir peu avant la querelle, il l’avait acheté à un marchand grand et maigre plus noir que la suie.
  • L’ivresse de Keu. Keu a sympathisé avec un chevalier grand et maigre plus noir que la suie. Les deux hommes ont festoyé jusqu’à tard dans la nuit avant de se diriger, titubant et chantant des chansons paillardes, vers la tente de Volker, probablement par erreur.
  • Dans les querelles des ouvriers apparait toujours un tiers, soit ce homme grand et maigre, plus noir que la suie, soit Poline de Cilicie, soit une des douze furies.

L’homme noir
Les personnages devraient se lancer sur la piste de ce grand homme maigre, plus noir que la suie. La description est suffisante pour qu’on leur indique un homme correspondant à ce signalement prêcher prêts de la chapelle de la Tour.
Il est entouré de douze furies, de Poline de Cilicie et de fidèles en train de prêcher un message de haine. Il jure et blasphème. Quand les PJ arrivent, il envoie ses disciples à l’assaut des PJ.
Au milieu de la mêlée, ou lorsque tout semble perdu pour les PJ, un grondement se fait entendre et la terre s’ouvre emportant l’homme noir. Les disciples et les douze furies s’enfuient chacun de leur coté. Charge aux PJ de se lancer à leur poursuite. Les furies se sont enfuit séparément.
Les PJ devront se lancer à leur poursuite.
Citation de: Le message de l’homme noir
L’homme noir reprend le discours du Fléau de Dieu et de ses furies. Il prétend que l’homme n’est qu’une bête, l’âme est une illusion et la religion, un mensonge. Il faut encourager la haine et le désir, ne surtout pas les brider et s’adonner à la violence. Il prétend qu’il n’y a pas de vérité. Ce message très anti-chrétien flattant les bas instincts, permit au Fléau de Dieu de réunir une si grande armée.

Les douze furies
Après la disparition de l’homme noir, les douze furies se dispersent. Charge aux PJ de les retrouver et de les vaincre. Depuis la trahison de Judith, l’homme noir et les furies ont su séduire Poline de Cilicie qui est devenue la douzième furie.

  • Les PJ auront à affronter Poline de Cilicie en utilisant de rhétorique, celle-ci veut en effet les convaincre que le message du Fléau de Dieu est la Vérité.
  • Les Tentatrices ont prit une villa et en ont fait un lieu de débauche. L’eau de l’atrium y a été remplacée par du vin, des tables ont été dressées, elles sont couvertes de poissons en sauce, de viandes rôties, de volailles grillées, de pâtisserie, de miel et de bière. Le tout étant servie par des jeunes gens et des jeunes filles nubiles nus. Les PJ sont accueillis par des chants, des danses et des parfums.
  • Les Géantes ne tentent pas de se cacher et dès qu’elles sont rejointes par les PJ chargent sans aucune tactique
  • Les Guerrières ont prit la tête d’une troupe de brigands et de quelques paysans. Dès qu’elles s’apperçoivent que les PJ sont sur leurs traces elles leur tendent une embuscade.

La répartition exacte entre Tentatrices, Géantes et Guerrières n’est pas claire. Les PJ ne savent pas exactement qui sont les douze furies. Une fois les Tentatrices et les Guerrières vaincues, il n’est pas évident de distinguer une Tentatrice d’une des jeunes filles nubiles ni une villageoise d’une Guerrière. Il reste donc un doute que toutes soient vaincues.

NB : Les PJ peuvent très bien passer Poline et les Tentatrices par le fil de l’épée sans autre forme de procès.

La chute de la tour
Les Furies vaincues, les PJ peuvent revenir à la tour pour continuer la supervision de sa construction. Malheureusement en revenant sur les lieux, ils constatent que le chantier a été abandonné. Entre les échafaudages, ils trouvent les corps de quelques ouvriers ayant été tué. En cherchant un peu, ils rencontrent un groupe de voleurs tentant de récupèrent des outils abandonnés, des planches ou des pierres taillées. Ils implorent la clémence de PJ et leur racontent que depuis la disparition de mort de l’homme noir, les querelles ont continué de se multiplier, les Huns et les Romains ne se parlaient plus, les Burgondes et les Francs s’insultaient, les Lombards sont partis, suivis des Flamands. Les Bretons en sont venus aux mains avec les Aquitains. Le chantier a finalement été abandonné.

Antagonistes
Le Fléau de Dieu
Est un général Hun, ennemi de dieu. C’est un colosse à la peau sombre et aux yeux jaunes. Il est violent, impétueux, orgueilleux et fier. Il haït l’humanité toute entière et ne rêve que de son d’anéantissement. Ses armoiries sont de d’or à la rencontre de démon cornu de gueule. En héraldique, rencontre signifie tête présentée de face.
mots clés : sorcier 5, noble 3, chevalier 2, bâtard 2
caractéristiques : adresse 4, endurance 6, force 9, ruse 4, sagesse 5
talents : fourberie, nigromance, hopplomachie, richesse, talent extraordinaire : affinité avec le feu, tactique, autorité, équitation, chasse, rhétorique, éloquence, lutte
vertu : bravoure 4, loyauté 1, magnanimité 1, amour (famille) 1, amour (Etzel) 1, amour (douze furies) 1, amour (or) 3, honneur 3, fougue 2

Les douze Furies
Les douze furies sont les lieutenants du Fléau. Tout le monde connaît leur nombre, par contre personne ne les connaît vraiment, si on interroge des Huns, ils peuvent donner le nom de Malka la lionne, Betzabée, Astrée aux yeux vairons, mais les autres...
Elles ont rejoint Le Fléau pour des raisons diverses.
Certaines ont été séduite par la violence du personnage. Ce sont les géantes. Elles servent de champions
mots clés : cheval 5, brut 2
talents : équitation, équitation, chasse, cosmopolitisme, lutte, éloquence
caractéristiques : adresse 4, endurance 6, force 8, ruse 1, sagesse 3
vertus : bravoure 4, loyauté 1, magnanimité 1, amour (famille) 2, amour (Huns) 1, fougue 3 amour (chevaux) 1

D’autres le suivent, pour l’aspect hédoniste et immoral du message du Fléau. Ce sont les tentatrices. Elles servent d’émissaires.
mots clés : jeune 4 famille 1, bâtard 2
talents : charme, lutte, art, fourberie, confort, rhétorique, éloquence
caractéristiques : adresse 7, endurance 5, force 3, sagesse 2, ruse 5
vertus : bravoure 1, loyauté 1, magnanimité 2, amour (famille) 1, amour (Huns) 1, amour (vie) 3, fougue 1, amour (or) 2, honneur 1

D’autres ont choisit de suivre le Fléau par ambition personnelle tout en étant sensible au message de violence et d’hédonisme. Ce sont les guerrières qui sont les capitaines de son armées.
mots clés : arme 5,, bâtard 2
talents : hoplomachie, arc, tactique, lutte, équitation,fourberie, rhétorique
caractéristiques : adresse 5,endurance 3, force 6, ruse 5, sagesse 3
vertus : bravoure 3, loyauté 0, magnanimité 1, amour (Huns) 2, amour (famille) 0, amour (vie) 2, fougue 1, amour (or) 2, honneur 1

Deux furies sortent toutefois de l’ordinaire : Judith et Poline de Cilicie.
Judith la sicaire est une ancienne nonne d’origine hunique. Elle s’être convertie elle est rentrée au cloître, mais l’enfermement monastique ne lui convient pas. Quand elle prend connaissance du message du Fléau elle est aussitôt séduite, mais se met à éprouver des doutes qui l’amène à le trahir.
mots clés : lettré 4, bâtard 5, cheval 1
talents : écriture, rhétorique, cosmopolitisme, éloquence, fourberie, héraldique, hoplomachie, charme, équitation, art
caractéristiques : adresse 4, endurance 6, force 4, ruse 5, sagesse 6
vertus : bravoure 3, loyauté 0, magnanimité 3, amour (Huns) 3, amour (famille) 0, amour (savoir) 2, foi 1, amour (or) 1, honneur 3

Poline de Cilicie est une abbesse d’rogine arménienne. Elle est ambitieuse et cultivée Elle se saisist de l’opportunuité de se faire bien voir. Mais en rencontrant l’homme noir et les furies, elle se laisse tenter par le message et devient la douzième furie en remplacement de Judith.
mots clés : lettré 4, bâtard 5, famille 1
talents : écriture, rhétorique, cosmopolitisme, éloquence, fourberie, héraldique, hoplomachie, charme, confort
caractéristiques : adresse 5, endurance 5, force 3, ruse 6, sagesse 6
vertus : bravoure 1, loyauté 0, magnanimité 4, amour (Rome) 3, amour (famille) 0, amour (savoir) 2, foi 1, amour (or) 1, honneur 3

L’homme noir
Qui est cet homme plus noir que le suie, grand et maigre ? Il connait le message du Fléau et le prèche le surlendemain de sa dispartion. On pourrait penser que c’était donc un de ses soldats, mais aucun d’eux ne l’a vu auparavent. Il prétend être le Fléau réssucité, comme lui il a des yeux jaunes et une affinité avec le feu, mais faut il croire quelqu’un prétendant qu’il n’y a pas de vérité.
caractéristiques : idem que le Fléau.

Protagonistes
Aréthuse de Rome
Aréthuse est fille de chevalier et ne voulant pas d’époux inférieur en vaillance à son père et ses frères, elle s’est réfugié à la cours d’Etzel. Depuis elle a été armée chevalier et est devenu général de l’armée romaine. Pour plus de détails voir “Aréthuse et Etzel”.
Mots clés : noble 5, Jeune 3, Lettré 2
talents : hoplomachie, tactique, autorité, héraldique, charme, lutte, écriture, rhétorique, équitation, art
caractéristiques : adresse 6, endurance 7, force 4, ruse 4, sagesse 4
vertus : bravoure 2, loyauté 1, magnanimité 2, amour (famille) 4, amour (patrie) 2, fougue 1, amour (vie) 1, foi 1, amour (seigneur) 1

Les preux
Ils représentent les grands rois qui décidèrent de bâtir la tour
Sagramord le Destré est le fils de ou le neveu de l’empereur de Constantinople. C’est un chevalier de la table ronde téméraire. Il sert souvent de faire-valoir aux autres héros de la table ronde. Il est souvent le premier à tenter un exploit et il échoue avant qu’un autre héros réussisse.
Heime est un des fidèles de Dietrich de Vérone. Il a une affinité avec les chevaux. Plusieurs chevaux exceptionnels sont issus du haras de son père. Il est impétueux et fier et sert aussi de faire-valoir.
Claudas est le roi de terres désolées. Il capture les terres des rois Ban de Bénoïc et Bohors de Gaunes et spolie leurs enfants : Lancelot, Bors et Lionel. Devenus adultes, ceux-ci lui reprennent leurs terres.
Volker, le joueur de vielle est un chevalier Burgonde. Il est guerrier et musicien, boen qu’il utilise plus ses talents à l’épée qu’à l’archet.
Keu le sénéchal est le fils du père adoptif du roi Arthur. Avant de devenir roi Arthur était son écuyer. Depuis il est devenu son sénéchal. Il est fier et peu courtois.
Walther est le fils du roi d’Aquitaine envoyé comme otage à la cours d’Etzel, qu’il sert comme chevalier. Son histoire est racontée dans le Waltherius.
« Dernière édition: 29Mai, 2012, 18:19:40 par cccp » Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
LeDupontesque
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 156



WWW
« Répondre #1 le: 01Octobre, 2012, 15:14:08 »

Je ne le lis pas hein... promis 
Journalisée

"On est pas obligé de comprendre pour aimer, ce qu'il faut c'est rêver"
[David Lynch]
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: