Les Salons de la Cour

12Juillet, 2020, 21:25:13
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Le Bourbonnais comme source d'inpi?  (Lu 3395 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
SgtPerry
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 589



WWW
« le: 23Juillet, 2009, 22:26:00 »

Durant le weekend du 14/07, je suis retourné sur mes terres natales, en Bourbonnais. Dans Bourbonnais, il y a Bourbon, c'est sans doute pour cette raison que l'administration révolutionnaire a pris soin de découper l'ancien comté devenu duché entre différent départements et région pour qu'il n'en resta rien. Partagé entre la Bourgogne, le Berry et l'Auvergne, le Bourbonnois subsiste quand même.

Avec Avaricum (Bourges) à une centaine de kms au nord, les tribus celtes des Bituriges Cubi occupaient la région. Les vestiges gallo-romains sont nombreux. La ville de Montluçon qui dispose d'un promontoire rocheux au dessus de la vallée du Cher aurait accueilli un oppidum romain et la Légion Octava-Augusta. Non loin de là, Neriomagus (Neris les bains) fut bâtie au premier siècle sur un oppidum existant profitant des sources chaudes naturelles. Une voie romaine reliait la ville à Avaricum.

Au cours du Xe siècle, Adhémar (ou Aymar) acquit le château de Bourbon, situé dans le village qui porte le nom de Bourbon-l'Archambault de nos jours. A la mort d'Archambault VIII vers 1200, Mahaut de Bourbon épouse Guy II de Dampierre et ajoute Montluçon aux possessions des seigneurs de Bourbon.  C'est Guillaume, fils d'Archambaud IV de Bourbon, qui construit le premier château au XIe siècle. Guy de Dampierre prend le nom de Bourbon car sa famille n'appliquait pas la loi salique. Archambault X, son petit-fils meurt à Chypre en 1249 au cours d'une croisade.  En 1272, Béatrix de Bourbon épouse Robert de France, comte de Clermont, fils de Saint-Louis. Robert prend le nom de Bourbon et donne les Lys de France à son comté. Il débute une lignée qui allait voir Henri IV monté sur le trône. Charles IV le bel fait du comté un duché-prairie en 1327.  Finalement en 1523, le neuvième duc de Bourbon, Charles III, connétable de France passe au service de l'empereur Charles Quint et en 1531, le duché de Bourbonnais est rattaché à la Couronne de France.

Voila pour les origines, j'ajouterais que dans l'état de l'Illinois se trouve la ville de Bourbonnais, qui s'est contruite autour de la ferme d'un trappeur nommé Bourbonnais et qu'elle abrite le camp d'entrainement des Chicago Bears, une célèbre équipe de football (ma préférée en tout cas).
http://www.villageofbourbonnais.com/about/history.php
Je parierais fort que l'homme en question était un natif du Bourbonnais car il y d'autres exemples de français ayant adopté le patronyme de leur ville / région arrivés en Nouvelle-France.

Je saute du coq à l'âne mais je rebondis sur l'Ours car sur les bords du Cher en amont de Montluçon, se trouvent les ruines du château de l'ours. La légende veut qu'Archambaud, comte de Montluçon, partant en croisade, confia la garde du château à son écuyer Raimbaud qui avait un fort penchant pour Odile la fille du comte. Mais Archambaud mourut en Terre Sainte et Raimbaud mit au point un plan diabolique. Après avoir abusé de la jeune fille, il fit croire à sa mort et l'envoya secrètement au chateau des sires de Lignerolles. Mais Odile survécu et mis au monde un fils qu'elle éleva au milieu des bois et des rochers de la vallée. L'enfant vétu d'une peau de bête effrayait les paysans qui surnomèrent les lieux : Château de l'Ours. La légende veut qu'un ermite rencontra l'enfant et appris l'histoire, que l'écuyer fut capturé et pendu aux murs de la ville. Odile se retira dans un couvent, son fils devint chevalier et s'illustra en Palestine sous le nom de chevalier Sarrazin.

Je reviens donc à mon weekend, dont j'ai profité pour aller voir le donjon de la Toque à Huriel. C'est un magnifique édifice du XII-XIIIe siècle, l'un des rares donjons carrés de cette époque subsistant. Bien que moins impressionnant que celui de Loches, il culmine quand même à 25m.

http://perrysheroes.free.fr/spip.php?article242



Le fief était la possession d'Humbaud d'Hurec. Humbaud le Vieux était un chevalier respecté. Il épousa Déa de Bourbon dans le courant du XIe siècle. Son arrière petit-fils Humbaud III lui succèda entre 1180 et 1220 mais il n’eut qu’une fille qui épousa Ebbes de Déols. C'était la fin des sires d’Huriel.



En 1204, Philippe-Auguste demande à ses signeurs de protéger le Berry et le Bourbonnais contre d'éventuelles agressions anglaises en provenance du Limousin et de la Marche. Les donjons en bois et les palissades doivent être remplacées par des tours solides en pierre avec murailles et fossés. Les ingénieurs royaux préconisent la tour de plan carré ou rectangulaire ; cette architecture est celle de la Toque. La partie basse de la Toque fût commencée par Humbaud III d’Huriel et achevée par Ebbes de Déols. Elle se composait des deux premières parties visibles de la tour.

En 1256, Roger de Brosses épouse Marguerite de Déols, fille de Ebbes et devient seigneur d'Huriel, Boussac et Ste Sévère. Il porte les armes d'azur à trois brosses d'or liées de gueules. La seigneurie d'Huriel passe en Bourbonnais. Roger de Brosses a sans doute ajouté la dernière partie avant son départ pour la 7e croisade. En 1375, Jean de Brosse nait au château, il devient seigneur d'Huriel en 1422. Fidèle du dauphin et futur roi Charles VII, il est fait  Maréchal de France en 1426. Il se met au service de Jeanne d'Arc et à ses côtés, de Brosse va s'illustrer aux batailles de Patay, de Beaugency, de Compiègne , au siège puis à la délivrance d'Orléans. De Brosse connaîtra l'apogée de sa carrière quand le 17 juillet 1429, il aura l'honneur de porter la Sainte Ampoule lors du sacre de Charles VII en la cathédrale de Reims. Resté fidèle à Jeanne d'Arc, il dépensera ce qu'il reste pour lever une armée et tenter d'arracher Jeanne des griffes des Bourguignons.  Il part sur Compiègne aidé de Xaintrailles et Lahire  à la tête d'une armée de 2.000 soldats et de nombreux paysans. Ils entrent et libèrent Compiègne qui était toujours sous le siège des Bourguignons mais Jeanne a été livrée aux Anglais et emmenée à Rouen.

Pour plus d'informations sur Huriel : http://www.huriel-en-bourbonnais.fr/

Si bien que je me suis commandé Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais (+650pages) et  est arrivé aujourd'hui! Je n'ai pu resisté à le parcourir. C'est une mine d'idées du haut moyen-âge à la Fronde (voir plus).

Comme je table dans un premier temps la fin du 12e siècle (fin des incursions anglaises), il va falloir que je fasse des recherches en héraldique, ca risque de ne pas être simple.

http://www.earlyblazon.com/
http://www.armorial-general.org/blason-Armorial-du-Bourbonnais-aut-284.html
http://www.heraldique-europeenne.org/Armoriaux/Bigot/index.html

Olivier



Olivier
Journalisée
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 659



« Répondre #1 le: 23Juillet, 2009, 22:48:06 »


Avec Avaricum (Bourges) à une centaine de kms au nord, les tribus celtes des Bituriges Cubi occupaient la région. Les vestiges gallo-romains sont nombreux. La ville de Montluçon qui dispose d'un promontoire rocheux au dessus de la vallée du Cher aurait accueilli un oppidum romain et la Légion Octava-Augusta. Non loin de là, Neriomagus (Neris les bains) fut bâtie au premier siècle sur un oppidum existant profitant des sources chaudes naturelles. Une voie romaine reliait la ville à Avaricum.


C'est rigolo, c'est pile en relation avec ce sur quoi je travaille actuellement.

Avaricum (probablement Avaricon en gaulois), ça signifiait "Gué sur l'Avara", l'Avara étant le nom antique du Yèvre. Avaricum continue d'ailleurs à poser un sérieux casse-tête aux historiens de l'antiquité, parce qu'il semble que ce soit un très ancien centre urbain, peut-être fondé en même temps que Rome, en tout cas plus étendu que Rome au VIème siècle av. JC ; ce qui remet radicalement en question les représentations rurales et proto-urbaines qu'on a longtemps défendues à propos du monde gaulois. Quant à Neriomagus, ça signifiait "Champ de Nerios", Nerios étant probablement le nom du dieu des sources locales.

J'ai quelques personnages qui rôdent dans le coin, autour du VIIe siècle av. JC.  Grin
Journalisée
Cultösaurus
VCI
Les petites mains
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 021



WWW
« Répondre #2 le: 23Juillet, 2009, 22:55:05 »

Ceci pourra sans doute t'intéresser...

Journalisée

Life is like surrealism. If you have to have it explained to you, you can't afford it.
(Solomon Short)
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 528



WWW
« Répondre #3 le: 23Juillet, 2009, 22:58:32 »

Je ne connais pas le Bourbonnais par son histoire, mais par des questions professionnelles liées aux cours d'eau de l'Allier.

Mais je peux tout à fait comprendre toutes ces inspirations qui viennent lorsque l'on parcourt une région, quelle qu'elle soit. Et surtout lorsqu'il s'agit d'une région à laquelle on est attachée.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
SgtPerry
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 589



WWW
« Répondre #4 le: 24Juillet, 2009, 08:26:54 »

C'est rigolo, c'est pile en relation avec ce sur quoi je travaille actuellement.

Avaricum (probablement Avaricon en gaulois), ça signifiait "Gué sur l'Avara", l'Avara étant le nom antique du Yèvre. Avaricum continue d'ailleurs à poser un sérieux casse-tête aux historiens de l'antiquité, parce qu'il semble que ce soit un très ancien centre urbain, peut-être fondé en même temps que Rome, en tout cas plus étendu que Rome au VIème siècle av. JC ; ce qui remet radicalement en question les représentations rurales et proto-urbaines qu'on a longtemps défendues à propos du monde gaulois. Quant à Neriomagus, ça signifiait "Champ de Nerios", Nerios étant probablement le nom du dieu des sources locales.

J'ai quelques personnages qui rôdent dans le coin, autour du VIIe siècle av. JC.  Grin


Récemment lors de fouilles à côté de Bourges   (Port Sec), il a été trouvé un important centre avec des ateliers d'artisants et des tombes.

http://www.archearegioncentre.org/Portsecsud.html

Je cite :  Bourges est devenu ainsi le site le plus occidental des "complexes princiers" du Hallstatt final/La Tène ancienne (VIe et Ve s. avt J.-C. qui s'etend du Wurtemberg au Berry.

J'avais acheté ce numéro également.
http://www.dossiers-archeologie.com/numero-326/celtes-loire/fouille-port-sec-a-bourges-cher.23114.php#article_23114

Un des problèmes en suspens reste la localisation réelle d'Avaricum car sur le site de Bourges, personne n'a jamais trouvé la trace d'une place-forte celte (Jules a vraiment tout rasé?) ni des fosses communes  avec 7000 morts ( à moins que les marais qui entourent encore Bourges n'en soient la sépulture).

Sinon la voie romaine qui allait d'Avaricum à Neriomagus passait par Châteaumeillant et La Chapelaude.  On parle souvent du pont romain du Courtioux près d''Huriel (Huriacum)  mais il s'agît en fait d'un des rares ponts médiévaux en pierre encore existant (XIIe)


http://www.huriel-en-bourbonnais.fr/huriel/voie_romaine.html

« Dernière édition: 24Juillet, 2009, 10:35:51 par SgtPerry » Journalisée
Kylm
Arpenteur d'utopies
Les Rêveurs
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 697



« Répondre #5 le: 24Juillet, 2009, 11:26:54 »

Je ne voudrais pas avoir l'aire de pianailler, enfin si un peu. Ayant des racines famillalle du coté de Montluçon et comptant aussi quelques autonomiste bourbonnais  ton message m'a laissé un gout étrange.
J'étais persudé que Bourges n'était pas dans le bourbonnais mais dans le berri. Et que les deux entités étaits clairement séparé tant au niveau politique que culturelle (même si il existe de grande similitude). Le Berrichon pouvant aussi se montrer tataillons sur ces questions, j'en ai jamais entendu qui se rallier au bourbonnais. Dans mes souvenirs, le coeur du bourbonnais se situe plus au Sud  autour de Moulin capitale des Ducs et Souvigny, nécropole des même ducs.
Je suis assez preneur de renseignement sur ce points.
Journalisée
SgtPerry
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 589



WWW
« Répondre #6 le: 24Juillet, 2009, 12:08:39 »

Bourges est bien dans le Berry! 

La limite était déjà un peu en dessous de Saint-Amand qui dépendait du Seigneur de Charenton ( D'argent une étoile de Gueules).  ChateauMeillant est en Berry. La forêt de Tronçais doit être à la frontière!

Par contre à l'époque celte, les Bituriges Cubi semblent être descendus bien plus bas, notamment jusqu'à Hérisson.  Bourbon l'Archambault  vrai point de départ des Bourbon, est également reférencée comme Biturige, Aquae Borvonis (de Borvo (dieu gaulois des sources bouillonnantes), très vieux lieu de culte des Boïens, clients des Bituriges. )

http://www.genealogie-en-champagne-berrichonne.com/dossiers/dossiers.php?val=78_atlas+historique+berry

Neriomagos était également une ville "Biturige" http://crehangec.free.fr/auv.htm

Donc le centre historique est un peu plus proche de Moulins que de Montluçon mais c'est réellement Bourbon l'Archambault (nord-ouest est de Moulins). Après en fonction de l'histoire cela varie.

De toute façon, tout le monde se contrefiche de Montluçon!     Bien que la ville ait été sous domination anglaise de 1171 à 1188,  libérée par Philippe Auguste durant sa reconquête du Bas-Berry.

« Dernière édition: 24Juillet, 2009, 14:18:05 par SgtPerry » Journalisée
Cultösaurus
VCI
Les petites mains
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 021



WWW
« Répondre #7 le: 24Juillet, 2009, 13:47:42 »

La limite était déjà un peu en dessous de Saint-Amand qui dépendait du Seigneur de Charenton ( D'argent une étoile de Gueules).  ChateauMeillant est en Berry. La forêt de Tronçais doit être à la frontière!La limite était déjà un peu en dessous de Saint-Amand qui dépendait du Seigneur de Charenton ( D'argent une étoile de Gueules).  ChateauMeillant est en Berry. La forêt de Tronçais doit être à la frontière!

Non non, la limite est bien plus au nord. La châtellenie de Saint-Amand  était bien en Bourbonnais, la frontière se situait au nord de celle de Germigny. Sancoins était une enclave berrichonne.
Journalisée

Life is like surrealism. If you have to have it explained to you, you can't afford it.
(Solomon Short)
Cultösaurus
VCI
Les petites mains
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 021



WWW
« Répondre #8 le: 24Juillet, 2009, 13:50:29 »

Donc le centre historique est un peu plus proche de Moulins que de Montluçon mais c'est réellement Bourbon l'Archambault (nord-est de Moulins). Après en fonction de l'histoire cela varie.

Euh... Bourbon-l'Archambault n'est pas au nord-est de Moulins, mais bien à l'ouest...
Journalisée

Life is like surrealism. If you have to have it explained to you, you can't afford it.
(Solomon Short)
SgtPerry
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 589



WWW
« Répondre #9 le: 24Juillet, 2009, 14:16:39 »

Mea culpa, j'ai confondu mon est et mon ouest!

Pour la Seigneurie de Charenton (dont dépend Saint-Amand), c'est encore flou aux 11e-13e siècles

http://berry.medieval.over-blog.com/pages/La_seigneurie_de_Charenton_du_XIe_au_XIIIe_siecle-954328.html


En lisant la lettre des amis de Montluçon, je viens de tomber sur la présence d'une colonie de Maures ou de  Sarrazins depuis Poitiers!

http://www.amis-de-montlucon.com/lettres/137-avril-2009.pdf

Et un autre pdf avec les recherches en Archéologie celtique dans la région

http://www.amis-de-montlucon.com/lettres/107-avril-2006.pdf
« Dernière édition: 24Juillet, 2009, 14:51:55 par SgtPerry » Journalisée
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 659



« Répondre #10 le: 24Juillet, 2009, 15:15:45 »


Et un autre pdf avec les recherches en Archéologie celtique dans la région

http://www.amis-de-montlucon.com/lettres/107-avril-2006.pdf


Les traces d'incendie, vestige possible de la politique de terre brûlée de Vercingétorix avant le siège d'Avaricum, représentent une sacrée trouvaille !
Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: