Les Salons de la Cour

06Décembre, 2019, 23:21:14
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 ... 6 7 [8]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Quotidien préhistorique  (Lu 34999 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
VIC
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 42



« Répondre #105 le: 07Octobre, 2016, 22:21:46 »

J'avais également commencé de mon côté un début d'herbier préhistorique, mais je n'ai pas trouvé beaucoup de truc fiable sur la toile, c'est vraiment l'affaire de spécialistes.

Voici néanmoins un lien avec quelques images qui donneront peut-être des idées à certains :
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/t2201-l-herbier-de-la-prehistoire?highlight=herbier+pr%C3%A9historique

Je confirme pour le datura : j'ai eu plusieurs années un gros datura dans une cour intérieure fermée dans les années 80, et nous en ignorions la toxicité à l'époque. Par contre, l'odeur gênait certains d'entre nous, typiquement des maux de tête. On s'est séparé de la plante. J'ignore si nous avons eu des hallucinations, mais je me souviens que les femmes avaient des coiffures bizarres à la tv en ce temps-là.
Journalisée
Mortlock
Lutin d'ovalie
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 379



« Répondre #106 le: 14Octobre, 2016, 10:28:44 »

découverte intéressante...

Ok...

je ne suis déjà plus là... 

Journalisée

Il n'était pas ailier, il n'était pas pilier, il nétait pas talonneur, il n'était pas entraineur... Mais alors qui était-il ?
Il était un petit navireuh ! il était un petit navireuh ! qui n'avait ja ! ja !  jamais navigué ohé ohé !!!!
Yodram
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 425



« Répondre #107 le: 14Octobre, 2016, 12:38:52 »

 
Journalisée

L'homme a deux vies. La seconde commence le jour où il réalise qu'il n'en a qu'une.
Doji Satori
Lanspessade
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 415


« Répondre #108 le: 14Octobre, 2016, 14:03:46 »

Je n'ai pas pu m'empêcher de relayer cette découverte archéologique de la plus haute importance.
Rien n'arrête le progrès ! Vive le génie humain !
Journalisée

Si vous avez des mauvaises actions sur la conscience, vendez.
Mortlock
Lutin d'ovalie
Colonel Général
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 379



« Répondre #109 le: 25Octobre, 2016, 09:30:27 »

Quand nos ancêtres peignaient l'évolution du bison.
http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/evolution/l-adn-de-bisons-et-les-peintures-rupestres-prouvent-que-les-bisons-europeens-sont-hybrides_107618
Journalisée

Il n'était pas ailier, il n'était pas pilier, il nétait pas talonneur, il n'était pas entraineur... Mais alors qui était-il ?
Il était un petit navireuh ! il était un petit navireuh ! qui n'avait ja ! ja !  jamais navigué ohé ohé !!!!
Manu Roudier
Modérateur
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 899



WWW
« Répondre #110 le: 25Octobre, 2016, 09:49:57 »

Super ! Merci pour le lien ! 
Journalisée

Lotin
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 23


« Répondre #111 le: 09Août, 2017, 15:09:33 »

Le plus vieux 'gag' du monde.


...

Il y a des années, un anthropologue spécialiste des technologies 'primitives' avait fourni une explication pour les pointes de flèches.

Elles étaient faites pour se détacher du manche et rester fichées dans l'adversaire: "c'est le plus vieux gag du monde", expliquait t'il.

Dans le fameux cadavre d'Otzi, on a d'ailleurs retrouvé une pointe de flèche coincée sous la blessure cicatrisée de son omoplate.

...

Le principe était sans doute de blesser l'animal, et de le laisser partir et s'affaiblir progressivement. Sa course aggravait ses blessures, et il laissait une trace sanglante plus facilement susceptible d'être pistée. (chaque mouvement déchirait un peu plus l'animal, lui causait de la douleur, le ralentissait et l'affaiblissait)

...

Avec une tête pas forcément amovible, mais susceptible de rester engagée dans les chairs, on préserve le corps de son arme; cela demande simplement d'avoir des partenaires prêt à prendre le relais après l'attaque initiale (ou d'avoir un ensemble d'armes disponibles pour les différentes options de chasse).

Un de mes instituteurs m'avait fait remarquer qu'à son avis, les têtes d'épieu devaient se détacher assez facilement à l'impact.

Mon intuition et ma réflexion sur le sujet me donne envie de répondre: et si c'était le but ?

C'est aussi lié aux techniques de chasse employées. Les armatures de flèches en silex par exemple, si elles impactent quelque-chose d'assez dur peuvent se fragmenter dans la plaie et produire les mêmes effets, si ce n'est pire.
 
Les techniques de chasse primitive/traditionnelle n'impliquent pas nécessairement une course à la puissance de l'arme pour tuer la proie convoitée. Il suffit de se pencher sur l'archerie des bushmen pour le constater. Les arcs peuvent être faits d'une simple branche un peu solide et souple par exemple (de toutes façons ils n'ont pas la matière première nécessaire aux beaux arcs disponibles dans leur environnement). Il y a une explication toute simple à cela, l'utilisation de poisons. Point besoin pour eux que la cible soit clouée sur place, ils l'empoisonnent en la touchant et vont ensuite la courser. Cette dernière phase peut durer longtemps, très longtemps. Pour faciliter l'empoisonnement de leur cible, ils fabriquent des flèches très particulières. La pointe de la flèche (en métal, en os, en pique de porc-épic (un truc à chercher là aussi), en verre, etc.) est emmanchée dans un petit tube organique (végétal surtout). Ce petit tube, qui porte en partie distale l'armature, sert aussi d'emmanchement à une pièce que j'ai décrite comme un fuseau de par sa forme dans un travail universitaire d'antan. Pour finir, ce fuseau est inséré dans la hampe de la flèche. Un système de pré-hampe en fait un peu complexe à la description mais pas tant. Ce système n'est jamais fixé, toujours un peu branlant, il suffit de tirer dessus pour la détacher de la hampe. Les sources bibio (comprenant des études ethnos) indiquent qu'il s'agit d'un système permettant à la préhampe de se détacher de la hampe, cette dernière tombant au sol, alors que la tête de la flèche reste fichée dans les chairs. Cela permet en fait de laisser le temps au poison d'agir en plus de provoquer une certaine douleur. Autre utilité, cela permet aussi au chasseur de retourner les têtes de flèches dans le carquois pour ne pas se blesser et s'empoisonner avec ses propres traits (relaté par Clark dans une de ses publications de 1975).



Ces deux illustrations soulignant mon propos (sur la flèche qui explose) :



Ca c'est la série de flèches entières avant le tir expérimental.




L'une d'entre elles après impact. (Imaginez avoir ça dans les chairs, ça doit gratter, pour le moins)

Au sujet des flèches des bushmen et de leur système de préhampe (ce ne sont pas mes photos) :





Vue de détail qui doit bien mieux illustrer que mon texte.



Pour finir mais ça n'apporte rien aux informations précédentes mais la blessure de Otzi au niveau de sa blessure à l'épaule pose des problèmes d'interprétation. D'anciennes lectures de radio montraient une ossification liée à une blessure ancienne, mais les dernières analyses (lecture tomographique notamment) montrent au contraire qu'elle n'est pas cicatrisée. C'était apparemment une blessure fraiche et qui saignait abondamment. Il y a même eu la découverte en quantité de fibrine et de globules rouges témoignant du saignement abondant "frais".
« Dernière édition: 30Octobre, 2017, 10:22:47 par Lotin » Journalisée

Sparfell
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 12


« Répondre #112 le: 29Juillet, 2019, 15:18:45 »

Pour ce qui est de "comment faire un feu" la tête des os permet des résultats assez surprenants aussi. Par exemple, pour faire des lampes (jj'ai malheureusement eu un problème de flemme et n'ai pas vérifié si cette information avait déjà été évoquée avant)
Journalisée
Pages: 1 ... 6 7 [8]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: