Les Salons de la Cour

14Décembre, 2019, 23:52:00
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 ... 4 5 [6]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [Genre] Demain ou après-demain, ici ou très loin (la SF dans tous ses états)  (Lu 16555 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Khelren
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 576



WWW
« Répondre #75 le: 02Décembre, 2019, 20:12:23 »

Enfin, le temps de commander, lire et absorber tout ça, ce sera sans doute pas avant l'an prochain !
A tout hasard, tu as le code CYBERMONDAY30 sur Lulu, -30%, valable seulement aujourd'hui jusqu'à 23h59.
Journalisée

Ohtar Celebrin
PBM TdM : Damangol / PBM YP : Phoïbos-Angfrid
Les Rêveurs
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 560



WWW
« Répondre #76 le: 03Décembre, 2019, 09:43:01 »

J'ai vu mais merci !
Le prix très raisonnable de ces jeux m'avait décidé avant la réduction...

Il y a peu je disais que je n'achèterai pas ce TechNoir à cause des illustrations, je me suis tout de même laissé tenter, nous verrons ce que ça donne.

(Pour les visuels, je me suis fait une raison, j'imprimerai trois Illustrations d'ambiance pour faire un écran digne de ce nom et les joueuses se choisiront un avatar à leur goût...
Internet regorge d'illustrateurs talentueux.)

Pour en revenir aux jeux, l'un comme l'autre représenteront un grand saut pour moi comme pour les joueuses.
J'espère qu'au moins l'un des deux sera plébiscité !

Je vous dirais.
Journalisée

Râler moins
Rôler plus !
Ohtar Celebrin
PBM TdM : Damangol / PBM YP : Phoïbos-Angfrid
Les Rêveurs
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 560



WWW
« Répondre #77 le: 12Décembre, 2019, 15:41:26 »

J’ai reçu samedi mes exemplaires de TheSprawl et de TechNoir.
J’ai fini mardi soir ma lecture de TechNoir, ce fut très rapide et je vous en propose une critique à chaud.

1.   Sur la forme.
-   Couverture (souple) ok.
C’est simple mais efficace.
Ça n’est pas renversant mais c’est propre, ça fait le job.

-   Quatrième de couv’… premier accroc.
Ecrire en bleu sur fond noir avec une police très fine n’est pas une bonne idée… c’est quasiment illisible.
Chose amusante, c’est la plus petite police utilisée de tout le bouquin par ailleurs écrit en très gros caractères...

-   Ouverture du livre… on découvre la page de titre…
WTF ce papier Huh?
Pourquoi ont-ils imprimé sur du PQ soviétique recyclé Huh?
Sérieusement, en lisant la page de titre (p1) on voit par transparence l’illustration imprimée au dos (p2) ET celle imprimée sur le sommaire (p3) !!!
(en fait, en faisant un peu attention on voit aussi un peu celle imprimée sur la p4 mais ça devient vraiment ténue… ouf.)

-   Puisqu’on en est à parler d’illustration, j’ai déjà indiqué dans un précédent poste mon manque d’enthousiasme pour ces illustrations en n&b.
Je confirme, c’est au mieux bof, souvent assez laid et contre-immersif.
Cependant, j’admets bien volontiers que la surcharge visuelle est bien trouvée, on se prend au jeu de chercher les détails cachés dans chaque images façon « Où est Charlie ? ».
C’est un vrai bon point.

-   Bon comme dit précédemment, et on y reviendra, c’est écrit gros… très gros et aéré.
Du coup ça se lit très bien et retrouver une info est grandement facilité.

-   Au chapitre de la recherche d’info, l’idée de mettre en tête de chapitre une notice « Dans ce chapitre »… (i.e. Dans ce chapitre vous trouverez…) est excellente.
Ça ne mange pas de pain et aide bien.
Une table des matières détaillée en fin de bouquin complète le dispositif. Cool.

-   Autre point positif sur la forme, l’idée de mettre en regard de chaque point de règle un exemple pour l’illustrer et l’expliciter est vraiment bien trouvée.
Ça permet de désambiguïser certains points qui auraient pu poser question sans cela.

-   Par contre, il reste quelques coquilles, quelques tournures de phrases contestables et même la présence incongrue de termes anglais dans la transmission du Grand Paris, pourtant nativement francophone.


2.   Sur le fond.
-   Comme on l’a dit, c’est écrit gros et aéré.
Pour la forme c’est un bon point, sur le fond ça fait léger.
Le livre comporte 160 pages (hors transmissions) dont la moitié facilement est consacrée aux illustrations, têtes de chapitres et exemples.
Ça laisse 80 pages de contenue, toujours écrit très gros et aéré.
C’est très léger.
Ça pourrait tenir en 40 pages A4.

-   Du coup il manque du contenu.
L’auteur part du principe que tout le monde a des références suffisantes en matière de cyberpunk.
Et surtout que tout le monde a les MÊMES références que lui.
Du coup,  il n’explicite pas.
Un exemple ? Les différents type de liaisons (sf, dermiques et neurales) autrement que par une ligne disant qu’il faut un routeur pour les faire communiquer.
Il dit bien qu’il faut une liaisons , un affichage et une manipulation  pour interagir avec l’interface mais ne dit pas comment ça fonctionne et ce qui se passe si on a pas les trois…
Dites-moi, à quoi sert une liaison neurale sur un couteau ??
C’est une option proposée dans la courte liste de matériel mais, là encore, comme l’auteur considère que nous avons les mêmes références il ne prend pas la peine de nous en dire plus.

-   Il y a une liste 80 qualificatifs pour la création des personnages mais que quelques exemples disséminés pour ceux qui résultent en bien ou en mal des actions des persos.

-   Il y a une trentaines d'objets, entre armes, véhicules et cybernétiques, seulement des states.

-   Pour les objets cependant, une très bonne idée pour permettre à chacun d'en introduire de nouveaux et de définir leur prix.
C'est très facile et bien pensé. (même si un hélico coûte de ce fait autant qu'une voiture de tourisme et un couteau coûte moins qu'une mitraillette...).
Ce n'est pas réaliste mais c'est efficace et ludique !

-   Il y a une listes d'aspects pour les objet, avec une phrase de description.
Cela peut-être suffisent pour certains mais demeure bien trop léger pour d'autres.

-   Coté système par contre il prend le temps d’avancer pars à pas. (heureusement !)
Il est évidement contient d’expliquer quelque chose de nouveau à son lecteur et prend soin d’avancer par étape.
C’est clair et on se dit que ça devrait marcher.
Encore une fois, les exemples en vis-à-vis sont les bienvenus.

-   Je ne peux m’empêcher de penser que l’appellation « verbe » et « qualificatif » est assez artificielle.
Les verbes sont des caractéristiques allant de 1 à 5 dans les autres jdr que ce soit à D&D ou à Vampire.
Les qualificatifs (merci de nous avoir éviter "adjectif" sont des aspect qui permettent de donner un dé de plus ou de moins selon les circonstances.
La terminologie fait novatrice mais c'est surtout de l'habillage.

-   La circulation de ces dés liés aux qualificatifs est bien trouvée (dés de renfort).
Ça correspond bien au genre Noir et donne envie de tester.

-   Par contre le fait qu’une action soit défini comme la volonté d’ajouter ou soustraire un qualificatif à quelqu’un (ou quelque chose) ne marche pas toujours.
Lorsqu’un personnage veut passer inaperçu d’un garde, il ne veut pas rendre le garde « distrait » (à moins de faire une diversion) il veut simplement marcher silencieusement dans son dos.
L'état du garde ne change pas, le personnage ne veux d'ailleurs pas interférer avec lui car il ne veut surtout pas que son état change !
Alors dire que le personnage veut que le garde soit « contourné », c'est assez lourd et manque de naturel.
Mais je pense qu’a l’usage, cela doit se lisser, les formulations seront peut-être moins formelles, plus naturelles et cela doit fonctionner assez bien.

-   Le fonctionnement des cartes d’intrigues est bien expliqué, c’est un peu intimidant pour moi qui n’ai pas l’habitude d’improviser mes scénarios mais on se sent bien cadré.
L'auteur nous accompagne pas à pas.
Ça doit marcher.

-   Tout le matériel chiffré des transmissions est aussi pleinement opérationnel.

-   Les transmissions, justement, sont une bonne idée.
Il y en a six proposées. Très bien !
Quand on voit que certains jdr sortent sans scénarios, là on est servi !

-   Les transmissions s’étalent sur 100 pages soit un tiers du bouquin à la louche.
Mais là encore, il ne faut pas oublier, ce sont cent pages écrit très gros avec de grandes respirations et quelques illustrations.
Sans parler des states de 36 contacts et peut-être 100 à 200 pnj pour les menaces !!!

-   Beaucoup de states donc, c'est bien, facilement utilisable en jeu et tout, mais du coup, le reste est trop light.
Trois petits paragraphes pour chaque contexte, une ligne par lieux, événements, objets et factions.
Vraiment trop léger.
Si vous lisez « La Conurbe des Anges » pas de grosse difficultés, le contexte est assez classique, l’écart même avec la situation réelle est relativement faible, écart avec notre culture assez faible aussi.
Et c’est le contexte utilisé pour pous les exemples.
Mais si vous lisez la transmission « L’anneau du Kilimandjaro », ce n'est pas la même chanson.
La ville est peut-être claire dans l’esprit de l’auteur, sa description n’est absolument pas suffisamment déployée pour que le lecteur lambda s’en fasse une image.
Quant à la prendre en main, il y a du boulot, assez antinomique d’un jeu qui se veut sans préparation.
Là encore, de bonnes illustrations auraient pu palier dans une certaine mesure à ces lacunes et donner quelques réponses et un référentiel commun aux joueuses et MJ mais j’ai déjà dit ce que j’en pensais.

(à vrai dire, la meilleur transmission, pour ce qui est de donner les clefs d’une ville, est sans doute « Boudayin ».



Donc une impression en demi-teinte pour ma première lecture.
Le jeu a du potentiel, cela semble évident, mais il ressemble plus à une version béta qu’à un jeu fini.

Bon, je ne sais pas quand j’aurais le temps de le tester à ma table mais je vous dirais alors ce qu’il en aura résulté.


En attendant, j’attaque la lecture de TheSprawl qui est écrit plus petit, me semble plus solide et dont les illustrations ne me satisferont pas beaucoup plus je le crains.
Là encore, j'essaierai de faire un retour de lecture.



EDIT :
           Dernier point : L'ouvrage renvoie au Guide du Joueur à ma connaissance ça n'existe pas en Français, ce qui existe c'est la CheatCodes.
Encore un manqué.
« Dernière édition: 12Décembre, 2019, 15:58:30 par Ohtar Celebrin » Journalisée

Râler moins
Rôler plus !
Khelren
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 576



WWW
« Répondre #78 le: Aujourd'hui à 21:21:50 »

Je me permets juste deux précisions:

Le livre comporte 160 pages (hors transmissions) dont la moitié facilement est consacrée aux illustrations, têtes de chapitres et exemples.
Ça laisse 80 pages de contenue, toujours écrit très gros et aéré.
C’est très léger.
Ça pourrait tenir en 40 pages A4.

Je n'ai pas la VF, juste la VO, mais la VO, sans compter les transmissions, fait 150 pages A5. Donc en A4, allez, ça ferait 75 pages. Pour passer en français, on rajoute 20% de la taille du texte originel. Bref, je ne vois pas comment, à moins d'écrire en police qui fait mal aux yeux à la lecture, tu ferais tenir ça en 40 pages A4...  

Dernier point : L'ouvrage renvoie au Guide du Joueur à ma connaissance ça n'existe pas en Français, ce qui existe c'est la CheatCodes.
Alors, non, le guide (Player's Guide en VO) est un document à part, qui reprend le système et la création du perso, de mémoire, et qui fait 16 pages. Je ne pense pas que ça soit la même chose que le CheatCodes de la VF.

C'est donc en effet un manque (confirmé ici: https://www.aubergevirtuelle.fr/t/guide-des-joueuses-technoir-vf/1233 et Loris précise bien qu'il a traduit le guide ici: https://www.casusno.fr/viewtopic.php?t=30102&start=30).
Il n'est tout simplement pas encore publié (et LG précise dans le thread CasusNO, en août, que "Le guide de la joueuse arrivera un peu plus tard (fin du mois ou début septembre). Je n'ai pas le temps de m'en occuper pour l'instant.").
« Dernière édition: Aujourd'hui à 21:24:53 par Khelren » Journalisée

Pages: 1 ... 4 5 [6]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: