Les Salons de la Cour

03Décembre, 2020, 08:12:21
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 [2] 3   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Droits d'auteur et JdR  (Lu 7556 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Eunostos
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 291



WWW
« Répondre #15 le: 07Janvier, 2019, 22:25:35 »

J'ai peine à comprendre qu'on puisse vouloir user de droits d'auteurs dans la catégorie des jeux amateurs.
L'amateurisme c'est la passion, le partage non?

On peut vouloir partager ses créations sans vouloir se les faire piller/plagier par d'autres. Les jeux que nous proposons sur la Cour sont protégés par le droit d'auteur.

Dans ma folle jeunesse, j'ai publié sur un site de fans de Magic : l'Assemblée une longue série d'articles sur l'univers de ce jeu, dont certains m'ont demandé beaucoup de temps de documentation, de rédaction et de mise en page. J'en ai retrouvé un plagié sur un blog Skyrock.
Au cours de mes études, j'ai mis en ligne sur mon site "L'atelier d'Eunostos" plusieurs exposés d'histoire ancienne que j'avais faits en classe prépa, à titre d'aide pour les vaillants élèves qui viendraient après moi. Je les ai retrouvés plagiés sur un site d'aide aux devoirs.
Un gros document sur l'univers de Magic que j'avais mis en ligne sur le même site a été plagié sur un site consacré à ce jeu.
Après ces mésaventures, j'ai décidé de mentionner une licence sur mon site et les documents que j'y partage. J'ai choisi une Creative Commons parce qu'elle est à la fois une "vraie" licence à valeur juridique établie et un texte clair, qui permet de présenter rapidement ce qu'on autorise ou non. Ça n'éviterait pas les plagiats, mais au moins les gens seraient prévenus.
Les documents de mon jeu Kosmos portent tous cette licence.
En juin 2018, j'ai trouvé trois plans que j'avais dessinés pour Kosmos plagiés dans le supplément Troie du jeu Antika publié par les Ludopathes. J'en parle en détail sur cette page. Ce que j'ai vu dans ce supplément est à frémir en termes de non-respect des droits d'auteurs.
Je suis chaque jour réchauffé par le brasier de ma passion créative, je ne vis que pour l'éducation des masses et les pieds de nez au capitalisme, je chante la vie, je danse la vie et je sème à tout vent, comme disait Larousse... mais maintenant, je me méfie et oui, je mets des licences précises à mes créations.
Cette expérience m'amène donc à penser que la question des droits d'auteur reste légitime, même dans un milieu amateur de taille restreinte.
« Dernière édition: 07Janvier, 2019, 22:29:24 par Eunostos » Journalisée

Kosmos, mon jeu de rôle sur la mythologie grecque qui a vraiment lu les textes antiques.
Ohtar Celebrin
PBM TdM : Damangol / PBM YP : Phoïbos-Angfrid
Les Rêveurs
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 770



WWW
« Répondre #16 le: 09Janvier, 2019, 09:54:42 »

Hello,

Je fais un peu de nécromancie de fil pour vous faire partager un article qui propose des pistes de réponse à certaines interrogations initiales de Lous :

http://blog.xyrop.com/post/2018/12/31/%5BR%C3%A9flexion%5D-Droit-d-auteur-JdR



J'ai commencé la lecture, j'aime bien le parallèle avec la pièce de théâtre... par contre je ne suis pas d'accord quand tu dit qu'a minima les différents joueurs et le MJ constituent le public.

Pour reprendre le parallèle du théâtre, ça reviendrait à dire que quelques amis comédiens répétant dans leur salon sont déjà entrain de faire une représentation et doivent demander l'autorisation de l'auteur de la pièce...

Si la partie reste dans le cadre privé, que personne n'y assiste, il n'y a pas de public selon moi.



Je poursuit.
Journalisée

Râler moins
Rôler plus !
Tristan
TDC
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 382


« Répondre #17 le: 09Janvier, 2019, 14:13:09 »

Dans ma folle jeunesse, j'ai publié sur un site de fans de Magic : l'Assemblée une longue série d'articles sur l'univers de ce jeu, dont certains m'ont demandé beaucoup de temps de documentation, de rédaction et de mise en page. J'en ai retrouvé un plagié sur un blog Skyrock.
Au cours de mes études, j'ai mis en ligne sur mon site "L'atelier d'Eunostos" plusieurs exposés d'histoire ancienne que j'avais faits en classe prépa, à titre d'aide pour les vaillants élèves qui viendraient après moi. Je les ai retrouvés plagiés sur un site d'aide aux devoirs.
Un gros document sur l'univers de Magic que j'avais mis en ligne sur le même site a été plagié sur un site consacré à ce jeu.
Après ces mésaventures, j'ai décidé de mentionner une licence sur mon site et les documents que j'y partage. J'ai choisi une Creative Commons parce qu'elle est à la fois une "vraie" licence à valeur juridique établie et un texte clair, qui permet de présenter rapidement ce qu'on autorise ou non. Ça n'éviterait pas les plagiats, mais au moins les gens seraient prévenus.

J'ai vécu plusieurs fois l'expérience troublante qu consiste à lire un texte et à se dire que... mais... mais... en fait, c'est de moi, avec des fautes d'orthographe en plus.

En général, ça me rend désagréable.
Journalisée
Lord Skeletor
Prophète des JdR oubliés...
Les Rêveurs
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 636



WWW
« Répondre #18 le: 09Janvier, 2019, 18:31:12 »

Hello,

Je fais un peu de nécromancie de fil pour vous faire partager un article qui propose des pistes de réponse à certaines interrogations initiales de Lous :

http://blog.xyrop.com/post/2018/12/31/%5BR%C3%A9flexion%5D-Droit-d-auteur-JdR



J'ai commencé la lecture, j'aime bien le parallèle avec la pièce de théâtre... par contre je ne suis pas d'accord quand tu dit qu'a minima les différents joueurs et le MJ constituent le public.

Pour reprendre le parallèle du théâtre, ça reviendrait à dire que quelques amis comédiens répétant dans leur salon sont déjà entrain de faire une représentation et doivent demander l'autorisation de l'auteur de la pièce...

Si la partie reste dans le cadre privé, que personne n'y assiste, il n'y a pas de public selon moi.

Je n'ai pas écrit autre chose. L'autorisation est en principe toujours nécessaire, mais il existe l'exception du cercle de famille qui permet précisément à des potes comédiens de répéter dans le salon, puisque cet exercice du droit de représentation est réalisé gratuitement, sans public, n'est pas capté ni diffusé, et concerne des potes.

Dès qu'il y a captation et diffusion, dès qu'il y a du public, dès qu'il y a une monétisation quelque part, alors on sort de l'exception du cercle de famille - et l'autorisation du titulaire de l'oeuvre préexistante est requise. Ça signifie aussi qu'un JdR sur une plate-forme pétrolière ou dans une prison devrait systématiquement requérir l'autorisation du titulaire car ce ne sont pas des cas de cercle de famille (d'où les avertissements sur les DVD de location - enfin ça se fait moins maintenant puisqu'on ne loue plus les DVD).

Sur une telle qualification, la solution naturelle serait pour chaque auteur/éditeur d'émettre une licence pour ces cas de captation / diffusion / démo publique à la fin de son ouvrage. Mais peut-être que ces qualifications juridiques sont totalement erronées, que la narration d'une partie de JdR n'est pas une oeuvre protégeable par le droit d'auteur ?

Dans ce cas, il y aura un fort intérêt à s'intéresser aux parties amateur les plus populaires sur youtube et en sortir des adaptations en jdr / scénarios papier sans demander aucune autorisation, qui ne serait d'ailleurs pas nécessaire compte tenu du contenu des licences youtube relatives aux concessions de droits. Que voilà une source de profits potentielle ! Du moins si une partie de JdR n'est pas une oeuvre protégeable...

Journalisée

Jouer des enfants ? "Héros comme Trois Pommes" !
Mon blog JdR en français et in english.
Mortlock
Lutin d'ovalie
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 421



« Répondre #19 le: 09Janvier, 2019, 20:27:01 »

Article très intéressant, merci LS !
Une question (je n'ai pas encore tout lu), le but d'un JDR ou d'un scénario c'est, enfin il me semble, d'être joué, non ? Il est créé dans ce but : être joué au moins entre amis. Du coup l'autorisation de l'auteur n'est-elle pas tacite ?
Journalisée

Il n'était pas ailier, il n'était pas pilier, il nétait pas talonneur, il n'était pas entraineur... Mais alors qui était-il ?
Il était un petit navireuh ! il était un petit navireuh ! qui n'avait ja ! ja !  jamais navigué ohé ohé !!!!
Hikaki
La Chancellerie
Maréchal
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 4 835



WWW
« Répondre #20 le: 09Janvier, 2019, 22:34:30 »

Ce ne sont pas les potes autour d’une table qui posent problème, mais les parties en convention, en club de jdr, sur YouTube, etc. où, effectivement, l’accord de l’auteur, sauf licence particulière, est nécessaire. L’auteur ne permet rien de plus que la partie « classique ».
Journalisée
Mortlock
Lutin d'ovalie
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 421



« Répondre #21 le: 09Janvier, 2019, 23:18:46 »

Oui, je comprends. Même si selon moi l'auteur doit bien savoir que le jdr ce n'est pas uniquement le cercle amical/familial mais aussi les conv les clubs et que son intention est aussi que son jeu se trouve en conv et clubs. Le contraire serait pour moi surprenant. D'où ma question sur le but de l'auteur, sur la destination de son oeuvre. En creux, la non spécification d'une quelconque interdiction (qui ferait a mon humble avis passer l'auteur pour une etrange bête ) de jouer en conv ou en club ne vaut elle pas pour acceptation ?
« Dernière édition: 09Janvier, 2019, 23:35:47 par Mortlock » Journalisée

Il n'était pas ailier, il n'était pas pilier, il nétait pas talonneur, il n'était pas entraineur... Mais alors qui était-il ?
Il était un petit navireuh ! il était un petit navireuh ! qui n'avait ja ! ja !  jamais navigué ohé ohé !!!!
Lord Skeletor
Prophète des JdR oubliés...
Les Rêveurs
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 636



WWW
« Répondre #22 le: 10Janvier, 2019, 17:13:52 »

Oui, je comprends. Même si selon moi l'auteur doit bien savoir que le jdr ce n'est pas uniquement le cercle amical/familial mais aussi les conv les clubs et que son intention est aussi que son jeu se trouve en conv et clubs. Le contraire serait pour moi surprenant. D'où ma question sur le but de l'auteur, sur la destination de son oeuvre. En creux, la non spécification d'une quelconque interdiction (qui ferait a mon humble avis passer l'auteur pour une etrange bête ) de jouer en conv ou en club ne vaut elle pas pour acceptation ?

Le droit d'auteur interdit les accords non écrits : selon l'article L. 131-2, alinéa 1 du Code de la propriété intellectuelle, "les contrats de représentation, d'édition et de production audiovisuelle (...) doivent être constatés par écrit. Il en est de même des autorisations gratuites d'exécution."

Ensuite, j'imagine très bien un auteur vouloir s'assurer que son jeu est joué "d'une certaine façon". Exemple : un gars qui ferait des démos d'Héros comme Trois Pommes en convention avec un scénario lycéennes+tentacules+gore+sexe, ça m'ennuierait un petit peu de ne pas être à sa table de jeu.

Mais tout dépend également de la qualification initiale, car le premier article part du principe que la partie de JdR est qualifiable juridiquement. Si ce n'est pas le cas (réflexion suscitée suite à la remarque d'Othar), alors on arrive à une autre situation de très forte liberté d'exploiter le contenu de la partie. Comment peut-on dénier la qualité d’œuvre à une partie de JdR ? L'argumentation se trouve là : http://blog.xyrop.com/post/2019/01/09/%5BR%C3%A9flexion%5D-Droit-d-auteur-non-applicable-JdR


« Dernière édition: 10Janvier, 2019, 17:18:15 par Lord Skeletor » Journalisée

Jouer des enfants ? "Héros comme Trois Pommes" !
Mon blog JdR en français et in english.
Mortlock
Lutin d'ovalie
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 421



« Répondre #23 le: 10Janvier, 2019, 17:54:26 »

Ok, c'est clair comme ça ! 
Journalisée

Il n'était pas ailier, il n'était pas pilier, il nétait pas talonneur, il n'était pas entraineur... Mais alors qui était-il ?
Il était un petit navireuh ! il était un petit navireuh ! qui n'avait ja ! ja !  jamais navigué ohé ohé !!!!
Tristan
TDC
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 382


« Répondre #24 le: 10Janvier, 2019, 23:08:31 »

Ensuite, j'imagine très bien un auteur vouloir s'assurer que son jeu est joué "d'une certaine façon". Exemple : un gars qui ferait des démos d'Héros comme Trois Pommes en convention avec un scénario lycéennes+tentacules+gore+sexe, ça m'ennuierait un petit peu de ne pas être à sa table de jeu.

En tant qu’auteur, j’ai des droits sur mes textes. Sur les mots imprimés, leur reproduction, leur diffusion, tout ça. Je n’aime ni les plagiaires, ni les pirates.

Mais je ne suis en aucun cas l’auteur unique du produit final, celui dont profitent les joueurs, parce qu’il y a un type entre eux et moi, le meneur de jeu. Celui-ci est libre de faire ce qu’il veut avec mon texte, de l’altérer, d’y introduire des scènes ou d’en supprimer, de changer mon coupable si celui que je proposait ne lui plaisait pas, de mettre du papier peint à fleurs là où mon texte envisageait un mur uni et ainsi de suite. Et s’il veut convertir en comédie ce que je voyais comme un drame, il en a le droit.

Empiriquement, je peux dire qu’ils ne s’en privent pas, pour l’excellente raison que je croise des joueurs qui me remercient pour « mes »scénarios alors que quand il les raconte, il en reste le titre et peut-être un PNJ. Et oui, en sens inverse, ça m’est arrivé de me faire engueler par des gens pas contents alors que leur mauvaise expérience venait clairement du gus derrière le paravent.

Le jeu de rôle, ce n’est pas un auteur en position surplombante, c’est une création à trois : auteur, MJ, joueurs.
Journalisée
Lord Skeletor
Prophète des JdR oubliés...
Les Rêveurs
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 636



WWW
« Répondre #25 le: 11Janvier, 2019, 09:49:06 »

Ensuite, j'imagine très bien un auteur vouloir s'assurer que son jeu est joué "d'une certaine façon". Exemple : un gars qui ferait des démos d'Héros comme Trois Pommes en convention avec un scénario lycéennes+tentacules+gore+sexe, ça m'ennuierait un petit peu de ne pas être à sa table de jeu.

En tant qu’auteur, j’ai des droits sur mes textes. Sur les mots imprimés, leur reproduction, leur diffusion, tout ça. Je n’aime ni les plagiaires, ni les pirates.

Mais je ne suis en aucun cas l’auteur unique du produit final, celui dont profitent les joueurs, parce qu’il y a un type entre eux et moi, le meneur de jeu. Celui-ci est libre de faire ce qu’il veut avec mon texte, de l’altérer, d’y introduire des scènes ou d’en supprimer, de changer mon coupable si celui que je proposait ne lui plaisait pas, de mettre du papier peint à fleurs là où mon texte envisageait un mur uni et ainsi de suite. Et s’il veut convertir en comédie ce que je voyais comme un drame, il en a le droit.

Empiriquement, je peux dire qu’ils ne s’en privent pas, pour l’excellente raison que je croise des joueurs qui me remercient pour « mes »scénarios alors que quand il les raconte, il en reste le titre et peut-être un PNJ. Et oui, en sens inverse, ça m’est arrivé de me faire engueler par des gens pas contents alors que leur mauvaise expérience venait clairement du gus derrière le paravent.

Le jeu de rôle, ce n’est pas un auteur en position surplombante, c’est une création à trois : auteur, MJ, joueurs.

Je suis parfaitement aligné avec ta position au niveau juridique, cf mon premier article. Et ça m'est égal dans le cadre du cercle de famille. Je suis plus réservé lorsqu'il s'agit d'une partie de convention ou d'une partie streamée destinée à faire découvrir mon jeu : je préfère que l'ambiance et "l'expérience" du jeu reflète l'essentiel de mes intentions initiales dans ce cas.
Dans l'intimité du living room, ça m'est totalement égal. Et ça me sera aussi égal lorsque Héros comme Trois Pommes aura été récompensé du prix Goncourt, lu par des centaines de milliers de rôlistes, et sera étudié comme un "classique" au collège.

« Dernière édition: 11Janvier, 2019, 09:50:40 par Lord Skeletor » Journalisée

Jouer des enfants ? "Héros comme Trois Pommes" !
Mon blog JdR en français et in english.
Mortlock
Lutin d'ovalie
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 421



« Répondre #26 le: 11Janvier, 2019, 13:40:37 »

Et en club, qui est une sorte de situation à mi-chemin cadre familial/amical et la conv ? Ca te generait ?
Journalisée

Il n'était pas ailier, il n'était pas pilier, il nétait pas talonneur, il n'était pas entraineur... Mais alors qui était-il ?
Il était un petit navireuh ! il était un petit navireuh ! qui n'avait ja ! ja !  jamais navigué ohé ohé !!!!
Lord Skeletor
Prophète des JdR oubliés...
Les Rêveurs
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 636



WWW
« Répondre #27 le: 11Janvier, 2019, 16:13:37 »

Je mentionne également la situation du club dans le premier article.
La partie de JdR en club devrait être considérée de manière à peu près identique à la partie de convention. Elle est destinée à un public qui n'est pas par principe restreint par des liens d'amitié / familiaux (bien que ceux-ci puissent exister), et il y a une monétisation de l'appartenance à ce cercle. Par définition, cela exclut le cercle de famille.

Si la partie de JdR est une oeuvre dérivée / composite (et/ou une mise en scène et/ou interprétation) de mon propre jeu, alors je pourrais parfaitement exercer mon droit moral d'auteur et m'opposer à une telle partie lycéenne+tentacule+gore+sexe, sous le prétexte que celle-ci constitue une dénaturation de l'oeuvre originale, ou encore pourrait porter atteinte à mon honneur et à ma réputation de créateur : c'est l'exercice le plus basique du droit moral de l'auteur. Ça pourrait aussi être un prétexte de ma part parce que je veux me garder la possibilité d'écrire moi-même le supplément pour H3P "panties & pseudopodes"...

Si la partie de JdR n'est pas une oeuvre dérivée, ni même une oeuvre, je n'ai pas de fondement sur lequel me plaindre : les idées sont de libre parcours, même en club.

D'un point de vue plus personnel : pour une première partie de découverte du jeu / d'initiation, je trouverais ça franchement dommage et ça m'agacerait. Si c'est avec des gens qui connaissent déjà, ça me serait totalement égal tant qu'ils s'amusent.
Journalisée

Jouer des enfants ? "Héros comme Trois Pommes" !
Mon blog JdR en français et in english.
Hikaki
La Chancellerie
Maréchal
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 4 835



WWW
« Répondre #28 le: 11Janvier, 2019, 22:55:08 »

Mais il sort quand ce fameux supplément « panties & pseudopodes » ?!! 
Journalisée
Lord Skeletor
Prophète des JdR oubliés...
Les Rêveurs
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 636



WWW
« Répondre #29 le: 12Janvier, 2019, 16:34:33 »

Mais il sort quand ce fameux supplément « panties & pseudopodes » ?!! 

Juste après le sourcebook "collégiens & copulations"...
Journalisée

Jouer des enfants ? "Héros comme Trois Pommes" !
Mon blog JdR en français et in english.
Pages: 1 [2] 3   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: