Les Salons de la Cour

20Octobre, 2019, 09:07:31
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: bg  (Lu 2531 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Marcellus Lesendar
Invité
bg
« le: 04Août, 2009, 11:49:32 »

La steppe était écrasée sous la chaleur. L’herbe, autrefois si abondante, avait laissé la place à une étendue de sable rougi par l’astre solaire. De loin en loin, quelques touffes courageuses pointaient encore. Elles étaient loin de suffire pour nourrir les quelques bêtes sauvages des alentours, et il n’était plus rare de voir des carcasses de charognards moisir de-ci de là en dégageant une odeur purulente. La chaleur écrasait les alentours comme le froid glaciaire congelait désormais d’anciennes zones autrefois privilégiées. Combinée à la sécheresse, elle rendait chaque mouvement pénible.

Pourtant, du mouvement, il y en avait. Certes pas de manière apparente, mais plusieurs signaux indiquaient qu’une intense activité humaine se déroulait sur ce haut plateau. Les Orgues de Staline nouvelle génération étaient de sortie, pointant vers le ciel menaçant leur artillerie lourde. Parfois, des silhouettes malingres en uniforme s’agitaient autour d’hélicoptères bien dépenaillés, comme si l’entretien avait oublié de s’intéresser à ces grands échalas d’acier.

Qu’est ce qui avait incité « Les Dirigeants » à déployer une telle énergie pour contrôler ce bout de terre désolée ? Nul ne le savait parmi ces hommes, mais aucun ne se seraient permis de poser ouvertement la question. L’obéissance était une condition génétique sine qua non pour servir sous l’uniforme, et elle s’apprenait à coup de tatanes et de brimades en tout genre au cours d’un service militaire obligatoire récemment porté sept années. Personne ne se serait d’ailleurs permis de contester cette dernière donnée depuis que certains pays voisins avaient sombré dans l’anarchie la plus complète tandis que d’autres avaient été rasés de la carte pour le contrôle de leurs précieuses ressources minières.

La Guerre. Toujours la Guerre. Seuls les plus anciens avaient connu une époque plus heureuse, lorsque les guerres civiles n’avaient pas provoqué l’effondrement des Etats les plus faibles, que les luttes pour les ressources n’avaient pas provoqué de déflagrations récurrentes et que les grandes migrations n’avaient pas encore débutées. L’épuration ethnique était devenue un sport national que tous pratiquaient sans vergogne, et ce sous le couvert d’idéologies pour le moins fumeuses. Même la grande Déclaration des Droits de l’Homme révisée, celle de 2032, avait servi de paravent pour de nombreuses atrocités. « Souvenez vous de Dar Es-Salaam » était devenu le cri de ralliement des Frères Musulmans de la Lune Rousse, un clan d’illuminés passablement violent, et les attentats avaient fleuri tels les fleurs du mal de-ci de-là. Grâce au télescope Hubble 4e génération, les astronautes de la station spatiale internationale avaient du s’en donner à cœur joie, jusqu’à ce qu’un missile nucléaire d’une provenance encore non identifiée à ce jour avait mis fin à ce dernier symbole d’union entre les peuples.

Les conditions n’étaient clairement pas à l’orgie, et les agapes étaient désormais achevées. Plus de 50% du PIB national passait désormais dans l’effort de défense, et ce sans grand succès car les points stratégiques du territoire national étaient connues pour être de véritables passoires. Seule la menace de dissuasion nucléaire avait permis aux Dirigeants de maîtriser un tant soit peu la situation, et les généraux qui contrôlaient ces engins de morts s’étaient taillés une place à part dans l’appareil du parti. De l’avis des chroniqueurs de la presse libre – et donc exilée ! – aucun d’entre eux n’aurait eu de difficultés pour prendre le pouvoir s’il l’eut désiré. Et aucun d’entre eux ne se gênait donc pour obtenir contre le moindre de leurs desideratas monnaie sonnante et trébuchante.

Pourtant, les temps récents étaient différents. La tension était montée d’un cran. Les nerfs étaient à vifs, et les coups de semonces étaient fréquents. Les troupes étaient en alerte. Les satellites espions scrutaient la moindre parcelle désolée de la planète à la recherche de l’ennemi. Les bruits de bottes dans les couloirs de la centrale électrique dont ils assuraient la protection résonnaient en une douce musique que Prokofiev n’aurait pas reniée, et chacun s’efforçait de remplir ses obligations.

Bien leur en prit. A 22h34, pendant le changement de la garde, des ordres claquèrent sur la radio du commandement central. D’où provenaient-ils ? Nul ne le sait. C’était toujours pareil. La lourde machinerie se mit en branle. Implacable. « Alarm, Alarm ! ». Les sirènes résonnèrent. Les hommes rejoignirent leurs postes. Enfin, tentèrent. Toutes ces années d’entraînements eurent en effet pour conséquence catastrophique, mêlée à la panique ambiante qui s’était répandue à une vitesse électrique, de passablement désorganiser l’ensemble. Nul ne compris ce qu’il advint dans les minutes qui suivirent. Evidemment, des erreurs décisives furent commises, et l’explosion de deux réacteurs de la centrale électrique ne pouvait être une surprise.

Les conditions élémentaires de sécurité n’étaient pas respectées, et des tornades de feu s’engouffrèrent dans les profondeurs de la terre. Recroquevillée sur le sol, les genoux enserrés entre ses bras, le lieutenant Lamar Matej chialait toutes les larmes de son corps, priant pour que le déluge de feu s’arrête. Incapable d’un quelconque geste, elle ne se rendit pas compte qu’une partie de son visage était gravement affectée avant de perdre connaissance…
Journalisée
Marcellus Lesendar
Invité
« Répondre #1 le: 04Août, 2009, 11:49:40 »

[g]Etat civil[/g]

Nom : Matej
Prénom : Lamar
Sexe : F
Poids : 68 kg
Taille : 1m 83
Yeux : Noir
Peau : mate
Race : Humaine
Métier : Guerrière

[g]Biographie[/g]

Date de naissance : inconnue
16 ans : engagement dans les forces de sécurité
22 ans : fin du service militaire
24 ans : adjudant, affectation à diverses opérations de contrôle des populations et des frontières, participation à sa première campagne militaire
28 ans : lieutenant, participation à sa deuxième campagne militaire
32 ans : affectation au contrôle de la centrale thermique de Los Alamos. Défigurée dans l'accident technique provoqué par une série d'erreurs malheureuses, elle est exclue de l'armée pour "incapacités" physiques". Elle en retire une rancoeur forte envers ce qu'elle assimile à une décision "politique", ce qui la plonge dans une dépression forte qui affectera particulièrement une humeur déjà peu amène
33 ans : recyclée en ferrailleuse et mécanicienne de fortune, elle ne parvient pas à subvenir à ses besoins de la sorte et commence à utiliser ses compétences guerrières comme mercenaire au jour le jour dans différentes affaires de contrebande. Cette activité peu recommandable la conduit régulièrement sur les routes du monde dévasté ou elle se trouve en contact avec tout ce que le coin compte de dangereux marginaux en tout genre. Elle conserve toutefois des attaches dans le village ou son atelier se trouve, ce qui donne une couverture à ses activités de mercenariat lorsque les autorités locales s'intéressent de trop près à elle.

[g]Caractéristiques[/g]

Rationalité : cartésienne (calculatrice froide)
Croyances religieuses : agnostique
Degré de violence : agressive
Handicaps Physiques : bâtie comme une armoire à glace, partiellement défigurée par ce qui semble être une explosion (partie droite du visage)
Sexualité : abstinente
Degré de nomadisme : nomade endurcie (habituée aux campagnes militaires aux quatre coins du pays et aux expéditions solitaires/en bande pour ses activités de mercenariat)
Particularités mentales : troubles de l'humeur / maniaco-dépressive
Caractéristique inhumanité : charogne
Caractéristique associabilité : rôdeur (mode de vie chaotique)
Caractéristique rejetée "humanité" : humaniste au grand coeur sans moyens d'actions
Caractéristique rejetée "sociabilité" : l'autorité (tout ce qui détient une forme de pouvoir physique, moral, politique, etc.)

[g]Caractère[/g]

négatif

- colérique
- solitaire
- perverse
- désocialisée
- désabusée
- haineuse
- rapace
- pessimiste
- cynique
- immorale
- misanthrope
- caractérielle
- dépressive

positif

- autonome
- insensible
- discrète
- franche
- directe
- assurance
- réaliste
- libertaire
- sceptique
- pragmatique
- mélancolique

[g]Particularités[/g]

- d'origine slave : léger accent qui bute sur certaines syllabes sans que cela ne soit très marqué
- origine : une petite métropole régionale (100 000 habitants). Elle fuit désormais tout ce qui représente une grande agglomération
- milieu et classe sociale : populaire
- revenus : "légaux" (feraillerie, mécanique) : faibles / "illégaux" (mercenariat) : corrects
- Résidence : partie attenante à son atelier. Plutôt délabrée et sans prétentions
- drogues : cocaïne, cigarettes, gin, whisky
- A noter : crache régulièrement, et souvent de gros mollards qui contiennent du sang

[g]positionnement politique[/g] (à compléter. Donne moi toutes les "factions" existantes et je définirais son positionnement en fonction)

- rétive devant toutes les formes d'autorités (moral, religieux, politique, économique, physique) depuis la conclusion catastrophique de sa période militaire. Qu'il s'agisse de l'armée, de la religion, de la politique
- esclavagistes : forme de commerce comme une autre, elle peux participer à leurs expéditions si elle est payée en conséquence
- mercenaires : idem
- capitales locales : elle se tient souvent éloignée des agglomérations de taille trop conséquentes pour elle
- Marginaux : type de personnage dont elle se sent le plus proche (drogués, alcooliques, rôdeurs, mercenaires) en raison de ses profondes années de dépression/dérive

[g]Équipement[/g] (si possible : demande de validation MJ)

types de vêtements préférés : rangers militaires noires et usées, jean, blouson de cuir, foulard de soie noir qui maintient sa poitrine, pull over kaki échancré et mangé aux mites
- un rat apprivoisé
- - Une dog-tag de l'armée (la chaîne en métal avec le nom de la personne sur une plaque)
- un couteau à cran d'arrêt partiellement ébréché
- son arme de militaire (Desert Eagle)
- un sac à dos Oméga pour contenir quelques effets personnels
- une bâche améliorée qui fait office de tente lors de ses voyages
- quelques outils de mécaniques tordus et en mauvais état
- quelques paquets de cigarette d'avance
- une vieille carte routière partiellement déchirée et sur laquelle des substances caféinées sont venus masquer de nombreux détails
- un lot de seringues

[g]Descrïption physique[/g]

  *Un bruit de rangers se fait entendre sur le sol durci par le plastique fondu qui a recouvert le sol dévasté d’une planète meurtrie. Vous vous retournez pour découvrir une silhouette de géante au regard peu amène et à la coupe de cheveux peu soignée. Sa carrure semble bâtie pour survivre, comme si elle s’était adaptée avec le temps aux dures conditions de vie que la nature lui a réservé. D’un noir de jais, ses yeux vous dévisagent sans ciller, comme s’ils s’étonnaient encore de croiser une vague forme humanoïde dans cet univers dépouillé. Ses traits sont taillés à la serpe et burinés par le temps. Des traces de coups, des rides, des cicatrices et la crasse nuisent à la qualité d’ensemble du portrait sans pour autant nuire à l’attractivité qu’il offre. 

Sa tenue vestimentaire est des plus simples, et adaptée au monde dans lequel elle évolue : jean défraîchi par le temps ; blouson de cuir noir ouvert ; foulard noir qui soutient sans grande fermeté sa poitrine ; sac à dos qui contient ses maigres effets personnels. Elle porte en outre une dog-tag en métal d’origine russe qui semble indiquer son nom et son adresse pré-crash. Vu d’ici, il serait tentant pour vous de vous en approcher afin d’en savoir plus sur votre interlocutrice, mais ce regard haineux qui vrille le votre vous déconseille fermement d’y penser. 

Assez régulièrement, elle crache de gros molards pleins de sang sur le sol, comme si elle vomissait ce que son univers était devenu par la force des choses. Un détail qui semble aller avec la partie droite de son visage est flétrie et couverte de cicatrices... A croire qu'un accident nucléaire a provoqué des dégâts sur son joli minois.

Si vous deviez qualifier votre interlocutrice, vous n’hésiteriez pas à parler de rapace. De là à penser qu’elle envisage de vous piquer vos rations de survie… *
Journalisée
Marcellus Lesendar
Invité
« Répondre #2 le: 04Août, 2009, 11:50:00 »

compétences :

Fo : 7
Ag : 6
Int : 5
En : 6
Pe : 8
Cha : 3
Chance : 6

Attributs secondaires

- Chance critique : ?
- Chance critique au tir : ?
- classe d'armure : 14
- Dégâts de mêlée : 4
- Force Morale : 4
- Points d'Actions : 8
- Portée : 40 mètres
- Résistance aux poisons : 30
- Résistance aux radiations : 12

Santé :

- Santé totale : 34

Compétences :

- armes : 55
- Armes lourdes : 55
- Combat : 52
- Conversation : 16
- Discrétion : ?
- Intimidation : 30
- Jeu : ?
- Lancer : 38
- Manipulation : 22
- Perception : 47
- Pièges : 25
- Pilotage : 25
- Physique : 42
- Recherche : ?
- Réflexion : 35
- Soins : 21
- Survie : 22
- Vol : ?

Connaissances :(celles qui sont choisies modifiées)

de base (niveau * de base)

- acrobatie
- armes blanches
- corps à corps
- course
- force
- linguistique
- odorat
- ouïe
- troc
- vue

liées à l'archétype (niveau * de base)

- escalade
- natation
- armes à deux mains
- armes à feu
- armes lourdes
Journalisée
Marcellus Lesendar
Invité
« Répondre #3 le: 04Août, 2009, 11:50:18 »

Description physique

*Un bruit de rangers se fait entendre sur le sol durci par le plastique fondu qui a recouvert le sol dévasté d’une planète meurtrie. Vous vous retournez pour découvrir une silhouette de géante au regard peu amène et à la coupe de cheveux peu soignée. Sa carrure semble bâtie pour survivre, comme si elle s’était adaptée avec le temps aux dures conditions de vie que la nature lui a réservé. D’un noir de jais, ses yeux vous dévisagent sans ciller, comme s’ils s’étonnaient encore de croiser une vague forme humanoïde dans cet univers dépouillé. Ses traits sont taillés à la serpe et burinés par le temps. Des traces de coups, des rides, des cicatrices et la crasse nuisent à la qualité d’ensemble du portrait sans pour autant nuire à l’attractivité qu’il offre. 

Sa tenue vestimentaire est des plus simples, et adaptée au monde dans lequel elle évolue : jean défraîchi par le temps ; blouson de cuir noir ouvert ; foulard noir qui soutient sans grande fermeté sa poitrine ; sac à dos qui contient ses maigres effets personnels. Elle porte en outre une dog-tag en métal d’origine russe qui semble indiquer son nom et son adresse pré-crash. Vu d’ici, il serait tentant pour vous de vous en approcher afin d’en savoir plus sur votre interlocutrice, mais ce regard haineux qui vrille le votre vous déconseille fermement d’y penser. 

Assez régulièrement, elle crache de gros molards pleins de sang sur le sol, comme si elle vomissait ce que son univers était devenu par la force des choses. Un détail qui semble aller avec la partie droite de son visage est flétrie et couverte de cicatrices... A croire qu'un accident nucléaire a provoqué des dégâts sur son joli minois.

Si vous deviez qualifier votre interlocutrice, vous n’hésiteriez pas à parler de rapace. De là à penser qu’elle envisage de vous piquer vos rations de survie… *

Caractéristiques : crache en permanence
Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: