Les Salons de la Cour

18Janvier, 2022, 15:35:35
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1] 2 3 ... 9   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Quotidien préhistorique  (Lu 55298 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« le: 04Novembre, 2009, 19:26:17 »

Le quotidien de nos ancètres ? On n'en sait pas grand chose.

Mais on va faire comme si.

Nous allons tenter de rassembler ici les éléments vraissemblables (peut être à mille lieu de la Vérité) qui nous permettrons de mieux comprendre , ressentir et visualiser le quotidien de nos ancètres.

A tout seigneur tout honneur: comment faire du feu ?

http://association-orchis.over-blog.com/categorie-10135885.html

Amadou ? Marcassite ? Forêt à arc ?

Ne vous concentrez pas que sur le bois mort. Les bouses séchées sont un excellent combustible, facile à stocker. Elles ont également l'intéresante particularité de produire une fumée qui repousse les moustiques.

On a retrouvé à lascaux des 'lampes à huiles' composées de pierres creusées avec à l'intérieur des résidus de bouts de graisse piquetés d'amadou. Les 'mèches' étaient de petits morceaux de génèvriers.

Vous voulez vous assurez qu'il y aura de quoi faire du feu rapidement à votre retour, ou au bout d'une longue marche ? Liez ensemble trois grosses poignées d'herbes sèches, bien serrées. Vous obtenez une sortes d'énorme cigare.
Ce dernier se consumera lentement, lentement si vous mettez le feu à une de ses extrémités. vous aurez de la braise disponible pendant des heures.
« Dernière édition: 23Novembre, 2009, 09:57:48 par Olivier » Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #1 le: 04Novembre, 2009, 19:29:09 »


Et concrètement, comment travailler l'os, le silex pour faire des outils et des armes ?

http://www.ginellames.fr/fr/images_videos/videos.php?theme=couteau&s_theme=lame#vid

(J'ai failli défaillir en découvrant ce site. Les vidéos sont incroyables)
Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #2 le: 04Novembre, 2009, 20:00:03 »

La cuisine préhistorique


Attention, la viande se gâte très vite. Après une chasse, il est essentiel de retirer les entrailles de l'animal ou sa flore intestinale migrera dans les chairs accélérant son pourrissement. Les mouches peuvent aussi assez vite arriver, leur larves gâteront la viande en quelques heures. Idéalement, les quartier de viandes devraient être enveloppé de peaux ou traités sans tarder.

L'avantage d'un climat froid est qu'il permet la conservation des aliments carnés. On peut tout simplement creuser un trou dans le permafrost et y conserver les aliments un bon moment
 Par redoux, on devait sans doute couper la viande en fines lamelle pour les faire sécher ou encore les boucaner (les fumer) sur des claies, ainsi que le font encore les chasseur cueilleurs contemporains.

Certaines plantes (comme les fougères) ou encore les bouses séchées produisent une fumée abondantes qui éloignent les mouches et permettent à la viande d'être fumées en toute tranquillité.

On ne sait pas si nos ancêtres utilisaient le salpêtre des parois voire même le sel pour conserver leurs aliments, mais si ceux ci sont préparés (découpés), la graisse (saindoux) est un conservateur remarquable. Une couche de viande, une couche de saindoux, idéalement une couche de sel..et on recommence. Et ça se conservera des mois.

(Mais une chose est certaine: sans sel iodé, on développe des maladies très invalidantes, et les enfants ont de gros problèmes - les fameux 'crétins des alpes'. Le sel à peut être été la première monnaie d'échange)

Le feu ne fait pas que rendre les aliments plus 'agréables'. Il permet de rendre comestibles bon nombres de plantes et tubercules qui seraient inassimilables (voir toxique) crus. (processus de dénaturation indispensable pour les plantes contenant de l'amidon etc)

Tout le monde imagine les grillades préhistoriques, les pierres plates chaudes sur lesquels on posait les poissons. C'est en fait un processus de cuisson assez malaisé  et qui laisse perde une matière première précieuse: les graisses.

Il est probable que nos ancêtres ont très vite appris à faire des 'potages' et des 'ragoûts'.

Des pierres étaient mises à chauffer, puis placées dans des récipients 'naturels'  (panse d'animal disposé dans un trou, calebasses, carapace de tortue...) remplis d'eau.

La nourriture préparée (découpée, écrasée, décortiquée) n'a plus qu'à être ajouté. On peut rajouter autant de pierres que nécessaires jusqu'à cuisson complète.

L'avantage de ce système est que même avec une chasse très maigre, toute la tribu peut avoir quelque chose de chaud et  qui remplit le ventre. (bouillon gras)

Attention à ne pas oublier les baies, noix et autre fruits (en saison). Sans oublier le délicieux miel qui est aussi un antiseptique puissant... et dont la cire, mélangée à la résine, sert à coller les outils et armes dans les encoches des manches avant qu'on ne les ligature.

Vu leur goût pour les voyages dans l'autre monde, on peut supposer que les chamans devaient s'y connaitre plutôt bien en champignons. Un sauté de dain au morilles ?

Le contenu stomacal des herbivores fournit pendant la saison d'hivers les vitamines et les oligo éléments qu'on ne trouve plus nulle part ailleurs. Cette bouillie verte fait encore le bonheur des Lapons de nos jours

Bien sûr, les larves et certains insectes ne sont pas non plus à dédaigner. Une poêlée de papillons monarques, une brochette de sauterelles, une compote de larves pour bébé, et tout est requinqué.

L'épouilletage commun est ce qui devait ressembler le plus au dessert. On écrasait encore le poux sous la dent il n'y a pas si longtemps dans nos campagnes. C'est un moment de détente, de tendresse qui resserre les liens sociaux.

Quoi de mieux avant d'aller dormir ?

...

Un lien passioant sur les diverses plantes comestibles disponibles dans la nature...et la façon de les préparer:

http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,22203.0.html
« Dernière édition: 04Août, 2010, 21:30:57 par Olivier » Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #3 le: 04Novembre, 2009, 21:09:32 »

Et le tannage des peaux alors ?

Pour la théorie:

http://astelier-medieval-du-cuir.over-blog.com/article-1820111.html

Pour la pratique:

http://association-orchis.over-blog.com/categorie-10122529.html
Journalisée
Yodram
Les Rêveurs
Enseigne
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 512



« Répondre #4 le: 05Novembre, 2009, 09:30:11 »

 

Encore !

Journalisée

L'homme a deux vies. La seconde commence le jour où il réalise qu'il n'en a qu'une.
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #5 le: 05Novembre, 2009, 10:21:35 »

S'il est un sujet ou l'on est particulièrement dans l'expectative, c'est bien la sexualité préhistorique.

Epoque d'innocence ? Epoque de glorification de l'Eternel féminin ? Epoque barbare de razzias et de coîts utilitaristes ? Egalité fonctionelle ?

http://www.hominides.com/html/references/sexe-prehistoire-paleolithique-art.html

http://www.hominides.com/html/references/sexe-prehistoire-paleolithique-art2.html

Un petit mot cependant sur la filiation patrilinéaire ou matrilinéaire. Cela ne signifie pas que les homme ou les femmes sont au pouvoir.

Cela signifie que l'identité des enfants en tant que membre de la tribu est fixée par l'ascendance paternelle ou maternelle.

Cela a de grosses conséquences. Dans une 'société' matrilinéaire, les enfants sont membre de la tribu parce qu'ils sont issus des femmes du clan.

Donc, les femmes peuvent bien coucher avec des hommes d'autres tribus (le plus vieux métier du monde ?), être 'prétée' aux étrangers alliés lors de leur visites (ce qui était pratiqué par les Inuits et certaines tribus africaines), peut importe, l'enfant descendra de plein droit de l'ancètre féminin mythique et fondateur.

Qui plus est, le problème de la consanguinité est ainsi évité..a peu de frais. Le vrai problème est plutôt d'intégrer d'autres femmes (début du syndrôme de la belle mère ?)

Dans une 'société' de ce genre,  il est probable que ce ne soit pas le père qui élève les enfants, mais l'oncle...qui a peut être lui même des enfants dans la tribu du père.

Avoir alors un petit 'Berbache' dans la tribu doit être très pratique, le tabou de l'inceste   ne le concernant pas...

Mais dans une tribu patrilinéaire ou l'identité de l'enfant est fixé par celle du père, l'endogamie est une nécessité vitale. D'où échange, razzia...ou séduction. Qui plus est, l'infidélité de l'épouse devient une menace contre l'identité de la Tribu... avec les conséquences que l'on peut imaginer.

http://patrimages.over-blog.com/article-36462293.html
« Dernière édition: 14Août, 2010, 17:17:22 par Olivier » Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #6 le: 05Novembre, 2009, 14:05:00 »

La médecine

A Würm, la médecine est plutôt 'magique'. Le foie du bon animal doit beaucoup aider le défaillant (car chargé de forces précises qui lui font défaut), l'exorciste lutte contre les fièvres, les fétiches doivent aussi jouer un bon rôle ainsi que les plantes médicinales.

Vue leur mode de vie, nos ancètres pratiquaient la médecine traumatique avec un certain succès. Nombre de squelettes montrent des fractures réduites, des amputations nettes et bien cicatrisées, voir d'excellente trépanations.

Les 'médecins' du temps devaient connaitre la cautérisation, et probablement la pause de pansements assez sophistiqués (nécessaires pour survivre à une trépanation)

Sur le cadavre bien conservé d'Otzi, (en dehors il est vrai de l'époque Würmienne) on a retrouvé des tatouages sur des points précis correspondant à l'accuponcture moderne. Ce dernier souffrait d'arthrose.


Quelques remèdes possibles, probables:

- Les 'liniments' astringents qui resserrent les vaisseaux sanguins (vasoconstriction à usage local), qui limitent ou stoppent les hémoragies. On en fabrique d'excellent avec des feuilles de saule ou de cyste ladanifère (arbuste commun dans le pourtours  méditerranéen).
- les 'anti infectieux' qui évitent le développement de la blessure vers la maladie. Certains argiles ont la propriété de 'pomper' le pus et les toxines des blessures en séchant. Des peaux posés sur une fourmilière puis appliquées sur la blessure auront un effet comparable, surtout sur les brulures (acide formique). Le romarin est la plante anti infectieuse la plus connue.
- Les 'cicatrisants' qui permettent aux plaies de se refermer beaucoup plus vite. Le miel est l'exemple le plus connu. Le chou également

Otzi, toujours lui, portait un collier sur lequel était enfilé des champignons polypore du bouleau, aux propriétés antibiotiques et contenant des huiles toxiques pour les vers intestinaux.

Les parturientes:

L'accouchement était probablement la grande affaire des vieilles de la tribu. Il est à noter que l'on a retrouvé de la résine de chanvre au chevet d''une femme probablement morte en couche (mais au néolithioque supérieur).
Les propriétés thérapeutique de cette plante sont sans doute connues depuis bien longtemps.

La prolongation de l'allaitement était sans doute utilisé comme moyen de contraception. Il est également possible que le nomadisme ai également servi à la régulation des naissances, car les règles s'arrètent souvent lors d'un effort régulier prolongé provoquant une perte de poids. (aménorée).

Dans ce cette hypothèse, les femmes nomades devaient ne redevenir globalement fertiles qu'aux haltes prolongées.

Quelques idées pour vos préparations médicinales:

http://www.medecinesnaturelles.com/index.php?to=3513

Une liste de plantes par effets thérapeutiques recherchés:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_plantes_m%C3%A9dicinales_par_indication_th%C3%A9rapeutique
« Dernière édition: 30Juillet, 2010, 14:41:23 par Olivier » Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #7 le: 05Novembre, 2009, 17:10:51 »

Et l'Art dans tout ça ?

http://www.dailymotion.pl/video/x30k0r_lascaux-prehistoire-de-lart-1_creation
Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #8 le: 06Novembre, 2009, 00:21:48 »


Une approche en profondeur du chamanisme.

http://video.google.fr/videoplay?docid=2132957871382931760&ei=4VLzSrz6IdPA-AbH1smJAw&q=chamanisme&hl=fr#
Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #9 le: 09Novembre, 2009, 20:11:24 »

L'homme de Néanderthal: portrait, hypothèse, et une nouvelle théorie plausible concernant sa disparition: la spéciation par distance.


http://www.neopodia.com/20081223-neandertal-neanderthal-portrait-disparition-homo-sapiens-nouvelle-theorie-speciation-distance?t=22
« Dernière édition: 10Novembre, 2009, 21:55:37 par Olivier » Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #10 le: 10Novembre, 2009, 16:47:31 »

Rôle de la Femme ?

Encore une question où il est très difficile de répondre.

Des sociétés pourtant matrilinéaires peuvent traditionnellement reléguer la femme dans un rôle de 'mineur' sans grand pouvoir décisionnaire général (judaïsme traditionnel) et des sociétés plutôt  machistes dans l'espace public peuvent lui réserver le premier plan dans l'espace privé  (contrairement à ce que l'on croit, c'est très souvent la femme qui commande à la maison en Afrique du Nord) voire lui réserver la sphère décisionnelle (les celtes Bretons obéissaient à des Reines) ou sacrée.

Il est également possible qu'au sein du clan, les hommes et les femmes vivent dans des groupes séparés (ce qui est le cas dans la suite de 'la guerre du feu', 'Le félin géant') aux attributions distinctes, avec éventuellement des passerelles ('berdaches' masculins ou féminins)

Même dans des sociétés très égalitaires, il est peu probable que les hommes et les femmes exécutent les mêmes taches. Les mères doivent s'occuper de leurs enfants (pas de vaches pour fournir le lait, sans doute peu de nourrices disponibles, sans compter que l'allaitement est un moyen connu de contrôle des naissances)

Outre le fait que les 'ventres' des femmes soient une ressource essentielle à la survie de la tribu, il existe des différences biologiques essentielles qui limitent l'accès des femmes à la 'grande chasse' par exemple.

On peut discuter de la différence de mémoire spatiale entre hommes et femmes (qui serait en grande partie culturelle et éducationnelle). Par contre , il est incontestable que les hommes ont en moyenne 50% de force en plus dans le haut du corps, 100% de force de serrage en plus, et que le réflexe masculin de blocage de poignet permette de lancer des projectiles 25% plus loin. Sans parler du 'cablage' physio-neuronal' qui permet à l'organisme masculin de libérer plus facilement et en plus grande quantité des hormones permettant le 'surpassement' physiques (testostérone, noradrénaline...)

Des études IRM sur le transsexualisme montrent qu’avant le ‘recablage’ de l’organisme au moyen d’un traitement hormonal puissant, le cerveau féminin est plus performant que son homologue masculin quand au traitement du langage et de la reconnaissance faciale fine (compréhension des sous entendus, reconnaissance du mensonge…)
Après le traitement hormonal, le cerveau d’une transsexuelle  se met à fonctionner d’une façon très similaire à celui d’un homme. De même, la force physique et l’endurance augmente de façon très significative…

Il est également à noter que de nombreuses légendes imputent aux femmes les principales ‘découvertes technologiques’ traditionnelles dont bénéficieront ensuite toutes leur famille (transformations de matière, nouvelle source d'approvisionnement

Dans les sociétés traditionelles africaines de chasseurs ceuilleurs,  les femmes rapportent souvent en moyenne plus de nouriture que les hommes  qui chassent.
« Dernière édition: 23Novembre, 2009, 10:09:38 par Olivier » Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #11 le: 11Novembre, 2009, 03:04:20 »

Prochainement sur vos écrans:

Petit guide de survie par temps vraiment très froid

Jusqu'à des températures à peu près 'raisonnables', ça va. Les indiens de 'terre de feu' vivaient quasiment nus (le corps frotté d'un peu de graisse) alors que la température moyenne n'était qu'à quelques degrés au dessus de zéro.

Néandertal n'avait probablement pas un comportement très différent. Cinq degrés centigrades, un beau soleil, pas trop de vent: c'est la fête du pagne !
D'autant que le froid donne souvent un horizon très dégagé, idéal pour la chasse.

Mais dès que l'on decend au dessous de zero, c'est une autre histoire. Surtout s'il y a du vent. Le vent fait chutter la température corporelle d'une façon vertigineuse.

Des vètements de peaux fourrés sont alors indispensables. Fourrés signifie que la fourure se trouve contre le corps, pour que la couche d'air qui se trouve entre les poils serve d'isolant.

Par temps très froid, la ration calorique nécessaire à la survie d'un homme adulte double ou triple. Il faut au minimum 6000 calories par jour pour tenir le coup.

La chasse au gros gibier devient une nécessité vitale. Le problème est que la plupart des prédateurs qui éviteraient l'homme en temps normal feront probablemnt un effort...ne serait-ce que pour lui voler son gibier abattu. Voir plus si affinité.

La première règle du déplacement par temps très froid est d'éviter de transpirer, ou de se tremper (tomber dans l'eau). Vos vètements mouillés ne vous protégerons plus. Il faut faire des pauses régulières, voir mettre vos vètements à sécher au vent en attendant de les remettre.
 
La boisson est ausi un problème. Non, il ne faut pas sucer de la neige: vous allez vous bruler la bouche et la langue ! Remplissez de neige dans votre calebasse/outre et mettez là sous vos vètements. La température de votre corps va la faire fondre.

Prévoir un abris sûr avant la tombée de la nuit est une nécessité vitale. A la tombée du jour, la température baisse et le vent se lève. Et en généralvous mourrez dans d'atroces soufffrances.

Il faut donc un abri: grotte, cabanne de chasse... La traditionveut que l'on laisse toujours avant de partir de quoi allumer un feu en quelques minutes...et que l'on reconstitue la reserve de bois avant de s'en aller.

S'il n'y a pas d'abris 'en dur' , il va falloir en fabriquer : igloo, cabanne de hautes herbes (voir le film 'Derzou Ouzala), tente de peau... Si l'isolation est bonne, et que vous occupez les deux  tiers de l'espace disponible, la convection thermique assurera que la température à l'intérieur sera toujours supérieure à 0 degré centigrade. Et avec une petite lampe à graiss allumée, il fera même très bon.

Attention, essayez de fabriquer un 'trou à froid' (une dépression dans le sol) dans le tunel à l'entrée de votre abris, pour que l'air froid s'y accumumule et que la chaleur ne s'enfuie pas

La meilleure façon de se réchauffer est de se serrer en petite tenue contre un autre être humain sous une belle couverture.

Que faire en cas d'urgence ? Un ersatz d'abris est mieu que rien du tout. Un simpe trou dans la neige, avec une muraille coupe vent vous évitera de crever.

L'idéal est de se réfugier sous un sapin au tiers couvert de neige. Creusez. L'espace sous ses branches forme comme une petit igloo naturel. Il y a du combustible en abondances., et les aiguilles sèches vous isoleront du sol glacé.

Si le feu peine à réchauffer l'endroit, vous pouvez toujours embarquer une pierre bien chaude sous vos couvertures. Les Inuits ne font pas autrement.

Ne sortez pas pisser pendant la nuit ! Prévoyez un 'pot de chambre' (les Inuits utilisaient l'urine fermenté comme savon). Vous pouvez aussi pisser dans votre outre. Vous avez maintant une bouillote bien chaude.

La seconde règle de survie par temsp froid est: prévoyance.

Abris bien sûr, mais aussi matériel, ressources. Pensez à emmagasinez quelques belles bottes d'herbes. L'herbe sèche vous isolera du sol mieux qu'une peau, rendra vos chausses plus chaudes (les botines d'Otzi étaient renbourée d'herbes), permettront de démarrer un feu sans difficultés...

Et puis, tout simplement, l'odeur du 'foin' est agéable et aide à bien dormir.

La réverbération:

Le reflet du soleil sur la glace et la neige finit par abimer les yeux (cécité des glaces). Nous connaisons tous les fameux 'yeux de bois' Inuit, lunettes à minces fentes pour protéger les yeux.

Dans des conditiosn un peu moins extrèmes, les améridiens cerclaient leurs yeux de noir, et utilisaient des plummes comme 'lunettes de soleil'. C'est assez efficace.

Hypothermie:

Vous venez de retrouver un étranger à moitié mort de froid sosu la neige. Surtout, ne le mettez pas près du feu ne lui faites pas boire un truc chaud tout de suite ! (S'il s'est formé des cristaux de glaces dans son système circulatoire, vous risquez de le tuer pour de bon)

Frotter lui le corps. S'il peu marcher, faites lui se dégoudir les membres. Quand il reprend un peu de couleur (signe de réchauffement progressif), faites lui boire un bouillon chaud.
Enlevez lui ses vètements puis mettez le sous des couverturs avec des pierres chaudes ou votre fille à marier.

Un petit truc pour se réchauffer les mains en extérieur:

Ne soufflez pas dessus, vous dépensez de la chaleur pour rien. Glissez les dans vos cheveux, et elles se réchaufferont bien vitte.
« Dernière édition: 05Août, 2012, 22:24:37 par Olivier » Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #12 le: 11Novembre, 2009, 18:55:25 »

L'art des ornements corporelles

Pour les peintures corporelles,  n'y a guère que quatre couleurs disponibles à l'époque de Wurm

L'ocre fournit des teintes rouges ou jaunes

L'oxyde de manganèse ou la graisse mélée de suie fournit le noir

L'argile fournit toutes les teintes de blanc

Il n'y a aucun moyen de savoir si nos lointains ancètres portaient des tatouages, cicatrices tribales, piercing, branding ( à l'exeption des mutilations rituelles de doigt qui ont peut être été pratiquée si l'on en croit certains crachis sur roche, et des fameux tatouages d'Otzi)

Des peintures rupestres semblent indiquer que certains de nos ancètres se rasaient.  L'outil adéquat existait donc déjà. Ce rasoir primitif pouvait être un coquillage, des dents de requins, des éclats de silex et autres.

En effet, il existe depuis la plus haute antiquité des techniques d'épilation très efficaces et très précises utilisant deux 'fils' pour arracher le poil. On épilait les pharaons ainsi.

Plus surpenant, l'utilisation des parfums n'est nullement inconnu des chasseurs ceuilleurs. Les Shamans Ayahuasceros sont mêmes réputés pour leur utilisation de parfums raffinés pour guider les trances
« Dernière édition: 06Juillet, 2010, 18:02:46 par Olivier » Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #13 le: 23Novembre, 2009, 10:41:51 »

J'annote régulièremetn mes petits articles. Si vous y faites un tour, vous trouverez de nouvelles infos, par exemple comment conservez le feu pedant des heures ou encore une liste de plantes médicinales...

Fichus parasites:

Ce sont les plus vieux compagnons de l'humanité. Poux, puces, parasites intestinaux, 'mouches du bétail' (taons) qui piquent jusqu'au sang...

Tous ne sont pas forcément négatifs pour la santé. On estime en effet que l'éradication de certains parasites à eu des effets négatifs sur notre santé globale. Et l'épouilletage reste un rituel important pour les familles.

Mais il faut bien sûr éviter l'infestation... Les premières plantes médicinales connues ont sans doute été celles qui permettaient de se purger de ses parasites. (Otzi en possédait sur lui)

L'un des plus vieux remères est...l'urine fermentée. L'amoniac contenu dans celle-ci repousse les insectes et sert de désinfectant (voir de savon)

L'argiles, l'ocre,  disposé partour sur le corps évite les piqures d'insectes surtout si on marche dans les hautes herbes (aoutats...) ou si on fréquente les troupeaux (chasse)


Les fumigations de certaiens plantes permettent également de tenir les insectes à distances (plantes aromatiques). Elles chassent les mauvaises odeurs (destruction des bactéries), et leur cendre peuvent êtres frottées sur le corps pour tuer ou faire fuir poux et puces.

On peut aussi réendre les cendres sur le sol pour éviter l'arrivée d'insectes indésirables vers les habitations.

Quelques plantes à fumigations (et des indications pour une cérémonie "shamanique" ) :

http://www.lemondedemichelle.com/Ethique_chamanique.htm
« Dernière édition: 23Novembre, 2009, 18:54:09 par Olivier » Journalisée
Olivier
WürmC
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 527



« Répondre #14 le: 05Janvier, 2010, 02:17:39 »


On présente souvent l'homme comme un "singe nu", extrèmement désaventagé par rapport aux animaux.

On commence à sérieusement revenir là dessus.

Non seulement la station debout nous donne un excellent avantage pour repèrer nos proies, mais elle a tendance à éloigner les prédateurs

Qui plus est, nous sommes beaucoup plus endurant à la course de semi fond que nombre de quadrupèdes !

Non seulement nos jambes emmaganisent et restituent pas mal d'énergie sans trop puiser dans nos réserves lors de la course, mais notre absence de poils et la présence de glandes sudoripares sur tout le corps permet d'évacuer la chaleur assez facilement... en transpirant  !

Alors que la majorité des animaux doit s'arrèter pour haleter, un homme entrainé peu continuer à courir tout en transpirant.

La plus ancienne technique de chasse connue consiste à remonter la piste d'une proie, de la poursuivre et de la laisser se fatigue, puis de l'abbatre quand elle est épuisée.
Journalisée
Pages: [1] 2 3 ... 9   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: