Les Salons de la Cour

17Janvier, 2019, 06:24:16
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [Les Songes d'Obéron n°4 ou 5 : "A Table !"] Appel à contributions  (Lu 21425 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 412


Usurpateur à l'ananas


« le: 01Décembre, 2011, 09:50:41 »

Avec une admin' hobbite cuisinière maniant le rouleau à pâtisserie avec une dextérité devenue légendaire, cela devait bien arriver, le thème "A Table !" a fini par sortir du bois.

Est-ce que cela signifie que le numéro sur les Gens de l'Ombre est terminé ? Pas tout à fait, mais on est sur la bonne voie et on s'est tous dit qu'il était bon de mettre plusieurs plats au feu, histoire de ne pas laisser refroidir l'enthousiasme.

Pour ma part, "A Table", cela m'inspire des sujets d'articles extrêmement variés, allant du maniement de l'arme alimentaire (pétrole contre nourriture, ça vous rappelle quelque-chose ?) aux petits plats à préparer pendant une partie de jeu de rôle en passant par les enjeux narratifs et ludiques d'une scène de banquet.

Et vous ?

On peut commencer à en discuter ici, mais n'oubliez pas de contacter Hikaki par MP pour avoir accès à la section cachée du forum.
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 412


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #1 le: 02Décembre, 2011, 20:39:06 »

Forcément, avec un thème comme celui-là, Xaramis ne pourra pas faire l'habituel panorama. 
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 412


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #2 le: 02Décembre, 2011, 22:14:44 »

Pour l'instant, on a une contribution de Kérosène toute prête ("Nourris bien ton corps" pour un univers cyberpunk sous le Soleil Vert) qui me fait penser à ce charmant documentaire :



On peut le voir (légalement) à cette adresse.

Mais il y a sûrement des façons plus légères de traiter le thème, par exemple de mettre en scène les moyens de gruger la PAC, les moyens de faire bénéficier ses produits du label BIO et des engrais, pesticides et herbicides.  

Miam !
« Dernière édition: 02Décembre, 2011, 22:43:12 par Macbesse » Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Xaramis
Chambellan
Argoulet
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 6 904



WWW
« Répondre #3 le: 03Décembre, 2011, 12:38:32 »

Forcément, avec un thème comme celui-là, Xaramis ne pourra pas faire l'habituel panorama. 
Pas un panorama des JdR gastronomiques, c'est certain.
Mais j'ai posé des jalons pour un autre genre de panorama.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 412


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #4 le: 03Décembre, 2011, 13:17:30 »

Héhé.
Pour ceux qui n'ont pas accès à la section secrète, Xaramis a commencé à lister des polars où la nourriture joue un rôle important.
Et au chapitre Inspis, j'espère bien qu'on aura des recettes de cuisine !  (Kérosène, Hikaki... ?) Et comme je l'écrivais dans la partie secrète du forum, il serait sympa de proposer un menu pour accompagner chaque scénario. 

Je peux quant à moi me charger des documentaires glauques sur l'agriculture et la nourriture. Ca fait de bonnes inspis pour des scénarios contemporains ou cyberpunk. 
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Hikaki
La Chancellerie
Maréchal
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 4 633



WWW
« Répondre #5 le: 03Décembre, 2011, 17:09:20 »

Tout dépendra de mon temps libre, mais j'ai sous le coude des recettes, bien sûr, ainsi que des livres de recettes antiques ou médiévales.
Journalisée
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 412


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #6 le: 05Décembre, 2011, 19:47:35 »

Quel titre provisoire veux-tu donner à ton article ?

Quant à ton temps libre... tu sais, d'ici avril, ça laisse le temps. 
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Hikaki
La Chancellerie
Maréchal
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 4 633



WWW
« Répondre #7 le: 05Décembre, 2011, 20:13:20 »

Ben, heu, comme j'ai déjà la tête dans le guidon et que l'année scolaire se termine officiellement en juillet.....  Sinon, j'avais déjà commis un article intitulé La table au 16° siècle, qui se trouve sur le site et qui pourrait être ajouté aux Songes pour ceux qui n'ont pas le courage de fouiller sur le site.  ( http://couroberon.com/porte/index.php?option=com_content&task=view&id=14&Itemid=45 )
Si j'ai le temps, je pourrai faire de même avec l'Antiquité (cuisine romaine, grecque ou gauloise).
Journalisée
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 412


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #8 le: 05Décembre, 2011, 20:50:02 »

Tu pourrais aussi faire une version revue et augmentée de cet article, avec quelques recettes, par exemple.

Je note pour l'instant : La Table dans l'Antiquité.

Et je te prends ton rouleau, non mais. 
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Hikaki
La Chancellerie
Maréchal
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 4 633



WWW
« Répondre #9 le: 05Décembre, 2011, 22:41:26 »

Je ne peux pas tester mes recettes sans mon rouleau ! Quant à donner les recettes, ce serait quand même pas mal du copier/coller de textes existants (libres de droit, depuis le temps, mais tout de même, ce ne sont forcément pas des recettes de mon invention).
(Tiens, en relisant cet article, je vois qu'il y a un certain nombre de recettes médiévales qui n'y figurent pas ; ça pourrait aussi faire une aide de jeu si mon inspiration antique est trop courte.)
« Dernière édition: 05Décembre, 2011, 22:44:57 par Hikaki » Journalisée
Nital
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 17



« Répondre #10 le: 06Décembre, 2011, 16:03:32 »

Bonjour,

Bon, je n'avais pas vu (ou compris) que je pouvais poster ici... Mais grâce aux conseils avisés d'Hikaki je suis en mesure de le faire...
Tout ça pour dire que je n'ai pas la possibilité de contribuer à ce numéro des Songes autrement qu'en signalant une expo en très fort lien avec le thème du numéro.
Cela inspirera peut-être certains contributeurs...

http://www.archea-roissyportedefrance.fr/Musee-Louvres/Expositions-temporaires/Expositions-temporaires-en-cours/Exposition-Ripailles-et-rogatons-manger-au-Moyen-Age-en-Pays-de-France

A bientôt
Journalisée
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 412


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #11 le: 06Décembre, 2011, 16:32:47 »

Extrêmement intéressant. J'aime beaucoup la perspective d'histoire sociale qui est mêlée à celle du goût et des lieux. 
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 412


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #12 le: 16Août, 2013, 00:53:04 »

Le prochain numéro des Songes a pour thème « A Table ! » et j'ai songé que pour stimuler les contributions, un cadrage – non exhaustif – des thèmes liés à la nourriture et au repas serait utile et attirerait peut-être même des contributeurs.

J'en tirerai un article plus étoffé.

Pour l'instant, je dresse une liste à la volée. J'ai mis quelques images, j'en ajouterai. C'est inspirant les images : la preuve, les concours de scénarios les utilisent !

Convivialité rôliste

Dans la mesure où parmi les plaisirs du jeu de rôle se compte la convivialité, le moment du repas et les échanges de gâteaux sont au moins aussi importants pour la réussite d'une partie que l'élégance d'un système de règles ou la finesse d'un contexte.
Le rôliste a ses madeleines, son « Pschiit Orange » (les Irrécupérables), mais il prend de l'âge et souvent s'embourgeoise, changeant parfois ses habitudes alimentaires. C'est fou, parfois le rôliste désire bien manger. Mais comment concilier les impératifs de temps et la bonne bouffe ?

De l'art de faire tomber le quatrième mur avec de la nourriture

Manger ce que les personnages mangent fait partie des moyens d'immersion. C'est un moyen classique de faire tomber le « quatrième mur », employé au théâtre et popularisé par la compagnie d'Ariane Mnouchkine dans les années 70.
Recettes médiévales, compléments alimentaires en comprimés (il le faut bien, pour la SF !), vaste est le spectre.
Un pas peut être franchi avec la mise en scène de l'absorption de nourriture par des accessoires, l'âme du démon contenu dans la bouteille servie dans une coupe de vin au joueur.

Le festin de Babette : la centralité du repas

Le moment du repas est éminemment social. C'est un rituel crucial dans la plupart des sociétés, régi par des habitudes et une étiquette souvent figées (Le Charme Discret de la Bourgeoisie). Il peut être mis à profit pour régler des affaires, faire voler en éclat des secrets et les étaler à la face de tous (Festen), négocier un important contrat, ou encore séduire (Le Festin de Babette).
Un scénario peut facilement intégrer une scène de banquet et jouer sur les différentes pressions et opportunités offertes aux personnages.

Babette partant à la conquête de la bourgeoisie :



Manquer

Survivre devient un objectif, les rations sont comptées, les maladies suivent. L'homme se révèle. Il peut se sacrifier comme s'abaisser aux pires actions. En situation de famine, c'est toute la société qui s'affole.
Un scénario peut très bien tourner sur la quête de nourriture ou mettre les personnages face à une population affamée.
Ersatz et substituts (pain à la sciure) peuvent être convoqués.

L'économie morale de la foule (E.P. Thomson)

Corollaire du point précédent : il est faux d'affirmer que la société perd toute raison lors d'une famine. Souvent une organisation se substitue aux cadres classiques et attaque les greniers et entrepôts, organise d'une façon empirique des redistributions, recherche les coupables du « complot de famine » pour les châtier. Cette violence est à la fois spectaculaire et très ciblée.
A ma connaissance, aucun scénario de jeu de rôle n'a encore jamais exploité un tel thème de cette manière, et c'est bien dommage.

Cannibalisme

Le premier tabou qui vient à l'esprit, qui peut être lever non sans honte dans la situation évoquée, est celui du cannibalisme. Dans les situations les plus extrêmes, il arrive que des parents mangent leurs enfants ou réciproquement : il arrive que les parents se tuent pour que les enfants vivent. En cas de guerre prolongée, les chairs mortes peuvent être récupérées et consommées. Dans les exemples historiques, les gens se cachent, toujours, sauf dans les quelques cas de tribus cannibales où il s'agit davantage de rituels que d'alimentation. Dans les dystopies, des sociétés prédatrices se mettent en place (La Route), ou la chair humaine est recyclée (Soleil Vert).
Le jeu de rôle peut servir à confronter à la rupture de ce tabou.

Reprenez un peu de solyent :



 
Tabous et normes alimentaires

Les religions et plus généralement les normes sociales font une démarcation nette entre ce qui est consommable ou non. Les circonstances peuvent les briser : la guerre peut pousser à consommer le chien, le chat, le rat et les animaux des zoos, fierté de la ville (le siège de Paris en 1870), la disette et l'isolement les animaux proscrits par la religion, et une simple méconnaissance de l'autre. Servir le mauvais plat au mauvais moment peut avoir des conséquences tragiques qui dépassent totalement les deux individus, notamment dans un contexte de relations diplomatiques tendues.
Dans un registre comique, il est possible de jouer sur les malentendus : « mange d'abord les yeux » (la famille Addams)
Et quand les temps changent, il faut parfois changer de régime alimentaire - passer du Big Mac au Bug Mac ou plus déroutant encore...



Corps étranger

La nourriture, l'aliment chaque jour étranger est pour nous un corps étranger. Alors que nous ne connaissons pas grand-chose de lui, nous le laissons entrer mais nous sommes méfiants, parfois à raison. Ne nous change-t-il pas, ne nous empoisonne-t-il pas à petite feu ? Ne nous possède-t-il pas ? « Mange-moi » « Bois-moi » et nous voilà partis tel Alice. Poussé dans une logique de science-fiction, l'aliment peut devenir parasite ou symbiote, faire muter. Dans tous les univers, il peut altérer le comportement, pousser au relâchement des pulsions. Dans un univers réaliste contemporain, l'étrangeté peut résider dans les transformations de l'aliment, dont on ne sait plus s'il est nourriture ou poison etdéjà notre corps ne nous appartient plus : culte de la minceur, anorexie, boulimie, la nourriture devient folie.
Dans des univers aliénant, l'acte de manger ne nous appartient plus.

Charlie Chaplin se fait gaver dans les Temps Modernes et pas une minute de travail n'est perdue :




L'abus de malbouffe vu par Poultrygeist



A la recherche du goût

Se nourrir peut être un plaisir, et son raffinement un art. Compétitions culinaires, quête de l'épice rare, ouverture de routes maritimes vers la cannelle ou l'anis, recherche de maître-queux et mise en scène de leur vie, quête du souvenir d'un goût perdu, les occasions de se lancer dans l'aventure ne manquent pas.
Sur un versant plus sombre, les laboratoires agro-alimentaires mettent au point les techniques permettant d'approcher au plus prêt le « bliss point », ce point magique où le cerveau n'a pas la sensation d'absorber de la nourriture, ce point qui permet d'en consommer à l'infini sans éprouver la sensation de satiété. Il est possible d'imaginer un scénario mettant en scène des luttes d'espionnage industriel entre laboratoires, du lobbying aggressif et l'intimidation d'associations pour la santé publique ou de consommateurs victimes.
Dans les dystopies, où la nourriture courante a perdu tout goût, la recherche d'un goût naturel peut être un enjeu psychologique, ou même politique et on peut aller jusqu'à s'entretuer pour lui. Dans des variantes SF plus légères, l'aliment goûteux fait l'objet de course-poursuite ou de running-gags et le plus souvent s'évanouit sans être consommés après avoir provoqué des conflits (Cowboy-Bebop ou le homard).

Vatel édifiant le temple des rêves :




Excès

« En dehors de la bouffe, tout est épiphénomène ». Avec le sexe, la nourriture est l'activité humaine qui se prête le mieux aux débordements, aux personnages de bons vivants les plus haut en couleur. Ils peuvent être triomphants à l'image de Pantagruel, pathétiques et autodestructeurs à l'image des personnages de La Grande Bouffe, voluptueux ou honteux, idolâtrés ou condamnés.

Le biscuit de trop... (le Sens de la Vie)





L'arme alimentaire


Sur un terrain stratégique, la nourriture peut être une arme de guerre. Détruire pour affamer et exterminer (occupation allemande à l'est de 41 à 43), isoler pour affaiblir (blocus britannique de la première GM), combiner blocus et négociations (« pétrole contre nourriture »). Les exemples sont très anciens : les cités grecques ont souvent comme objectif diplomatique (ou militaire) premier la sécurisation de l'approvisionnement. Les greniers et les ports sont des endroits stratégiques. Les tenir peut permettre de faire basculer un pouvoir ou de mener une révolution. Plus l'environnement est confiné, plus cette importance tactique est grande, que ce soit dans la cité antique ou le complexe souterrain post-apocalyptique.

Et le pistolet sort de l'assiette (Existenz)




N'hésitez pas à ajouter d'autres paragraphes !
« Dernière édition: 16Août, 2013, 14:27:32 par Macbesse » Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
cccp
TDCA
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 6 297



WWW
« Répondre #13 le: 24Janvier, 2014, 22:22:45 »

Cela faisait un moment que je triturais le thème.
J'ai commencer à mettre en place des éléments d'intrigue là dessus.
Ceux qui ont le lien vers Gothlied peuvent le chercher dans le cycle des vassaux / Festin
Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
Macbesse
Dalaï-Misu
Le Guet
Pétardier
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 412


Usurpateur à l'ananas


« Répondre #14 le: 25Janvier, 2014, 09:27:30 »

Bonne nouvelle !
Journalisée

Le monde ne veut pas de politique. Il lui faut le vaudeville français et la soumission russe à l'ordre établi. Lermontov
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: