Les Salons de la Cour

19Janvier, 2020, 10:41:27
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [Anne] L'oiseau qui chante ne sait pas si on l'entendra  (Lu 3656 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Jacky
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 74


« le: 22Janvier, 2011, 14:09:33 »

C’est l’aube. Le soleil n’a pas encore percé à l’horizon, pourtant les signes ne trompent pas. Il y a cette tension dans l’air ambiant, et un je ne sais quoi, comme une intuition. Il va faire chaud aujourd’hui, très chaud, peut être même trop. L’été s’annonce sec et pesant. Aussi loin que porte son regard, Anne ne distingue pas le moindre nuage. Il ne faudra donc pas chercher l’ombre de ce côté-là.

Installé à une petite table dans ses appartements personnels, face à une porte fenêtre largement ouverte sur les jardins de sa demeure, il termine un de ses fameux dessins, ceux que sa mère appelle des atouts. S’il n’a guère un grand talent artistique, et qu’il a mis du temps à apprendre comment insuffler le pouvoir dans ses croquis, il y parvient désormais, et c’est bien là l’essentiel.

Ses parents sont absents. Chacun d’eux est retourné de son côté de l’univers vaquer à des occupations qui le dépassent et dont il se moque éperdument d’ailleurs. Il est donc seul, enfin sans compter les quelques serviteurs à son service dont la plupart ne tarderont pas à s’éveiller pour s’occuper comme il se doit du jeune maître.

Anne savoure durant quelques instants encore  cette atmosphère de calme et de paix. Mais bien vite ses pensées reprennent le dessus et il se rappelle qu’il avait prévu une partie de chasse ce matin avec quelques uns de ses amis, tous de gentilshommes bien sur.

Par chance il dispose encore d’un peu de temps pour les rejoindre, s’il le souhaite. La forêt dans laquelle leur chasse est programmée ne se trouve guère qu’à quelques lieues, lesquelles seront rapidement parcourues à cheval.
Que fais-tu ?
Journalisée
Glorfindel
Invité
« Répondre #1 le: 22Janvier, 2011, 20:53:37 »

Eh bien oui, pourquoi ne pas aller se joindre à cette partie de chasse ? Le temps est superbe. Anne fait donc seller son bon cheval bai d'Espagne, Condé, ainsi appelé suivant la coutume car il s'agit d'un présent de Monsieur le Prince de Condé.

Lui-même ceint au côté une élégante épée française à la garde ouvragée, plus par respect des convenances et pour attester de sa qualité de gentilhomme que parce qu'il pense avoir à se battre, et glisse à sa ceinture l'étui où il a l'habitude de ranger les Atouts de ses parents et de sa demeure, au cas où. Puis il se fait apporter son arquebuse. Il la confie à son valet Pierre, qui l'accompagnera, et tous deux partent à cheval vers la forêt d'Evreux.

C'est sans doute près de la Mare aux Biches que M. de Broglie, M. de Gallard et M. de La Bare se seront assemblés avec leurs rabatteurs et leurs veneurs, et Anne espère les y retrouver.
Journalisée
Jacky
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 74


« Répondre #2 le: 23Janvier, 2011, 12:19:10 »

Il prend donc la route tranquillement. Le trajet se passe sans encombre. Tout est calme autour de lui et il a le loisir de contempler le magnifique spectacle de l'éveil de la nature. Le vent faisant vibrer les branches des arbres dans un bruissement des plus agréable, les fleurs multicolores s'ouvrant et se tournant vers les premiers rayons de l'astre du jour, une famille de lapins promenant dans les hautes herbes. Puis c'est l'humanité qui s'active à son tour, les fermiers traversant les champs, les commerçants déjà sur les routes pour aller vendre leurs produits au grand marché de la ville. Tout est si paisible et bien rôdé ici. C'est à la fois beau et reposant.

Près d'une vingtaine de minutes après son départ, il parvient enfin à destination ou presque. Il ne lui reste plus qu'à traverser un petit sous-bois et il aura atteint la fameuse mare aux biches. C'est à ce moment là que le chant d'un oiseau attire son attention. Oh bien sur tout au long de la route il a eu droit au concert de toutes sortes de volatiles, mais là c'est différent, et c'est la raison pour laquelle il s'arrête instant. Un sifflement mélodieux qu'il n'a encore jamais entendu auparavant. Se pourrait il qu'une nouvelle race d'oiseau se soit installée dans la région sans qu'il s'en rende compte plus tôt ? Peu probable. Il parvient finalement à repérer l'origine du son, et découvre la créature posée majestueusement sur la branche d'un hêtre au moins bi centenaire. D'un rouge flamboyant relevé d'or, d'aucun auraient dit qu'il s'agissait là d'un légendaire phénix. Quand l'oiseau s'aperçoit de sa présence, il se remet à siffler en le fixant bien, comme s'il lui délivrait un message puis s'envole, fait quelques tours au dessus de sa tête, comme pour l'inviter à le suivre, et file dans la direction opposée à celle ou Anne avait initialement prévue de se rendre.

Que fait il ? Va t'il au rendez vous de ses amis ou suit il cet étrange animal ?
Journalisée
Glorfindel
Invité
« Répondre #3 le: 23Janvier, 2011, 15:16:03 »

Par exemple, voilà qui est fort extraordinaire ! Anne ressent soudain une vive excitation. Se pourrait-il que cet oiseau étrange ait un rapport avec le monde dans lequel évolue ses parents, le monde des Ambriens et des Chaosiens, où l'on peut rencontrer les créatures les plus curieuses ?

Anne décide d'en avoir le coeur net. S'adressant à Pierre, il lui dit :

-Tu iras trouver ces messieurs à la mare aux biches, et tu m'excuseras auprès d'eux. Une affaire d'importance m'appelle, et je ne sais combien de temps je serai absent.

Le valet ne pose pas de question : de la part des parents d'Anne, il est habitué à de telles extravagances. Laissant son arquebuse aux mains du serviteur, Anne, sans méfiance, s'élance à la suite de l'oiseau.
Journalisée
Jacky
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 74


« Répondre #4 le: 23Janvier, 2011, 23:24:12 »

Alors qu'Anne s'élance à la poursuite de l'oiseau mystérieux, il se rend compte qu'au fur et à mesure de sa chevauchée le décor autour de lui commence à changer. Ce ne sont certes que d'infimes variations, la couleur des fleurs qui varie, le ciel qui se couvre d'épais nuages cotonneux, des panneaux qui apparaissent là ou il n'y en avait pourtant pas d'après ses souvenirs, et ces éléments s'accumulant, il finit par ne plus reconnaître du tout les environs.

Se pourrait il qu'il soit en train d'expérimenter ce que ses parents appellent 'la marche en ombre' ? Et si c'est bien le cas, comment cela est il possible ? Un simple oiseau serait il capable de telles prouesses ?

Il finit par arriver dans une clairière ou s'écoule un ruisseau d'eau claire. Le phénix s'est posé sur un gros rocher au pied de la source et semble l'inviter à prendre un peu de repos et à se désaltérer ici. Ce n'est pas une mauvaise idée, surtout qu'avec cette chaleur sa monture doit surement avoir soif.

C'est aussi l'occasion de faire un choix, continuer à suivre cette créature, sans savoir d'ou elle vient, qui l'envoie, et ou elle le mène, ou rentrer chez lui grâce à ses atouts. Reste aussi la possibilité de tenter de prendre contact avec ses parents.
Journalisée
Glorfindel
Invité
« Répondre #5 le: 24Janvier, 2011, 07:38:44 »

Une autre idée vient à l'esprit d'Anne : essayer de parler avec le phénix. Car enfin, il n'y a pas trente-six solutions : soit cet oiseau est la créature d'un Prince d'Ambre ou d'un Seigneur du Chaos, soit il est lui-même un Prince ou un Seigneur, revêtu d'une apparence trompeuse. Anne sait par sa mère qui la métamorphose est chose naturelle à ceux qui ont grandi dans les Cours. Pourquoi ne pas essayer d'engager la conversation ? Si cette tentative échoue, il sera toujours temps d'aviser.

Anne descend de cheval, et va s'asseoir près du ruisseau, où il boit quelques gorgées d'eau. Puis il adresse un charmant sourire au phénix, et lui demande :

-Eh bien, bel oiseau, d'où viens-tu donc ? Qui t'envoie, et où me mènes-tu ?
Journalisée
Jacky
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 74


« Répondre #6 le: 24Janvier, 2011, 10:43:22 »

L'oiseau émet une nouvelle série d'accords mélodieux comme pour lui indiquer que s'il l'a bien compris, il n'est hélas pas doué de la parole, mais il semble avoir trouvé une parade puisqu'il penche sa tête en direction de ta main, comme s'il souhaitait que tu le touches.

Une fois le contact établi entre vos deux corps, tu reçois mentalement trois images, comme trois réponses données à tes trois questions.

Pour ce qui est du lieu ou il vient, il te montre une tour d'un noir de jais entourée d'un immense champs de roses. Difficile de dire ou un tel lieu peut se situer. En tout cas, c'est un endroit magnifique et tu sens toute la puissance qui en émane simplement à travers une vulgaire image mentale, c'est dire...

Pour ce qui est de la personne qui l'envoie, l'image est trop floue, pour que tu puisses distinguer de qui il s'agit. Apparemment, celui ou celle qui a envoyé la créature avait prévu que tu pourrais t'enquérir de son identité et a trouvé un stratagème pour garder l'anonymat.

Pour ce qui est du lieu ou il te conduit, il te montre une cité portuaire à flanc de montagne, laquelle domine une large vallée bordée d'une immense forêt. Tu reconnais instinctivement ce paysage qui fait écho dans ton propre sang. Ambre.

Après t'avoir montré ces quelques images, le phénix coupe le lien et s'envole. Il va se désaltérer à son tour puis se pose sur une branche assez loin de toi, te signifiant que le temps des questions est révolu et qu'il faut maintenant passer à l'action.
Journalisée
Glorfindel
Invité
« Répondre #7 le: 24Janvier, 2011, 14:24:06 »

Anne hésite un peu. Il n'est pas timoré, et il ne se connaît pas d'ennemis, mais il se doute bien que son père doit en avoir. Ambre a son lot d'intriguant sans scrupules, qui seraient sans doute près à s'en prendre au fils pour atteindre le père.

Mais le jeune homme finit par chasser ces sombres pensées. Que craint-il, avec sa bonne épée au côté et ses Atouts en poche ? S'il s'agit d'un piège, il se sent de taille à s'en tirer. Du reste, si le maître de l'oiseau était hostile, sans doute aurait-il d'autres moyens de s'en prendre à Anne que de lui envoyer un inoffensif oiseau. Du reste, Anne est d'un caractère curieux.

-Il serait par trop discourtois de refuser si délicate invitation. Je te suis, bel oiseau.

Et, joignant le geste à la parole, Anne enfourche Condé d'un mouvement souple.
Journalisée
Jacky
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 74


« Répondre #8 le: 25Janvier, 2011, 12:00:23 »

Le phénix semble apprécier et pousse un trémolo mélodieux avant de reprendre son envol.

Au fur et à mesure de votre parcours, le décors se met à nouveau à changer. Même si ce n'est pas lui qui initie la traversée, il parvient à percevoir l'augmentation de la réalité autour d'eux, ce qui crée chez lui à la fois une vive excitation mais aussi le sentiment d'une certaine familiarité.

Ils atteignent finalement la légendaire forêt d'Arden, la mère nature de tous les univers connus et inimaginables.

"La forêt est un immense royaume vert qui s'étend sur presque tout le continent. Les arbres se dressent comme d'immenses tours noires. Un peu de soleil reste accroché dans leurs plus hautes branches, formant des nids de phénix, tandis que la douceur de l'air toujours humide et vespéral estompe le contour des souches, des troncs, des rondins et des pierres moussues.

Au-dessus des arbres gigantesques forment une voûte jusqu'à l'infini. Des arbres puissants et majestueux, d'un vert profond, riche, légèrement teinté d'or, avec une cime élevée qui prenait son essor vers le ciel. D'énormes pins, des chênes, des érables et d'autres espèces ... On y trouve des cerfs, des renards, des chevreuils. La brise est humide et
parle de choses vivantes." (L'univers d'Ambre)

Alors qu'il s'enfonce toujours un peu plus dans la plus ancienne forêt de l'univers, il perçoit le grondement lointain d'une chevauchée compacte. Plusieurs cavaliers arrivant à bride abattue. Bientôt le hurlement des chiens se joint à la partie.

Une manticore de quatre mètres de long, une parodie de visage humain sur les épaules d'un lion, des ailes d'aigle repliées sur les flancs, une longue queue de scorpion pointueet recourbée au-dessus du corps, surgit des fourrés sur sa droite.

Elle semble dans un état second. Se pourrait il que les cavaliers soient à sa poursuite ? Probable. Dans l'état ou elle se trouve, toute personne ou créature se trouvant sur son passage est considérée comme un agresseur, et elle ne tarde donc pas à se positionner en position de combat, et à l'attaquer à l'aide de sa queue de scorpion.
Journalisée
Glorfindel
Invité
« Répondre #9 le: 26Janvier, 2011, 16:00:01 »

Anne, qui s'émerveillait de la splendeur d'Arden, est tiré de sa contemplation par l'arrivée du monstre. Voilà un gibier bien différent des biches et des sangliers d'Evreux ! Voyant la manticore se diriger vers lui, Anne prend rapidement son parti : manifestement, cette créature n'a rien contre lui en particulier, elle ne fait que s'attaquer à ce qui lui barre le chemin.

En cavalier accompli, Anne fait donc volter Condé et, se penchant sur le flanc du cheval pour éviter un éventuel coup de queue, s'empresse de s'écarter de la route de la manticore, lui laissant le passage. Après tout, il n'a aucune raison de combattre le monstre, et qui sait si le maître des lieux ne risquerait pas de prendre ombrage de voir sa chasse perturbée ? Le jeune homme opte donc pour la prudence, même si, sans doute, cela manque un peu de panache. Arriver pour la première fois en Ambre en mettant les pieds dans quelque plat n'est sans doute pas la meilleure chose à faire.
Journalisée
Jacky
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 74


« Répondre #10 le: 31Janvier, 2011, 10:34:12 »

La manticore tente bien de lui donner un coup de queue qu'il parvient toutefois à éviter. Les réflexions du jeune homme au sujet du monstre sont exactes, et une fois la voie libérée, la créature s'empresse de quitter les lieux.

Le martèlement des sabots se fait de plus en plus fort, et bientôt sonne le cor. Le hurlement des chiens gagne encore en intensité. D'après ses estimations, ils seront sur lui dans moins de deux minutes.

Que faire ? Détaler loin d'ici rapidement ou rester et attendre de voir ?
Journalisée
Glorfindel
Invité
« Répondre #11 le: 31Janvier, 2011, 12:04:30 »

ça dépend en partie de ce que fait l'oiseau. S'est-il arrêté ou poursuit-il son chemin ?
Journalisée
Jacky
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 74


« Répondre #12 le: 01Février, 2011, 13:30:50 »

L'oiseau a tout bonnement disparu. Tu l'as quitté quelques secondes des yeux le temps d'effectuer ta manoeuvre pour éviter la charge du manticore, et à présent plus moyen de le localiser.

L'écho de la chevauchée se fait de plus en plus proche.
Journalisée
Glorfindel
Invité
« Répondre #13 le: 01Février, 2011, 14:07:09 »

La décision d'Anne est vite prise. Détaler, ce serait donner l'impression qu'il a quelque chose à se reprocher, ce qui n'est pas le cas. Le jeune homme n'est qu'un paisible voyageur, traversant la forêt d'Ardenne avec la conscience tranquille : pourquoi se cacherait-il ? Anne ignore quels sont les réglements s'appliquant à la traversée de la forêt, mais justement : raison de plus pour attendre, se renseigner et, si besoin, régulariser sa situation.

Il se campe donc au pied d'un chêne pour attendre la troupe, sans néanmoins lui barrer le passage, au cas où les cavaliers décideraient de poursuivre la manticore sans s'arrêter.
Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: